Confrérie de charité.

G1544 , 1646 , Amécourt ; Rouen (ville)  

Statuts de la Charité, sous l'invocation de Saint Maur, approuvés par Antoine Gaulde, docteur de Sorbonne, vicaire général de l'archevêque de Rouen, à la requête de Florimond de Maries, curé, et des habitants de la paroisse d'Amécourt. « Il est statué et ordonné que toute personne de bonne vie et honneste conversation qui se voudra rendre de ladite confrairie et participer aux mérites et bienfaits d'icelle, y sera reçu en promettant au préalable devant le sieur curé de ladite paroisse ou devant le chapelain d'icelle confrairie que bien et fidellement il maintiendra et gardera à son pouvoir les status d'icelle ; et payera chasque personne pour son entrée à ladite confrairie la somme de dix-huit deniers ou plus grande somme, à sa dévotion, et par chascun an, au jour et feste de Saint-Maur, la somme de deux sols ; et oultre ce, pour chascun décédé, la somme de douze deniers, lé tout pour subvenir aux frais et entretenement de ladite confrairie.... Item, quand chascun frère ou sœur de ladite confrairie ira de vie à trépas, le maistre ou eschevin en estant deument advertys par les parens ou amys du décédé envoiront le serviteur de ladite confrairie par les carfours de ladite paroisse d'Amécourt sonner les clochettes d'icelle confrairie et faire savoir la mort et trépas dudict defunct ou deffuncte ; et le maistre, ayant reçu l'heure de l'inhumation, envoira ledit serviteur sonner douze traicts ou tintetes de la grosse cloche, puis, après quelque peu de temps, à volée, pour assembler en ladite église d'Amécourt les frères servants et aller ensamblement lever et porter en terre sainte le corps du décédé, de quelque maladie que ce soit, dans la banlieue de ladite paroisse d'Amécourt, etc.. Item, si aucun frère ou sœur de laditte confrairie fust en telle pauvreté ou extrémité de maladie qu'il n'eust moien de subvenir à son vivre et nourriture, sera aidé et secouru des moyens d'icelle confrairie, à la prudence et discrétion du sieur curé dudit lieu d'Amécourt et du maistre en charge et en cas que ledict malade décédast, n'ayant laissé de quoy avoir ung drap pour l'ensevelir, il luy en sera fourny ung aux despens de laditte confrairie ».

Contexte :
Confréries > Amécourt

Fondations diverses.

G251 , 1527-1679 , Hacqueville  

Confirmation par Jean Chauvin, vicaire général d'Évreux, de la fondation par Jean Becquet, chanoine de La Saussaye et curé de Hacqueville, d'une messe basse dans l'église collégiale de La Saussaye, le 15 janvier, jour de la fête de Saint Maur (23 mai 1527) ; – donation par Jacques Duguernier, chanoine de La Saussaye, au chapitre collégial, d'une rente de 4 livres tournois pour la célébration d'une messe de Requiem le 30 avril de chaque année, veille de la fête de saint Jacques et de saint Philippe (1er juillet 1670) ; – donation par Elisabeth Héribel, femme d'Antoine de Campion, écuyer, sieur de Bellefontaine, et veuve de feu maître Jean Morel, greffier au parlement de Normandie, au chapitre collégial de La Saussaye, d'une rente annuelle de 39 livres pour la célébration d'une messe basse chaque semaine (18 octobre 1679).

Contexte :
Chapitre collégial de la Saussaye

Chapelle de Saint-Augustin ou de Saint-Autin, située dans la forêt de Longboël.

H462 , 1420-1692 , Longboël (les forêts de) ; Lyons-la-Forêt (Abbaye de) ; Rome ; Saint-Augustin (Chapelle)  

Transaction passée entre l'abbé de Lyre et les vicaires généraux de l'archevêque de Rouen relativement au droit de nomination à ladite chapelle (1420) ; — attribution à l'office d'infirmier de l'abbaye de Lyre de la dîme de la paroisse Saint-Martin de Laigle en échange des revenus de la chapelle de Saint-Autin, que l'infirmier ne pouvait desservir à cause de son éloignement (1427) ; — lettres de provision en cour de Rome de la chapelle de Saint-Autin en faveur de Mathurin d'Espagne, clerc, religieux de la congrégation de Saint-Maur (1683) ; — notes sur les titulaires de ladite chapelle et extrait de la déclaration du temporel de l'abbaye de Lyre, de 1692 : « nous avions dans la forêt de Lomboil la chapelle ou hermitage de St Augustin, vulgairement appelée Saint-Autin, dépendante de l'office d'infirmier, et le revenu d'icelle chappelle, qui consiste environ dix-huit acres de terre tout en un rond-point et tout autour de laditte chapelle, où il y a manoir, grange, colombier et autres bâtimens ; et est le chef du fief de Saint-Autin dépendant de laditte chappelle, le tout présentement possédé par Mr Feron, sieur de Saint-Autin, plutôt par usurpation que par fief ». — (Sixième chapitre, article 4, de l'inventaire de 1738.).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît)

Donations à la fabrique par Guillaume du Buisson, prêtre, de plusieurs pièces de terre situées à Gamaches (1499-1518), – par Robert Mourieult, prêtre, de quatre pièces de terre situées à Étrépagny, « au triège de Lescaubert, au bout du pavement, aux Buissonnetz, et à l'Ormetel de la Maladerie » (1524), – par Robert de la Mare, prêtre, curé de Saint-Martin (1517), – par « Guillemyne, veuve de Jean Duboys, avocat en cour laye, demeurant à Étrépagny », d'une rente de 10 sous tournois et de deux acres et demie de terre situées à Saint-Martin « en la lande de Genestay » (1526) ; – par Jean Prevel, prêtre, de plusieurs pièces de terre situées à Saint-Martin, à Heudicourt et à Bézu-le-Long (1576) ; – vente à la fabrique par Louise Le Boullanger, veuve de Nicolas Le Mercier, d'une acre de terre située à Étrépagny, triège d'entre la Garenne et la Chapelle Saint-Maur, pour le prix de 300 livres tournois (1665).

G597 , 1482-1726 , Bézu-le-Long ; Buissonnetz (Les), lieu dit à Etrepagny ; Etrépagny ; Gamaches ; Heudicourt ; Lescaubert (triège de), à Etrépagny ; Ormetel (triège de l'), à Etrépagny  
Contexte :
Églises paroissiales > Étrépagny

Treizième volume contenant les chapelles, léproseries, prieurés, etc., situés dans les doyennés d'Ouche, du Neubourg et de Louviers.

G34 , XVIIe siècle , Aviron ; Beaulieu-près-Claville ; Beaumesnil ; Beaumontel ; Beaumont-le-Roger (ville de) ; Bec-Thomas (Le) ; Bernienville ; Cambe (La) ; Cannapéville (chapelle de Notre-Dame de Noyon ; Chamblac (Le) ; Châtel-la-Lune ; Chesne (Le) ; Ecardenville-la-Campagne (chapelle de Notre-Dame de Mesnil-Pipart) ; Epinay ; Evreux (Pouillé du diocède) ; Ferrière-sur-Risle (La) ; Fumechon ; Garembouville ; Goupillières ; Grandmont-les-Beaumont ; Gros-Theil (Le) ; Harcourt ; Houetteville ; Iville-près-le-Neubourg ; Landes (Les) ; Léry ; Louviers ; Marbeuf ; Mesnil-Pipart (fief du) ; Nassandres ; Neubourg (Forêt du), Chapelle de Notre-Dame de "Creusemare" ; Neubourg (Le), Ville ; Ouche (Le Pays d') ; Pont-de-l'Arche (Ville) ; Quatremare ; Rivière-Thibouville (La) ; Saint-Aubin-d'Ecrosville ; Saint-Aubin-de-Fresnes ; Saint-Cyr-du-Vaudreuil ; Sainte-Vaubourt-près-Harcourt (fief) ; Saint-Léger-de-l'Hermitage ; Saint-Léger-des-Forges ; Saint-Lubin-de-l'Epine ; Saint-Martin-de-la-Couture ; Saint-Mauxe-du-Bosc ; Saint-Mauxe-du-Grostheil ; Saint-Nicolas-des-Bons-Enfants ; Saint-Nicolas-sur-Chambrais ; Thevray ; Tilleul-Lambert (Le) ; Vaudreuil (Le) ; Vielles ; Villettes  

