Tilleul-Lambert (Le), etc.

H1664 , 1536-1666 , Dieu-l'Accroisse (ferme de) sise à Saint-Léger-la-Campagne ; Saint-Etienne-de-Remeville (Commanderie de) ; Saint-Léger-la-Campagne  

Baux à ferme de diverses pièces de terre appartenant à la commanderie de Saint-Étienne-de-Renneville, sises au Tilleul-Lambert et à Saint-Léger-la-Campagne (ferme de Dieu-l'Accroisse, etc.).

Contexte :
Ordres militaires religieux > Commanderie de Saint-Étienne-de-Renneville

Émanville, etc.

H1622 , 1582-1750 , Emanville ; Follenville (fief de) ; Saint-Etienne-de-Remeville (Commanderie de) ; Saint-Léger-la-Campagne  

Baux à ferme, passés par les commandeurs de Renneville ou leurs fondés de procuration, de plusieurs pièces de terre situées à Émanville, à Saint-Léger-la-Campagne et « entre Émanville, Folleville et. Dieu-L'Accroisse ».

Contexte :
Ordres militaires religieux > Commanderie de Saint-Étienne-de-Renneville

Titres de propriété, procès-verbal d'arpentage et transaction concernant dix-sept acres trente-six perches de terre situées sur la paroisse de Saint-Michel de Préaux et relevant de l'abbaye de Saint-Léger de Préaux, acquises par les Carmélites de Jacques Boissel, premier huissier audiencier au siège de la vicomté de Pont-Audemer, suivant contrat du 15 février 1720.

H1516 , XVIIIe siècle , Pont-Audemer (Carmélites de) ; Préaux (Abbaye de Saint-Léger de) ; Préaux (Paroisse Saint-Michel en)  
Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Carmélites de Pont-Audemer

Aveu rendu par la fabrique d'Andely à « nobles dames les prieure et religieuses du monastère royal de Saint-Louis de Poissi, dames et baronnes de la seigneurie de Puchai, du fief de Saint-Léger assis en ladite ? paroisse et environs », pour deux pièces de terre situées à Puchay (1703) ; – aveu rendu par la fabrique à « nobles dames les abbesse, religieuses et couvent de l'abbaye royale de Saint-Amand de Rouen, dames et patronnes de Puchay », pour une masure et 100 perches de terre situées À Puchay (1753) ; – bail passé par la fabrique à Jean-Charles Gouffier, de deux petites pièces de terre situées à Puchay, la première contenant cinq vergées, la seconde contenant une acre cinq perches, moyennant le prix annuel de 35 livres (1771).

G326 , 1686-1771 , Poissy (Monastère-Saint-Louis) ; Puchay ; Rouen (Abbayes, monastères : Saint-Armand, abbaye de)  
Contexte :
Églises paroissiales > Andely > Notre-Dame d'Andely

Beuzeville.

H18 , 1226-1274 , Bec-Héllouin (Abbaye du) ; Beuzeville  

Charte d'Henri de Saint-Léger, abbé du Bec, notifiant l'accord intervenu entre l'abbaye et Guillaume Chambrier (Camerarius), de Conternalin, en 1224, alors qu'Henri du Quesnay (de Kesneio), chevalier, avait fait don à l'abbaye de sa dîme de Beuzeville. Aux termes de cet accord, l'abbaye s'était engagée à ne rien recevoir de l'héritage dudit Henri, sans le consentement préalable de Guillaume Chambrier, à l'exception de la dîme susdite et d'une acre de terre pour construire une grange (1226) ; — abandon à l'abbaye par Robert de Beuzeville, fils de Guillaume de Beuzeville, chevalier, de tous ses droits de patronage sur l'église de Beuzeville (1267) ; — consentement à arbitrage donné par Richard de Contemolin, chevalier, pour régler le différend survenu entre lui et l'abbaye au sujet du droit de patronage de l'église de Beuzeville (1274. Une partie de cette charte manque).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye du Bec (Ordre de Saint-Benoît)

Bail passé par la fabrique à Louis Cartier, du hameau de Mousseaux, de trois pièces de terre, contenant 3 vergées, paroisse de Bouafles, pour le prix annuel de 8 livres (1692) ; – bail d'« une vergée d'île, située au dîmage de Courcelles, dans l'île du Rouble » (1762) ; – déclaration donnée par la fabrique à « noble et vertueuse dame Marie-Anne de Lantillac de Gimel, abbesse de l'abbaye royale de Saint-Léger de Préaux, en cette qualité dame et patronne de la paroisse do Saint-Pierre-de-Bouafles », pour deux pièces de terre relevant de la seigneurie de Rouafles (1770).

