Toutes les ressources Recherche détaillée 59 résultats (36ms)

Archives ecclésiastiques : clergé régulier (série H)

H 1-1823 , Xe-XIXe siècles  

Ce volume contient, dans ses 1730 articles, l'inventaire sommaire de la série H en entier, comprenant les fonds des abbayes, des prieurés, des couvents et communautés, des ordres militaires religieux et des établissements hospitaliers qui existaient, avant 1790, dans l'étendue actuelle du département de l'Eure, ou qui, bien que n'y ayant pas leur siège principal, y possédaient des biens. Ces fonds, qui en 1848 étaient au nombre de 59, avaient atteint en 1870 le chiffre de 74. Ils s'élèvent aujourd'hui à 124 et se répartissent comme il suit : vingt abbayes d'hommes, dont 17 étaient situées sur le territoire actuel du département de l'Eure et 3 dans la Seine-Inférieure : 12 appartenaient à l'ordre de Saint-Benoît, 6 à l'ordre de Cîteaux, 1 à l'ordre de Saint-Augustin et 1 à l'ordre de Prémontré ; - quarante prieurés d'hommes ; - 2 couvents de Carmes, 1 de Capucins, 1 de Célestins, 2 de Chartreux, 6 de Cordeliers, 1 de Jacobins, 1 de Mathurins et 4 de Pénitents ; - huit abbayes de femmes, dont 7 étaient situées dans l'Eure et 1 dans la Seine-Inférieure : 6 appartenaient à l'ordre de Saint-Benoît et 2 à l'ordre de Cîteaux ; - 1 prieuré de l'ordre de Fontevrault ; - 1 couvent d'Annonciades, 2 d'Augustines, 7 de Bénédictines, 3 de Carmélites, 2 de Dominicaines, 1 de Franciscaines, 5 d'Ursulines, 2 Congrégations ; - trois commanderies de l'ordre de Malte : - douze établissements hospitaliers.

L'histoire d'institutions aussi nombreuses et d'un caractère aussi différent ne pourrait rentrer dans le cadre d'une introduction à l'inventaire sommaire des archives qu'elles ont laissées et qui ne représentent, malgré leur importance relative, qu'une faible partie de celles qu'elles possédaient autrefois. Il nous a paru intéressant toutefois de rappeler, en ce qui concerne les abbayes, la date de leur fondation ainsi que les noms de leurs fondateurs, de signaler l'intérêt des principaux fonds inventoriés et de mentionner les documents qui méritent d'attirer particulièrement l'attention par leur ancienneté ou par leur valeur intrinsèque.

Abbaye de Beaubec (diocèse de Rouen). - Fondée vers 1128 par Hugues II de Gournay. Le fonds des archives de l'Eure contient d'assez nombreuses donations anciennes, depuis la fin du XIIe siècle jusqu'au commencement du XIVe, assurant à l'abbaye des possessions dans la vallée de la Seine, sur les paroisses de Courcelles, de Port-Mort, de Notre-Dame-de-l'Isle et de Pressagny-l'Orgueilleux. Ces titres établissent notamment combien la culture de la vigne était florissante, à cette époque, dans cette région de la Normandie.

Abbaye du Bec (diocèse de Rouen). - Fondée en-1034 par Herluin ; établie d'abord à Bonneville (Bonneville-Aptot), puis transférée au Bec. On sait que le chartrier de la célèbre abbaye a été en grande partie dilapidé et dispersé. Des fragments des précieux cartulaires de l'abbaye, retrouvés feuillets par feuillets et recueillis aux archives de l'Eure, le prouvent suffisamment (H. 89-93). Les chartes originales du

Bec n'ont été conservées qu'en nombre relativement insignifiant. La plus ancienne est une donation de Hugues II de Montfort, de la fin du xie siècle (H. 54).

Abbaye de Bernay (diocèse de Lisieux). - Fondée vers l'an 1000 par Judith de Bretagne, femme de Richard IL duc de Normandie. Le fonds des archives de l'Eure renferme un certain nombre de chartes du xine siècle. Le titre le plus ancien est la donation de l'église de Bolbec à l'abbaye de Bernay, en 1061, datée de Lillebonne, en présence de Guillaume le Conquérant, de l'archevêque de Rouen et des évêques de Bayeux, de Lisieux, d'Avranches et d'Evreux (H. 123).