Table à la fin du registre. – Les bénéfices compris dans ce volume sont les suivants : doyenné d'Ouche : prieuré de Grandmont-lez-Beaumont près Châtel-la-Lune, léproserie de Saint-Nicolas-sur-Chambrais (paroisse du Chamblac), chapelles de Saint-Jean-Baptiste (église de Launay), de Saint-Eustache ou de la Trinité (château de Thevray), de Notre-Dame (château de Beaumesnil), de Notre-Dame du Tilleul (paroisse du Chesne), prieuré ou léproserie de Saint-Blaise (paroisse de La Ferrière-sur-Risle) ; – doyenné du Neubourg : prieurés de Beaumont-le-Roger, de Saint-Aubin-de-Fresnes, de Notre-Dame-du-Parc-lès-Harcourt, de Notre-Dame-du-Bosc de Nassandres, vicariat ou chapelle de Saint-Biaise de Thibouville (église de Thibouville), chapelles de Sainte-Catherine (château du Bec-Thomas), de Saint-Vincent (manoir de Bigards, à Nassandres), de Saint-Nicolas (château de La Rivière-Thibouville, de Sainte-Madeleine de Fumechon (manoir de Fumechon à La Cambe), de Saint-Michel d'Iville (église d'Iville), de Saint-Jean-Baptiste (château de Marbeuf), de Notre-Dame (château du Mesnil-Pipart, à Écardenville-la-Campagne), de Saint-Martin-de-la-Couture ou des Porets (paroisse de Vieilles), de Saint-Maximin ou de Saint-Mauxe du Bosc ou du Grostheil, de Notre-Dame-de-Creusemare (forêt du Neubourg), de Notre-Dame de Liesse (paroisse du Tilleul-Lambert), de Saint-Denis (église de Saint-Nicolas de Beaumont-le-Roger), de Notre-Dame-de-Martel, de Sainte-Madeleine ou de Saint-Jean de Goupillières (paroisse de Goupillières), de Sainte-Marguerite ou de Saint-Laurent-de-Beaumont-le-Roger, du Saint-Esprit (église de Beaumontel), de Saint-Thomas (château d'Harcourt), de Sainte-Vaubourg (manoir de Sainte-Vaubourg, à La Neuville-du-Bosc), de Saint-Thomas de Beauficel (paroisse d'Harcourt), de Sainte-Suzanne (manoir de Beaulieu, à Claville), de Saint-Maur (manoir épiscopal de Bernienville), de Saint-Léger-des-Forges ou de l'Hermitage (paroisse Saint-Nicolas de Beaumont-le-Roger), de Saint-Thibault (paroisse de Saint-Aubin-d'Ecrosville), de Notre-Dame (château d'Écardenville-la-Campagne) ; – doyenné de Louviers : chapelle de Saint-Nicolas-des-Bons-Enfants (paroisse de Notre-Dame de Louviers), léproserie de Louviers, prieuré de Montaure, prieuré d'Acquigny, chapelle de Saint-Hildevert et de Saint-Gatien (paroisse de Saint-Germain de Louviers), prieuré d'Epinay ou de Saint-Lubin de l'Épine, hôtel-Dieu du Pont-de-l'Arche, chapelles de Chalenge (tour de l'église de Notre-Dame de Louviers), de l'hermitage de Sainte-Barbe près Louviers, de Notre-Dame-de-Platemare (paroisse de Houetteville), de Saint-Patrice (paroisse de Léry), de Saint-Louis (église de Saint-Vigor de Pont-de-l'Arche), de Saint-Nicolas (église de Saint-Vigor de Pont-de-l'Arche), de Notre-Dame (manoir de Criquetot, à Villettes), de Sainte-Marguerite du Vaudreuil (paroisse de Saint-Cyr-du-Vaudreuil), de Saint-Louis (château et église de Quatremare), de Saint-Vincent-de-Landes (château de Landes, à Canappeville), de Notre-Dame-de-Noyon (paroisse de Canappeville), du manoir de Garembouville (paroisse d'Aviron).

Contexte :
Évêché d'Évreux > Grand pouillé du diocèse d'Évreux
/medias/customer_2/serieH/H711/FRAD027_H711_001_jpg_/0_0.jpg
433 médias

Cartulaire de l'abbaye de Saint-Pierre-de-Préaux

H711 , XIe-1494 , Angleterre (L') ; Authou ; Bec-Héllouin (Abbaye du) ; Bourg-Achard (Prieuré de Saint-Lô de) ; Brétigny ; Brionne ; Brionne (Léproserie Saint-Michel) ; Brotonne (Forêt de), située près de Hauville ; Brucourt ; Campigny ; Chapelle (fief de la), sis à Campigny ; Combon ; Cormeilles (Abbaye du) ; Corneville (abbaye de) ; Dieppe ; Epaignes ; Epaignes (le Moulin dit de), sis à Criqueville ; Etréville ; Evreux (Ville) ; Gaillon ; Graimbouville ; Hauville ; Honfleur ; Hoquetot ; Houquetot ; Isle-Dieu (Abbaye de), près Perruel ; Lisieux ; Lisieux (Le Chapitre de) ; Mantes ; Meulan ; Montfort-sur-Risle ; Moulin-l'Evêque (Le), sis à Tricqueville ; Neubourg (Le) ; Neuville (fief de) ; Normandie (duché de) ; Pont-Audemer (Paroisse Saint-Germain de) ; Pont-Audemer (Paroisse Saint-Ouen de) ; Pont-Audemer (ville) ; Pont-de-l'Arche, ville ; Préaux (Abbaye de Saint-Léger de) ; Préaux (Abbaye de Saint-Pierre de), Bénédictins de Saint-Maur ; Préaux (Église dédiée à Saint-Thomas-Becket à) ; Préaux (Paroisse de N.-D. de) ; Quillebeuf-sur-Seine ; Roque (ermitage de la) ; Rouen (ville) ; Saint-Béranger-de-la-Roque (ermitage de) ; Saint-Cyr-de-Salerne ; Saint-Denis-le-Thibout ; Saint-Médard ; Saint-Pierre-de-Salerne ; Saint-Sauveur-le-Vicomte (Abbaye de) ; Seine (La), fleuve ; Selles ; Tourville-près-Pont-Audemer ; Toutainville ; Triqueville ; Vascoeuil  