G333 , 1692-1770 , Bouafles ; Courcelles ; Mousseaux ; Préaux (Abbaye) ; Rouble (Ile du, à Courelles)  
Contexte :
Églises paroissiales > Andely > Saint-Sauveur du Petit-Andely

Évreux (paroisse Saint-Léger).

H751 , 1768 , Cierrey (le Moulin de), sis à Evreux, rue Vilaine ; Evreux (Abbayes) : Saint-Taurin ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Gilles ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Léger ; Grand-Roue (Moulin de la ), rue Vilaine à Evreux ; Maréchal (le Moulin), sis à Evreux, par Saint-Léger  

Reconnaissance au profit de l'abbaye par François Fritel, meunier du moulin de la Grand'Roue, d'une rente annuelle de 50 sous, « créée pour abonnement de la dixième semaine, qui apartient aux dits sieurs religieux à cause de l'office d'aumônier de ladite abbaye, du dit moulin à bled dont est propriétaire le dit Fritel, nommé anciennement le moulin Maréchal ou moulin de Cierrey, et vulgairement le moulin de la Grand'Roue, sictué en la Rue Vilaine, paroisse Saint-Léger à Évreux ».

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Saint-Taurin (Ordre de Saint-Benoît)

Copie collationnée (1792) de la « déclaration du bien et revenu temporel du prieuré de Saint-Léger-des-Bois, sis en la paroisse de Villers-en-Vexin, vicomté de Gisors, en la chapelle de Notre-Dame-de la-Désirée en la paroisse de Saint-Martin-de-la-Garenne, et du bien et revenu temporel de la chapelle de Notre-Dame-des-Halles, dite de Sainte-Blaise, dans la paroisse de Fours, lesquelles font partie de la manse conventuelle de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prez-lès-Paris, que donne au Roy en sa Cour des Comptes, Aydes et Finances de Normandie les prieur, religieux et couvent de Saint-Germain-des-Prez-lès-Paris ».

H985 , 1720 , Gisors ; Notre-Dame-de-la-Désirée (Chapelle de), sise en la paroisse de Saint-Martin-de-la-Garenne ; Notre-Dame-des-Halles (Chapelle de), dite Chapelle Saint-Blaise, sise paroisse de Tours ; Paris (Paroisse Saint-Germain-des-Prés) ; Saint-Léger-des-Bois (Prieuré de), sis à Villiers-en-Vexin ; Saint-Martin-de-la-Garenne ; Villers  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieuré de Saint-Léger-des-Bois

Radepont.

H1281 , 1454-1765 , Andelys (Les) ; Bernières (fief de) ; Epironennes (le bois des), situé à Radepont ; Herchemont (fief d') ; Rouen (ville)  

Pièces de procédure entre l'abbaye d'une part, et Jean de Poissy, écuyer, seigneur de Radepont en partie, d'autre part, au sujet d'un chêne indûment abattu par les religieuses de Fontaine-Guérard (1454) ; — sentence arbitrale prononcée par Jean de Saint-Léger, écuyer, seigneur de Bernières, et Robert Le Lanternier, écuyer, seigneur de Herchemont « arbistres et chargés des descordz et procès pendans et indécis ès assises de Rouen devant le bailli dudit lieu ou son lieutenant », entre l'abbaye, d'une part, et « Baugoys » de Teufles, écuyer, seigneur de Radepont, d'autre part, au sujet des rentes dues par ce dernier à l'abbaye et du bornage des terres contestées entre les parties (1503) ; — transaction passée entre l'abbaye, d'une part, et Jean-Léonard du Bosc, chevalier, seigneur de Radepont, d'autre part, pour terminer deux procès pendants entre les parties : « l'un, en l'année 1754, au sujet de cinq chesnes que le dit seigneur de Radepont avoit fait abattre, faisant partie des arbres de lizière de son bois des Épirouennes, situé en la parroisse de Radepont, laquelle lizière les dittes dames abbesse et religieuses prétendoient leur apartenir comme faisant partie d'une forrière et bois taillis appartenante à laditte abbaye, lequel proceds a esté porté au baillage d'Andely et est actuellement pendant en la deuxième chambre des enquestes du parlement de Rouen ; l'autre proceds a esté pareillement intenté, à la requeste des dittes dames abesse et religieuses en l'année 1764 au baillage d'Andely, où il est pendant et indécis, au sujet d'un prétendu dommage causé par ledit seigneur de Radepont en faisant mettre en corde dans la forrière desdittes dames le bois qu'il avoit retiré et quelqu'uns desdits arbres de lizières... » (1765).