Abbaye de Bonport (diocèse d'Evreux). - Fondée en 1190 par une charte de Richard Cœur de Lion datée du Château-Gaillard. Les chartes originales conservées aux archives de l'Eure remontent à la fin du XIIe siècle ; les plus anciennes, à date certaine, sont une vente de vignes sises à Mont-Magny, consentie au profit de l'abbaye en 1190 (H. 234), et une donation de Robert, comte de Meulan, en 1197. Parmi les autres documents intéressants on peut signaler un mandement du roi Louis IX adressé au châtelain du Vaudreuil, daté de Pont-Audemer en mars 1256 (H. 187), et un curieux petit carlulaire de la fin du XIVe siècle (cartulaire des pauvres de l'hospice de l'abbaye de Bonport (H. 181).

Abbaye du Breuil-Benoît (diocèse d'Evreux). - Fondée en 1137 par Foulques de Marcilly. Un petit nombre de documents, dont trois chartes du XIIIe siècle, sont parvenus aux archives de l'Eure.

Abbaye de Couches (diocèse d'Evreux). - Fondée en 1035 par Roger Ier de Tosny, fils de Raoul de Tosny. Fonds relativement peu important, si l'on excepte les fragments d'un cartulaire du xvne siècle, en grande partie détruit par l'humidité à une époque ancienne (H. 262).

Abbaye de Cormeilles (diocèse de Lisieux). - Fondée vers 1060 par Guillaume, fils d'Osberne. Les archives de l'Eure n'ont recueilli qu'un petit nombre de documents du XVIIe et du XVIIIe siècles.

Abbaye de Corneville (diocèse de Rouen). - L'abbaye.de Corneville a remplacé en 1180 un ancien prieuré fondé en 1143 par Gislebert de Corneville. Les archives n'ont conservé qu'un petit nombre de titres de date relativement récente. Les chartes anciennes ont été détruites par un incendie vers 1290, comme le prouve la charte de confirmation des biens de l'abbaye par Guillaume II de Flavacourt, archevêque de Rouen, dont une copie du XVIIe siècle est conservée sous la cote H. 270.

Abbaye de la Croix-Saint-Leufroi (diocèse d'Evreux). - L'origine de l'abbaye peut être attribuée à l'année 692, époque du passage de saint Ouen, bien qu'elle ne paraisse avoir été organisée que quelques années plus tard par son véritable fondateur, Leufroi. Les religieux, chassés par les invasions normandes, revinrent peu après et l'abbaye fut rétablie sur le même emplacement. Parmi les documents peu nombreux recueillis aux archives de l'Eure, il y a lieu de signaler la donation originale de Raoul de Tosny portant les signatures de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde, dont la date se place entre 1071 et 1083 (H. 280).

Abbaye de l'Estrée (diocèse d'Évreux). - Fondée en 1144, sur le territoire de la commune actuelle de Muzy, par Rahier, seigneur de Muzy. Les titres originaux sont parvenus en nombre insignifiant aux archives de l'Eure. Mais un cartulaire de la fin du XVe siècle (H. 319) contient les transcriptions des principaux d'entre eux. On y trouve les titres de la fondation depuis 1144, des bulles des papes Eugène III (1147), Alexandre III (1164), Lucius III (1184), Innocent III (1204-1208), Honorius III (1219), Grégoire IX (1227), Urbain IV (1262-1264), Boniface VIII (1300), etc.

Abbaye de Fécamp (diocèse de Rouen). - L'abbaye de Fécamp, en tant qu'abbaye d'hommes soumise à la règle de Saint-Benoît, a succédé à un ancien monastère de femmes fondé en 658. On fait remonter sa fondation par Richard II, duc de Normandie, à l'année 1006. Le fonds des archives de l'Eure contient seulement un plan de la ferme de Heudebouville (H. 335).