Ce registre, donné aux archives départementales de l'Eure, en 1857, par M. le marquis de Blosseville, renferme 238 feuillets (dont un, le 148e, porte un numéro bis) mesurant 27 millimètres de hauteur sur 20 millimètres de largeur, marges comprises, et contient la transcription de 640 chartes ou documents du XIe siècle (1034 environ) à 1494. Les feuillets 1 à 81 et 97 à 147 appartiennent à la transcription primitive dont la date exacte (1227) est indiquée par la note suivante que le copiste du cartulaire à inscrite à la fin du feuillet 48 verso : « Somnium magistri Willelmi scriptoris hujus libri (en rubriques). » « Ipso die, dum scribebam cartam istam, ego frater Willelmus, claustralis monachus de Pratellis, audivi a pluribus quod nos habuimus de primo theloneo Pratellensis VII solidos et VII obolos. Quinto decimo kalendas Julii. Luna XX nona. Anno ab incarnatione Domini M° CC° XX° VII°. Dies Pasche III° idus Aprilis. Tempore Bernardi abbatis, et ipse erat in Anglia. Régnante Ludovico, filio Ludovici, rege Francorum. » Cette première rédaction comprend notamment les bulles et privilèges apostoliques, au nombre de dix (feuillets 1 à 8), les chartes émanées des archevêques, évêques et chapitres (feuillets 9 à 24), les diplômes des rois d'Angleterre et de France (feuillets 25 à 32), les donations etc. Des seigneurs, fondateurs et bienfaiteurs de l'abbaye (fol. 33 à 81 et 97 à 147). L'interruption de cette série de chartes entre les feuillets 81 et 97 s'explique, comme les autres anomalies que présente l'agencement du cartulaire, par l'interversion, à une époque déjà ancienne, des cahiers de copie qui n'ont pas été reliés dans leur ordre logique. On peut constater en effet que la fin de la transcription de la pièce n° 285 (fol. 96 v°, d'après le numérotage de la fin du XVIe siècle) se trouve rejetée 77 feuillets plus loin, au fol. 173 r°. Les transcriptions des feuillets 181 à 201 forment un travail distinct, postérieur à la rédaction primitive (1231-1285, circa), et s'appliquent spécialement à des documents concernant les possessions des religieux de Préaux et les obligations de leurs tenanciers en Angleterre. Les feuillets 18 verso à 96, 148 à 180, 202 à 208, d'écritures différentes, contiennent des chartes du XIIIe et du XIVe siècles transcrites à une époque plus récente. Enfin on a copié sur les feuillets 232, 233, 237 et dernier trois documents du XVe siècle. Les feuillets 209 à 231 et 234 à 236 sont restés blancs. La plupart des chartes transcrites sont précédées de titres en rubriques et ornées de lettres initiales rouges ou vertes. Fol. 1 à 7 verso. Confirmations des biens, droits et privilèges de l'abbaye par les papes Alexandre III (deux bulles, l'une non datée, l'autre de 1179), Célestin III (1194), Innocent III (1199) et Honorius III (six bulles, dont une de 1220, trois de 1222 et deux de 1224). Fol. 8 recto. Donation à l'abbaye par Jean, seigneur d'Harcourt et de Brionne, des droits de coutume qu'il possédait dans les bois des religieux de Préaux à Saint-Pierre-de-Salerne, à Saint-Cyr-de-Salerne et à Brétigny pour les réparations et réédifications de ses moulins, de ses écluses et de ses gords de Brionne. Jean d'Harcourt confirme en outre à l'abbaye la possession de son moulin de Salerne, sis à Authou, et des droits de mouture en dépendants (1293). Fol. 9-24. Confirmations des droits de patronage, de dîmes, etc., appartenant à l'abbaye dans diverses paroisses (Étréville, Saint-Cyr-de-Salerne, Épaignes, Selles, Notre-Dame-de-Préaux, Toutainville, Saint-Germain et Saint-Ouen de Pont-Audemer, Saint-Pierre-de-Salerne, etc.), par Rotrou, archevêque de Rouen (1183, etc.), Gilles I du Perche, évêque d'Évreux (s. d.), Robert II Poulain, archevêque de Rouen (1210), Jourdain du Houmet, évêque, et le chapitre de Lisieux (1216), Thibaud d'Amiens, archevêque de Rouen (1226), Raoul de Varneville (s. d.), Guillaume I de Ruffière (s. d.), Guillaume II du Pont-de-1'Arche (1224), Arnoul (s. d.), évêque de Lisieux, Richard de Bellevue, évêque d'Évreux (1228), Hugues III d'Amiens, archevêque de Rouen (s. d.) ; transactions et sentences arbitrales passées ou prononcées au sujet des contestations soulevées à propos de droits de patronage, de dîmes et de rentes sur les paroisses ou sur les églises d'Étréville, de Brucourt, d'Houquetot, de Saint-Denis-le-Thiboult, de Vascoeuil de Saint-Germain de Pont-Audemer, entre les religieux de Préaux, d'une part, Luc de Pont-Audemer, chanoine de Rouen (1210), Geoffroi et Gilbert de Brucourt, Robert Ridel, curé d'Houquetot (1205), l'abbaye de l'Isle-Dieu (1207-1226), Robert Poisson, Raoul, curé de Saint-Germain de Pont-Audemer (s. d.) d'autres parts ; sentence rendue par le doyen, le chantre et l'official d'Évreux, juges délégués par le pape, pour obliger le desservant de la chapelle de l'Hôtel-Dieu de Pont-Audemer à prêter le serment de fidélité à l'abbé et au couvent de Préaux et pour lui défendre de recevoir, sans l'autorisation de l'abbaye, les paroissiens de la ville de Pont-Audemer au préjudice des droits des églises paroissiales (1226) ; procès-verbal de consécration de l'autel de l'église de Préaux, placé sous l'invocation de saint Thomas-Becket et de saint Léger, par Raoul de Varneville, évêque de Lisieux, le 14 septembre 1183. L'évêque consécrateur rappelle qu'à certaines fêtes de l'année le chef de saint Léger doit être exposé par les religieux de Préaux à la vénération des fidèles et accorde des indulgences aux visiteurs qui apporteront leurs offrandes. Fol. 25-32. Confirmations par Henri II, roi d'Angleterre, duc de Normandie et d'Aquitaine et comte d'Anjou, des donations faites à l'abbaye par Onfroi de Vieilles (ex dono Hunfredis constructoris ipsius abbatie Pratellensis, quicquid habebat in predicta villa Pratellensi, excepta parte illa quam reservabat alteri abbatie quam proponebat conversationi sanctimonialium construere), par Roger et Robert, fils dudit Onfroi, et par les autres bienfaiteurs de l'abbaye (dix confirmations, dont les dates doivent être placées entre les années 1163 et 1189. La confirmation générale, datée de Caen, qui énumère les noms des donateurs et indique la nature et la situation des biens de l'abbaye, doit être attribuée à l'année 1188 ; les témoins sont : Gauthier de Coutances, archevêque de Rouen, Hugh de Puisac, évêque de Durham, Henri II, évêque de Bayeux, Hugh Nonant, élu de Coventry, Robert, fils de Guillaume, archidiacre de Nottingham, Jean de Coutances, archidiacre d'Oxford, le comte Guillaume de « Mannevilla », Guillaume, comte de Salisbury, Guillaume « de Hummis », connétable, Guillaume, fils de Raoul, sénéchal de Normandie, Guillaume « Mara », Aubré de Saint-Martin, Gilbert, fils de Reinfroi ; confirmation par Richard CSur de Lion, roi d'Angleterre, des exemptions de taille et des autres privilèges concédés à l'abbaye par Robert, comte de Meulan, privilèges qu'avait déjà confirmés son père Henri II (Datum per manum E., Elyensis episcopi, cancellarii nostri. Apud Rupem de Oirevalle, anno IX regni nostri, XXII die Augusti [1198] ; cession par les religieux de Préaux à Louis VIII, roi de France, de l'emplacement de leurs moulins situés « super aquam Dieppe, inter Vadum petrosum et Novum castellum », moyennant une rente annuelle de 40 sous, etc. (Le Vaudreuil. Août 1225). Fol. 33-35. Confirmation par Galeran II, comte de Meulan, des donations faites à l'abbaye par Onfroi de Vieilles, Roger de Beaumont et Robert, ses fils, etc. En tête de cette confirmation, datée de la cour de Brionne, 1155, est transcrite par extraits la donation d'Onfroi de Vieilles, restaurateur de l'abbaye de Préaux (vers 1034), précédée de cette rubrique : « Karta Hunfridi de Vetulis, de donis que contulit ecclesie Pratellensi, qui extitit reedificator illius loci antiquitus destructi. » Après avoir.confirmé les anciennes fondations faites au profit de l'abbaye, le comte Galeran donne aux religieux de Préaux de nombreux droits à Pont-Audemer et sur la rivière de Risle : « donavi... Decimam des estals Pontisaudimeri et de vicecomitatu, et de sicca molta 1 boisselaige et de molendinis tanereiz et de molendinis folereiz et de cortillagiis et de omni re quae decimari debet vel potest vel poterit. Et si nove ecclesie in prefata villa constructe fuerint, in potestate ecclesie sancti Petri de Pratellis, omnium remota calumia, transeant... Supradictis etiam addo decimam omnium salmonum in Risla captorum ; et in anniversario Roberti patris mei, comitis de Mellen t, duorum dierum piscaturam in Risla... Do etiam consuetudinem et quittanciam navium vel baccorum suorum ad Mellent et per totam meam terram... » Cette donation, octroyée par le comte Galeran, avec le consentement de Robert, son fils, et d'Agnès, sa femme, le même jour que la confirmation qui la précède, fut lue par lui devant les religieux de Préaux, assemblés au chapitre. Les témoins furent : Rotrou de Beaumont, évêque d'Évreux, Roger, abbé du Bec, Raoul, abbé de la Croix-Saint-Leufroi, Osberne, abbé de Corneville, Robert du Neubourg, Robert, sénéchal, Guillaume « de Pinu », Raoul Besillart, Raoul, fils d'Aubrée, Gautier de Saint-Sanson, Crépin et Henri, fils de Raoul, Raoul, fils de Turold, Raoul Efflanc, Gilbert « de Bigaz », Richard « de Sancta Maria », Thomas de Tournebu. Fol. 36 verso. Donation à l'abbaye par Galeran (II), comte de Meulan, d'une rente de 20 sous qu'il percevait annuellement sur ses étaux de Pont-Audemer. Cette donation avait pour but l'entretien de la lampe placée dans le chapitre de l'abbaye, où reposaient les corps des ancêtres du fondateur (s. d. Vers 1160). Témoins : la comtesse Agnès et Robert, femme et fils du donateur, Robert de Fortmoville, Guillaume « de Pinu », Raoul de Manneville, Henri de Pont-Audemer, Roger « de Altaribus », chapelain du comte Galeran. Fol. 38 recto. Accord entre Galeran (II), comte de Meulan et Robert du Neubourg, son parent. Le comte Galeran abandonne à Robert du Neubourg des biens et des revenus faisant partie de ses domaines à Pont-Audemer, au Neubourg, à Brionne, à Meulan, à Rouen, etc. En retour, Robert du Neubourg devient son homme et son fidèle vassal : «... Factus est