Saint-Aubin-d'Écrosville.

H1635 , 1625-XVIIIe siècle , Saint-Aubin-d'Escroville ; Saint-Etienne-de-Remeville (Commanderie de)  

Fragments de baux à ferme de plusieurs pièces de terre labourable sises à Saint-Aubin-d'Écrosville et appartenant à la commanderie de Renneville.

Contexte :
Ordres militaires religieux > Commanderie de Saint-Étienne-de-Renneville

Donation par Pierre Boyvin, au nom de feu Gabriel Belhomme, d'une somme de 800 livres à chacune des églises de Saint-Aubin-de-Pacy et de Saint-Aquilin-de-Pacy ; – baux à ferme des terres de la fabrique ; – -contrats de donation et de constitution de rentes au profit de la fabrique ; – transaction passée entre les habitants et le sieur Boyvin, bourgeois de Pacy. Ce dernier s'oblige à faire établir une gouttière pour l'écoulement des eaux de pluie provenant de sa maison d'habitation, qui détérioraient les murs de l'église.

G974 , 1534-1786 , Pacy-sur-Eure ; Saint-Acquilin-de-Pacy  
Contexte :
Églises paroissiales > Pacy-sur-Eure

Plan perspectif et colorié de l'ensemble des bâtiments, des jardins et des dépendances de la Chartreuse. Au haut de ce plan, qui mesure lm,70 centimètres de largeur sur lm,10 de hauteur, un dessin teinté en bleu représente une vue perspective des coteaux et du cours de la Seine, sur la rive gauche, depuis Gaillon, dont il reproduit le château, jusqu'au delà de Saint-Aubin et de Jeufosse, et sur la rive droite, depuis Courcelles jusqu'au château Gaillard. On en a, non sans vraisemblance, attribué l'exécution au peintre-graveur Lemaire Poussin, et la date approximative à l'année 1657, époque de l'achèvement du mur de clôture de la Chartreuse.

H1081 , [vers 1657] , Andelys (Les), Château-Gaillard (Le) ; Bourbon-lès-Gaillon (Chartreuse de), N.-D. de Bonne-Espérance, sise à Gaillon ; Courcelles ; Gaillon (Bourbon-lès-Gaillon, Chartreuse de) ; Jeufosse ; Saint-Aubin-sur-Gaillon  
Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon

Copie informe d'une transaction passée entre Jean d'Ussy, écuyer, autrement dit d'Amfreville, seigneur d'Amfreville la Campagne, d'une part, et les religieux du prieuré, d'autre part. Jean d'Ussy déclare renoncer à toutes redevances et droits seigneuriaux sur les terres des religieux et de leurs hommes, sises à Saint-Aubin-des-Fresnes et lieux circonvoisins (1318) ; – déclaration des revenus et des charges du prieuré de Saint-Aubin-des-Fresnes, fournie par les religieux de la Chartreuse de Saint-Julien-lès-Rouen, conformément à la déclaration de l'assemblée générale du Clergé de France, du 12 décembre 1726 : « Ce prieuré a esté réuny à nostre Chartreuse par lettres patentes du mois d'avril 1722 comme faisant partie de la mense conventuelle des anciens bénédictins de Saint-Julien, auxquels nous avons succédé, à la charge par nous de laisser jouir le titulaire dudit prieuré pendant sa vie, lequel est décédé dans le mois de juillet dernier. Ce prieuré consiste en fief de haubert, vingt livres de rente, environ trente accres de terre, la moitié des grosses dixmes de la parroisse d'Amfreville la Campagne, en chapelle, masures, clos et colombier et bâtiments qui sont en totalle ruine. Le revenu de ce prieuré est affermé 800 livres par an par bail du 3 aoust 1729... » (1729) ; – déclarations fournies par le prieuré au greffe des droits d'amortissement et de nouveaux acquêts (1692-1701) ; – plan figuré du hameau de Saint-Aubin-des-Fresnes, du prieuré et des terres environnantes (XVIIe siècle).

H972 , 1318-1784 , Amfreville-la-Campagne ; Saint-Aubin-de-Fresnes (Prieuré de) ; Saint-Julien-les-Rouen (Chartreuse de)  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieuré de Saint-Aubin-des-Fresnes

Moulin de Quincampoix, etc.