Contexte :
Ordres religieux de femmes > Abbaye de Fontaine-Guérard (Ordre de Cîteaux)

Préaux (Notre-Dame et Saint-Michel de).

H1314 , 1584-1776 , Fortin (La Fontaine), située à Notre-Dame-de-Préaux ; Mort-Dou (le Moulin du), sis à N.-D. De Préaux, dans l'enclos des Religieuse ; Pont-Authou ; Préaux (Abbaye de Saint-Léger de) ; Préaux (Paroisse de N.-D. de) ; Préaux (Paroisse Saint-Michel en) ; Vif-Dou (Le), ruisseau à Notre-Dame-de-Préaux ; Vif-Dou (Moulin du), l'enclos, des Religieuses de Préaux  

Contrat d'échange entre André Saffré, curé de la première portion de la paroisse Saint-Michel de Préaux, d'une part, et Jean Dupont, procureur du Roi en l'Élection de Pont-Audemer, d'autre part, d'un terrain sur lequel était construit l'ancien presbytère depuis longtemps inhabité, contre un autre terrain contenant 65 perches (1684) ; — procès-verbal de visite par les officiers de la vicomté de Pont-Authou et de Pont-Audemer de deux cours d'eau appelés le Mort-Dou et le Vif-Dou prenant naissance à la fontaine Fortin, située paroisse de Notre-Dame de Préaux, et dont l'un alimentait le moulin à faire de blé farine situé dans l'enclos des religieuses de Préaux ; dressé à l'occasion des contestations soulevées entre l'abbesse de Préaux, d'une part, et Mesdemoiselles Dupont, filles de Jean Dupont, procureur du Roi en l'Election de Pont-Audemer, d'autre part, au sujet de l'entretien desdits cours d'eau (1700) ; — sentence de réunion à la baronnie de Saint-Léger de Préaux de plusieurs pièces de terre mouvantes de ladite baronnie (1717) ; — aveu rendu à l'abbaye par Pierre de Malleville, écuyer, pour un fief appelé l'aînesse Dujardin, situé paroisse Saint-Michel de Préaux et mouvant de la seigneurie de Saint-Léger de Préaux (1775).

Contexte :
Ordres religieux de femmes > Abbaye de Saint-Léger de Préaux (Ordre de Saint-Benoît)

Donations à la fabrique de Brosville, par Pierre Le Forestier, d'une vergée de terre située au triège des Courtieux (1571), – par Robert Le Tourneur, dit Marée, d'une vergée de terre au triège des Longs-Champs (1597), – par Charles Le Doulx, chanoine d'Évreux et prébende de Brosville, d'une vergée de terre au triège du Moulin-Heullin (1639) ; – déclaration donnée par les trésoriers en charge à « Monseigneur l'Illustrissime et Révérendisme Pierre Jules-César de Rochechouart, évêque d'Évreux, conseiller du Roy en tous ses conseils, abbé commendataire de l'abbaye royale de Bonnecombe, prieur du prieuré de Saint-Lô et, à cause de son évêché, baron des baronnies de Condé, Les Baux de Breteuil, Illiers, Le Sacq, Bérengeville, Aviron et Brosville qui s'étend dans les paroisses de Saint-Denis, Saint-Gilles, Saint-Thomas et Saint-Léger de la ville et faubourgs dudit Évreux », des terres appartenant à la fabrique et relevant de la baronnie de Brosville (1747).

G460 , 1571-1761 , Aviron ; Baux-de-Breteuil ; Bérengeville-la-Campagne ; Bonnecombe (abbaye de) ; Brosville ; Condé-sur-Iton ; Courtieux (Les), triège ; Evreux (Saint-Denis) ; Evreux (Saint-Léger) ; Evreux (Saint-Thomas) ; Illiers-l'Evêque ; Moulin-Heullin (Le), triège ; Sacq (Le) ; Saint-Lô (prieuré de)  
Contexte :
Églises paroissiales > Brosville

Fragments et extraits informes d'anciens cartulaires du chapitre épiscopal d'Évreux.