homo meus contra omnes homines, salva fidelitate domini Normannie ; et clamavit adquietas omnes calumpnias et querelas que erant inter nos, et assecuravit mihi juramento omnes terras et tenuras meas et fidèle auxilium contra omnes qui mihi vellent malefacere de terra sivc de aliqua possessione mea et ego similiter ipsi. Assecuravit etiam mihi quod non prohiberet mihi castellum suum ad guerrificandum omnes qui terram mihi vellent auferre... » (S. d.). Fol. 40 recto. Confirmation par Galeran, comte de Warwick, des biens, situés en Angleterre, donnés à l'abbaye par le comte Henri, son grand-père ; « totam villam de Warmitona com omnibus pertinentiis suis, exceptis Berrewikis » (s. d.). Fol. 41 recto. Confirmation par Robert (IV), comte de Meulan, de la donation faite par le comte Galeran, son père, à l'abbaye de Saint-Pierre-de-Préaux, où il avait été enterré, de 10 arpents de terre plantés ou à planter en vignes, situés « apud Osbergenvillam ». Robert de Meulan ajoute à ce don 10 autres arpents de terre au même lieu (s. d. 1167-1171. Rotrou de Beaumont, archevêque de Rouen, Arnoul, évêque de Lisieux, Aimeri, abbé de Saint-Ouen, Richard, abbé du Valasse, figurent parmi les témoins). Fol. 41 verso. Donation à l'abbaye par Robert (IV), comte de Meulan, de divers droits de coutumes dans la forêt de Brotonne (s. d. 1182-1196). Fol. 42 verso. Donation à l'abbaye par Robert (IV), comte de Meulan, de tous ses moulins de Pont-Audemer et de leurs dépendances (s. d.). Fol. 43 verso. Donation par le même du droit de pêche dans la rivière de Risle pendant la dixième semaine (s. d.). Fol. 46 recto. Donation par le même de la maison dont Michel Le Vilain était tenancier, située « inter monasterium sancti Audoeni et pontum Risle » (s. d. 1182-1196. Guillaume, abbé de Corneville, figure parmi les témoins). Fol. 48 verso. Confirmation par Roger, comte de Warwick, de la donation faite à l'abbaye par Raoul de Saint-Sanson, de biens situés en Angleterre « scilicet I hidam et virgatam terre in Warmintona, et decimam de Warmintona, et decimam de Ordlavescota et decimam de Soteswella... » (s. d. Témoins : la comtesse de Warwick, Henri, frère du comte Roger, Guillaume Giffard ; Gautier, chapelain ; Henri, sénéchal). Fol. 49 recto. Donation à l'abbaye par Henri de la Prée, en considération de son entrée en religion, de 12 acres de terre situées à Combon, dans le fief de Marguerite, comtesse de Warwick, mère de Robert du Neubourg (s. d. 1152-1168). Fol. 49 verso. Confirmations par Roger de Portes de la donation faite à l'abbaye par Geoffroi de Combon de 15 acres de terre sises au Mesnil-Othon (s. d.). Fol. 51 recto. Donation à l'abbaye par Henri du Neubourg des terres, situées à Meulan, qu'il tenait de Robert IV, comte de Meulan (s. d. 1166-1168). Fol. 53 verso. Lettres de Jocelin de Bailleul, évêque de Salisbury, déclarant que d'après les résultats de l'enquête à laquelle il s'était livré, l'abbé de Préaux n'avait pas le droit de présenter à l'église « de Estona », à moins que ce ne fût en présence et du consentement de Nicolas, fils de Touroude (Turoldi.S. D. 1142-1189). Fol. 54 verso. Donation à l'abbaye par Roger Abbadon de divers biens situés en Angleterre (s. d. 1129-1142. Témoins et consentants : Robert II, comte de Leicester ; Hugues, fils de Roger Abbadon ; Roger, comte de Warwick, Henri et Geoffroi, ses frères ; Guillaume « Gifart » ; Henri, sénéchal du comte de Warwick ; Roger de Clinton, évêque de Chester ; Richard, abbé de Préaux). Fol. 57 verso. Mandement adressé par Robert (IV ?), comte de Meulan, à ses officiers et à ses prévôts de Pont-Audemer, pour leur prescrire de payer exactement la rente de 7 sous et demi par mois assignée par ses prédécesseurs pour l'entretien de l'ermite de la Roque, « pro sustentatione monachi in hermitorio sancti Berengarii de Roca commorantis » (s. d.). Fol. 58 recto. Confirmation par Roger de Bailleul, abbé, et par le couvent du Bec, de la donation faite à l'abbaye de Préaux par Jean de Livet d'une acre de terre et d'un emplacement propre à construire un moulin (1170). Fol. 59 recto. Accord entre Guillaume II, abbé, et le couvent de Préaux, d'une part, et Ernaud de Tourville, d'autre part, au sujet d'un moulin que ledit Ernaud de Tourville avait fait construire devant sa porte. Ernaud de Tourville s'engage à payer à l'abbaye une rente annuelle de 12 sous (s. d.). Fol. 60 recto. Confirmation par Henri Toroude, d'Étréville, de la donation faite à l'abbaye par ses ancêtres de 15 acres de terres attenantes au manoir des religieux de Préaux à Étréville (1217) ; titres d'une rente de 40 sous assignée au profit de l'abbaye sur un moulin appelé le Moulin-l'Évêque, à Triqueville (s. d.). Fol. 63 recto. Donation à l'abbaye par Guillaume Ferrant, à l'occasion de son entrée en religion, de terres situées à Bourg-Achard (1219). Fol. 63 verso. A la suite de la charte ci-dessus, le copiste du cartulaire a transcrit la note suivante relative au retour d'Angleterre de l'abbé Bernard de Combon, en 1227 : « Anno ab incarnatione Domini M° CC° XX° VII°, in vigilia sancti Laurentii, abbas Bernardus venit de Anglia et com eo Adam, monachus Pratellensis, qui fuerat prior de Anglia ; et ipse Adam secum abstulit et dédit Deo et ecclesie sancti Pétri de Pratellis eucaristiam ubi corpus Domini debet esse super altare. ». Fol. 64-81 recto. Donations, confirmations, etc., au profit de l'abbaye, de biens et de rentes situés ou assignées dans diverses paroisses, par Robert de la Houssaye, Geoffroi, Henri et Robert Louvet, Raoul Tesson, Robert de Tournay, Richard L'abbé, de Saint-Médard (s. d.), Hervé de Rotes, chevalier (1222), Roger de Salerne, fils de Gilbert de Boisset, chevalier (1216), Luc d'Aviron (s. d.), Richard Efflanc, de Tourville, chevalier (1227), Michel L'Abbé, de Tourville, Guillaume « de Bonesbooz », Henri, fils de Robert de Serquigny, Nicolas de Tannei (s. d.), Guillaume d'Émalleville, Guillaume Picot, chevalier, et Roger Espeudri, « de Hoquetot » (1213), Hugues « de Bruecuria », chevalier, Jocelin « de Moiaz », Richard L'Abbé, de Saint-Médard, Guillaume du Chesnay (s. d.), Hugues d'Astin (1210), Robert de Montreuil, Guillaume « Le Poignor », Hugues « de Bauquençai », Geoffroi d'Omonville (s. d.), Thomas, fils d'Yves d'Épaignes, Raoul du Hamel (1219), Etienne Escarpi, de Toutainville, Etienne Maunoury (1222), Richard Le Plat (1224), Michel de Mont, de Toutainville (1227), Guillaume Hasle et Aubrée, sa femme (1218), Richard du Bosc, Renaud de Préaux {s. D.), Guillaume « Wanescrot » (1227), Robert Escarbot {s. D.) ; assignation par Thomas, abbé de Préaux, avec le consentement de son couvent, d'une rente annuelle de 40 sous pour l'entretien du luminaire de l'autel Notre-Dame les dimanches et jours de fêtes. A l'occasion de cette fondation, Raoul de Freneuse, prieur et sacriste de l'abbaye, accorde une somme de 30 livres tournois pour la réparation du dortoir des religieux (1214). Fol. 84 recto. Confirmation par Guillaume II du Pont-de-l'Arche, évêque de Lisieux, des droits de l'abbaye de Préaux sur l'église Saint-Antonin d'Épaignes, tels qu'ils avaient été reconnus par ses prédécesseurs, Guillaume de Buffière et Jourdain du Houmet (1244). Fol. 85 recto. Bail à fieffe passé par l'abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte à celle de Préaux de tout ce qu'elle possédait à Neuville, au diocèse de Rouen (in Nova villa juxta castrum de Drincort) moyennant une rente annuelle de 50 sous tournois (1251). Fol. 87 recto. Mandement adressé par le bailli à l'archevêque de Rouen pour lui notifier un jugement, rendu aux assises royales de Pont-de-l'Arche, qui avait tranché au profit de l'abbaye la question du droit de patronage de l'église Saint-Sanson d'Étréville litigieuse entre les religieux de Préaux, d'une part, le roi de France, Roger de Brotonne et Jean de Villiers, fils de Nicolas de Villiers, d'autres parts (1301). Fol. 92. Cession à l'abbaye par Richard de Brionne, chevalier, de tous ses droits sur le moulin « Seyn » qu'il tenait des religieux de Préaux (1255) ; vente à l'abbaye par Luc, recteur, et par Raoul Morse, prieur de la léproserie de Saint-Michel de Brionne, d'une rente d'un setier d'orge et de cent anguilles, assignée sur le moulin « Sayn » (s. d.). Fol. 94 recto. Abandon à l'abbaye par Robert Louvet, de Campigny, de ses droits de moute prétendus sur son fief de Campigny appelé le fief de la Chapelle (1254). Fol. 96. Lettre adressée à l'évêque de Lisieux par Jean I de Carretot, abbé de Préaux, pour s'excuser de ne pouvoir assister personnellement au synode d'hiver et pour accréditer à sa place A. de Mantes, prieur de l'abbaye (1339) ; lettres patentes de Charles IV le Bel, roi de France, ordonnant, en conformité d'un arrêt de la Chambre des Comptes, de laisser jouir paisiblement les religieux de Préaux de l'exemption des droits de péage sur la Seine pour le transport de leurs vins et de leurs futailles, telle qu'elle leur avait été accordée par son père Philippe le Bel (1327). Fol. 97-147. Notices des donations faites à l'abbaye au XIe et au XIIe siècles. Cette partie du cartulaire que porte en tête la rubrique : « In nomine Domini. Incipit de donis que Hunfridus de Vetulis dédit ecclesie Pratellensi », renferme la transcription par extraits des plus anciennes fondations faites au profit de l'abbaye depuis sa reconstruction par Onfroi de Vieilles vers 1034. Presque toutes sont rédigées à la troisième personne sous forme de notices non datées, mais précédées d'indications chronologiques comme les suivantes : « Illo anno quo perrexit Robertus cornes Jérusalem... Regnante Willelmo Roberti marchionis filio... Illo anno quo mortuus fuit Britanniae cornes A lannus nomine apud Fiscannum... Quo prius inceptum est concilium de pace apud Cadunum. Defuncto abbate Anffrìdo et loco ipsius Willelmo abbate locato... Illo anno quo imperatrix Alemannorum rediit ad patrem suum Henricum regem Anglie in Normannia... Eo anno quo Galerannus cornes Mellent accepit Rogerium de Thoneio... Biduo antequam Willelmus Wanescrot iret Jerusalem... Anno quo Willelmus Rufus, rex Anglorum, et Robertus, comes Normannorum, obsederunt suum