H542 , 1310-XVIIIe siècle , Lyons-la-Forêt (Abbaye de) ; Quincampoix (le Moulin de), sis à Rubremont ; Rubremont ; Saint-Aubin-sur-Risle ; Thevray  

Vidimus et confirmation (1312) par Philippe Le Bel, roi de France, de la concession faite par les religieux de Lyre à Guillaume de Thevray, chevalier, d' « un saut à molin à ève et terre pour le siège dudit molin et une nanse à prendre anguilles tant seulement, en leur rivière de Rille, en la paroisse de Rubremont ». Aux termes de cette concession, ledit moulin devait être uni et incorporé « au membre de haubert de Tlievray » (1310) ; — bail à fieffe passé par Jacques Le Jeune, meunier à Rubremont, à Jacques Dubois, meunier à Saint-Aubin-sur-Risle, du moulin à blé nommé le Moulin-de-Quincampoix, et de ses dépendances, à charge de tenir ledit moulin de la seigneurie de Thevray, d'acquitter les rentes dues sur ledit moulin au seigneur de Thevray et aux religieux de Lyre, moyennant une rente annuelle de 350 livres (1739) ; — plan informe d'une partie du cours de la Risle comprenant le moulin de Quincampoix et ses abords (XVIIIe siècle). — (Cinquante-neuvième chapitre, article 3, de l'inventaire de 1738.).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît)

Saint-Aubin-d'Écrosville.

H1399 , 1742-1783 , Fipou ; Saint-Aubin-d'Escroville ; Trésor (Abbaye du)  

Plan de plusieurs pièces de terre, maisons, masures et jardins, sis à Phipout et aux environs, contenant en totalité 78 acres 28 perches (1742) ; — procuration donnée par l'abbesse du Trésor, « dame du noble fief, terre et seigneurie de Phippou », à Robert Lefebvre, laboureur audit lieu, à l'effet de « se rendre opposant au décret des héritages ayant appartenu aux sieurs des Ifs et sur eux confisqués » (1783).

Contexte :
Ordres religieux de femmes > Abbaye du Trésor (Ordre de Cîteaux)

Saint-Aubin-le-Vertueux.

H161 , 1696 , Alençon ; Rouen (Parlement de)  

Arrêt du parlement de Rouen, rendu dans la cause pendante entre Gaston de Grieu, sieur de Saint-Aubin, demandeur, d'une part, Nicolas Vèbleron, curé de Saint-Aubin-le-Vertueux, et Léon Pottier de Gesvres, abbé de Bernay, d'autres parts. La cour, « sans s'arrester à la requête dudit de Grieu de ce jourd'huy et faisant droit sur l'intervention et apellation dudit Pottier de Gesvres, abbé de Bernay, de la sentence du bailly d'Allençon au siège de Bernay, du 21 février 1693, a mis et met l'apellation et ce dont est appelé au néant ; émendant et corrigeant, a fait et fait deffenses au curé de Saint-Aubin-le-Vertueux de faire les prières nominalles au prosne de ladite parroisse pour ledit de Grieu et sa famille, à laquelle fin la transaction du 30e janvier 1484 sera exécutée selon sa forme et teneur ; et faisant droit sur les mandements et apel dudit de Grieu de la sentence du juge de Beaumont le Roger, du 4e janvier 1695, a mis et met l'apellation au néant, l'a condamné en 12 livres d'amende envers nous et à rétablir de son consentement, incessamment, à ses frais et dépens, les écussons et armes desdits abbé et religieux de ladite abaye de Bernay au chancel de ladite église de Saint-Aubin-le-Vertueux en la manière qu'elles y estoient par le passé, ledit de Grieu condamné aux dépens envers toutes les parties, tant des causes principales que d'apel... ».

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Bernay

Fréville (prieuré de la Madeleine de).

H289 , 1707 , Croix-Saint-Leufroy (La), abbaye ; Fréville (Prieuré de la Madeleine de) ; Paris (Parlement de)  

Copie d'un arrêt du Parlement de Paris maintenant François de Genétais, religieux de l'ordre de Saint-Benoît et prieur du prieuré de la Madeleine de Fréville, en possession des menues et vertes dîmes dans l'étendue du dîmage dudit prieuré, contrairement aux prétentions de Nicolas Philipes, curé de la paroisse de Saint-Aubin.

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de la Croix-Saint-Leufroi (Ordre de Saint-Benoît)

Déclaration donnée par Simon de la Mare, curé d'Écouis, agissant au nom de la fabrique, à « Albert de Gondy, duc de Rais, pair et maréchal de France, marquis de Belle-Isle, etc., des terres données et aumosnées à la fabrique de ladite paroisse par les anciens seigneurs patrons dudit lieu, pour servir et valloir au terrier que mondit sieur entend faire de ses terres et seigneuries du Plessis, Escouys et Muchegros » (1637) ; – déclaration « des revenus, charges réelles et casuelles de l'église et fabrique de Saint-Aubin du bourg d'Écouis », fournie au bureau diocésain de l'Archevêché de Rouen par le trésorier en charge (le total des revenus est évalué à 375 livres 16 sols 6 deniers et celui des charges à 373 livres 18 sols 6 deniers, 1651) ; – bail à ferme passé par Marie-Marthe Asseline, femme séparée de biens de Mathieu Lefebvre, marchand à Écouis, aux syndic, trésoriers et habitants de la paroisse, « d'une grande maison située en ce lieu d'Écouis, en face de la grande route, à côté du cloître de l'église collégiale du dit lieu », au prix de 260 livres par an, pour servir à caserner la brigade de maréchaussée à a résidence d'Écouis, conformément aux dispositions de l'ordonnance du 27 décembre 1769 (1779).

