Toutes les ressources Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine 14 résultats (11ms)

Pont-Saint-Pierre.

H1269 , XVIe siècle , Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine  

Pièces de procédure entre l'abbaye de Fontaine-Guérard, d'une part, et celle de Sainte-Catherine-du-Mont de Rouen, d'autre part, au sujet de la possession d'une pièce de terre contenant cinq vergées et demie, sise à Pont-Saint-Pierre.

Contexte :
Ordres religieux de femmes > Abbaye de Fontaine-Guérard (Ordre de Cîteaux)

Pont-Saint-Pierre.

H1269 , XVIe siècle , Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine  

Pièces de procédure entre l'abbaye de Fontaine-Guérard, d'une part, et celle de Sainte-Catherine-du-Mont de Rouen, d'autre part, au sujet de la possession d'une pièce de terre contenant cinq vergées et demie, sise à Pont-Saint-Pierre.

Contexte :
Ordres religieux de femmes > Abbaye de Fontaine-Guérard (Ordre de Cîteaux)

Copie collationnée d'un arrêt du parlement de Rouen autorisant les religieux de l'abbaye de Sainte-Catherine-du-Mont-lès-Rouen à poursuivre le recouvrement de leurs rentes sur leurs débiteurs, attendu « qu'à raison des troubles et guerres civilles advenues et qui ont esté en ce royaume depuis l'an 1661, les lettres, titres et enseignemens concernans les droitz, dignitez, libertez et privilléges de ladite abbaye et prieurez qui en deppendent, spéciallement le prieuré de Saint-Aubin-des-Fresnes, ont esté entièrement perdus, esgarez et bruslez et l'églize, bastimens et édiffices d'icelle abbaye abbatus et ruynez par les gens de guerre et plusieurs habitans de ceste ville, et principalement aux derniers troubles, pendant le siège de ceste dite ville que les gens de guerre ont tenu garnison en ladite abbaye, contraint et forcé lesdits religieux quitter et abandonner icelle, ensemble leurs biens meubles et escriptures pour esviter la rigueur desdits gens de guerre... Etc. » (1615) ; — « inventaire général des pièces et écritures concernant le bien et revenu appartenant au prieuré de Saint-Aubin-des-Fresnes, commençant l'année 1091, qui est celle de la fondation dudit prieuré, qui fut donné en ladite année à l'abbaye de Sainte-Catherine. Ces pièces et écritures, toutes imparfaites qu'elles sont, ont esté trouvées à Saint-Aubin dans un cofre mal fermé et où les souris avoient travaillé. Je les en ay retiré en l'année 1722, qui est celle où l'union de ce prieuré a esté faitte à nostre Chartreuse, et je reçus alors la clef de ce cofre de Mr le président de Quevilly, frère de M. l'abbé de Bremare, titulaire dudit prieuré de Saint-Aubin-de-Fresnes, qui a donné son consentement à l'union et à qui nostre maison en a l'obligation, comme à son illustre famille. F. Pascal Le Tonnelier, humble prieur de la Chartreuse » (1723).

H979 , 1615-1723 , Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine ; Saint-Aubin-de-Fresnes (Prieuré de)  

Copie collationnée d'un arrêt du parlement de Rouen autorisant les religieux de l'abbaye de Sainte-Catherine-du-Mont-lès-Rouen à poursuivre le recouvrement de leurs rentes sur leurs débiteurs, attendu « qu'à raison des troubles et guerres civilles advenues et qui ont esté en ce royaume depuis l'an 1661, les lettres, titres et enseignemens concernans les droitz, dignitez, libertez et privilléges de ladite abbaye et prieurez qui en deppendent, spéciallement le prieuré de Saint-Aubin-des-Fresnes, ont esté entièrement perdus, esgarez et bruslez et l'églize, bastimens et édiffices d'icelle abbaye abbatus et ruynez par les gens de guerre et plusieurs habitans de ceste ville, et principalement aux derniers troubles, pendant le siège de ceste dite ville que les gens de guerre ont tenu garnison en ladite abbaye, contraint et forcé lesdits religieux quitter et abandonner icelle, ensemble leurs biens meubles et escriptures pour esviter la rigueur desdits gens de guerre... Etc. » (1615) ; — « inventaire général des pièces et écritures concernant le bien et revenu appartenant au prieuré de Saint-Aubin-des-Fresnes, commençant l'année 1091, qui est celle de la fondation dudit prieuré, qui fut donné en ladite année à l'abbaye de Sainte-Catherine. Ces pièces et écritures, toutes imparfaites qu'elles sont, ont esté trouvées à Saint-Aubin dans un cofre mal fermé et où les souris avoient travaillé. Je les en ay retiré en l'année 1722, qui est celle où l'union de ce prieuré a esté faitte à nostre Chartreuse, et je reçus alors la clef de ce cofre de Mr le président de Quevilly, frère de M. l'abbé de Bremare, titulaire dudit prieuré de Saint-Aubin-de-Fresnes, qui a donné son consentement à l'union et à qui nostre maison en a l'obligation, comme à son illustre famille. F. Pascal Le Tonnelier, humble prieur de la Chartreuse » (1723).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieuré de Saint-Aubin-des-Fresnes