Abbaye de Grestain (diocèse de Lisieux). - Fondée vers 1050 par Herluin de Conteville, qui avait épousé Harlette, mère de Guillaume le Conquérant. Le fonds des archives de l'Eure, relativement peu important, renferme quelques donations originales de la fin du XIIe siècle et du commencement du XIIIe, notamment une bulle du pape Célestin III, de 1197, confirmant à l'abbaye de Grestain la possession des églises de Grestain et de Honfleur (H. 336).

Abbaye de l'Isle-Dieu (diocèse de Rouen). - Fondée vers 1187 dans une île de l'Andelle, à Perruel, sous les auspices du roi d'Angleterre Henri II et de Gauthier de Coutances, archevêque de Rouen. Le fonds des archives de l'Eure contient d'assez nombreuses donations originales de la fin du XIIe et du XIIIe siècles. Il y a lieu de signaler la confirmation par Henri II des possessions de l'abbaye sises en Angleterre et en Normandie, dont la date se rapporte à une époque très rapprochée de la fondation du monastère.

Abbaye d'Ivry (diocèse d'Évreux). - Fondée vers 1071 par le comte Roger d'Ivry, échanson de Guillaume le Conquérant. Parmi les titres originaux conservés aux archives de l'Eure, on remarque une bulle d'Innocent IV, de 1253, et des chartes de Henry II, roi d'Angleterre (vers 1175), de Philippe-Auguste (1205) et de Marie deBrabant, reine de France (1304).

Abbaye de Lyre (diocèse d'Évreux). - Fondée vers 1046, par Guillaume, fils d'Osberne, sénéchal de Normandie. Le fonds des archives de l'Eure est important par Je nombre et par l'intérêt historique des documents qui nous ont été conservés. On doit citer notamment : la grande charte de Lyre, de l'année 1051 environ, souscrite par Guillaume le Conquérant et par Mathilde, sa femme, relatant les donations faites à l'abbaye par Guillaume, fils d'Osberne, comte de Hereford, son fondateur et par ses premiers bienfaiteurs ; une seconde donation de Guillaume, fils d'Osberne, portant la souscription du célèbre archevêque de Cantorbéry, Lanfranc (vers 1070) ; la confirmation par Henri II, roi d'Angleterre, des donations faites à l'abbaye tant en France qu'en Angleterre (H. 438) ; un registre des délibérations capitulaires, de 1676 à 1788 (H. 582) ; un plan général des bâtiments claustraux, de l'église des jardins et de l'enclos de l'abbaye, dressé par dom Miserey en 1759 (H. 470) ; un inventaire détaillé du chartrier de l'abbaye, de 1738, en quatre volumes in-folio (H. 587-590).

Abbaye de Mortemer (diocèse de Rouen). - Fondée en 1134 sur le territoire de Lisors par Alexandre, prieur de Beaumont près Etrépagny. Le fonds des archives de l'Eure comprend de nombreuses chartes originales du XIIe et du XIII siècles, parmi lesquelles il y a lieu de signaler la pancarte relatant les principales donations faites à l'abbaye dans la seconde moitié du xne siècle (H. 592). Malheureusement la plupart des chartes en parchemin sont dans un mauvais état de conservation.

Abbaye de la Noë (diocèse d'Evreux). - Fondée en 1144 sur le territoire de la Bonneville par Mathilde, fille de Henri Ier, roi d'Angleterre. D'assez nombreuses donations et confirmations originales de la fin du XIIe et du XIIIe siècles, dont la plus ancienne est de 1174, forment la partie principale du fonds des archives de l'Eure, qui, ont recueilli en outre quatre feuillets ou fragments de feuillets d'un cartulaire de l'abbaye, de la fin du XIIIe siècle (H. 705).

Abbaye de Saint-Ouen de Rouen. - Fondée, suivant l'opinion la plus accréditée, sous le règne de Clolaire Ier mort en 561. Les archives de l'Eure ne possèdent qu'une pièce: déclaration des biens appartenant à la mense abbatiale à Saint-Pierre-de-Bailleul et à Gasny (H. 708).

