Toutes les ressources Saint Jean-Baptiste 28 résultats (11ms)

Elbeuf.

H745 , 1707 , Elbeuf-sur-Seine ; Elbeuf-sur-Seine (paroisse Saint-Jean) ; Evreux (Abbayes) : Saint-Taurin  

Monitoires délivrés par le vicaire général de l'archevêque de Rouen et par l'évêque d'Évreux, à la requête de Jean Le Sueur, prêtre, docteur en théologie de la faculté de Paris, canoniquement pourvu de la cure de Saint-Jean d'Elbeuf, sur la présentation de l'abbé de Saint-Taurin, contre ceux qui auraient tenté de dissimuler le décès de Nicolas du Chesne, dernier titulaire de cette cure, dans le but de faire obtenir à une tierce personne des provisions régulières dudit bénéfice.

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Saint-Taurin (Ordre de Saint-Benoît)

Elbeuf.

H745 , 1707 , Elbeuf-sur-Seine ; Elbeuf-sur-Seine (paroisse Saint-Jean) ; Evreux (Abbayes) : Saint-Taurin  

Monitoires délivrés par le vicaire général de l'archevêque de Rouen et par l'évêque d'Évreux, à la requête de Jean Le Sueur, prêtre, docteur en théologie de la faculté de Paris, canoniquement pourvu de la cure de Saint-Jean d'Elbeuf, sur la présentation de l'abbé de Saint-Taurin, contre ceux qui auraient tenté de dissimuler le décès de Nicolas du Chesne, dernier titulaire de cette cure, dans le but de faire obtenir à une tierce personne des provisions régulières dudit bénéfice.

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Saint-Taurin (Ordre de Saint-Benoît)

Vente par Charles Jubert, écuyer, seigneur et patron de Portmort et la Gripière, demeurant à Port-mort, à « Dame Marie de Baudry, abbesse de Saint-Jean d'Andely, pour et au nom de ladite abbaye », d'une maison, masure, avec leurs dépendances, et de vingt-neuf pièces de terre, sises à Forêt, moyennant, outre les charges, le prix principal de 15.000 livres tournois, « duquel prix ledit vendeur en a liberallement fait don de quatre cens livres tournois pour être associé et participer aux prières de ladite abbaye ».

H1727 , 1647 , Andelys (Les), Les Bénédictines ; Forêt (fief de) ; Gripière (fief de la) ; Port-Mort  
Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies

Vente par Charles Jubert, écuyer, seigneur et patron de Portmort et la Gripière, demeurant à Port-mort, à « Dame Marie de Baudry, abbesse de Saint-Jean d'Andely, pour et au nom de ladite abbaye », d'une maison, masure, avec leurs dépendances, et de vingt-neuf pièces de terre, sises à Forêt, moyennant, outre les charges, le prix principal de 15.000 livres tournois, « duquel prix ledit vendeur en a liberallement fait don de quatre cens livres tournois pour être associé et participer aux prières de ladite abbaye ».

H1727 , 1647 , Andelys (Les), Les Bénédictines ; Forêt (fief de) ; Gripière (fief de la) ; Port-Mort  
Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Bénédictines d'Andely et Bénédictines de Lyons, y réunies

Analyses et traductions informes (1791) des chartes de l'abbaye comprise sous les cotes 2 à A de la première liasse, premier paragraphe, de l'inventaire dressé par le commissaire du district de Verneuil et par le représentant de la municipalité de Muzy, du 14 novembre 1791 au 12 mai 1792 (les originaux, retirés des chemises qui les renfermaient, ne sont pas parvenus aux archives de l'Eure) ; – copie collationnée d'une transaction passée le 27 octobre 1683 entre Pierre Camus de Pontcarré, « prieur de Saint-Trojan et de Saint-Jean de Musy, conseiller aumosnier du Roy », d'une part, et les procureurs fondés de François de Laval, premier évêque de Québec, abbé commendataire de l'Estrée et de Charles-Marie-Joseph. Bochard, seigneur de Mormoulin, curé de Muzy, d'autres parts. (Les terres de l'abbaye, situées à Muzy, seront exemptes de tous droits de dîmes, conformément aux privilèges de l'ordre de Cîteaux ; l'abbé de l'Estrée et le prieur de Muzy payeront au curé de Muzy chacun 10 livres par an.) – (Première liasse du premier paragraphe de l'inventaire de 1792.).