Copie collationnée d'un arrêt du parlement de Rouen autorisant les religieux de l'abbaye de Sainte-Catherine-du-Mont-lès-Rouen à poursuivre le recouvrement de leurs rentes sur leurs débiteurs, attendu « qu'à raison des troubles et guerres civilles advenues et qui ont esté en ce royaume depuis l'an 1661, les lettres, titres et enseignemens concernans les droitz, dignitez, libertez et privilléges de ladite abbaye et prieurez qui en deppendent, spéciallement le prieuré de Saint-Aubin-des-Fresnes, ont esté entièrement perdus, esgarez et bruslez et l'églize, bastimens et édiffices d'icelle abbaye abbatus et ruynez par les gens de guerre et plusieurs habitans de ceste ville, et principalement aux derniers troubles, pendant le siège de ceste dite ville que les gens de guerre ont tenu garnison en ladite abbaye, contraint et forcé lesdits religieux quitter et abandonner icelle, ensemble leurs biens meubles et escriptures pour esviter la rigueur desdits gens de guerre... Etc. » (1615) ; — « inventaire général des pièces et écritures concernant le bien et revenu appartenant au prieuré de Saint-Aubin-des-Fresnes, commençant l'année 1091, qui est celle de la fondation dudit prieuré, qui fut donné en ladite année à l'abbaye de Sainte-Catherine. Ces pièces et écritures, toutes imparfaites qu'elles sont, ont esté trouvées à Saint-Aubin dans un cofre mal fermé et où les souris avoient travaillé. Je les en ay retiré en l'année 1722, qui est celle où l'union de ce prieuré a esté faitte à nostre Chartreuse, et je reçus alors la clef de ce cofre de Mr le président de Quevilly, frère de M. l'abbé de Bremare, titulaire dudit prieuré de Saint-Aubin-de-Fresnes, qui a donné son consentement à l'union et à qui nostre maison en a l'obligation, comme à son illustre famille. F. Pascal Le Tonnelier, humble prieur de la Chartreuse » (1723).

H979 , 1615-1723 , Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine ; Saint-Aubin-de-Fresnes (Prieuré de)  

Copie collationnée d'un arrêt du parlement de Rouen autorisant les religieux de l'abbaye de Sainte-Catherine-du-Mont-lès-Rouen à poursuivre le recouvrement de leurs rentes sur leurs débiteurs, attendu « qu'à raison des troubles et guerres civilles advenues et qui ont esté en ce royaume depuis l'an 1661, les lettres, titres et enseignemens concernans les droitz, dignitez, libertez et privilléges de ladite abbaye et prieurez qui en deppendent, spéciallement le prieuré de Saint-Aubin-des-Fresnes, ont esté entièrement perdus, esgarez et bruslez et l'églize, bastimens et édiffices d'icelle abbaye abbatus et ruynez par les gens de guerre et plusieurs habitans de ceste ville, et principalement aux derniers troubles, pendant le siège de ceste dite ville que les gens de guerre ont tenu garnison en ladite abbaye, contraint et forcé lesdits religieux quitter et abandonner icelle, ensemble leurs biens meubles et escriptures pour esviter la rigueur desdits gens de guerre... Etc. » (1615) ; — « inventaire général des pièces et écritures concernant le bien et revenu appartenant au prieuré de Saint-Aubin-des-Fresnes, commençant l'année 1091, qui est celle de la fondation dudit prieuré, qui fut donné en ladite année à l'abbaye de Sainte-Catherine. Ces pièces et écritures, toutes imparfaites qu'elles sont, ont esté trouvées à Saint-Aubin dans un cofre mal fermé et où les souris avoient travaillé. Je les en ay retiré en l'année 1722, qui est celle où l'union de ce prieuré a esté faitte à nostre Chartreuse, et je reçus alors la clef de ce cofre de Mr le président de Quevilly, frère de M. l'abbé de Bremare, titulaire dudit prieuré de Saint-Aubin-de-Fresnes, qui a donné son consentement à l'union et à qui nostre maison en a l'obligation, comme à son illustre famille. F. Pascal Le Tonnelier, humble prieur de la Chartreuse » (1723).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieuré de Saint-Aubin-des-Fresnes

Carville-Pot-de-Fer et Saint-Vaast-Dieppevalle (ferme de Limanville).

H1104 , 1308-1772 , Bourbon-lès-Gaillon (Chartreuse de), N.-D. de Bonne-Espérance, sise à Gaillon ; Cany ; Carville ; Carville-Pot-de-Fer ; Harcanville ; Limanville ; Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine ; Saint-Vaast-Dieppevalle ; Vardes (terre de)  

Copie informe du contrat d'échange entre Philippe le Bel et l'abbaye de Sainte-Catherine-du-Mont de Rouen de la terre de Carville, appartenant au Roi, contre celle de Vardes, propriété de l'abbaye (1308. Le revenu de chacune de ces terres est évalué à 155 livres 18 sous 8 deniers) ; — procès-verbaux d'arpentage des terres de Carville et de Limanville, appartenant à la Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon (1612-1772) ; — bail à fieffe des fermes de Carville et de Limanville, passé par dom Noël Morice, prieur de la Chartreuse, à Georges-Jacques Lasnon, laboureur à Harcanville, moyennant une rente annuelle de « neuf mil neuf cents pots de bleds valant quatre cent quatre vingt quinze boisseaux, de bleds froment, pur, loyal et marchand, à raison de vingt potz le boisseau, mesure actuelle de Cany, lesquels bleds se payeront suivant les apréciations des quatre saisons dudit marché de Cany en deux termes et payements égaux » (1770).

Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon

Blacqueville.