Abbaye de Saint-Pierre-de-Préaux (diocèse de Lisieux). - Cette abbaye, de fondation très ancienne, fut détruite par les invasions des Normands et reconstruite par Onfroi de Vieilles vers 1034. Le cartulaire de Saint-Pierre-de-Préaux, dont on trouvera une analyse développée sous la cote H. 711, est un des documents les plus précieux des archives de l'Eure. Son importance est d'autant plus grande que les titres originaux dont il contient la transcription n'ont été conservés qu'en très petit nombre.

Abbaye de Saint-Taurin d'Évreux. - Vraisemblablement fondée au commencement du VIIe siècle et, suivant l'opinion la plus probable, restaurée une première fois, après les invasions normandes, par Richard Ier, duc de Normandie, mort en 996, puis rebâtie au commencement du XIe siècle par Richard II, son fils, mort en 1026. Le fonds des archives de l'Eure est important et comprend un assez grand nombre de titres originaux du XIIIe siècle, deux précieux cartulaires, l'un de la fin du XIIIe et du XIVe siècles, l'autre du milieu du XIIIe siècle, qui suppléent à la perte de beaucoup de chartes anciennes (H. 793-794) ; un curieux plan sur parchemin, de 1578, où sont figurés l'abbaye et les quartiers de Pannette, de la Rochette, de Cambolle et du Valesme ; les registres des délibérations capitulaires, depuis 1642 jusqu'en 1758 (H. 809-810) ; un mémorial des faits survenus à l'abbaye au XVIIe et au XVIIIe siècles (H. 811).

Prieurés d'hommes. - Les fonds des prieurés sont aux archives de l'Eure d'importance très inégale. La plupart ne renferment que quelques pièces et n'ont donné la matière que d'un petit nombre d'articles. Quelques-uns méritent d'être plus particulièrement signalés pour l'intérêt qu'ils présentent. Tels sont : le prieuré de Beaumont-le-Roger, fondé à la fin du XIe siècle par Roger de Beaumont ; le prieuré de Croth, dont la fondation remonte à 1060 et dont le fonds renferme une bulle originale de Lucius III (1184 ou 1185) ; le prieuré des Deux-Amants, à Amfreville-sous-les-Monts ; le prieuré de Maupas, à

Capelles-les-Grands, fondé en 1216 ; le prieuré de Saint-Aubin-des-Fresnes, à Amfreville-la-Campagne, dont un intéressant cartulaire du xve siècle est conservé aux Archives ; le prieuré de Sausseuse, fondé en 1119 par Richard de Tilly, et dont le fonds, qui ne renferme pas moins de 154 pièces parchemin, contient des titres originaux depuis 1180.

Communautés d'hommes. - Les fonds des communautés d'hommes renferment en général des documents moins anciens et moins importants que ceux des abbayes et des prieurés, mais qui présentent un intérêt particulier à d'autres points de vue. Il y a lieu de citer notamment : le couvent des Carmes de la Garde-Châtel, dont le fonds contient les copies anciennes et complètes des titres de sa fondation (H. 1059) ; celui de la Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon, qui renferme quelques titres originaux remontant à la fin du XIIe siècle, des terriers du xvne et du xvnr3 siècles, des plans et des dessins d'un haut intérêt (H. 1081-1083) et un cartulaire (H. 1144), en partie de la fin du XVIe siècle, en partie du commencement du XVIIIe siècle, qui permet à lui seul de reconstituer l'histoire de la célèbre Chartreuse fondée par le cardinal de Bourbon. D'autre part, on remarquera l'intérêt qui s'attache aux registres de comptes et aux mémoriaux des ordres religieux mendiants. Ces documents fournissent des indications exactes et souvent pittoresques sur la vie intime et sur l'organisation intérieure des couvents de jacobins, de cordeliers et de pénitents établis sur le territoire qui a formé le département de l'Eure.