G585 , 1630-1791 , Ecouis ; Mussegros ; Plessis (fief du)  
Contexte :
Églises paroissiales > Écouis

Monville.

H1120 , 1221-1783 , Bourbon-lès-Gaillon (Chartreuse de), N.-D. de Bonne-Espérance, sise à Gaillon ; Monville ; Rouen, Abbaye Sainte-Trinité-du-Mont  

Cession par Isabelle de Tancarville à l'abbaye de la Sainte-Trinité-du-Mont de Rouen de tout ce qu'elle tenait de ladite abbaye à Monville, moyennant sept livres tournois (1221) ; — baux à ferme des dîmes de la paroisse de Monville appartenant à l'abbaye de la Sainte-Trinité-du-Mont de Rouen et ensuite à la Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon (1589-1743) ; — pièces de procédures, entre les Chartreux, d'une part, et Alexandre Simon, curé de Monville, d'autre part, au sujet de la jouissance des deux tiers des grosses dîmes de Monville contestée par ledit Simon aux Chartreux (1700-1706) ; — « état détaillé des novalles dépendantes de la cure de Monville, avec leurs bornages » (1723) ; — procès-verbal d'arpentage et plan des pièces de terre faisant partie des novales de Monville, « sur lesquelles le sieur curé de Monville a seul le droit de dîme », dressés à la requête des Chartreux et de Jean-Baptiste Duval, curé de Monville, par Jean Goulay, arpenteur juré au bailliage de Caudebec (1783).

Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon

Brignancourt.

H410 , 1449-1513 , Brignancourt ; Ivry (Abbaye d') ; Ivry (Baronnie d')  

Sentence de la vicomte d'Ivry envoyant l'abbaye en possession d'un certain nombre d'héritages dépendant de son fief de Brignancourt, tenus par Aubin Le Fèvre, faute de payement d'arrérages de rentes à elle dûs (1448) ; — échange d'immeubles situés à Brignancourt entre Jean Queuelevée, d'une part, Jean Du Moustier et Jeanne, sa femme, d'autre part.

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye d'Ivry (Ordre de Saint-Benoît)

Saint-Aubin-le-Vertueux.

H155 , 1291 , Grands-l'Abbé, sises à Saint-Aubin-le-Vertueux ; Roquemont (le Moulin de), sis à Saint-Aubin-le-Vertueux  

Donation à l'abbaye par Raoul de Montgommery de son moulin de Roquemout, avec les droits de mouture dans l'étendue de son fief de Roquemont, le droit dépêche, le cours d'eau et les autres dépendances dudit moulin, le fief que Guillaume Le Petit tenait du donateur, son bois de Roquemont etc., « prêter hec omnia supradicla ego Radulfus de Rokemont percipere debeo, quamdiu vixero, per singulos dies, quatuor panes monachales et unum galonem vini, vel quatuor denarios monete communis pro vino, quando monachi vinum nun bibent, singulis diebus ; et fercula coquine, sicut et unus monachus de conventu... Et sciendum est quodprebati abbas et monachi dabunt mihi, quamdiu vixero, singulis annis, duas robas de burellis qui fient in villa Bernaii, scilicet tunicam et supertunicale sine forratura ;... Et preterea, siequum habeam qui mihi sit proprius, quamdiu ero in villa Bernaii, fenum et avenam rationobililer mihi debent invenire et donare (s. d. Commencement du XIIIe siècle. Cadoc, châtelain de Gaillon, fondateur du chapitre de ce lieu en 1205, figure parmi les témoins) ; — donations, ventes et échanges au profit de l'abbaye de terres situées à Saint-Aubin-le-Vertueux par Pierre du Hamel (1272, n. s.), Pierre Le Villain (1273), Richard Thomé (1286), Robert Brulle et Jeanne, sa femme (1291).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Bernay

Copie du testament de Marguerite Guillard, contenant des legs en argent aux églises de Burey et de Louversey, à la charge de services religieux (1689) ; – vente par les paroissiens de Burey à Nicolas Gastinne, d'une maison, cour, jardin, masure et bâtiments, appartenant à la fabrique de Saint-Aubin de Burey et située « rue du Village », moyennant une rente annuelle de 13 livres 5 sous payable entre les mains des trésoriers (1722) ; – aveu rendu par le trésorier en charge à « messire Cir-François Sébastien de Bellemare, chevalier, seigneur du Breuil-Poignard comme ayant épousé noble dame Elisabeth de Canouville », pour des terres relevant de la seigneurie du Breuil-Poignard.

