Chapelle de Saint-Sauveur, au hameau des Thilliers, paroisse de Villers-en-Vexin.

G1537 , XVIIIe siècle , Acquigny  

Registre de « la confrairie de l'Adoration perpétuelle de Notre-Seigneur Jésus-Christ dans le très saint sacrement de l'autel, dans cette paroisse de Sainte Cécille d'Acquigny », contenant les noms des frères et des sœurs, de 1752 à 1778, avec l'indication, pour chacun d'eux, des jours et heures d'adoration.

Contexte :
Confréries > Acquigny

Antoine Le Chien, à Acquigny

14 B 349 , 1682-1689 , Acquigny ; Pont-de-l'Arche — Bailliage  
Contexte :
Juridictions royales ordinaires > 14 B-Bailliage et vicomté de Pont-de-l'Arche > Bailliage, causes civiles > Saisies > Saisie des biens de particuliers

Copies (certifiées conformes par Antoine Le Roide Desbordes, prieur commendataire d'Acquigny) d'une protestation notariée dudit prieur contre la visite de l'église de son prieuré par l'évêque d'Évreux, projetée pour le 20 mai 1688, « quoique Monseigneur l'évêque d'Évreux n'ait aucun droit de faire visite dans l'église de son prieuré et encores moins le droit d'exiger de lui une comparution », et de la signification du contenu de cette protestation à Guillaume Beaucousin, prêtre desservant la vicairie de Sainte-Cécile d'Acquigny, se disant curé d'Acquigny, « pour icelui faire sçavoir audit seigneur évêque d'Évreux ». A la suite de cette pièce, on lit la note suivante : « Le jeudi 20 mai 1688, Monseigneur l'évêque d'Évreux visita l'église et les saintes reliques du prieuré d'Acquigny. En s'en retournant, il passa par le bois des Faux et dans l'endroit où les martyrs furent poursuivis, le meilleur de ses six chevaux tomba mort sur place. Cette perte est de 500 livres. Sur le pont de Gravigny, les chevaux de son carosse prirent l'épouvente, de manière que le cocher n'estoit pas le maître, et l'évêque en estant surpris, il descendit de carosse et s'en alla par les fossés de la ville à l'Évêché où il a esté quelque temps malade ».

H812 , 1688 , Acquigny ; Chapelle-du-bois-des-Faulx (La)  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieuré d'Acquigny

Obligation passée par Pasquier Turpin envers la fabrique d'Acquigny, en reconnaissance d'une rente annuelle de 9 deniers tournois par lui due à ladite fabrique sur une pièce de terre qu'il possédait à Acquigny, triège des Petites-Nourays (1491) ; – sentence du bailli vicomtal d'Acquigny, confirmant les dispositions testamentaires par lesquelles Jean Caperon avait constitué une rente de 60 sous au profit de la fabrique d'Acquigny (1582).

G304 , 1491-1582 , Acquigny ; Petites-Nourays (Les), triège à Acquigny  
Contexte :
Églises paroissiales > Acquigny

« Inventaire des contractz et titres du bien et revenu de l'église d'Acquigny, baillez par coppie au greffe de M. du Parc, conseiller du Roy, lieutenant général civil et criminel au siège du Pont-de-l'Arche, par nous Nicolas Fossart et André Le Page, trésoriers en charge de ladite église, et ce depuis l'année 1640 jusques à présent » (1663) ; –états de la recette des fermages de la fabrique d'Acquigny (XVIIIe siècle).

G305 , 1663-XVIIIe siècle , Acquigny ; Pont-de-l'Arche (Ville)  
Contexte :
Églises paroissiales > Acquigny

Procédures diverses

14 B 205 , 1600-1605 , Acquigny ; Pont-de-l'Arche — Bailliage  

En particulier : généalogie des familles du Buisson (s.d.) et Bardouil [1602] - état de la succession Jehan Forteaux, d'Acquigny (1604).

Contexte :
Juridictions royales ordinaires > 14 B-Bailliage et vicomté de Pont-de-l'Arche > Bailliage, causes civiles > Procédures > Autres pièces

(1781-1787 et 1776-1787)

18 B 19 , 1776-1787 , Acquigny ; Acquigny — Justice seigneuriale ; Louviers  

En particulier : procédure concernant François Goubert, maître vitrier de Louviers, et Robert Collet, laboureur d'Acquigny.

Contexte :
Juridictions seigneuriales > 18 B - Justice seigneuriale d'Acquigny > Causes civiles > Procédures civiles, tutelles, successions, adjudicaons : affaires closes entre 1672 et 1787 et pièces isolées

Nomination par les habitants de la paroisse de Pierre Le Fortier en qualité d'homme vivant, mourant et confisquant (1717) ; – aveu rendu par la fabrique à Anne-Claude-Robert Le Roux d'Esneval, chevalier, vidame de Normandie, baron d'Esneval et d'Acquigny, président à mortier au parlement de Rouen, pour 30 perches de terre situées au Mesnil-Jourdain et relevant de la seigneurie dudit lieu, membre de la baronnie d'Acquigny (1731).

G1302 , 1717-1721 , Acquigny ; Mesnil-Jourdain (Le) ; Rouen (Parlement de) ; Surville  
Contexte :
Églises paroissiales > Surville