G126 , 1142-1474 , Bernienville ; Bois-Gencelin (Le) ; Brosville ; Condé-sur-Iton ; Cracouville ; Evreux (Saint-Léger) ; Guichainville ; Illiers-l'Evêque ; Limbeuf ; Parent (fief de) ; Pithienville ; Sainte-Honorine (fief de) ; Séez-Moulins  

La première pièce est un feuillet d'un cartulaire in-folio, de la fin du XVe siècle, faisant mention d'un échange passé le 17 septembre 1474 entre Jehan Costart, de la paroisse Saint-Léger d'Évreux et Jean de La Chapelle, écuyer, sieur de Parent et de Sainte-Honorine, et de difficultés survenues vers la même époque entre Richard de Guiry, chevalier, seigneur du Bois-Gencelin et de Pithienville, d'une part, Jean Le Métayer, écuyer, seigneur de Guichainville, et Marguerite de Gaillon, sa femme, d'autre part, au sujet de leurs droits respectifs sur un fief noble situé à Cracouville et tenu par noble homme Pierre Noient, écuyer, seigneur de Limbeuf ; – la seconde pièce est un cahier de feuillets provenant d'un cartulaire de la première moitié du XVIe siècle et contenant des copies de pièces déjà transcrites dans le petit cartulaire du chapitre (G. 122), sous les numéros 17 et 266 ; – la troisième, revêtue d'une ancienne cote d'inventaire ainsi libellée « copie des feuillets lacérés », renferme une transcription du XVIIIe siècle de fragments d'actes compris entre 1265 et 1431 et relatifs aux possessions de l'évêque et du chapitre d'Évreux dans lés paroisses d'Illiers-l'Évêque, de Séez-Moulins, d'Évreux, de Brosville, du Sacq, de Condé et de Bernienville.

Contexte :
Chapitre épiscopal d'Évreux

1er volume contenant les bénéfices dépendant du chapitre cathédral d'Évreux.

G22 , XVIIIe siècle , Aubevoye ; Bernienville ; Branville ; Creton ; Emanville ; Evreux (Ancienne Fondation) ; Evreux (Chapitre Cathédrale) ; Evreux (Grand-Chantre) ; Evreux (Pénitencier) ; Evreux (Ronde, Notre-Dame de la) ; Evreux (Saint-Denis) ; Evreux (Saint-Gilles) ; Evreux (Saint-Léger) ; Evreux (Saint-Pierre) ; Evreux, chapelle dans les autres paroisses de la ville (Saint Michel des Vignes) ; Evreux, Léproserie saint Nicolas ; Fauville ; Hécourt ; Houetteville ; Mandres ; Mesnil-Jourdain (Le) ; Nuisement (Le) ; Ouche (Le Pays d') ; Pacy-sur-Eure ; Perriers-sur-Andelle ; Plessis-Grohan (Le) ; Quittebeuf ; Reuilly ; Sainte-Colombe-la-Campagne ; Saint-Eloi-d'Argences ; Thevray  

Table à la page 1004. Le pouillé dont ce volume fait partie se compose de quatorze registres in-folio renfermant des extraits, tirés des registres de l'évêché aujourd'hui perdus, des actes de présentation et de collation des bénéfices du diocèse. Un volume est consacré à la cathédrale et aux églises d'Évreux ; les dix suivants (2 à 11) comprennent les paroisses du diocèse, classées dans un ordre alphabétique approximatif, l'ordre des archidiaconés et des doyennés ayant été observé pour une même lettre initiale. Les tomes 12 à 14 concernent les abbayes, chapelles, prieurés, léproseries, hôtels-Dieu, dans l'ordre des doyennés. Pour chaque bénéfice, le rédacteur a donné une analyse développée des actes d'élection ou de nomination, de présentation et de collation depuis la fin du XVe siècle jusqu'à la fin du XVIIe. Les renseignements contenus dans le 1er volume s'appliquent aux dignités capitulaires et aux bénéfices suivants : doyenné (1520-1680), chantrerie (depuis 1522) et pénitencerie (1489-1637) d'Évreux ; archidiaconés d'Évreux (1482-1665), du Neubourg (1517-1674) et d'Ouche (1526-1683) ; prébendes des huit chanoines de l'ancienne fondation, du Plessis-Grohan, de Fauville, de la vicomte de Pacy, de Quittebeuf, de Creton, de Houetteville, de Brosville, d'Émanville, de Sainte-Colombe, d'Hécourt, du Nuisement, de la vicomte d'Évreux, de Reuilly, de Thevray, de Perriers, de Bernienville, prébendes dans la cathédrale et sur le sceau de l'évêché ; vicairies de Branville, du Mesnil-Jourdain, de Mandres, vicairie dans la cathédrale ; chapelle épiscopale ; chapelles de la Vierge dans la cathédrale, d'Au-bevoye. De Saint-Denis, de Notre-Dame-de-la-Ronde, de Saint-Gilles, de Saint-Léger et de Saint-Pierre d'Évreux, de Toussaint (église de Saint-Pierre), de Saint-Nicolas et de Saint-Thomas d'Évreux ; prieuré de Saint-Jacques ; chapelle de Saint-Thibault (prieuré de Saint-Jacques) ; abbaye de Saint-Sauveur ; chapelles du maître-autel (Saint-Sauveur), de la messe matutinale (idem), de Notre-Dame (idem), de Saint-Nicolas de l'Officialité, de Saint-Éloi d'Argences, de Saint-Michel des Vignes ; léproserie de Saint-Nicolas d'Évreux,