H303 , 1683 , Estrée (Abbaye de l') ; Mormoulin (fief de) ; Musy ; Verneuil-sur-Avre  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de l'Estrée (Ordre de Cîteaux)

Sôgne (La).

H1560 , 1666 , Evreux (Abbayes) : Saint-Taurin ; Evreux (Ursulines) ; Morsent ; Parville ; Quessigny ; Sôgne (La)  

Aveu rendu par les Ursulines d'Évreux à « Henri de Bourbon, évèque de Metz, prince du Saint-Empire, duc de Verneuil, abbé de l'abbaye de Saint-Taurin d'Évreux, « de laquelle dépendent et relèvent les terres et seigneuries de la Songne, Parville, Saint-Jean-de-Morsen, Quessigny et autres lieux », pour cinquante-trois pièces de terre situées à la Sôgne et relevant de la seigneurie dudit lieu.

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Ursulines d'Évreux

Sentence rendue aux assises de la vicomte de Beaumont-le-Roger, « tenues à la Rivière de Thibouville, pour occasion de la guerre, » le 27 septembre 1438, entre Jean Anquelin, substitut de Colart Anquetin, procureur du roi au bailliage de Beaumont, demandeur, d'une part, et Henri de Meules, religieux bénédictin, procureur de l'abbaye de Bernay, défendeur, d'autre part. La sentence maintient l'abbaye, contrairement aux prétentions dudit Anquetin, dans le droit de présenter à l'église Saint-Jean de Bouffey.

H124 , 1438 , Beaumont-le-Roger ; Bouffay (paroisse Saint-Jean de) ; Rivière-Thibouville (La) ; Rouen (Parlement de)  

Sentence rendue aux assises de la vicomte de Beaumont-le-Roger, « tenues à la Rivière de Thibouville, pour occasion de la guerre, » le 27 septembre 1438, entre Jean Anquelin, substitut de Colart Anquetin, procureur du roi au bailliage de Beaumont, demandeur, d'une part, et Henri de Meules, religieux bénédictin, procureur de l'abbaye de Bernay, défendeur, d'autre part. La sentence maintient l'abbaye, contrairement aux prétentions dudit Anquetin, dans le droit de présenter à l'église Saint-Jean de Bouffey.

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Bernay

Sôgne (La).

H1560 , 1666 , Evreux (Abbayes) : Saint-Taurin ; Evreux (Ursulines) ; Morsent ; Parville ; Quessigny ; Sôgne (La)  

Aveu rendu par les Ursulines d'Évreux à « Henri de Bourbon, évèque de Metz, prince du Saint-Empire, duc de Verneuil, abbé de l'abbaye de Saint-Taurin d'Évreux, « de laquelle dépendent et relèvent les terres et seigneuries de la Songne, Parville, Saint-Jean-de-Morsen, Quessigny et autres lieux », pour cinquante-trois pièces de terre situées à la Sôgne et relevant de la seigneurie dudit lieu.

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Ursulines d'Évreux

Analyses et traductions informes (1791) des chartes de l'abbaye comprise sous les cotes 2 à A de la première liasse, premier paragraphe, de l'inventaire dressé par le commissaire du district de Verneuil et par le représentant de la municipalité de Muzy, du 14 novembre 1791 au 12 mai 1792 (les originaux, retirés des chemises qui les renfermaient, ne sont pas parvenus aux archives de l'Eure) ; – copie collationnée d'une transaction passée le 27 octobre 1683 entre Pierre Camus de Pontcarré, « prieur de Saint-Trojan et de Saint-Jean de Musy, conseiller aumosnier du Roy », d'une part, et les procureurs fondés de François de Laval, premier évêque de Québec, abbé commendataire de l'Estrée et de Charles-Marie-Joseph. Bochard, seigneur de Mormoulin, curé de Muzy, d'autres parts. (Les terres de l'abbaye, situées à Muzy, seront exemptes de tous droits de dîmes, conformément aux privilèges de l'ordre de Cîteaux ; l'abbé de l'Estrée et le prieur de Muzy payeront au curé de Muzy chacun 10 livres par an.) – (Première liasse du premier paragraphe de l'inventaire de 1792.).

