Toutes les ressources Andelys (Les), Les Bénédictines 26 résultats (8ms)

Villers-en-Vexin.

H1496 , 1641-1764 , Andelys (Les), Abbaye de Saint-Jean ; Andelys (Les), Les Bénédictines ; Lyons-la-Forêt (Couvent de Bénédictins de Saint-Charles de) ; Villers  

États des abornements des terres appartenant à l'abbaye de Saint-Jean d'Andely, situées à Villers-en-Vexin (XVIIIe siècle) ; — baux des terres de Villers-en-Vexin, passés par les Bénédictines d'Andely moyennant un prix de fermage annuel de 50 mines de blé (1701-1736), de 176 boisseaux de blé et de 34 livres d'argent (1756-1764).

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies

Lyons, etc.

H1488 , 1657 , Andelys (Les), Les Bénédictines ; Lyons-la-Forêt (Couvent de Bénédictins de Saint-Charles de)  

Copie collationnée des lettres patentes de Louis XIV accordant aux Bénédictines de Lyons le droit de prendre gratuitement, pour leur chauffage, dix cordes de bois dans la forêt de Lyons, à la charge de faire dire tous les ans dans leur monastère, le jour anniversaire de la naissance du Roi, un service « pour demander à Dieu qu'il luy plaise nous départir sa sainte protection et faire jouir nos subjets de la paix que nous leur désirons ».

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies

Copie informe d'une requête adressée par les Bénédictines de Lyons à Monseigneur d'Argenson, lieutenant général de police à Paris, à l'effet d'être autorisées à organiser une loterie de 200,000 ou 250,000 livres au profit de leur communauté : « les temps malheureux depuis plusieurs années les ont réduiltes dans une si grande nécessité qu'elles ont été obligées d'avoir recours à plusieurs personnes charitables qui ont bien voulu leur prester de l'argent à intérest pour aider à faire subsister leur maison qui n'est fondée que sur les pensions viagères de leurs religieuses, lesquelles composent un si petit revenu qu'elles ne peuvent non seulement s'aquitter des dettes qu'elles ont esté obligées de contracter, lesquelles se montent à 28.700 livres de principal, mais encor des arrérages écheus depuis 10 années ; leur église et leur maison, qui ne consiste qu'en un simple bâtiment, sont dans un si pitoyable état qu'elles menassent ruine de jour en jour, sans pouvoir les faire restablir, ainsy qu'une partie de leurs murailles, l'autre partye du costé de la prairie estant entièrement tombée, de manière qu'elles sont exposez tous les jours aux mêmes insultes qu'elles reçeurent les années passées des gens de guerre, ce qui vous est attesté, Monseigneur, par le certificat des sieurs curé, vicaires et des principaux habitants de la ville de Lions... » (s. d.).

H1497 , fin XVIIe siècle , Andelys (Les), Les Bénédictines ; Lyons-la-Forêt (Couvent de Bénédictins de Saint-Charles de)  
Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies

Thil (Le).

H1494 , 1682 , Andelys (Les), Les Bénédictines ; Lyons-la-Forêt (Couvent de Bénédictins de Saint-Charles de) ; Thil (Le)  

Aveu rendu par les Bénédictines d'Andely à Jacques Jubert, chevalier, marquis du Thil, pour une acre de terre sise au Thil.

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies

Mussegros.

H1491 , 1678-1789 , Andelys (Les), Les Bénédictines ; Clos-de-l'Epine (triège), sis à Mussegros ; Huval (triège de), sis à Mussegros ; Lyons-la-Forêt (Couvent de Bénédictins de Saint-Charles de) ; Mussegros  

Baux à ferme de quatre acres et demie de terre, en six pièces, situées dans la paroisse de Mussegros, trièges de Huval et du Clos-de-1'Épine, passés par les Bénédictines d'Andely moyennant un prix de fermage annuel de huit mines de blé en 1678 et de 14 boisseaux en 1734.