Abbaye de Fontaine-Guérard (diocèse de Rouen). - On a émis plusieurs opinions sur la date de fondation de l'abbaye de Fontaine-Guérard : 1135 suivant la Neustria Pia ; vers 1198, suivant la Gallia Christiana. Il résulte du texte même du titre de fondation, égaré avant la revision de la série H dans le fonds de l'abbaye de Lyre où le classement opéré en 1888 a permis de le retrouver, que l'abbaye de Fontaine-Guérard a été fondée entre 1184 et 1190 par Robert aux Blanches Mains, comte de Leycester. Outre ce document précieux, le fonds des archives de l'Eure possède, en originaux ou en copies, un grand nombre de titres de propriété, dont 247 en parchemin, des biens et des revenus qui appartenaient à l'abbaye dans plus de quarante paroisses.

Abbaye du Neubourg (diocèse d'Évreux). - Fondée par lettres patentes de Louis XIII en 1637 et confirmée en 1639 par une bulle d'Urbain VIII. Dotée et protégée par la famille seigneuriale du Neubourg, l'abbaye prospéra rapidement, puisqu'en 1692 elle comprenait trente religieuses, deux tourières et huit domestiques (H. 1300). Le fonds recueilli aux archives de l'Eure ne renferme qu'un petit nombre de documents.

Abbaye de Saint-Amand de Rouen. - Fondée vers 1040 parle vicomte Goscelin et par Emmeline, sa femme. Une seule pièce, extrait collationné d'une déclaration des biens, de 1675, est parvenue aux archives de l'Eure.

Abbaye de Saint-Léger-de-Préaux (diocèse de Lisieux). - Fondée vers 1040 par Onfroi de Vieilles et sa femme. Aubrée sur la paroisse Saint-Michel-de-Préaux. Une partie seulement des documents que possédait le chartrier de l'abbaye est parvenue aux archives de l'Eure. Les plus anciens titres originaux, d'ailleurs peu nombreux, ne sont pas antérieurs au XIIIe siècle.

Abbayes de Saint-Nicolas de Verneuil et de N.-D. de Pacy (diocèse d'Évreux). - L'abbaye de Pacy fut fondée en 1637 par François-Alexandre d'Albret et son église consacrée par François de Péricard, évêque d'Évreux, le 28 mars 1638. Elle fut réunie en 1739 à l'abbaye de Saint-Nicolas de Verneuil. Les bénédictines de Verneuil avaient été établies en 1627 par Charlotte d'Hautemer, veuve de Pierre Rouxel de Médavy, et leur couvent fut érigé en abbaye en 1633. Vers 1660, les bénédictines de Saint-Nicolas de Verneuil étaient " au nombre de quarante-cinq pauvres religieuses " (H. 1336).

Abbaye de Saint-Sauveur d'Évreux. - Fondée vers 1060 par Richard, comte d'Évreux, reconstruite et transférée à la fin du XIIe siècle sur l'emplacement qu'elle a occupé jusqu'à la Révolution. Le fonds conservé aux archives de l'Eure est relativement important et comprend de nombreux titres originaux depuis la fin du XIIe siècle.

Abbaye du Trésor (diocèse de Rouen). - Fondée en janvier 1227 (a. s.) sur le territoire de Bus-Saint-Rémy par Raoul du Bus. Le fonds des archives de l'Eure, qui ne renferme pas moins de 230 pièces parchemin et de 900 pièces papier, contient, outre le titre original de fondation (H. 1366), de nombreuses chartes originales du XIIIe siècle et un inventaire détaillé du chartrier de l'abbaye, de 1760 (H. 4418).

Prieuré de Chaise-Dieu. - Fondé au XIIe siècle. Les titres originaux sont peu nombreux aux archives de l'Eure et ne sont pas antérieurs à 1209. Un cartulaire du XVIIe siècle a conservé la transcription des principales chartes, du XIIe et du XIIIe siècles, que renfermait le chartrier du prieuré.

Couvents et communautés de femmes. - La plupart de ces fonds ne sont représentés aux archives de l'Eure que par un petit nombre de pièces. Les plus importants sont ceux des Annonciades de Gisors, des

Bénédictines d'Andely, des Ursulines d'Andely, d'Évreux et de Gisors.