H303 , 1683 , Estrée (Abbaye de l') ; Mormoulin (fief de) ; Musy ; Verneuil-sur-Avre  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de l'Estrée (Ordre de Cîteaux)

Sentence rendue aux assises de la vicomte de Beaumont-le-Roger, « tenues à la Rivière de Thibouville, pour occasion de la guerre, » le 27 septembre 1438, entre Jean Anquelin, substitut de Colart Anquetin, procureur du roi au bailliage de Beaumont, demandeur, d'une part, et Henri de Meules, religieux bénédictin, procureur de l'abbaye de Bernay, défendeur, d'autre part. La sentence maintient l'abbaye, contrairement aux prétentions dudit Anquetin, dans le droit de présenter à l'église Saint-Jean de Bouffey.

H124 , 1438 , Beaumont-le-Roger ; Bouffay (paroisse Saint-Jean de) ; Rivière-Thibouville (La) ; Rouen (Parlement de)  

Sentence rendue aux assises de la vicomte de Beaumont-le-Roger, « tenues à la Rivière de Thibouville, pour occasion de la guerre, » le 27 septembre 1438, entre Jean Anquelin, substitut de Colart Anquetin, procureur du roi au bailliage de Beaumont, demandeur, d'une part, et Henri de Meules, religieux bénédictin, procureur de l'abbaye de Bernay, défendeur, d'autre part. La sentence maintient l'abbaye, contrairement aux prétentions dudit Anquetin, dans le droit de présenter à l'église Saint-Jean de Bouffey.

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Bernay

Ormes.

H1630 , 1424-1652 , Ormes ; Rouen (Paroisse de), la Cathédrale ; Saint-Etienne-de-Remeville (Commanderie de)  

Baux à fieffe de deux masures sises à Ormes, passés par Mahieu Ducresson, gouverneur, et par Jean Le Boutiller, commandeur de Saint-Étienne-de-Renneville, à Jean Gillebert, de la paroisse d'Ormes, moyennant une rente annuelle de 10 sous tournois en 1424 et de 12 sous 6 deniers en 1426 ; — aveux desdites masures, rendus à Christophle Le Boulleur de Montgaudry et à Jean de Callonne Courtebourne, commandeurs de Renneville, par « Jean Guillebert dict de Conches, prêtre, curé de Saint-Jean du Cardonnée, chappellain de l'église cathédralle de Notre-Dame de Rouen », Jacques Guillebert et ses frères (1574) et par Simon et Nicolas Guillebert, fils de Jacques (1652).

Contexte :
Ordres militaires religieux > Commanderie de Saint-Étienne-de-Renneville

Ormes.

H1630 , 1424-1652 , Ormes ; Rouen (Paroisse de), la Cathédrale ; Saint-Etienne-de-Remeville (Commanderie de)  

Baux à fieffe de deux masures sises à Ormes, passés par Mahieu Ducresson, gouverneur, et par Jean Le Boutiller, commandeur de Saint-Étienne-de-Renneville, à Jean Gillebert, de la paroisse d'Ormes, moyennant une rente annuelle de 10 sous tournois en 1424 et de 12 sous 6 deniers en 1426 ; — aveux desdites masures, rendus à Christophle Le Boulleur de Montgaudry et à Jean de Callonne Courtebourne, commandeurs de Renneville, par « Jean Guillebert dict de Conches, prêtre, curé de Saint-Jean du Cardonnée, chappellain de l'église cathédralle de Notre-Dame de Rouen », Jacques Guillebert et ses frères (1574) et par Simon et Nicolas Guillebert, fils de Jacques (1652).