H1093 , 1253-1398 , Bellegarde (fief de) ; Blacqueville ; Bourbon-lès-Gaillon (Chartreuse de), N.-D. de Bonne-Espérance, sise à Gaillon ; Clos-l'Abbé (Le), sis à Blacqueville ; Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine  

Sentence arbitrale prononcée par l'abbé de Sainte-Catherine-du-Mont de Rouen dans le différend soulevé entre lui et l'abbaye, d'une part, et Pierre « Des Hiz », chevalier, d'autre part, au sujet de la grange des dîmes de Blacqueville. La sentence décide que ledit Pierre Des His n'a aucun droit sur la grange en question et le condamne à restituer à l'abbaye le montant de ses usurpations et à 100 livres de dommages-intérêts (1253) ; — abandon par Hugues de Verretot, écuyer, de tous ses droits prétendus sur les dîmes que l'abbaye de Sainte-Catherine-du-Mont de Rouen percevait sur les terres de son fief à Blacqueville (1277) ; — reconnaissance consentie devant l'Official de Rouen par Pierre, curé de Blacqueville, au profit des religieux de l'abbaye de Sainte-Catherine-du-Mont de Rouen, d'une rente de 20 sous tournois assignée sur son bénéfice-cure (1278) ; — abandon au profit des religieux de Sainte-Catherine par « Robert de Ys, chevalier et seignor des Ys», de tous ses droits seigneuriaux prétendus sur « le clos aus dis religieux qui est apelé le Clos-l'Abbé, assis en la paroisse de Blacqueville, là où eus ont acoustumé à metre en lor granche lor garbes dismans » (1294) ; — id., par Henri de Verretot, de tous ses droits seigneuriaux prétendus sur plusieurs pièces de terre appartenant à l'abbaye à Blacqueville (1306) ; — copie collationnée d'un accord passé entre l'abbaye de Sainte-Catherine, d'une part, et Geoffroi de Mainemare, chevalier, seigneur de Bellegarde, d'autre part, au sujet du patronage de l'église de Blacqueville. Geoffroi de Mainemare, renonçant à ses prétentions, reconnaît que ce droit appartient tout entier à l'abbaye (1398).

Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon

Saint-Just.

H1131 , 1540-1663 , Bourbon-lès-Gaillon (Chartreuse de), N.-D. de Bonne-Espérance, sise à Gaillon ; Prée (fief de la) ; Quesney (fief du), sis à Saint-Martin-du-Parc ; Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine ; Saint-Just-près-Vernon ; Saint-Philbert (fief de)  

Notes et extraits d'anciens titres concernant la propriété de « la court et lieu, maisons et masures joignants au moulin de Saint-Just, possédés à présent par Mr de Savary », que les Chartreux de Bourbon-lès-Gaillon prétendaient leur appartenir au droit de l'abbaye de Sainte-Catherine-du-Mont de Rouen (vers 1660) ; — cession consentie par les Chartreux, moyennant la somme de 1997 livres 10 sous représentant le prix d'acquisition, « pour obéir à la clameur lignagère sur eux prinse et faicte signiffier par damoiselle Catherine Asselin, veufve de feu Jacques de Grippière, vivant escuyer, sieur du Quesnay, pour avoir et retirer, à droict de sang, proximitté et lignage, une maison, grange, estable, court, jardin, terre, vignes et plusieurs héritages assis en la parroisse de Saint-Just, et tout et autant que lesdicts sieurs religieux en ont acquis de Pierre Asselin, escuyer, sieur de la Prée, frère de la dicte damoiselle, par contrat passé au tabellionnage de Rouen le 17e jour de juillet 1662, à laquelle clameur seroit intervenu Adrien Le Cornu, escuyer, sieur de Sainct-Phillebert, ayant espouzé damoiselle Anne Asselin, autre sœur dudict sieur de la Prée... » (1663).

Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon

Saint-Just.

H1131 , 1540-1663 , Bourbon-lès-Gaillon (Chartreuse de), N.-D. de Bonne-Espérance, sise à Gaillon ; Prée (fief de la) ; Quesney (fief du), sis à Saint-Martin-du-Parc ; Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine ; Saint-Just-près-Vernon ; Saint-Philbert (fief de)  

Notes et extraits d'anciens titres concernant la propriété de « la court et lieu, maisons et masures joignants au moulin de Saint-Just, possédés à présent par Mr de Savary », que les Chartreux de Bourbon-lès-Gaillon prétendaient leur appartenir au droit de l'abbaye de Sainte-Catherine-du-Mont de Rouen (vers 1660) ; — cession consentie par les Chartreux, moyennant la somme de 1997 livres 10 sous représentant le prix d'acquisition, « pour obéir à la clameur lignagère sur eux prinse et faicte signiffier par damoiselle Catherine Asselin, veufve de feu Jacques de Grippière, vivant escuyer, sieur du Quesnay, pour avoir et retirer, à droict de sang, proximitté et lignage, une maison, grange, estable, court, jardin, terre, vignes et plusieurs héritages assis en la parroisse de Saint-Just, et tout et autant que lesdicts sieurs religieux en ont acquis de Pierre Asselin, escuyer, sieur de la Prée, frère de la dicte damoiselle, par contrat passé au tabellionnage de Rouen le 17e jour de juillet 1662, à laquelle clameur seroit intervenu Adrien Le Cornu, escuyer, sieur de Sainct-Phillebert, ayant espouzé damoiselle Anne Asselin, autre sœur dudict sieur de la Prée... » (1663).

Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon

Blacqueville.