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies

Andely.

H1478 , 1746-1755 , Andelys (Les) ; Andelys (Les), Abbaye de Saint-Jean ; Andelys (Les), Les Bénédictines ; Boisemont (Abbaye de) ; Carrière (triège des) aux Andelys ; Lyons-la-Forêt (Couvent de Bénédictins de Saint-Charles de)  

Baux à ferme d'une pièce de terre contenant une vergée, sise au Grand-Andely, triège des Carrières, passés par l'abbaye de Saint-Jean d'Andely moyennant un prix de fermage annuel de 12 livres en 1746 et de 15 livres en 1755.

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies

Fresnes-l'Archevêque.

H1483 , 1667-1776 , Andelys (Les), Les Bénédictines ; Fresne-l'Archevêque ; Lyons-la-Forêt (Couvent de Bénédictins de Saint-Charles de) ; Villers-sur-Andelys (fief de)  

Vente par Charles Le Roux, sieur de Villers-sur-Andely, aux religieuses bénédictines de Saint-Jean d'Andely, de quatorze à quinze acres de terre en plusieurs pièces, situées à Fresnes-l'Archevêque, pour le prix de 4,225 livres (1667) ; — aveux rendus par les Bénédictines, pour leurs terres de Fresnes-l'Archevêque, à Claude-Maur d'Aubigné (1717) et à Dominique de la Rochefoucauld (1776), archevêques de Rouen, barons et hauts justiciers de Fresnes-l'Archevêque.

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies

Provemont.

H1492 , 1663-1779 , Andelys (Les), Les Bénédictines ; Lyons-la-Forêt (Couvent de Bénédictins de Saint-Charles de) ; Provemont  

Bail à ferme d'une acre sept perches de terre sise à Provemont, passé par les Bénédictines d'Andely à Nicolas de Chaumont, moyennant un prix de fermage annuel de 10 livres (1686) ; — aveux de la pièce de terre ci-dessus rendus par les religieuses à Jean de Belloy (1689), à Nicolas de Belloy (1736-1745) et à Claude-Nicolas de Belloy (1779), chevaliers, seigneurs de Provemont.

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies

Rosay.

H1493 , 1654-1693 , Andelys (Les), Les Bénédictines ; Chesne-Varin (Le), fief sis à Rosay ; Lyons-la-Forêt (Couvent de Bénédictins de Saint-Charles de) ; Rosay ; Villenaise (La), triège sis à Rosay  

Copies de titres et procédures concernant dix acres de terre, dont huit situées à la campagne de Rosay et deux à la Villenaise, constituées en dot en 1654 par Jean-Jacques de la Mare, écuyer, sieur du Chesne-Varin, maître particulier des eaux et forêts du bailliage de Gisors, au profit de Jeanne de la Mare, l'une de ses filles, religieuse au couvent des Bénédictines de Lyons.

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies

Mézières.

H1490 , 1671-1789 , Andelys (Les), Les Bénédictines ; Lyons-la-Forêt (Couvent de Bénédictins de Saint-Charles de) ; Mézières ; Nezé (hameau de), paroisse de Mézières ; Panilleuse  

Aveux rendus par les Bénédictines d'Andely à René de Presteval, chevalier (1671), à André Jubert de Bouville, chevalier (1714) et à Alexandre-Gabriel Jubert de Bouville, chevalier (1789), marquis de Panilleuse, pour des terres situées au hameau de Nezé, paroisse de Mézières, et relevant du marquisat de Panilleuse.