G462 , 1689-1763 , Breuil-Poignard (seigneurie de) ; Burey ; Louversey  
Contexte :
Églises paroissiales > Burey

Titres de fondation et privilèges.

G184 , 1205-XVIIIe siècle , Aubevoye ; Gaillon (chapitre collégial) ; Heimard (Le Bois, à Ailly) ; Saint-Aubin-sur-Gaillon  

Fondation du chapitre collégial de Gaillon par Cadoc (Cadulcus), châtelain de Gaillon (1205). (Cet acte rappelle la construction, par Cadoc, d'une chapelle à Gaillon en l'honneur de la Vierge et de saint Antoine, la dédicace et la consécration qui en avaient été faites en présence de Luc, évêque d'Évreux, de Guillaume III, évêque d'Avranches, et de Jourdain du Houmet, évêque de Lisieux. Il constitue en outre des revenus pour l'entretien des chanoines et les assigne sur des biens situés à Gaillon et dans diverses paroisses) ; – donation par Gilbert d'Auteuil (Gislebertus de Autoel), au chapitre de Gaillon, d'une rente de 100 sous sur la prévôté de Gaillon, d'un demi-muid de blé sur les moulins d'Aubevoye, d'une maison de pierre appartenant au donateur devant la fontaine de Gaillon, cum duobus hospitibus ante dictant domum residentibus, et de dix acres de bois in bosco Heimardi, près du bois d'Ailly. Gilbert d'Auteuil déclare avoir reçu 100 livres parisis, pour cette donation, de Cadoc, châtelain de Gaillon (22 mai 1208) ; – privilège de Louis IX, roi de France, pour le chapitre de Gaillon (Gisors, mai 1232) : Le Roi se réserve la nomination du chantre, d'un prébende et d'un chapelain ; les nominations des autres chanoines prébendes de Gaillon seront faites par l'évêque d'Évreux ; le Roi déclare en outre confirmer les biens et possessions du chapitre ; – vidimus d'une bulle d'Innocent III, du 7 janvier 1216 : le pape prend sous sa protection le chapitre nouvellement fondé à Gaillon par Cadoc, chevalier, et lui confirme la possession de ses biens ; – mémoire imprimé concernant les « droits du sieur curé de Gaillon dans le chapitre dudit lieu », l'« origine et partie des titres et des droits du chapitre de Saint-Antoine de Gaillon », suivi d'une copie de la sentence prononcée par Claude de Saintes, évêque d'Évreux, le 20 décembre 1580, pour régler les différends pendant entre le chapitre et les curés de l'église paroissiale de Saint-Aubin-sur-Gaillon, et d'une autre ordonnance rendue pour le même objet par Gilles Boutault, évêque, d'Évreux, le 9 octobre 1650 ; – copie d'un mémoire produit par le chapitre collégial de Gaillon, en réponse aux allégations des curés de Saint-Aubin-sur-Gaillon.

Contexte :
Grand séminaire d'Évreux > Ancien chapitre de Gaillon, uni au Grand séminaire d'Évreux en 1737

« Papier terrier du noble fief, terre et seigneurie de Saint-Aubin-des-Frênes, situé et s'extendans dans les paroisses d'Amfreville-la-Campagne, Tourville, Le Tronq et paroisses circonvoisines, appartenant à Messieurs les prieur et religieux chartreux de Saint-Julien-lez-Rouen, dressé par ordre de dom Vincent Barquier, prestre, religieux, prieur, dom Anthesme Mervelt étant coadjuteur et les sieurs François Gille et Pierre Aubert fermiers receveurs ». A la fin, table alphabétique des noms des tenanciers.

H978 , 1774 , Amfreville-la-Campagne ; Rouen (Chartreuse de Saint-Julien-les-Rouen) ; Saint-Aubin-de-Fresnes (Prieuré de) ; Tourville-la-Campagne ; Troncq (Le)  

« Papier terrier du noble fief, terre et seigneurie de Saint-Aubin-des-Frênes, situé et s'extendans dans les paroisses d'Amfreville-la-Campagne, Tourville, Le Tronq et paroisses circonvoisines, appartenant à Messieurs les prieur et religieux chartreux de Saint-Julien-lez-Rouen, dressé par ordre de dom Vincent Barquier, prestre, religieux, prieur, dom Anthesme Mervelt étant coadjuteur et les sieurs François Gille et Pierre Aubert fermiers receveurs ». A la fin, table alphabétique des noms des tenanciers.

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieuré de Saint-Aubin-des-Fresnes