H1093 , 1253-1398 , Bellegarde (fief de) ; Blacqueville ; Bourbon-lès-Gaillon (Chartreuse de), N.-D. de Bonne-Espérance, sise à Gaillon ; Clos-l'Abbé (Le), sis à Blacqueville ; Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine  

Sentence arbitrale prononcée par l'abbé de Sainte-Catherine-du-Mont de Rouen dans le différend soulevé entre lui et l'abbaye, d'une part, et Pierre « Des Hiz », chevalier, d'autre part, au sujet de la grange des dîmes de Blacqueville. La sentence décide que ledit Pierre Des His n'a aucun droit sur la grange en question et le condamne à restituer à l'abbaye le montant de ses usurpations et à 100 livres de dommages-intérêts (1253) ; — abandon par Hugues de Verretot, écuyer, de tous ses droits prétendus sur les dîmes que l'abbaye de Sainte-Catherine-du-Mont de Rouen percevait sur les terres de son fief à Blacqueville (1277) ; — reconnaissance consentie devant l'Official de Rouen par Pierre, curé de Blacqueville, au profit des religieux de l'abbaye de Sainte-Catherine-du-Mont de Rouen, d'une rente de 20 sous tournois assignée sur son bénéfice-cure (1278) ; — abandon au profit des religieux de Sainte-Catherine par « Robert de Ys, chevalier et seignor des Ys», de tous ses droits seigneuriaux prétendus sur « le clos aus dis religieux qui est apelé le Clos-l'Abbé, assis en la paroisse de Blacqueville, là où eus ont acoustumé à metre en lor granche lor garbes dismans » (1294) ; — id., par Henri de Verretot, de tous ses droits seigneuriaux prétendus sur plusieurs pièces de terre appartenant à l'abbaye à Blacqueville (1306) ; — copie collationnée d'un accord passé entre l'abbaye de Sainte-Catherine, d'une part, et Geoffroi de Mainemare, chevalier, seigneur de Bellegarde, d'autre part, au sujet du patronage de l'église de Blacqueville. Geoffroi de Mainemare, renonçant à ses prétentions, reconnaît que ce droit appartient tout entier à l'abbaye (1398).

Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon

Carville-Pot-de-Fer et Saint-Vaast-Dieppevalle (ferme de Limanville).

H1104 , 1308-1772 , Bourbon-lès-Gaillon (Chartreuse de), N.-D. de Bonne-Espérance, sise à Gaillon ; Cany ; Carville ; Carville-Pot-de-Fer ; Harcanville ; Limanville ; Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine ; Saint-Vaast-Dieppevalle ; Vardes (terre de)  

Copie informe du contrat d'échange entre Philippe le Bel et l'abbaye de Sainte-Catherine-du-Mont de Rouen de la terre de Carville, appartenant au Roi, contre celle de Vardes, propriété de l'abbaye (1308. Le revenu de chacune de ces terres est évalué à 155 livres 18 sous 8 deniers) ; — procès-verbaux d'arpentage des terres de Carville et de Limanville, appartenant à la Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon (1612-1772) ; — bail à fieffe des fermes de Carville et de Limanville, passé par dom Noël Morice, prieur de la Chartreuse, à Georges-Jacques Lasnon, laboureur à Harcanville, moyennant une rente annuelle de « neuf mil neuf cents pots de bleds valant quatre cent quatre vingt quinze boisseaux, de bleds froment, pur, loyal et marchand, à raison de vingt potz le boisseau, mesure actuelle de Cany, lesquels bleds se payeront suivant les apréciations des quatre saisons dudit marché de Cany en deux termes et payements égaux » (1770).

Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon

Criquebeuf-la-Campagne.

H31 , XIIIe siècle , Bec-Héllouin (Abbaye du) ; Bosrobert ; Busc (fief du) ; Criquebeuf-la-Campagne ; Evreux (Chapitre d') ; Lamberville ; Rouen (Abbaye Saint-Ouen de) ; Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine ; Rouen, Prieuré de Saint-Lô  

Donations et cessions à l'abbaye : par Guillaume La Chèvre, de deux traits de dîme de son fief de Criquebeuf (s. d. ), — par Roger Pescheveron, chevalier, avec le consentement de Simon, son fils aîné, de la paille qu'il avait coutume de percevoir sur la dîme de l'abbaye à Criquebeuf (1231), — par Geoffroy du Buse, de toutes les dîmes de Bosc-Robert, paroisse de Criquebeuf (1236), — par Agnès du Buse-Richard, du douaire (doagium) auquel elle avait droit dans la paroisse de Criquebeuf par suite de la mort de Raoul, son mari (1238), — par Jourdain La Chèvre, chevalier, d'une pièce de terre sise à Criquebeuf, et de tous ses droits sur la dîme de la paille dans la même paroisse (1240) ; — sentence rendue par les abbés de Saint-Ouen et de Sainte-Catherine et par le prieur de Saint-Lô de Rouen, juges délégués par le pape Innocent III, remettant l'abbaye du Bec en possession des dîmes dont s'était emparé induement le curé de Criquebeuf (vers 1212) ; — confirmation par Roger Pescheveron de la donation faite à l'abbaye par Roger Le Vavasseur de sa terre du Buse (1214) ; — sentence de Richard de Bellevue, évêque d'Évreux, adjugeant à l'abbaye deux traits de dîme usurpés par Raoul de Lamberville, curé de Criquebeuf (1228) ; — vidimus et confirmation (octobre 1246) par Simon Pescheveron, chevalier, et Jean Pescheveron, son frère, chanoine d'Évreux, des donations de dîmes et de terres sises à Criquebeuf, faites à l'abbaye par Guillaume La Chèvre, Roger Pescheveron (1231) et Jourdain La Chèvre (1245).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye du Bec (Ordre de Saint-Benoît)

Criquebeuf-la-Campagne.

