Toutes les ressources Boudeville 10 résultats (16ms)

Saint-Aquilin-de-Pacy.

H1604 , 1706-1764 , Boudeville ; Bourgoult-les-Harquency (Commanderie de) ; Saint-Aquilin-de-Pacy  

Aveux rendus par le procureur fondé de Louis Liégault (1706) et par Jean-Étienne-Nicolas Cabeuil (1764), commandeurs de Bourgout, à Jean de Monthiers, chevalier, et à Marguerite de Monthiers, veuve de Charles-Louis de Bois-l'Evêque, pour une prairie contenant six acres quarante perches située à Saint-Aquilin-de-Pacy et relevant de la baronnie de Boudeville.

Contexte :
Ordres militaires religieux > Commanderie de Bourgout

Saint-Aquilin-de-Pacy.

H1604 , 1706-1764 , Boudeville ; Bourgoult-les-Harquency (Commanderie de) ; Saint-Aquilin-de-Pacy  

Aveux rendus par le procureur fondé de Louis Liégault (1706) et par Jean-Étienne-Nicolas Cabeuil (1764), commandeurs de Bourgout, à Jean de Monthiers, chevalier, et à Marguerite de Monthiers, veuve de Charles-Louis de Bois-l'Evêque, pour une prairie contenant six acres quarante perches située à Saint-Aquilin-de-Pacy et relevant de la baronnie de Boudeville.

Contexte :
Ordres militaires religieux > Commanderie de Bourgout

Déclaration et aveux rendus par la fabrique à Félix-Denis de Karuel, chevalier, seigneur de Gadencourt (1721 -1749) et à Louis-Charles-Alexandre de Boislévêque, baron de Boudeville (1780), pour des terres relevant du fief de Morainvillier et de celui de La Huberde, mouvant de la baronnie de Boudeville ; – testament de Georgette Le Plastrier, veuve de Jean Le Gois, contenant donation à la fabrique d'un pré situé à La Chaussée de Saint-Aquilin (1553) ; – bail à ferme passé par la fabrique à Jacques Tassel et à Vincent Picard, de trois pièces de pré sises à Gadencourt, trièges de Saint-Ernoult et des Hauts-Prés.

G1129 , 1553-1780 , Boudeville ; Chaussé (La), triège à Saint-Aquilin-de-Pacy ; Gadencourt ; Huberde (La), fief à Boudeville ; Morainvillier (fied du, à Boudeville) ; Saint-Acquilin-de-Pacy ; Saint-Ernoult (triège de, à Gadencourt)  
Contexte :
Églises paroissiales > Saint-Aquilin-de-Pacy

Déclaration et aveux rendus par la fabrique à Félix-Denis de Karuel, chevalier, seigneur de Gadencourt (1721 -1749) et à Louis-Charles-Alexandre de Boislévêque, baron de Boudeville (1780), pour des terres relevant du fief de Morainvillier et de celui de La Huberde, mouvant de la baronnie de Boudeville ; – testament de Georgette Le Plastrier, veuve de Jean Le Gois, contenant donation à la fabrique d'un pré situé à La Chaussée de Saint-Aquilin (1553) ; – bail à ferme passé par la fabrique à Jacques Tassel et à Vincent Picard, de trois pièces de pré sises à Gadencourt, trièges de Saint-Ernoult et des Hauts-Prés.

G1129 , 1553-1780 , Boudeville ; Chaussé (La), triège à Saint-Aquilin-de-Pacy ; Gadencourt ; Huberde (La), fief à Boudeville ; Morainvillier (fied du, à Boudeville) ; Saint-Acquilin-de-Pacy ; Saint-Ernoult (triège de, à Gadencourt)  
Contexte :
Églises paroissiales > Saint-Aquilin-de-Pacy

Copie collationnée des lettres patentes de Louis XIV autorisant les Pénitents de Sainte-Barbe, près Louviers, à transférer leur couvent dans la ville de Louviers et leur accordant le droit d'amortissement pour leurs biens acquis ou à acquérir (1645) : « Dez l'année mi six cens quatre, feu nostre cher et bien amé orateur le Père Vincent Mussart, lors provincial dudit ordre, auroit entrepris la restauration et reforme d'un ancien couvent de religieux du mesme ordre appelle de Sainte-Barbe, proche la ville de Louviers, lequel estoit presque entièrement ruiné, sur l'instance que luy en auroient faite les habitans, avec promesse de contribuer à ce qu'ils pourroient librement de leurs moyens, facultez et aumosnes, pour nourir les religieux reformez qui seraient mis audit couvent, ce qui auroit avec la bénédiction de Dieu et par les soins, travaux et vie exemplaire desdits religieux si heureusement réussy que ledit couvent auroit esté entièrement rebasty et le service divin avec la discipline régulière et monastique parfaitement restablis en iceluy ; mais d'autant que depuis ce restablissement les religieux qui ont demeuré audit couvent ont souffert de très grandes incommoditées tant pour le grand esloignement de ladite ville que pour les grandes maladies dont la pluspart ont estés affligés et que l'on a recognu par expérience provenir de la situation du lieu fort malsain, ils auroient esté conseillez de transférer leur dit couvent et famille dans ladite ville à laquelle, n'y ayant point d'autres religieux, ils ne seroient en rien plus à charge, ains s'y pouroient rendre plus utiles au public par leurs exercices et fonctions religieuses et ecclésiastiques..., etc. » ; – vente par Jean Behotte, fils de Jacques Behotte, de Louviers, aux Pénitents de Sainte-Barbe, près Louviers, d'« une maison et jardin assis audict Louviers, d'un bout la rivière faisant mouldre les moullins de Fescamp et d'aultre bout la rue de la Trinité, pour y transférer et establir leur dit couvent de Sainle-Barbe-lez-Louviers, ainsy qu'ilz y ont esté permis par arrest de la Cour du deuxiesme de novembre dernier », pour le prix de 700 livres tournois (1646) ; – donation aux Pénitents de Sainte-Barbe-près-Louviers par Marguerite du Bosc, veuve de Jean de Beaulieu, seigneur du Bec-Thomas et d'Amfreville-sur-Iton, fille de feu Léonor du Bosc, chevalier, seigneur de Radepont, Fleury-sur-Andelle et Boudeville, demeurant au château du Bec-Thomas, d'une somme de 4,200 livres tournois, « pour contribuer à l'establissement du couvent que lesdits religieux Pénitens entreprennent et ont commencé de construire et bastir en ladite ville de Louviers soubz l'invocation et tiltre de Nostre-Dame-de-Consolation, ainsy qu'il plust hyer à Monseigneur l'illustrisime François de Péricard, évesque d'Évreux, faire la bénédiction d'une chapelle soubz ce mesme tiltre en la maison qui leur a été destinée pour ledit establissement par Monsieur Me François Auber, écuyer, conseiller du Roy en sa Cour de Parlement de Rouen, commissère à ce depputé par ladite Cour » (1646).

