Ambenay.

H513 , 1620 , Ambenay ; Boisle (fief du) ; Chesnay (Le) ; Couvain (le fief de) ; Glos-sur-Risle ; Lyons-la-Forêt (Abbaye de) ; Moulin-Roger (Le), sis à Ambray ; Transières (le Pré de), sis à Ambenay  

Cession à l'abbaye par Robert du Boulay de ses droits de mouture sur le moulin d'Ambenay, pour le prix de 4 livres d'angevins (s. d. Fin du XIIe siècle) ; — confirmation de la précédente cession par Herbert de Messey et cession par le même aux religieux de Lyre de deux acres de pré à Transières (in magnis Transeriis), pour le prix de 100 sous d'angevins et un cheval (id. ) ; — cessions à l'abbaye par Girard d'Auvergny et par Alexandre d'Auvergny de leurs droits de moûte sur la terre du Chesnay (1208) ; — pièces de procédures et sentence au sujet de la banalité du Moulin-Roger (XVIe siècle) ; — vente par Jacques Jouen, sieur du Boisle, à Gilles d'Espinay, avocat, sieur de Couvain, « demeurant en son lieu de la Pitière, paroisse de Glos », du moulin appelé le Moulin-Roger, sis à Ambenay, et de ses dépendances, pour le prix principal de 2,300 livres tournois (1605). — (Dix-neuvième chapitre, article 2, de l'inventaire de 1738.).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît)

Rail à fieffé passé par Nicolas de Glos à Robert de Bernay, clerc de Guillaume, fils de Raoul, sénéchal de Normandie, de 20 acres de terre faisant partie de sa bruyère des Frétils, moyennant une redevance annuelle d'une livre de poivre (s. d. Fin du XIIe siècle) ; — donations, cessions et ventes à l'abbaye de terres et de rentes situées ou assignées aux Frétils par Nicolas de Glos, Guillaume d'Auvergny et Julienne, sa femme (s. d. Fin du XIIe siècle), Jean de la Chaucière (1222), Jean, Guillaume et Richard de la Gastine, frères (1274) ; — bail à ferme passé par l'abbaye à Raoul, curé des Bottereaux, du manoir de la Maillardière et de ses dépendances, ainsi que de la dîme des Bottereaux, appartenant aux religieux de Lyre, moyennant un fermage annuel de 42 livres tournois (1275. Cette charte contient l'énumération des animaux et du matériel d'exploitation qui garnissaient la ferme de la Maillardière) ; — accord entre Pierre « sire de Mouaz », chevalier, et les religieux de Lyre, au sujet de la banalité des moulins à foulon de Rugles, aux termes duquel ledit Pierre reconnaît que les hommes du Boshion, du Chesnay, des Seaules et d'Ambenay n'étaient pas tenus, comme il l'avait prétendu, à venir fouler leurs draps à ses moulins à draps de Rugles (1342) ; — copie d'un aveu du fief de la Maillardière, sis aux Frétils et à Ambenay et contenant 145 acres, rendu par les tenanciers (Jean d'Orbec, conseiller au Présidial d'Évreux, etc., etc. ) à Guillaume Baudot, seigneur de Neaufles, lieutenant général du bailli d'Évreux en la vicomte de Breleuil (1584). — (Dix-huitième chapitre, article 20, lettres V et X, de l'inventaire de 1738.).

H510 , 1711 , Ambenay ; Boshion-en-Vexin (Le) ; Breteuil ; Chambray ; Chesnay (Le) ; Evreux (Ville) ; Frétils (La Bruyère des) ; Frétils (Les) ; Lyons-la-Forêt (Abbaye de) ; Maillardière (ferme de) ; Neaufles-sur-Risle ; Rugles ; Seaules (Les), triège  

Rail à fieffé passé par Nicolas de Glos à Robert de Bernay, clerc de Guillaume, fils de Raoul, sénéchal de Normandie, de 20 acres de terre faisant partie de sa bruyère des Frétils, moyennant une redevance annuelle d'une livre de poivre (s. d. Fin du XIIe siècle) ; — donations, cessions et ventes à l'abbaye de terres et de rentes situées ou assignées aux Frétils par Nicolas de Glos, Guillaume d'Auvergny et Julienne, sa femme (s. d. Fin du XIIe siècle), Jean de la Chaucière (1222), Jean, Guillaume et Richard de la Gastine, frères (1274) ; — bail à ferme passé par l'abbaye à Raoul, curé des Bottereaux, du manoir de la Maillardière et de ses dépendances, ainsi que de la dîme des Bottereaux, appartenant aux religieux de Lyre, moyennant un fermage annuel de 42 livres tournois (1275. Cette charte contient l'énumération des animaux et du matériel d'exploitation qui garnissaient la ferme de la Maillardière) ; — accord entre Pierre « sire de Mouaz », chevalier, et les religieux de Lyre, au sujet de la banalité des moulins à foulon de Rugles, aux termes duquel ledit Pierre reconnaît que les hommes du Boshion, du Chesnay, des Seaules et d'Ambenay n'étaient pas tenus, comme il l'avait prétendu, à venir fouler leurs draps à ses moulins à draps de Rugles (1342) ; — copie d'un aveu du fief de la Maillardière, sis aux Frétils et à Ambenay et contenant 145 acres, rendu par les tenanciers (Jean d'Orbec, conseiller au Présidial d'Évreux, etc., etc. ) à Guillaume Baudot, seigneur de Neaufles, lieutenant général du bailli d'Évreux en la vicomte de Breleuil (1584). — (Dix-huitième chapitre, article 20, lettres V et X, de l'inventaire de 1738.).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît)
Fin des résultats