H31 , XIIIe siècle , Bec-Héllouin (Abbaye du) ; Bosrobert ; Busc (fief du) ; Criquebeuf-la-Campagne ; Evreux (Chapitre d') ; Lamberville ; Rouen (Abbaye Saint-Ouen de) ; Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine ; Rouen, Prieuré de Saint-Lô  

Donations et cessions à l'abbaye : par Guillaume La Chèvre, de deux traits de dîme de son fief de Criquebeuf (s. d. ), — par Roger Pescheveron, chevalier, avec le consentement de Simon, son fils aîné, de la paille qu'il avait coutume de percevoir sur la dîme de l'abbaye à Criquebeuf (1231), — par Geoffroy du Buse, de toutes les dîmes de Bosc-Robert, paroisse de Criquebeuf (1236), — par Agnès du Buse-Richard, du douaire (doagium) auquel elle avait droit dans la paroisse de Criquebeuf par suite de la mort de Raoul, son mari (1238), — par Jourdain La Chèvre, chevalier, d'une pièce de terre sise à Criquebeuf, et de tous ses droits sur la dîme de la paille dans la même paroisse (1240) ; — sentence rendue par les abbés de Saint-Ouen et de Sainte-Catherine et par le prieur de Saint-Lô de Rouen, juges délégués par le pape Innocent III, remettant l'abbaye du Bec en possession des dîmes dont s'était emparé induement le curé de Criquebeuf (vers 1212) ; — confirmation par Roger Pescheveron de la donation faite à l'abbaye par Roger Le Vavasseur de sa terre du Buse (1214) ; — sentence de Richard de Bellevue, évêque d'Évreux, adjugeant à l'abbaye deux traits de dîme usurpés par Raoul de Lamberville, curé de Criquebeuf (1228) ; — vidimus et confirmation (octobre 1246) par Simon Pescheveron, chevalier, et Jean Pescheveron, son frère, chanoine d'Évreux, des donations de dîmes et de terres sises à Criquebeuf, faites à l'abbaye par Guillaume La Chèvre, Roger Pescheveron (1231) et Jourdain La Chèvre (1245).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye du Bec (Ordre de Saint-Benoît)

Cartulaire de la Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon. Ce cartulaire comprend deux parties distinctes. La première, subdivisée elle-même en trois parties, occupe les feuillets 1 à 357 et porte le titre suivant : « Cartulaire de la Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon contenant les titres de sa fondation, dotation et augmentation, divisé en trois parties dont la première contient les titres de sa fondation et des acquisitions faites avant l'union. De l'abbaye de Sainte-Catherine, c'est-à-dire depuis 1571 jusqu'à 1591, durant 20 ans ; la seconde partie est divisée en deux chapitres, dont le premier contient les titres de l'union de laditte abaye et le second les titres des biens de la mense abbatiale demeurez à ladite Chartreuse, qui sont les biens de la dotation ; la troisième partie contient les titres des acquisitions faites depuis laditte union jusqu'à présent, qui sont les titres de son augmentation ; avec deux tables, dont la première est celle des titres rengez selon qu'ils sont dans ce livre, qui est l'ordre de la chronologie, autant qu'on a pu le garder (on n'a pas jugé à propos de faire cette table, parce que l'on a trouvé plus commode de suivre l'ordre que l'on a gardé dans la déclaration générale des biens de la Chartreuse donnée à la Chambre des comptes le 11 mars 1675) ; la seconde table, par ordre alphabétique, est celle des héritages, droits, privilèges et autres biens contenus dans ces mêmes titres. Commencé par le soussigné, religieux, coadjutateur et garde des archives de la ditte Chartreuse, le 7 juillet 1705. Frère Calliste Clarentin ». Cette première partie contient deux rédactions différentes, la compilation de dom Calliste, interrompue à la page 464, ayant été poursuivie après sa mort par un continuateur anonyme qui a inscrit à la fin de son travail, terminé en 1718, la réflexion suivante (p. 644) : « Cum feceritis omnia quae pracepta sunt vobis, dicite : servi inutiles sumus ; quod debuimus facere fecimus. » La seconde partie du Cartulaire et la plus ancienne comme date de rédaction occupe les feuillets 365 à 390 et comprend les transcriptions de quinze documents, de 1571 à 1579, intéressant la fondation et la première dotation de la Chartreuse. Dom Calliste Clarentin a fait précéder cette seconde partie de la note suivante : « Le R. P. D. Ogier commença ce cartulaire le 16 May 1576, estant procureur, comme il paroist cy-après. Mais quoy qu'il ait demeuré encore quinze ans dans la même charge, il n'en a fait que fort peu de chose, empesché apparemment par les grandes et difficiles affaires de ce temps-là. J'avois dessein de le continuer pour me servir de ce qui estoit desjà fait. Mais j'ay trouvé plus à propos d'en commencer un nouveau. Et parce que n'y mettray pas la pluspart des titres qui sont dans celuy-cy, j'en ay fait la table suivante, afin qu'on les puisse trouver plus facilement... » Les principales divisions du cartulaire de Dom Calliste sont les suivantes : Première partie : « Titres de la fondation de la Chartreuse (p. 5) ; union du prieuré de Saint-Pierre-de-Launay (p. 15) ; Saint-Germain-de-Paulbourg, hameau de la paroisse de Morgny, dans le bailliage de Gisors, vicomté et doyenné de Lions (p. 33) ; union du prieuré de Saint-Pierre de Geneville, membre dépendant de l'abbaye de Jumièges, situé dans l'archevesché de Rouen, grand vicariat de Pontoise, doyenné de Magny (p. 48) ; union de la chapelle Saint-Fiacre, située dans la paroisse d'Aubevoye, diocèse d'É-veux, doyenné de la Croix, et pour le temporel dans la justice seigneuriale de Gaillon et par appel aux Grands-Jours à Rouen, qui est la justice de l'Archevesché, dont on appelle ensuite au Parlement (p. 92) ; église et vignes de Bethléem à Aubevoye (p. 101) ; union du prieuré de la chapelle de Sainte-Austreberte-en-Bray, membre dépendant de l'abbaye de Sainte-Catherine, ladite chapelle fondée à l'honneur de la Sainte-Trinité dans l'évesché et comté de Beauvais et le vidamé de Gerberoy, au quartier du Bray, dont on l'appelle la Chapelle-en-Bray, et plus communément la Capelle-aux-Pots à cause de la quantité de poterie de grets que l'on y fait (p. 125) ; union du prieuré de Sainte-Catherine de Bisi, membre dépendant de la mense abbatiale de l'abbaye de Sainte-Catherine, situé au village de Bisi près Vernon (p. 152) ; dons et privilèges accordez à la Chartreuse par les rois de France (p. 166) ; titres du don du bois du Breuil (le bois du Breuil est dans les paroisses de Courcelles et de Bouafles, maîtrise de Vernon et Andeli) (p. 173) ; acquisition du Bois-Jean (p. 186) ; bois de la Chartreuse en général (p. 188) ; amortissement des biens de la Chartreuse (p. 194) ; droits et privilèges divers (p. 206) ; titres de l'acquisition de la seigneurie de Courcelles (p. 240) ; Port-Mort et la Rocque (pré de l'Ile-aux-Vaches, etc. (p. 273). Seconde partie : Union de l'abbaye de Sainte-Catherine (pourquoy l'on a si peu d'anciens papiers de l'abbaye de Sainte-Catherine, c'est que, en 1562, le fort de Sainte-Catherine qui estoit sur la montagne proche de Rouen, aussi bien que le monastère, furent assiégez et pris sur les protestants par l'armée royale. Dans les troubles suivans qui durèrent sous les règnes de Charles IX, Henry III et Henry IV, laditte abbaye ainsi que la ville furent occupées par les parties contraires et ce fut dans ce temps que les biens et les papiers furent pillez et dissipez (p. 288) ; titres généraux (le plus ancien titre que nous ayons de la fondation de l'abbaye de Sainte-Catherine est un cahier en parchemin in-folio, en latin, contenant 40 pages, couvert d'une estofe de soye jaune ouvragée d'une manière fort antique, qui contient en 93 articles toutes les donations faites à ladite abbaye depuis l'an 1030 jusqu'en l'an 1100, avec toutes les acquisitions faites par les abbez de Sainte-Catherine pendant le mesme temps (p. 305) ; Auteverne (p. 314) ; Cahaignes, Requiécourt et Fours (p. 337) ; Gisancourt (p. 345) ; Chauvincourt (p. 347) ; Bretonville (p. 351) ; Boisemont-1'Abbaye (p. 355) : Bourbaudouin (p. 375) ; Bois-l'Évesque (p. 377) ; Anceaumeville (p. 380) ; baronie de Gruchy (p. 385) ; le Tot (p. 391) ; Monville (p. 395) ; Ellètes (p. 403) Saussay (p. 406) ; Ronfugère (p. 411) ; Auzonville (p. 413) ; Limesi (p. 417) ; Pavilly (p. 420) ; Boiguillaume (p. 421) ; maison de Rouen (p. 424) ; Caudecoste, Dieppe, Appeville (p. 426) ; Muchedent (p. 443) ; Anglesqueville-sur-Sanne (p. 445) ; Cannehen (p. 449) ; Saint-Sulpice-le-Gaillard (p. 459) ; Sanroy, hameau de Touffreville (p. 460) ; Fontaine-le-Dun (p. 460) ; Carville, Limanville et Boscadam (p. 463) ; Blacqueville (p. 483) ; Flamenville (p. 492) ; Criquetot-L'Esneval et Anglesqueville (p. 497) ; Saint-Vincent-de-Nogent près le Neufchâtel (p. 505) ; Montcanchy (p. 526) ; Gravigny (p. 532) ; Giverville (p. 543) ; Branville (p. 556) ; Manne-ville-l'Egarée (p. 563). Troisième partie : (acquisitions faites depuis l'union de l'abbaye de Sainte-Catherine) : droit de pêche sous la grande arche du pont de Vernon (p. 567) ; acquisition des héritages de M. Jean Bruneval dans la vicomté de Montivilliers (p. 572) ; Fontenay et Rolleville (p. 577) ; Sainle-Marie-au-Bosc (p. 578) ; Beaurepaire (p. 582) ; Angerville, Graimbouville (p. 583) ; Le Tilleul (p. 585) ; Boisemont et Frenelles (p. 591) ; titres des patronages » (p. 624).