fra-trem Henricum in Monte Michaelis... Eo anno quo Willelmus puer, Henrici regis Anglie filius, fecit homagium Ludovico regi Francie... Regnante Roberto, Willelmi regis filio, regis Anglorum... Anno quo Juliana, uxor Eustachii, et filia Amalrici comitis, moniales facte sunt., quo rex juvenis Henricus perrexit Tholosam... Mortuo Walterio Pipardo in Anglice regionis bello... Eodem anno quo in conjugium sortitus est Normannorum marchio Willelmus nomine... Regnante Willelmo filio magni regis Willelmi in Anglia et Roberto fratre ejus ducatum Normannie obtinente... Regnante secundo Willelmo Anglorum rege, magni regis Willelmi filio, qui Anglos bellando adquisivit... Etc. » Parmi les notices les plus intéressantes insérées dans cette partie du cartulaire, on peut citer la suivante, qui, à propos d'une contestation soulevée au sujet de la propriété des églises de Pont-Audemer en présence de Roger de Beaumont, fils d'Onfroi de Vieilles, restaurateur de l'abbaye, retrace les formalités de la procédure du duel judiciaire à la fin du XIe siècle : « Defuncto abbate Anffrido (l'abbé Anffroid mourut en 1078) et loco ipsius Willelmo abbate locato, advenit Ro-gerus Bellemontis precatu monachorum in capitulo eorum, volens scire quomodo se res monasterii haberent. Tune, presente eo, lecta est carta quam firmaverat pater suus et ipse de constructione loci, et ejus jussu exposita. Monachi vero conquesti sunt ex his que in carta scripta erant multa se amisisse et maxime ecclesias Audimeripontis, quas abbas Anffridus dederat Hugoni clerico, Turulfi filio, sine eorum consensu vel licentia. Rogerus vero, ut cla-mores eorum audivit, jussit ut omnia, sicut in carta erant scripta, ita redirent ad dominium monachorum, que sine licentia vel Consilio conventus eorum fuerant dispersa. Hugo vero clericus, ut hec audivit, erexit se adversus monachos, dicens ex integro supradictas ecclesias à domino Hunfrido, cenobii constructore ejusdemque Rogerii patre, antequam ab abbate Anffrido se habuisse. Monachis vero contradicentibus, denominatum est placitum ut ex utraque parte convenirent homines qui hujus rei essent testes, quod et factum est. Ex parte igitur monachorum afifuit testis Goncelinus et ex parte Hugonis ejus frater Gauzfridus. Quid plura ? Assign atis testibus et datis vadimoniis, denominatus est dies ut a supra nominatis testibus bellum fieret. Sed, ut ventum est ad prelium, gratia Dei Gauzfridus, testis et frater Hugonis, qui adversus Gonselinum pro hac re debebat dimicare, invalidum menbris et maxime brachiis se esse confessus est nec ad hoc opus se valere. Quod ut audivit Rogerus, nolens ut ex toto amitteret (Hugo erat enim suus consanguineus), precatus est abbatem Willelmum, quem ad Bellummontem corn quibusdam monachis causa hujus negotii transmiserant fratres loci, ut decem libras denariorum ex Hugone susciperet, ea tamen con-ventione ut, quoad viveret, Hugo ab abbate Willelmo ecclesias supra scriptas teneret et moriens non ejus filius vel aliquis suus cognatus seu sibi proximus hères ultra esset nec partem in ipsis ecclesiis haberet, sed in monachorum dominio redirent : quod vix impetrare potuit ; sed tamen factum est ut petiit. Hujus rei testis est ipse Rogerus et Robertus, ejus filius, et Herluinus, et Radulfus Otonis filius et Turslinus Efflancus, et Gulbertus et Ricardus et Goncelinus et Hunfridus presbyter. Hec vero ratio hic inscripta est jussu ejusdem Rogerii, qui ecclesias unde sermo agitur nobis dédit. ». Fol. 154 verso. Accord passé entre l'abbaye, d'une part, et Eudes Rigaud, archevêque de Rouen, d'autre part, au sujet des vignes que les religieux de Préaux avaient acquises à Gaillon, à l'époque où le château de Gaillon et ses dépendances, devenus depuis, par suite d'échange, la propriété de l'archevêque de Rouen, appartenaient au Roi. Aux termes de cet accord, les vignes en question, acquises par les religieux de 1236 à 1267, devaient leur appartenir sans conteste, ainsi que leur manoir de Gaillon et une rente de 12 deniers due par Guillame Hays, sous la réserve des droits seigneuriaux dus à l'archevêque, seigneur dominant (1267). Fol. 155 verso. Dénombrement des biens de l'abbaye : « Veci que les religieux de Saint-Pierre-de-Préaux baillent que ils tiennent de Monseigneur le duc de Normendie et de quoi les abbés du dit lieu, qui pour le temps ont esté, ont fait féaulté as ducs de Normandie qui pour le temps estoient et as roys de France de tout le temps que la ducée a esté en leurs mains et de quoy l'abbé qui est à présent a fait nouvelement féaulté audit Monseigneur le duc de Normendie, si comme il appert par les pattentes lettres d'icelui seigneur donnéez le douzième jour de May l'an de grâce mil CCCXXXIII..., etc. ». Fol. 158-159 verso. Baux à fieffé des terres appartenant à l'abbaye dans diverses paroisses, passés de 1243 à 1245. Fol. 162 verso. Accord passé aux assises de Pont-de-l'Arche, entre Guillaume de Maulévrier, chevalier, seigneur de Combon, d'une part, et les religieux de Préaux, d'autre part, au sujet de la mouvance de leurs terres de Combon et des redevances par eux dues au seigneur dudit lieu. L'abbé et le procureur des religieux « cognurent et confessèrent que eulx et leurs successeurs tenoient toutes les choses dessus dictes en fieu lay et que eulx en estoient tenus faire audit chevalier et à ses hoirs unes botes chascun an de rente à la feste de Toussaint, ou dix soulz de tournois ou de monnaye courante ; et seront tenus porter les bottes et dix soulz ou faire porter au manoir de Combon ; et prendra le seigneur ou cellui qui en manoir sera les botes ou les dix soulz, lequel qui lui plèra ; et qu'ils estoient tenus poier au dit chevalier un cheval, le meilleur de l'ostel, après le pallefroy l'abbé, pour tous reliefs et pour toutes aides, toutes fois qu'il aura nouvel abbé, soit par mort ou par résination..., etc. (1313) ». Fol. 163 verso. Lettres patentes de Philippe V le Long, roi de France. Le roi reconnaît qu'il n'a pas droit à la nomination d'un moine lai dans l'abbaye de Préaux et donne mandement à son bailli de Rouen et à ses autres officiers de ne plus molester sur ce point les religieux de Préaux (1320). Fol. 164 recto. Échange entre les religieux de Préaux, d'une part, et Philippe le Bel, roi de France, d'autre part, des biens que l'abbaye possédait à VascSuil, dans la forêt de Lyons et aux environs, évalués en revenus à 300 livres et 35 sous tournois, contre d'autres biens appartenant au roi à Toutainville, à Graimbouville, à Hauville, à Montfort et à Préaux, estimés au même prix (1312). Fol. 165 recto. Lettres patentes de Philippe le Hardi, roi de France, déterminant à quelles conditions les habitants de Pont-Audemer pourraient obtenir la concession d'étaux pour la vente de leurs marchandises, et les droits qui seraient perçus pour le roi sur les marchandises vendues (1284) ; diplôme de Philippe-Auguste, roi de France, accordant une commune aux habitants de Pont-Audemer (1204, in castris ante Rotomagum). Fol. 166 recto. Lettres de Zenon de Castiglione, évêque de Lisieux, adressées à « R..., episcopo Solubriensi », pour lui prescrire de réconcilier, dans la forme accoutumée, l'église de l'abbaye de Préaux polluée par suite des violences exercées avec effusion de sang par Robert Vassal, moine profès, envers Robert Valée, aussi moine profès. Robert Vassal avait frappé son collègue au visage « cum ambabus manibus et unguibus » (1427). Fol. 168. Marché passé par l'abbaye avec Raoul Trihen et Emmeline, sa femme, pour l'exercice de l'office de porteur de poisson (piscigerii) de l'abbaye. Raoul Trihen et sa femme devaient avoir un serviteur et un cheval et aller chercher le poisson nécessaire à l'alimentation des religieux à Pont-Audemer, à Honfleur ou à Quillebeuf à toute réquisition du cuisinier de l'abbaye (1253) ; notes sur « la franchise as moines de Preaus à Maante pour le travers de l'ève » (s. d. XIVe siècle). Fol. 169. Confirmation par Richard de Bellevue, évêque d'Évreux, des droits de dîmes et des rentes appartenant A l'abbaye dans la paroisse de Combon (1228) ; donation à l'abbaye par Robert (IV), comte de Meulan, de divers droits d'usage dans la forêt de Brotonne (s. d. vers 1180. Robert de la Porte, frère du comte et abbé de Corneville, figure parmi les témoins). Fol. 172. Mandement adressé par Louis IX, roi de France, au bailli de Rouen, pour lui prescrire de laisser jouir paisiblement les religieux de Préaux du marché de Préaux, le tiers des droits dudit marché et la haute justice étant réservés au Roi (1257) ; « hec sunt jura que habet abbas de Pratellis apud Pontem Audomari ». Fol. 173. Confirmations par Louis IX (1269), par Philippe le Hardi (1288), rois de France, et par Philippe le Bon, comte d'Évreux (1328), de l'exemption de droits de péage sur la Seine, dont jouissaient les religieux de Préaux pour le transport de leurs vins. Fol. 179. Donation à l'abbaye, par Jean Cauvel, chevalier, d'un moulin avec ses dépendances, situé A Triqueville, appelé le Moulin d'Épaignes, autrefois le Moulin-l'Évêque (1303). Fol. 181-201. Enquêtes testimoniales, notes et documents sur les possessions des religieux de Préaux en Angleterre et sur les corvées dues par leurs tenanciers (1231-1285 circa). Fol. 203, recto. « Vechi le nombre des terres du manoyr de Campegnie » (s. d). Fol. 205 recto. Lettre adressée par l'abbé de Préaux aux abbés du Bec et de Cormeilles, présidents du chapitre général des abbés de l'ordre de Saint-Benoît dans la province de Normandie, pour s'excuser de ne pouvoir, par suite d'une attaque de goutte qui l'empêchait de monter à cheval, se rendre au chapitre général convoqué à Lisieux (1331). Fol. 206, verso. Lettre adressée par les religieux de Préaux à Robert Burnell, évêque de Bath et de Wells, pour le remercier des services par lui rendus à l'abbaye et à Nicolas de Campigny, procureur des religieux en Angleterre. Les religieux annoncent à Robert Burnell qu'ils l'ont admis dans leur confraternité et qu'après sa mort, son nom sera inscrit dans le martyrologe de l'abbaye (1286).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Saint-Pierre de Préaux (Ordre de Saint-Benoît)