Ordres militaires religieux. - Des trois commanderies représentées aux archives de l'Eure, celle de Saint-Étienne-de-Renneville a laissé les plus nombreux documents, la plupart dans un mauvais état de conservation et de date relativement récente, les chartes anciennes étant conservées aux Archives nationales à Paris. Cette dernière observation s'applique également aux commanderies de Bourgoult et de Chanu.

Hospices. - Les anciens établissements hospitaliers, existant sur le territoire du département de l'Eure, ont en général conservé leurs chartriers. Aussi les fonds des hospices sont peu importants et ne comprennent que quelques pièces recueillies par hasard aux Archives départementales.

Archives communales déposées de Chéronvilliers (156EDT)

156 Edt 1 D art. 2-3 ; 156 Edt 1 F art. 1-3 ; 156 Edt 1 G art. 1-17 ; 156 Edt 1 H art. 1-2 ; 156 Edt 1 I art. 1-5 ; 156 Edt 1 K art. 1-21 ; 156 Edt 1 L art. 1-7 ; 156 Edt 1 M art. 1-2 ; 156 Edt 1 N art. 1-4 ; 156 Edt 1 O art. 1-9 ; 156 Edt 1 P art. 1-4 ; 156 Edt 1 Q art. 1-9 ; 156 Edt 1 R art. 1 ; 156 Edt 1D art. 1 ; 156 Edt 2 D art. 1-4 ; 156 Edt 2 H art. 1-2 ; 156 Edt 2 I art. 1-3 ; 156 Edt 2 L art. 1-2 ; 156 Edt 2 M art. 1-4 ; 156 Edt 2 O art. 1-2 ; 156 Edt 2 Q art. 1 ; 156 Edt 2 d ; 156 Edt 3 D art. 1 ; 156 Edt 3 F art. 1-7 ; 156 Edt 3 H art. 1 ; 156 Edt 3 I art. 1-2 ; 156 Edt 3 O art. 1-2 ; 156 Edt 3 Q art. 1 ; 156 Edt 4 D art. 1-2 ; 156 Edt 4 H art. 1-7 ; 156 Edt 4 M art. 1 ; 156 Edt 5 F art. 1 ; 156 Edt 5 I art. 1-3 ; 156 Edt 5 Q art. 1-5 ; 156 Edt 6 F art. 1-5 ; 156 Edt BB art. 1 ; 156 Edt E art. 1-20 ; 156 Edt GG art. 1-47 ; 156 Edt S art. 1-2 ; 156 Edt , 1624-1965  

Archives déposées de la commune de Connelles (168EDT)

168 EDT 1 D art. 1 ; 168 EDT 1 E art. 1-8 ; 168 EDT 1 G art. 1-7 ; 168 EDT 1 H art. 1 ; 168 EDT 1 I art. 1 ; 168 EDT 1 K art. 1-14 ; 168 EDT 1 L art. 1-6 ; 168 EDT 1 M art. 1 ; 168 EDT 1 N art. 1 ; 168 EDT 1 O art. 2-5 ; 168 EDT 1 P art. 1 ; 168 EDT 1 Q art. 1-4 ; 168 EDT 1 S art. 1 ; 168 EDT 1K art. 5 ; 168 EDT 2 G art. 1 ; 168 EDT 2 H art. 1-3 ; 168 EDT 2 I art. 1 ; 168 EDT 2 L art. 1-3 ; 168 EDT 2 M art. 1 ; 168 EDT 3 D art. 1 ; 168 EDT 3 F art. 1-5 ; 168 EDT 3 G art. 1 ; 168 EDT 3 I art. 1 ; 168 EDT 3 O art. 1 ; 168 EDT 3 Q art. 1 ; 168 EDT 3F art. 3-4 ; 168 EDT 4 H art. 1-6 ; 168 EDT 5 I art. 1-2 ; 168 EDT 5 Q art. 2-6 ; 168 EDT 6 F art. 1-3 ; 168 EDT GG art. 1-3 ; 168 EDT H art. 2 ; 168 EDT4 H art. 5 ; 168 EDT art. 1 , 1684-1976