H1144 , XVIe-XVIIIe siècles , Anceumeville ; Andelys (Les) ; Angerville-l'Orcher ; Anglesqueville-sur-Saone ; Appeville, dit ; Authevernes ; Auzonville ; Beaurepaire ; Beauvais ; Bethéem (égise en vigne de) sises à Aubevoye ; Bisy, près Vernon ; Blacqueville ; Boisemont (Abbaye de) ; Bois-Guillaume ; Bois-Jean (Le) ; Bois-l'Evêque ; Bourbon-lès-Gaillon (Chartreuse de), N.-D. de Bonne-Espérance, sise à Gaillon ; Bourg-Baudoin (Le) ; Bramville-en-Auge ; Bretonville ; Breuil (le Bois du), sis à Courcelles-en-Bouafles ; Cahaignes ; Capelle-aux-Pots (au Pays de Bray) ; Carville ; Caudecoste ; Chauvincourt ; Courcelles ; Criquetot-l'Esneval ; Dieppe ; Ellètes ; Flamenville ; Fontaine-le-Oury ; Fontenay ; Fours ; Frenelles (hameau de), situé à Boisemont ; Gerberoy-en-Bray (fief de) ; Gisancourt ; Gisors ; Giverville ; Graimbouville ; Gravigny ; Gruchy ; Ile-aux-Vaches (Pré de l') ; Junnièges (Abbaye de) ; Limanville ; Limési ; Lyons-la-Forêt ; Manneville-l'Egarée ; Mont-Canchy ; Montivilliers ; Monville ; Mouchedent ou Muchedent ; Pavilly ; Pontoise ; Requiécourt ; Rocque (fief de la) ; Rolleville ; Ronfugère ; Rouen (Parlement de) ; Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine ; Sainte-Austreberte-en-Bray (Chapelle de) ; Sainte-Marie-au-Bosc (triège de), sis au Tilleul ; Saint-Fiacre (Chapelle), située à Aubevoye ; Saint-Pierre-de-Geneville (Prieuré de), près Magny ; Saint-Pierre-de-Launay (Prieuré de) ; Saint-Sulpice-le-Gaillard ; Saint-Vincent-de-Nogent, près Neufchâtel ; Sanroy (hameau de), sis à Touffreville ; Saussay (Le) ; Tilleul (Le) ; Tot (Le) ; Touffreville ; Vernon (Ville de)  
Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon