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies

« Déclaration du revenu temporel du monastère des religieuses de Saint-Jean du Grand-Andely, diocèse de Rouen, ordre de Saint-Benoist, comté de Gisors, vicomté d'Andely, que baillent au Roy les prieure et religieuse dudit monastère (1685)... L'enclos dudit monastère, assis au Grand-Andely, rues Acard et de la Foulerie, où est bastye l'église, un dortoir et une quantité d'autres et divers logemens servans auxdites religieuses, contenant viron six à sept arpens, le tout fermé de murailles, borné d'un costé la rue et pavé du Roy, d'autre costé et d'un bout les remparts de la ville et d'autre bout le Vieux-Marché... » ; – autre déclaration de 1725 : «... Item, six pieds de terre en largeur vis-à-vis la grande porte du monastère, avec la faculté de prendre deux poulces d'eau de Gambon et en faire un canal pour conduire au monastère, ledit héritage borné d'un costé vers l'Orient les héritiers de Claude Milon, d'autre costé vers l'Occident le moulin Thorel, d'un bout vers le septemtrion le ruisseau de Gambon et d'autre bout vers le midy la rue de Foullerie ou rue Thorel. Item, les deux tiers d'un moulin à eau faisant de bled farine, vulgairement appelé le Moulin-Thorel, borné d'un costé vers l'Orient l'article précédent, d'autre costé vers l'Occident les héritiers Paulmier, d'un bout vers le septemtrion le ruisseau de Gambon et d'autre bout vers le midy la rue de la Foullerie ».

H1476 , 1685-1727 , Andelys (Les), Les Bénédictines ; Gambon (Le), ruisseau aux Andelys ; Lyons-la-Forêt (Couvent de Bénédictins de Saint-Charles de) ; Saint-Jean-du-Grand-Andely (Couvent de Bénédictins de) ; Thorel (le Moulin), sis aux Andelys  
Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies

Vente par Charles Jubert, écuyer, seigneur et patron de Portmort et la Gripière, demeurant à Port-mort, à « Dame Marie de Baudry, abbesse de Saint-Jean d'Andely, pour et au nom de ladite abbaye », d'une maison, masure, avec leurs dépendances, et de vingt-neuf pièces de terre, sises à Forêt, moyennant, outre les charges, le prix principal de 15.000 livres tournois, « duquel prix ledit vendeur en a liberallement fait don de quatre cens livres tournois pour être associé et participer aux prières de ladite abbaye ».

H1727 , 1647 , Andelys (Les), Les Bénédictines ; Forêt (fief de) ; Gripière (fief de la) ; Port-Mort  
Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies

Mesnil-Lieubray (le).

H1489 , 1684-1781 , Andelys (Les), Les Bénédictines ; Lyons-la-Forêt (Couvent de Bénédictins de Saint-Charles de) ; Mesnil-Lieubray (Le) ; Normanville (Ferme de) ; Normanville (fief de), sis au Mesnil-Lieubray  

Baux à ferme de la ferme de Normanville, contenant environ trente-trois acres, sise au Mesnil-Lieubray et appartenant aux Bénédictines d'Andely par suite de la réunion faite à leur couvent des biens du prieuré des Bénédictines de Lyons par décret de l'Archevêque de Rouen en date du 25 juin 1742, passés moyennant un prix de fermage annuel de 180 livres en 1746 et 1752, de 200 livres en 1759 et de 250 livres en 1769 ; — aveu rendu par les Bénédictines d'Andely, pour leurs terres de Normanville, à Nicolas-Louis Le Maître, écuyer, trésorier-général de France au bureau des Finances de la généralité de Rouen, seigneur de Normanville (1762).

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies

Chauvincourt.

H1480 , 1643-1735 , Andelys (Les), Les Bénédictines ; Chauvincourt ; Lyons-la-Forêt (Couvent de Bénédictins de Saint-Charles de)  

Aveux rendus par les Bénédictines d'Andely à Charles de Biencourt, chevalier (1642) et à Charlotte de Biencourt, veuve de François d'Orléans, chevalier (1701), pour des terres sises à Chauvincourt et relevant de la seigneurie dudit lieu ; — bail à ferme de deux acres une vergée de terre à Chauvincourt, passé par les religieuses à Louis Lavoine, laboureur, moyennant un prix de fermage annuel de 20 livres (1682).

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies