Toutes les ressources Maupas de Tour, Henri de (évêque d'Evreux) 2 résultats (9ms)

Bâtiments. Chapelle.

G152 , 1667-1698 , Brosville ; Lisieux (Ville) ; Rouen (ville)  

Copie informe et non datée du contrat d'acquisition par messire Henri de Maupas du Tour, évêque d'Évreux, de Me Mathurin Goeslin, conseiller du Roi, receveur de l'Hôtel-de-Ville d'Évreux, d'une maison « consistant en deux corps de logis, un grand et l'autre plus bas, séparés d'une porte-cochère, avec un jardin contenant demi-acre ou environ, le tout clos de mur, assis en la paroisse de Saint-Gilles, bournez d'un costé M. le Doyen, d'autre costé la maison où demeurent les Filles grises, d'un bout la rue de Saint-Gilles, et d'autre bout la rivière, pour commencer l'establissement qu'il prétend faire d'un séminaire clérical ecclésiastique dont mondit seigneur entend donner la conduite au révérend père Jean Eudes, prêtre, supérieur de la congrégation des séminaires establis ès diocèses de Caen, Coustances, Lisieux et Rouen » (12 janvier 1667) ; – requête adressée à l'évêque d'Évreux par V. G. Simon Maunoury, supérieur du Séminaire, à l'effet d'être autorisé à faire abattre « de vieilles murailles restées des anciennes ruines des guerres, ou vétusté, dans la place où estoit jadis le manoir épiscopal de Brosville, pour faire apporter les pierres qui en sortiront dans la cour du Séminaire pour faire bastir la chapelle d'iceluy » ; – autorisation conforme de l'évêque d'Évreux (1679) ; –« estât, noms et espèces des ossements et reliques de saints martyrs, renfermez dans quatre reliquaires estants au séminaire d'Évreux, desquels deux sont châsses à quatre faces avec leurs couvercles ayant pareillement quatre faces en forme de toict, et les deux autres reliquaires sont deux anges portants en leurs mains chacun une petite capsule où sont des reliques » (1698).

Contexte :
Grand séminaire d'Évreux

« Inventaire des titres, pièces, lettres et écritures concernant l'établissement du séminaire, la pension de 3,000 livres à lui adjugée sur tous les bénéfices du diocèse d'Évreux, celle de 2, 000 livres donnée par Monseigneur de Maupas, évêque dudit Évreux, sur les deniers de ses déports, la donation qui lui a été faite par M. de Melleville du prieuré du Désert et des maisons qu'il avait acquises sur les paroisses Saint-Gilles et Saint-Denis, qui font aujourd'hui l'enclos dudit séminaire, et les héritages et rentes que ledit séminaire a en la paroisse d'Aulnay, dont la plus grande partie a été donnée par Richard Lequeu, bourgeois de Rouen ; » –« copie d'un mémoire ou état des revenus et charges du séminaire, donné à Monseigneur l'évêque d'Évreux le 8 avril 1758 » ; les recettes sont évaluées à 3, 841 livres 15 sous et les charges à 1, 790 livres ; « reste 2,051 livres 15 sous pour la nourriture et l'entretien de 6 ecclésiastiques et 5 frères, sur quoy le séminaire est encore obligé d'exercer l'hospitalité envers nombre d'ecclésiastiques du diocèse » (f°. 2) ; –« extrait de l'histoire du séminaire d'Évreux (f°. 3 à 5) : Monsieur de Maupas, evesque dudit lieu, obtint du Roy des lettres-patentes, au mois de juin 1666, pour ériger un séminaire dans ladite ville d'Évreux, comme on le voit par la r° pièce de la liasse cotée A. Le père Eudes ayant fait une mission dans ladite ville sur la fin de cette mesme année, qui ne finit qu'après la feste des Roys de la suivante, ledit sieur Évêque résolut de confier son séminaire au père Eudes ; – voici les sujets qu'on marque nécessaires dans le séminaire pour en avoir le soin : un supérieur, un directeur, des ordinants, un professeur de théologie, un directeur du chœur, un assistant qui aura soin des curés et des retraites, un économe et un sacristain et quatre frères laïques, sçavoir un portier, un réfectorier, un cuisinier et un proviseur ; – le jeudi neuvième jour de juillet 1682, la première pierre de l'église fut posée par Monseigneur Jacques de Novion, évêque d'Évreux, et la dédicace en fut faite le 10 juin 1714 par Monseigneur Le Normand, évêque du même lieu ; elle est consacrée sous le titre du Très Saint Cœur de Marie ; » –« la 21e pièce de la 5° liasse, cotée E, dattée du 15 octobre 1690, est un contract par lequel Charlotte Cheron, veuve de Christophe Marage, a vendu aux sieurs du séminaire une maison en ruine et décadence, assise et située sur la paroisse de Saint-Gilles, proche ledit séminaire, nommée le Château-Gaillard, par le prix et somme de 250 livres. » – (Les analyses de cet inventaire, qui a été fait avec soin, sont suffisamment développées et peuvent remplacer dans une certaine mesure les titres originaux des Archives du grand séminaire, dont beaucoup ont disparu postérieurement à sa rédaction.).

G163 , XVIIIe siècle , Désert (prieuré du) ; Evreux ("Château-Gaillard", maison dite Le, paroisse Saint-Gilles)  
Contexte :
Grand séminaire d'Évreux
Fin des résultats