Cartulaire de la Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon. Ce cartulaire comprend deux parties distinctes. La première, subdivisée elle-même en trois parties, occupe les feuillets 1 à 357 et porte le titre suivant : « Cartulaire de la Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon contenant les titres de sa fondation, dotation et augmentation, divisé en trois parties dont la première contient les titres de sa fondation et des acquisitions faites avant l'union. De l'abbaye de Sainte-Catherine, c'est-à-dire depuis 1571 jusqu'à 1591, durant 20 ans ; la seconde partie est divisée en deux chapitres, dont le premier contient les titres de l'union de laditte abaye et le second les titres des biens de la mense abbatiale demeurez à ladite Chartreuse, qui sont les biens de la dotation ; la troisième partie contient les titres des acquisitions faites depuis laditte union jusqu'à présent, qui sont les titres de son augmentation ; avec deux tables, dont la première est celle des titres rengez selon qu'ils sont dans ce livre, qui est l'ordre de la chronologie, autant qu'on a pu le garder (on n'a pas jugé à propos de faire cette table, parce que l'on a trouvé plus commode de suivre l'ordre que l'on a gardé dans la déclaration générale des biens de la Chartreuse donnée à la Chambre des comptes le 11 mars 1675) ; la seconde table, par ordre alphabétique, est celle des héritages, droits, privilèges et autres biens contenus dans ces mêmes titres. Commencé par le soussigné, religieux, coadjutateur et garde des archives de la ditte Chartreuse, le 7 juillet 1705. Frère Calliste Clarentin ». Cette première partie contient deux rédactions différentes, la compilation de dom Calliste, interrompue à la page 464, ayant été poursuivie après sa mort par un continuateur anonyme qui a inscrit à la fin de son travail, terminé en 1718, la réflexion suivante (p. 644) : « Cum feceritis omnia quae pracepta sunt vobis, dicite : servi inutiles sumus ; quod debuimus facere fecimus. » La seconde partie du Cartulaire et la plus ancienne comme date de rédaction occupe les feuillets 365 à 390 et comprend les transcriptions de quinze documents, de 1571 à 1579, intéressant la fondation et la première dotation de la Chartreuse. Dom Calliste Clarentin a fait précéder cette seconde partie de la note suivante : « Le R. P. D. Ogier commença ce cartulaire le 16 May 1576, estant procureur, comme il paroist cy-après. Mais quoy qu'il ait demeuré encore quinze ans dans la même charge, il n'en a fait que fort peu de chose, empesché apparemment par les grandes et difficiles affaires de ce temps-là. J'avois dessein de le continuer pour me servir de ce qui estoit desjà fait. Mais j'ay trouvé plus à propos d'en commencer un nouveau. Et parce que n'y mettray pas la pluspart des titres qui sont dans celuy-cy, j'en ay fait la table suivante, afin qu'on les puisse trouver plus facilement... » Les principales divisions du cartulaire de Dom Calliste sont les suivantes : Première partie : « Titres de la fondation de la Chartreuse (p. 5) ; union du prieuré de Saint-Pierre-de-Launay (p. 15) ; Saint-Germain-de-Paulbourg, hameau de la paroisse de Morgny, dans le bailliage de Gisors, vicomté et doyenné de Lions (p. 33) ; union du prieuré de Saint-Pierre de Geneville, membre dépendant de l'abbaye de Jumièges, situé dans l'archevesché de Rouen, grand vicariat de Pontoise, doyenné de Magny (p. 48) ; union de la chapelle Saint-Fiacre, située dans la paroisse d'Aubevoye, diocèse d'É-veux, doyenné de la Croix, et pour le temporel dans la justice seigneuriale de Gaillon et par appel aux Grands-Jours à Rouen, qui est la justice de l'Archevesché, dont on appelle ensuite au Parlement (p. 92) ; église et vignes de Bethléem à Aubevoye (p. 101) ; union du prieuré de la chapelle de Sainte-Austreberte-en-Bray, membre dépendant de l'abbaye de Sainte-Catherine, ladite chapelle fondée à l'honneur de la Sainte-Trinité dans l'évesché et comté de Beauvais et le vidamé de Gerberoy, au quartier du Bray, dont on l'appelle la Chapelle-en-Bray, et plus communément la Capelle-aux-Pots à cause de la quantité de poterie de grets que l'on y fait (p. 125) ; union du prieuré de Sainte-Catherine de Bisi, membre dépendant de la mense abbatiale de l'abbaye de Sainte-Catherine, situé au village de Bisi près Vernon (p. 152) ; dons et privilèges accordez à la Chartreuse par les rois de France (p. 166) ; titres du don du bois du Breuil (le bois du Breuil est dans les paroisses de Courcelles et de Bouafles, maîtrise de Vernon et Andeli) (p. 173) ; acquisition du Bois-Jean (p. 186) ; bois de la Chartreuse en général (p. 188) ; amortissement des biens de la Chartreuse (p. 194) ; droits et privilèges divers (p. 206) ; titres de l'acquisition de la seigneurie de Courcelles (p. 240) ; Port-Mort et la Rocque (pré de l'Ile-aux-Vaches, etc. (p. 273). Seconde partie : Union de l'abbaye de Sainte-Catherine (pourquoy l'on a si peu d'anciens papiers de l'abbaye de Sainte-Catherine, c'est que, en 1562, le fort de Sainte-Catherine qui estoit sur la montagne proche de Rouen, aussi bien que le monastère, furent assiégez et pris sur les protestants par l'armée royale. Dans les troubles suivans qui durèrent sous les règnes de Charles IX, Henry III et Henry IV, laditte abbaye ainsi que la ville furent occupées par les parties contraires et ce fut dans ce temps que les biens et les papiers furent pillez et dissipez (p. 288) ; titres généraux (le plus ancien titre que nous ayons de la fondation de l'abbaye de Sainte-Catherine est un cahier en parchemin in-folio, en latin, contenant 40 pages, couvert d'une estofe de soye jaune ouvragée d'une manière fort antique, qui contient en 93 articles toutes les donations faites à ladite abbaye depuis l'an 1030 jusqu'en l'an 1100, avec toutes les acquisitions faites par les abbez de Sainte-Catherine pendant le mesme temps (p. 305) ; Auteverne (p. 314) ; Cahaignes, Requiécourt et Fours (p. 337) ; Gisancourt (p. 345) ; Chauvincourt (p. 347) ; Bretonville (p. 351) ; Boisemont-1'Abbaye (p. 355) : Bourbaudouin (p. 375) ; Bois-l'Évesque (p. 377) ; Anceaumeville (p. 380) ; baronie de Gruchy (p. 385) ; le Tot (p. 391) ; Monville (p. 395) ; Ellètes (p. 403) Saussay (p. 406) ; Ronfugère (p. 411) ; Auzonville (p. 413) ; Limesi (p. 417) ; Pavilly (p. 420) ; Boiguillaume (p. 421) ; maison de Rouen (p. 424) ; Caudecoste, Dieppe, Appeville (p. 426) ; Muchedent (p. 443) ; Anglesqueville-sur-Sanne (p. 445) ; Cannehen (p. 449) ; Saint-Sulpice-le-Gaillard (p. 459) ; Sanroy, hameau de Touffreville (p. 460) ; Fontaine-le-Dun (p. 460) ; Carville, Limanville et Boscadam (p. 463) ; Blacqueville (p. 483) ; Flamenville (p. 492) ; Criquetot-L'Esneval et Anglesqueville (p. 497) ; Saint-Vincent-de-Nogent près le Neufchâtel (p. 505) ; Montcanchy (p. 526) ; Gravigny (p. 532) ; Giverville (p. 543) ; Branville (p. 556) ; Manne-ville-l'Egarée (p. 563). Troisième partie : (acquisitions faites depuis l'union de l'abbaye de Sainte-Catherine) : droit de pêche sous la grande arche du pont de Vernon (p. 567) ; acquisition des héritages de M. Jean Bruneval dans la vicomté de Montivilliers (p. 572) ; Fontenay et Rolleville (p. 577) ; Sainle-Marie-au-Bosc (p. 578) ; Beaurepaire (p. 582) ; Angerville, Graimbouville (p. 583) ; Le Tilleul (p. 585) ; Boisemont et Frenelles (p. 591) ; titres des patronages » (p. 624).