Cartulaire de l'Évêché d'Évreux (de 1113-1128 à 1350).

G6 , 1113-1350 , Anet ; Ardenne ; Ardenne ; Attez ; Attez ; Attez ; Aubevoye ; Aubevoye ; Autheuil ; Autrebosc ; Aviron ; Aviron ; Baux-de-Breteuil ; Bec-Hellouin (abbaye) ; Bec-Hellouin (abbaye) ; Bérengeville-la-Campagne ; Bernienville ; Bernienville ; Bernienville ; Berville-en-Roumois ; Bichereville ; Bizy (à Vernon) ; Bois-Anzeray ; Bois-Anzeray ; Bois-Leroy ; Bordigny ; Bout-des-Hayes (Le), triège à Daubeuf-la-Campagne ; Bretesche (La) ; Breteuil ; Breteuil ; Breteuil ; Breteuil ; Breteuil ; Breuil-Benoit (abbaye du) ; Brosville ; Brosville ; Brosville ; Brosville ; Brosville ; Buisselein (lieu-dit à Vernon) ; Buisson-Hardouin (Le) ; Caen l'Echiquier ; Cambolle, lieu-dit à Evreux ; Carré (La), lieu-dit ; Cesseville ; Chamblac (Le) ; Chamblac (Le) ; Champigny ; Champs-Jean (île du, à Tourneviller ; Chanu ; Charnelles ; Charnelles ; Charnelles ; Charnelles ; Chéronvilliers ; Chesne (Le) ; Claville ; Cléry-sur-Andely ; Combon ; Conches ; Conches ; Condé-sur-Iton ; Condé-sur-Iton ; Condé-sur-Iton ; Corbie ; Corbière (La), lieu-dit ; Corbière (La), lieu-dit ; Corneuil ; Corneuil ; Coudray (Le) ; Coudres ; Coulonges ; Courcelles ; Courcelles ; Courdemanche ; Cravent ; Dame-Marie ; Dame-Marie ; Dame-Marie ; Damville ; Dardez ; Dardez ; Désert (Le), hameau aux Baux de Breteuil ; Désert (Le), triège aux Baux de Breteuil ; Dreux ; Ecquetot ; Epinay ; Essarts (Les) ; Evant (lieu-dit) ; Evreux ("Belles-Femmes, rue des, paroisse Saint-Thomas) ; Evreux ("Grande-Rue") ; Evreux ("Moustier", rue du) ; Evreux ("Pannette", Rue de) ; Evreux ("Pont-de-l'Evêque) ; Evreux ("Pont-de-l'Evêque) ; Evreux ("Pont-Hérouard", Le) ; Evreux ("Pont-Perrin", Le) ; Evreux ("Porte-du-Seigneur-de-Rabel") ; Evreux ("Saint-Sauveur", rue) ; Evreux ("Saint-Taurin", rue) ; Evreux ("Saint-Taurin", rue) ; Evreux (Chapelle Saint-Jean de l'Evêché, au manoir épiscopal) ; Evreux (Chapitre Cathédrae) ; Evreux (Chapitre Cathédrae) ; Evreux (Chapitre Cathédrae) ; Evreux (Chapitre Cathédrae) ; Evreux (Chapitre Cathédrae) ; Evreux (Chapitre Cathédrae) ; Evreux (Chapitre Cathédrale) ; Evreux (Ecoles) ; Evreux (Evêché Officialité, etc.) ; Evreux (Evêché Officialité, etc.) ; Evreux (Hameaux, fiefs : Cambolle) ; Evreux (Hameaux, fiefs : Cambolle) ; Evreux (Hameaux, fiefs : Fossé du Roy, (Le)) ; Evreux (Hameaux, fiefs : Hérouard) ; Evreux (Hameaux, fiefs : Rabais, Le) ; Evreux (Hameaux, fiefs : Rabais, Le) ; Evreux (Hameaux, fiefs : Rabais, Le) ; Evreux (Hameaux, fiefs : Rabais, Le) ; Evreux (Hameaux, fiefs : Rabais, Le) ; Evreux (Hameaux, fiefs : Rabais, Le) ; Evreux (Hameaux, fiefs : Rabais, Le) ; Evreux (Hameaux, fiefs : Valesne, Le) ; Evreux (Hameaux, fiefs : Valesne, Le) ; Evreux (Lieu-dit: "Cassote", la Vigne de, près Saint-Léger) ; Evreux (Moulins : "Hérouard", le moulin d') ; Evreux (Moulins : "Rochette", le Moulin de La) ; Evreux (Paroisse de la ville épiscopale : la cathédrale) ; Evreux (Paroisse de la ville épiscopale : la cathédrale) ; Evreux (Pénitencier) ; Evreux (Place : "Caille", place à La, paroisse Saint-Thomas) ; Evreux (Saint-Aquilin, paroisse de) ; Evreux (Saint-Denis) ; Evreux (Saint-Denis) ; Evreux (Saint-Denis) ; Evreux (Saint-Germain de Navarres) ; Evreux (Saint-Gilles) ; Evreux (Saint-Gilles) ; Evreux (Saint-Gilles) ; Evreux (Saint-Gilles) ; Evreux (Saint-Léger) ; Evreux (Saint-Léger) ; Evreux (Saint-Léger) ; Evreux (Saint-Pierre) ; Evreux (Saint-Pierre) ; Evreux (Saint-Pierre) ; Evreux (Saint-Thomas) ; Evreux (Saint-Thomas) ; Evreux (Saint-Thomas) ; Evreux (Saint-Thomas) ; Evreux (ville d') ; Evreux (ville d') ; Evreux (ville d') ; Evreux (ville d') ; Evreux (ville d') ; Evreux (ville d') ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Louis) ; Evreux, chapelle dans les autres paroisses de la ville (Saint Michel des Vignes) ; Evreux, Hôtel-Dieu ; Evreux, Saint-Sauveur (abbaye de) ; Evreux, Saint-Sauveur (abbaye de) ; Evreux, Saint-Sauveur (abbaye de) ; Evreux, Saint-Sauveur (abbaye de) ; Evreux, Saint-Taurin ; Evreux, Saint-Taurin ; Evreux, Templiers ; Ferté-Fresnel (La) ; Fossard (le Moulin de) ; Fosse-Mulet (La), triège ; Fourrière (fief de la) ; Gaillon ; Gaud-Sainte-Croix ; Gauville-le-Campagne ; Gerte (fief de) ; Gibardière (La), hameau ; Gisors ; Gisors ; Gouville ; Grandmont-les-Beaumont ; Grand-Parigny (Le), hameau ; Graveron ; Grosbois ; Haches (le moulin aux) ; Hacqueville ; Hamelinc (hameau) ; Harboudière (La), hameau ; Hautes-Terres (manoir des) ; Haye-le-Comte (La) ; Haye-Malherbe (La) ; Heudreville-sur-Evre ; Heulin (Le Moulin ) ; Heulin (Le Moulin ) ; Hom (Le) ; Houpequin ; Illiers-l'Evêque ; Illiers-l'Evêque ; Iton (L'), rivière ; Iton (L'), rivière ; Jardins (fief des), à Conches ; Jumelles ; Jumelles ; Jumièges (Abbaye de) ; Laigle (prieuré de Saint-Sulpice) ; Laigle (ville de) ; Landepéreuse ; Landepéreuse ; Langlée (lieu-dit) ; Langlée (lieu-dit) ; Laon ; Longueline (fief) ; Longuemare ; Longuemare ; Longueville ; Louviers ; Lyre (Abbaye de Notre-Dame de) ; Mancelles ; Mancelles ; Mandres ; Marcilly-la-Campagne ; Marcilly-sur-Eure ; Mares (Les) ; Mares (Les) ; Maubuisson (Abbaye de) ; Maubuisson (Abbaye de) ; Maubuisson (Abbaye de) ; Maubuisson (Abbaye de) ; Mesnil (Le), fief de ; Montaure ; Montéan ; Mousseaux ; Mousseaux ; Mousseaux-sur-Danville ; Mousseaux-sur-Danville ; Mousseaux-sur-Danville ; Mussegros ; Nagel ; Nagel ; Nagel ; Neubourg (Le), Ville ; Neuville-du-Bosc (La) ; Noë (La) ; Nonancourt (Ville) ; Nonancourt (Ville) ; Nonancourt (Ville) ; Nonancourt (Ville) ; Nuisement (Le) ; Nuisement (Le) ; Oraille (L'), triège à Bois-Arnault ; Ouraille (L'), hameau ; Pacy-sur-Eure ; Pacy-sur-Eure ; Panlatte ; Parigny (lieu-dit) ; Pesmoche (le moulin de, à Brosville) ; Petit-Sacq (Le) ; Pincon ; Piseux ; Planche (La) ; Pont-Thibout (Le) ; Pont-Thibout (Le) ; Pré-aux-Bœufs (Le), lieu-dit ; Queue-Blanche (Les Essarts de La) ; Radigne (lieu-dit) ; Rivière-Thibouville (La) ; Roches (Les), hameau à Brosville ; Roches (Les), lieu-dit ; Roches (Les), lieu-dit ; Rotoirs (Les), fief ; Rouen (Chapitre Cathédral) ; Rouen (Echiquier de) ; Rouen (ville) ; Royaumont (abbaye de) ; Royaumont (abbaye de) ; Sacq (Le) ; Sacq (Le) ; Sacq (Le) ; Saint-Christophe-sur-Avre ; Saint-Christophe-sur-Condé ; Saint-Clair-d'Arcey ; Saint-Denis-de-l'Hermitage ; Sainte-Barbe (couvent de), diocèse de Lisieux ; Sainte-Barbe (monastère de) ; Saint-Etienne-de-Renneville (Commanderie de) ; Saint-Etienne-de-Renneville (Commanderie de) ; Saint-Just ; Saint-Maur ; Saint-Nicolas-d'Attez ; Saint-Ouen-d'Attez ; Saint-Ouen-d'Attez ; Saint-Ouen-d'Attez ; Saint-Ouen-d'Attez ; Saint-Pierre-d'Autils ; Séez-Moulins ; Séez-Moulins ; Séez-Moulins ; Senlis ; Taillerie (La), lieu-dit ; Thibouville ; Tillières ; Tournedos ; Tourneville ; Tourneville ; Traversein (lieu-dit) ; Tuilerie (La), lieu-dit ; Vacherie (La) ; Valesme (Le), à Evreux ; Valesme (Le), à Evreux ; Valesme (Le), à Evreux ; Val-Iton (Le), lieu-dit ; Val-Iton (Le), lieu-dit ; Varennes (hameau de) ; Vaudreuil (Le) ; Vaudreuil (Le) ; Vaudreuil (Le) ; Verneuil-sur-Avre (Cordeliers, Les) ; Vernon (Chapitre Collégial) ; Vernon (Manoir épiscopal de Vernon) ; Vernon (Manoir épiscopal de Vernon) ; Vernon (Sainte-Geneviève, paroisse de) ; Vernon (Ville) ; Vernon (Ville) ; Vernon (Ville) ; Vernon (Ville) ; Villalet  