Contexte :
Évêché d'Évreux > Grand pouillé du diocèse d'Évreux

Titres de propriété des maisons acquises par les Ursulines dans la ville d'Évreux ; – vente par Alexandre Le Pescheur, bourgeois d'Évreux, aux religieuses Ursulines stipulées par « noble et circonspecte personne Me Jean Lejau, haut doyen en l'église cathédrale Nostre-Dame d'Évreux et vicaire général de Monseigneur l'évesque dudit Évreux, d'un ou plusieurs corps de logis où pend pour enseigne Le Dauphin, assis partie en la paroisse Saint-Léger et l'autre partie en la paroisse Saint-Pierre », pour le prix de 2.300 livres tournois (1624) ; – id., par Nicolas Duval, contrôleur des titres en la vicomté d'Évreux, et Mathieu Duval, son frère, d'une maison située paroisse Saint-Pierre et attenant au couvent des Ursulines, pour le prix de 2.400 livres (1628) ; – id., par Pierre Bechet, « d'une ou plusieurrs maisons tant sur la grande Rue, pavé du Roy, que au derrière du lieu, estables et greniers dessus estant, cour, puits et lieu », situées paroisse Saint-Pierre et attenant d'un côté et d'un bout au couvent des Ursulines, pour le prix de 1200 livres tournois (1630) ; – id., par Jacques de Cherville, président en l'Élection d'Évreux, procureur fondé de Louis Brasdefer, écuyer, sieur du Val, avocat ès conseils du Roi, demeurant à Paris, d'une prairie contenant sept vergées, située paroisse Saint-Gilles, devant la maison et lieu du Blin, d'un côté la rivière du Roi, d'autre côté le chemin de Conches ou les pâtures dépendantes de l'abbaye de Saint-Taurin d'Évreux, d'un bout ledit chemin et bout du pont du Blin ; pour le prix de 2.000 livres tournois (1649) ; – id., par Françoise Doucerain, veuve de Michel Osmont, de seize perches de terre situées paroisse Saint-Léger d'Évreux, au village de la Censurière, pour le prix de 40 livres tournois (1685) ; – id., par Claude Blottin, concierge du duc de Bouillon, demeurant à Paris, quai Malaquais, « d'une pièce de terre en masure contenant dix perches, sur laquelle il y a une maison basse, cuisine, salle, cellier, avec une antre petite masure y joignant, contenant quinze perches ou environ », pour le prix de 250 livres tournois (1688) ; – id., par Michel Le Febvre, procureur de l'officialité d'Évreux, « d'une maison consistante en deux bàtiments, l'un sur la rue et l'autre sur le jardin, bornée d'un côté Guillaume Le Mercier, d'autre côté maître François Corneille, conseiller, d'un bout la rue et pavé du Roi et d'autre bout la rivière, située en la paroisse et devant l'église de Saint-Léger dudit Évreux », pour le prix de 1800 livres (1693) ; – procès-verbal d'alignement d'une maison appartenant aux Ursulines dans la rue de la Prison, paroisse Saint-Thomas, dressé par le lieutenant général de la vicomté d'Évreux (1785) ; –état des maisons affermées par les Ursulines d'Évreux et des loyers payés par les locataires (1628-1666).