Contexte :
Ordres militaires religieux > Commanderie de Saint-Étienne-de-Renneville

Copie informe (XVIIe siècle) d'une charte de Guillaume II de Flavacourt, archevêque de Rouen, confirmant les biens et les revenus de l'abbaye de Corneville, dont les titres avaient été détruits dans l'incendie de l'abbaye (Jumièges. 9 septembre 1290. D'après une copie collationnée délivrée en 1653 à Robert Druel, religieux de Corneville et prieur de Saint-Jean du château de Beaumont-le-Roger) ; – copie collationnée des lettres patentes de Henri V, roi d'Angleterre, « hères et regens regni Franciœ», confirmant à Simon de Roisemare, religieux de Corneville et chapelain de la chapelle Saint-Jean du château de Beaumont-le-Roger, et à ses successeurs, la libre possession des biens, revenus et privilèges attachés à ladite chapelle, fondée et dotée par Roger de Beaumont (datées du château de Rouen, le 22 mars, neuvième année du règne [1421]. Copie délivrée en 1640 à René du Rosguet, religieux de Corneville, prieur ou chapelain de ladite chapelle) ; – copie collationnée des provisions en cour de Rome de la chapelle de Saint-Jean de Beaumont-le-Roger, vacante par la résignation de Nicolas Le Cornu, en faveur de Henri Le Cornu, clerc du diocèse d'Évreux (1645).

H270 , 1290-1645 , Beaumont-le-Roger (Prieuré Saint-Jean du Château de) ; Corneville (abbaye de) ; Junnièges (Abbaye de) ; Rouen (ville)  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Corneville (Ordre de Saint-Augustin)

Copie informe (XVIIe siècle) d'une charte de Guillaume II de Flavacourt, archevêque de Rouen, confirmant les biens et les revenus de l'abbaye de Corneville, dont les titres avaient été détruits dans l'incendie de l'abbaye (Jumièges. 9 septembre 1290. D'après une copie collationnée délivrée en 1653 à Robert Druel, religieux de Corneville et prieur de Saint-Jean du château de Beaumont-le-Roger) ; – copie collationnée des lettres patentes de Henri V, roi d'Angleterre, « hères et regens regni Franciœ», confirmant à Simon de Roisemare, religieux de Corneville et chapelain de la chapelle Saint-Jean du château de Beaumont-le-Roger, et à ses successeurs, la libre possession des biens, revenus et privilèges attachés à ladite chapelle, fondée et dotée par Roger de Beaumont (datées du château de Rouen, le 22 mars, neuvième année du règne [1421]. Copie délivrée en 1640 à René du Rosguet, religieux de Corneville, prieur ou chapelain de ladite chapelle) ; – copie collationnée des provisions en cour de Rome de la chapelle de Saint-Jean de Beaumont-le-Roger, vacante par la résignation de Nicolas Le Cornu, en faveur de Henri Le Cornu, clerc du diocèse d'Évreux (1645).

H270 , 1290-1645 , Beaumont-le-Roger (Prieuré Saint-Jean du Château de) ; Corneville (abbaye de) ; Junnièges (Abbaye de) ; Rouen (ville)  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Corneville (Ordre de Saint-Augustin)

Bail à fieffe passé par Robinet Larchevêque et Jeanne, sa femme, à Vincenot Langlois et à Raullecte, sa femme, bourgeois d'Andely, d'une maison et d'un jardin sis à Andely, rue de la Foullerie, bornés d'un côté la rue qui conduit à la fontaine Saint-Jean, d'un bout le chemin du Roi, moyennant une rente annuelle de 28 sous parisis (1357) ; – reconnaissance par la sous-prieure des Ursulines d'Andely au profit de Claude Le Roux, sieur de Cambremont, conseiller au parlement de Rouen, d'une rente annuelle de 20 sous « pour fieffe d'un jardin contenant demi-acre ou environ », sis au Grand-Andely, rue Sainte-Clotide, borné d'un bout la rivière de Gambon et d'autre bout la fontaine Sainte-Clotide » (1645) ; – mémoires et pièces de procédures pour les Ursulines d'Andely contre MM. De la Blandinière, conseiller à la cour, Puchot, trésorier de France, Richomme, auditeur des Comptes, et Le Roy, avocat, adjudicataires par décret des héritages ayant appartenu à Vincent, François et Robert Dieupart, desquels lesdites religieuses avaient précédemment acquis une maison et des terres sises à Andely et comprises audit décret (1657-1679).

H1729 , 1357-1695 , Andelys (Les) ; Andelys (Les), Fontaine Saint-Jean (sise aux Andelys) ; Andelys (Les), Les Ursulines ; Bellemare (fief de) sis à Plaiville ; Cambremont (fief de) ; Rouen (Parlement de)  
Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Ursulines d'Andely