Ce registre, de 220 millimètres de largeur sur 295 millimètres de hauteur, est écrit sur un fort papier de coton ; l'écriture, minuscule gothique, uniforme et régulière, mais pâlie par le temps, appartient au XIVe siècle. Dans son ensemble, ce cartulaire renferme la transcription des actes constatant les privilèges spirituels et les droits temporels dont jouissaient les évêques d'Évreux. Une première lacune existe après le 38e feuillet : dix chartes mentionnées à la table placée au commencement du volume ont disparu à une époque ancienne ; une seconde lacune est facile à constater après le feuillet 123, et une troisième après le feuillet 135 qui se termine par un titre de charte et à la suite duquel commence une nomenclature en 32 feuillets des revenus de l'évêché, dont la rédaction, entreprise postérieurement à 1295, ne paraît avoir été terminée que sous l'épiscopat de Bernard Cariti (1376-1383) : ce dernier document est le plus récent du cartulaire ; les plus anciens sont des chartes de Henri Ier, roi d'Angleterre de 1100 à 1135.

Le cartulaire de l'évêché d'Évreux contient, dans son état actuel, les copies de 335 documents, la plupart de la seconde moitié du XIIIe siècle, dont les originaux sont aujourd'hui perdus à peu d'exceptions près : tous ces titres sont, ci-après, l'objet d'une analyse sommaire avec renvoi au numéro d'ordre et au feuillet du cartulaire :

N° 1, fol. 5. - Bulle d'Innocent IV. Le pape accorde à l'évêque et au chapitre d'Évreux le privilège de ne pas tomber sous le coup des excommunications qui seraient prononcées contre eux pour avoir eu commerce avec des excommuniés, pourvu qu'ils n'aient pas pris part aux faits criminels qui auraient motivé cette peine. (Lyon, 6 mai 1245.)