H1540 , 1536-1785 , Blin (Le Pont du) à Evreux ; Blin (Maison en lieu du) à Evreux ; Censurière (La), Village sis à Evreux, paroisse Saint-Léger ; Evreux (« Maison en lien » sis paroisse Saint-Gilles) ; Evreux (Abbayes) : Saint-Taurin ; Evreux (Hameau), La Censurière, sise paroisse Saint-Léger ; Evreux (Hostelleries Logis ayant « le Dauphin » pour enseigne, sis paroisse Saint-Léger) ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Gilles ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Léger ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Pierre ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Thomas ; Evreux (Ponts et Moulins) : Le Pont-du-Blin ; Evreux (Ursulines) ; Evreux (Ville) ; Paris (ville)  
Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Ursulines d'Évreux

Dixième volume contenant les églises paroissiales (lettre S, fin).

G31 , XVIIIe siècle , Saint-Amand-des-Hautes-Terres ; Saint-Aubin-d'Ecrosville ; Saint-Aubin-le-Guichard ; Saint-Aubin-le-Vertueux ; Saint-Aubin-sur-Risle ; Saint-Cyr-du-Vaudreuil ; Saint-Cyr-la-Campagne ; Sainte-Colombe-la-Campagne ; Saint-Elier-près-Conches ; Sainte-Marguerite-en-Onche ; Sainte-Marthe ; Sainte-Opportune-du-Bosc ; Sainte-Opportune-la-Campagne ; Sainte-Opportune-près-Rugles ; Saint-Etienne-de-Conches ; Saint-Germain-de-Louviers ; Saint-Jacques-de-la-Barre ; Saint-Jean-d'Elbeuf ; Saint-Lambert-en-Ouche ; Saint-Léger-la-Campagne ; Saint-Léger-le-Gautier ; Saint-Martin-la-Campagne ; Saint-Martin-la-Corneille ; Saint-Melain-du-Bosc ; Saint-Melain-la-Campagne ; Saint-Nicolas-de-Verneuil ; Saint-Nicolas-du-Bosc ; Saint-Ouen-de-Mancelles ; Saint-Pierre-de-Cernières ; Saint-Pierre-des-Cercueils ; Saint-Pierre-de-Somoire ; Saint-Quentin-des-Iles ; Saint-Sébastien-de-Moirsent-Bois-Gencelin ; Saint-Sébastien-du-Bois-Gencelin ; Sassey ; Sébécourt ; Semerville ; Soccane-près-Lyre ; Surtauville ; Surville ; Thuit-Anger (Le) ; Venon  

Table à la fin du registre. – Les paroisses comprises dans ce volume sont les suivantes : doyenné de Lyre : Sainte-Opportune-près-Rugles, Saint-Ouen-de-Mancelles, Saint-Germain-de-Rugles, Soccanne ; – doyenné de Conches : Saint-Etienne-de-Conches, Saint-Germain-lez-Évreux, Saint-Élier-près-Conches, Saint-Léger-le-Gautier, Sainte-Marthe, Sébécourt, Saint-Sébastien-du-Bois-Gencelin ; – doyenné d'Ouche : Saint-Pierre-de-Cernieres, Saint-Aubin-des-Hayes, Saint-Aubin-le-Guichard, Saint-Aubin-le-Vertueux, Saint-Aubin-sur-Risle, Saint-Jacques-de-la-Barre, Saint-Lambert, Sainte-Marguerite-en-Ouche, Saint-Quentin-des-Iles ; – doyenné du Neubourg : Sainte-Colombe-la-Campagne, Saint-Léger-la-Campagne, Saint-Martin-la-Corneille, Saint-Melain-la-Campagne, Saint-Melain-du-Bosc, Saint-Nicolas-du-Bosc, Sainte-Opportune-du-Bosc, Sainte-Opportune-la-Campagne, Saint-Pierre-des-Cercueils, Saint-Amand-des-Hautes-Terres, Semerville ; – doyenné de Louviers : Sacquenville, Saint-Aubin-d'Écrosville, Saint-Cyr-du-Vaudreuil, Saint-Cyr-la-Campagne, Saint-Didier-des-Bois, Saint-Germain de Louviers, Saint-Martin-la-Campagne, Surtauville, Surville, Saint-Jean d'Elbeuf.

Contexte :
Évêché d'Évreux > Grand pouillé du diocèse d'Évreux