H1205 , 1645-1646 , Amfreville-sur-Iton ; Bec-Thomas (Le) ; Boudeville ; Fleury-sur-Andelle ; Louviers (Couvent Sainte-Barbe Pénitents) ; Louviers (Eglise en Couvent sous le titre de N.-D. de Consolation, venue de Sainte-Barbe) ; Louviers (Rue de la Trinité, à) ; Radepont (de rapido ponte), (de Ponte rigido) ; Rouen (Parlement de)  
Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Pénitents de Louviers

Copie collationnée des lettres patentes de Louis XIV autorisant les Pénitents de Sainte-Barbe, près Louviers, à transférer leur couvent dans la ville de Louviers et leur accordant le droit d'amortissement pour leurs biens acquis ou à acquérir (1645) : « Dez l'année mi six cens quatre, feu nostre cher et bien amé orateur le Père Vincent Mussart, lors provincial dudit ordre, auroit entrepris la restauration et reforme d'un ancien couvent de religieux du mesme ordre appelle de Sainte-Barbe, proche la ville de Louviers, lequel estoit presque entièrement ruiné, sur l'instance que luy en auroient faite les habitans, avec promesse de contribuer à ce qu'ils pourroient librement de leurs moyens, facultez et aumosnes, pour nourir les religieux reformez qui seraient mis audit couvent, ce qui auroit avec la bénédiction de Dieu et par les soins, travaux et vie exemplaire desdits religieux si heureusement réussy que ledit couvent auroit esté entièrement rebasty et le service divin avec la discipline régulière et monastique parfaitement restablis en iceluy ; mais d'autant que depuis ce restablissement les religieux qui ont demeuré audit couvent ont souffert de très grandes incommoditées tant pour le grand esloignement de ladite ville que pour les grandes maladies dont la pluspart ont estés affligés et que l'on a recognu par expérience provenir de la situation du lieu fort malsain, ils auroient esté conseillez de transférer leur dit couvent et famille dans ladite ville à laquelle, n'y ayant point d'autres religieux, ils ne seroient en rien plus à charge, ains s'y pouroient rendre plus utiles au public par leurs exercices et fonctions religieuses et ecclésiastiques..., etc. » ; – vente par Jean Behotte, fils de Jacques Behotte, de Louviers, aux Pénitents de Sainte-Barbe, près Louviers, d'« une maison et jardin assis audict Louviers, d'un bout la rivière faisant mouldre les moullins de Fescamp et d'aultre bout la rue de la Trinité, pour y transférer et establir leur dit couvent de Sainle-Barbe-lez-Louviers, ainsy qu'ilz y ont esté permis par arrest de la Cour du deuxiesme de novembre dernier », pour le prix de 700 livres tournois (1646) ; – donation aux Pénitents de Sainte-Barbe-près-Louviers par Marguerite du Bosc, veuve de Jean de Beaulieu, seigneur du Bec-Thomas et d'Amfreville-sur-Iton, fille de feu Léonor du Bosc, chevalier, seigneur de Radepont, Fleury-sur-Andelle et Boudeville, demeurant au château du Bec-Thomas, d'une somme de 4,200 livres tournois, « pour contribuer à l'establissement du couvent que lesdits religieux Pénitens entreprennent et ont commencé de construire et bastir en ladite ville de Louviers soubz l'invocation et tiltre de Nostre-Dame-de-Consolation, ainsy qu'il plust hyer à Monseigneur l'illustrisime François de Péricard, évesque d'Évreux, faire la bénédiction d'une chapelle soubz ce mesme tiltre en la maison qui leur a été destinée pour ledit establissement par Monsieur Me François Auber, écuyer, conseiller du Roy en sa Cour de Parlement de Rouen, commissère à ce depputé par ladite Cour » (1646).

H1205 , 1645-1646 , Amfreville-sur-Iton ; Bec-Thomas (Le) ; Boudeville ; Fleury-sur-Andelle ; Louviers (Couvent Sainte-Barbe Pénitents) ; Louviers (Eglise en Couvent sous le titre de N.-D. de Consolation, venue de Sainte-Barbe) ; Louviers (Rue de la Trinité, à) ; Radepont (de rapido ponte), (de Ponte rigido) ; Rouen (Parlement de)  
Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Pénitents de Louviers
Fin des résultats