H1144 , XVIe-XVIIIe siècles , Anceumeville ; Andelys (Les) ; Angerville-l'Orcher ; Anglesqueville-sur-Saone ; Appeville, dit ; Authevernes ; Auzonville ; Beaurepaire ; Beauvais ; Bethéem (égise en vigne de) sises à Aubevoye ; Bisy, près Vernon ; Blacqueville ; Boisemont (Abbaye de) ; Bois-Guillaume ; Bois-Jean (Le) ; Bois-l'Evêque ; Bourbon-lès-Gaillon (Chartreuse de), N.-D. de Bonne-Espérance, sise à Gaillon ; Bourg-Baudoin (Le) ; Bramville-en-Auge ; Bretonville ; Breuil (le Bois du), sis à Courcelles-en-Bouafles ; Cahaignes ; Capelle-aux-Pots (au Pays de Bray) ; Carville ; Caudecoste ; Chauvincourt ; Courcelles ; Criquetot-l'Esneval ; Dieppe ; Ellètes ; Flamenville ; Fontaine-le-Oury ; Fontenay ; Fours ; Frenelles (hameau de), situé à Boisemont ; Gerberoy-en-Bray (fief de) ; Gisancourt ; Gisors ; Giverville ; Graimbouville ; Gravigny ; Gruchy ; Ile-aux-Vaches (Pré de l') ; Junnièges (Abbaye de) ; Limanville ; Limési ; Lyons-la-Forêt ; Manneville-l'Egarée ; Mont-Canchy ; Montivilliers ; Monville ; Mouchedent ou Muchedent ; Pavilly ; Pontoise ; Requiécourt ; Rocque (fief de la) ; Rolleville ; Ronfugère ; Rouen (Parlement de) ; Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine ; Sainte-Austreberte-en-Bray (Chapelle de) ; Sainte-Marie-au-Bosc (triège de), sis au Tilleul ; Saint-Fiacre (Chapelle), située à Aubevoye ; Saint-Pierre-de-Geneville (Prieuré de), près Magny ; Saint-Pierre-de-Launay (Prieuré de) ; Saint-Sulpice-le-Gaillard ; Saint-Vincent-de-Nogent, près Neufchâtel ; Sanroy (hameau de), sis à Touffreville ; Saussay (Le) ; Tilleul (Le) ; Tot (Le) ; Touffreville ; Vernon (Ville de)  
Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon
Fin des résultats