Toutes les ressources Enguerrand de Marigny 2 résultats (8ms)

Fragment de la bulle de Clément V confirmant la fondation de la collégiale d'Écouis par Enguerrand de Marigny et Alips de Mons, sa femme, en janvier 1311 n. s. (mai 1311) ; – bail à fieffe passé parle chapitre à Jean de Saint-Pol, d'une demi-acre et 35 perches et demie de terre labourable à Touffreville, moyennant une rente annuelle de 8 sous 5 deniers parisis (1406) ; – procès-verbal d'arpentage des terres appartenant à M. Le Chevallier, chanoine d'Écouis, dans les paroisses d'Écouis et de Touffreville, dressé par Guillaume Verdelet, arpenteur, demeurant à Fresne-l'Archevêque (1755).

G1827 , 1311-1755 , Ecouis (collégiale) ; Fresnes-l'Archevêque ; Touffreville  
Contexte :
Chapitre collégial d'Écouis

« Ensuit l'inventaire faicte le premier jour d'octobre mil cinq cens soixante et cinq par nous Damian Pichard, doyen, Philippes de La Grange, chantre, Jehan Boissel, thesaurier, Jacques Alexandre, Francoys Vigoureux, Guy Fatin, Toussaincz Boyvin, Edouard Langloys, Nicolas de La Rivière, vicaire perpétuel, Marguerin Le Sueur et Yves Le Clerc, toulx prêtres et chanoynes en l'église collégiale Nostre-Dame d'Escouys, ledict inventayre commandé expressément à faire par hault et puissant signeur Phellipes de Roncherolles, sieur du lieu, contenant toux et chacun les biens meubles appartenantz au trésor et fabricque d'icelle église, comme ornemens, chappes, chazubles, tunicques, damaticques, paremens d'autel, carreaulx, tappis, cortines, rideaulx, aulbes, emictz, doubliers, nappes des aultelz, servictes, crevechiefet aultres extencilles de linge servant à ladicte eglize, comme aussi les estuictz guarnys de corporaulx, chascun en son endroict, avec les chandelliers, lutherains d'airain, encenciers, choppines et choppinettes d'estain et aultres vaisseaux, et oultre plus avons faict inventayre des libvres de ladicte église et aultres chozes servantz à dire et célébrer le divin service. » –« Après les chappes inventoriez avons trouvé en ung coffre bien ancien la cotte d'armes que soulloit porter messire Anguerran de Marigni, nostre fondateur, que Dieu absouille ; icelle cotte est de soye perse figurée, estant faicte à l'aiguille sur le métier, armoryée de ses armes devant et derrière, et sert ladicte cotte à parer le lieu où l'on met reposer le Corpus Domini sur le grand autel le jour et les octaves du Saint-Sacrement ; » –« item, avons trouvé une croche dedans ung estuit qui est de cuyr noir, dont le batton de ladicte croche est de boys bien fin et subtil, taillé de plusieurs ymages ellevés de la vie et de la mort de Nostre-Seigneur, qui sont doretz d'or et d'azur depuis le bas jusques au hault et le croizillon est d'argent doré d'or et d'azur où il y a dedans ung ymaige de telle qualité, que donna feu de bonne mémoire messire Jehan de Marigni, archevêque de Rouen et évesque de Beauvoys, qui sert le jour des Innocens à celluy qui est ellu évesque et non autrement » ; – item, avons trouvé ung mictre avec ces apartenances, qui est de soye verte imaginée de plusieurs imaiges, principalement de deux, l'un de sainct Pierre qui a son mic ; re de perles de fil d'or de Cipre, et l'aultre de sainct Éloy : le toult est de l'ancienne fondation » ; –« item, en faisant ledict inventoyre avons trouvé troys robes servantz à l'imaige Nostre-Dame et son petit filz Jésus : la tierce robe est de toille d'or picquée de fin or de Cipre, bourdée de vellours rouge cramoisi figuré, semée et couverte de plusieurs fleurons de fin or de Cipre, où il y a en escript au bas d'icelle robe : virgo ante partum, virgo in partu et virgo post partum, avec une robe pour le petit Jésus, qui est de toille d'argent assez ample, le toult doublé de toille brune violette, le tout pourtant les armes de Heuqueville, et est ladicte robe fort riche, que donna par dévotion le signeur de Heuqueville, messire Phellipes de Roncherolles, chevallier, patron d'icelle église, l'an mil cinq cens soixante » ; – item, ung beau parement à mectre au bas des doubliers du grand autel, qui est de velours brun cramoisy doublé de toille bleue, frangé de franges qui sont meslez de fil d'or de Cipre et de soye vermeille, qui est rouge, avec des lettres qui sont de fin or de Cipre, ayant au milieu une petite croix d'or armoyée aux deulx bouts des armes du fondateur et de madame Susanne de Guysancourt ». – (Cet inventaire, qui comprend 7 feuillets et demi, est resté inachevé.).

G240 , 1565 , Heuqueville  
Contexte :
Chapitre collégial d'Écouis
Fin des résultats