N° 2, fol. 6. - Bulle d'Innocent IV. Le pape dispense l'évêque et le chapitre d'Évreux d'obéir aux injonctions de l'autorité apostolique ou des légats du Saint-Siège par lesquelles on prétendrait leur imposer la nomination d'un chanoine, d'un prébende ou d'un bénéficier ecclésiastique, si ce n'est en vertu de la production d'un mandement spécial émané du Saint-Siège, faisant mention expresse de l'église d'Évreux et du présent privilège. (Lyon, 6 mai 1245.)

N° 3, fol. 7. - Bulle d'Innocent IV. Le pape déclare qu'aucune excommunication, suspension ou interdit prononcés contre l'évêque d'Évreux ou son église au nom de l'autorité apostolique ou des légats du Saint-Siège, ne seront valables, si ces actes ne sont pas promulgués en vertu d'un mandement spécial du Saint-Siège rappelant expressément le présent privilège. (Lyon, 9 mai 1245.)

N° 4, fol. 7. - Bulle d'Innocent IV. Le pape dispense l'évêque d'Évreux de répondre aux citations en justice à plus de deux journées de marche de la ville d'Évreux, à moins qu'elles ne soient faites en vertu d'un mandement spécial du Saint-Siège rappelant expressément le présent privilège. (Lyon, 9 février 1247.)

N° 5, fol. 7. - Bulle d'Urbain IV. Le pape, consulté par l'évêque d'Évreux, déclare que, dans son opinion, le doyen du chapitre nouvellement élu, et qui n'a pas été confirmé par l'évêque diocésain, ne peut exercer les fonctions de sa charge qu'en vertu d'un privilège spécial du Saint-Siège. (Civita-Vecchia, 2 avril 1264.)

N° 6, fol. 7. - Bulle d'Urbain IV. Le pape donne à l'évêque d'Évreux les pouvoirs nécessaires pour obliger les doyens ruraux et les curés de son diocèse à recevoir les ordres sacrés aux époques déterminées, à résider dans leurs doyennés ou dans leurs paroisses et à s'acquitter des autres devoirs de leur ministère, nonobstant les privilèges apostoliques préjudiciables à la vérité et à la justice dont ils prétendraient se prévaloir. (Civita-Vecchia, 11 octobre 1263.)

N° 7, fol. 8. - Bulle de Grégoire X. Le pape renouvelle dans les mêmes termes les pouvoirs concédés à l'évêque d'Évreux par la bulle précédente (n° 6) en ce qui concerne les doyens ou archiprêtres ruraux et les curés des paroisses. (Civita-Vecchia, 31 août 1272.)

N° 8, fol. 8. - Charte d'Etienne, roi d'Angleterre. Le roi, en présence et avec le consentement de Hugues, archevêque de Rouen, de Jean, évêque de Lisieux, de Ouen, évêque d'Évreux, de Jean, évêque de Séez, d'Algar, évêque de Coutances, et de plusieurs de ses barons, arrête que si un meurtre est commis en temps de paix et pendant la durée des trêves, l'évêque dans le diocèse duquel le crime aura été perpétré aura droit de percevoir sur le meurtrier une amende de neuf livres, la justice royale ne devant rien s'attribuer avant que cette somme ait été payée à l'évêque. (Évreux, 1135-1139.)

N° 9, fol. 8. - Charte de Richard Cœur de Lion, roi d'Angleterre. Le Roi confirme à Jean, évêque d'Évreux, et à ses successeurs, l'établissement à perpétuité du marché qu'il a institué, le samedi, à Condé, domaine de l'évêque d'Évreux. (Vernon, 2 janvier 1190, n. s. )

N° 10, fol. 9. - Charte de Richard Cœur de Lion, roi d'Angleterre. Le Roi confirme à Morelin le Drouais (Morelinio le Droeis), la possession de la maison forte d'Illiers avec ses dépendances, fief relevant de l'évêque d'Évreux, qui lui-même le tient du Roi. En outre, pour la rémission de ses fautes et pour la réparation du mal causé à l'église d'Évreux, il fait don et remise audit Morelin de la somme d'argent dépensée par son aïeul Henri Ier, roi d'Angleterre, pour fortifier le château d'Illiers. (Jaffa, 10 janvier 1192.) - V. le n° 246.

N° 11, fol. 9. - Charte de Henri I", roi d'Angleterre. Le Roi confirme à Ouen, évêque d'Évreux, la possession d'une maison et d'un terrain situés à Rouen et ayant appartenu à Guillaume Brun, clerc du Roi. L'évêque d'Évreux avait acquis cette maison, au prix de cent sous rouennais, pour l'utilité de son église d'Évreux. (Rouen, 1113-1135.)

N° 12, fol. 9. - Charte de Henri Ier, roi d'Angleterre. Le Roi donne à l'église Notre-Dame d'Évreux, à Ouen, évêque d'Évreux, et à ses successeurs, la dîme de tous ses revenus de Verneuil. (Le Vaudreuil, Rodolium, 1131.)

N° 13, fol. 9. - Charte de Henri Ier, roi d'Angleterre. Le Roi établit à Nonancourt une foire annuelle, qui durera trois jours, le jour de la fête de sainte Marie-Madeleine (22 juillet) et les deux jours précédents. Les droits d'issue ou de sortie (exitus) de cette foire appartiendront, moitié à Ouen, évêque d'Évreux, et moitié au Roi. (Westminster, 1113-1128.)

N° 14, fol. 10. - Charte de Henri Ier, roi d'Angleterre. Le Roi donne à l'église d'Évreux, à Ouen, évêque de ce diocèse, et à ses successeurs, toutes les églises de Nonancourt, avec les dîmes des champs, des moulins, des fours et des autres revenus qui lui appartiennent, une charmée (carrucata) de terre et deux maisons dans le bourg, franches de tout droit. Il lui fait pareillement don de toutes les églises de Verneuil, des dîmes de ses revenus, d'une charmée de terre et de deux maisons franches dans cette dernière ville. (Touques, 1113-1135.)

N° 15, fol. 10. - Charte de Henri II, roi d'Angleterre. Le Roi octroie aux habitants de Condé, relevant de l'évêque d'Évreux, les mêmes coutumes, privilèges et franchises dont jouissaient les habitants de Breteuil. (Quevilly, Chivilly, 1164-1183.)

N° 16, fol. 10. - Lettre de Turstin, archevêque d'Yorck, adressée au doyen et au chapitre d'Évreux. L'archevêque rappelle que son frère l'évêque d'Évreux (Ouen), auquel il avait donné une maison à Rouen, achetée de ses deniers, en avait cédé la possession à Gilbert, son chambrier. Il exhorte les chanoines à maintenir ledit Gilbert dans cette possession, et, en répondant ainsi aux intentions de leur évêque, à se montrer les dignes fils d'un si bon père. (1119-1139.)

N° 17, fol. 10. - Donation par Guillaume II, abbé du Bec, et le couvent du même lieu, à Luc, évêque d'Évreux, et à ses successeurs, de l'église de Dame-Marie, avec le droit de patronage et ses dépendances. (1203-1211.)

N° 18, fol. 10. - Accord entre Luc, évêque d'Évreux, et le chapitre de Vernon, réglant les points suivants : le chapitre de Vernon sera tenu d'envoyer au synode diocésain un des chanoines ou un des vicaires de son église, député en son nom ; il sera dispensé des droits de synode et de procuration dûs à l'évêque moyennant une redevance annuelle de dix muids et demi de vin qu'il fournira en compensation. (Évreux, 10 septembre 1217.)

N° 19, fol. 11. - Échange entre le doyen et le chapitre de Vernon, d'une part, et Richard de Bellevue, évêque d'Évreux, d'autre part, d'un muid de vin que l'évêque devait au chapitre à cause d'un vignoble acquis par lui des héritiers de Hugues le Plâtrier, jadis châtelain de Vernon, contre un autre muids de vin blanc que le chapitre pourra prendre sur la vigne de Buisselein appartenant à Bernard Piquet. (Février 1229, n. s.)

N°20, fol. 11. - Accord entre Richard, précepteur de l'ordre du Temple en Normandie, et Luc, évêque d'Évreux. Les Templiers cèdent à l'évêque d'Évreux les moulins des Roches, avec leurs dépendances, pour une rente annuelle de trente livres tournois. La transaction règle en outre des difficultés pendantes au sujet du lavage des troupeaux des Templiers dans la rivière d'Iton, à Brosville, du droit de procuration appartenant à l'évêque à Saint-Etienne (de Renneville) et à Chanu (Chanue ? ), enfin des amendes pécuniaires perçues par l'évêque sur les vassaux des Templiers. (Janvier 1213, n. s.)

N° 21, fol. 12. - Vidimus par le chapitre de Rouen des lettres de Henri Ier, roi d'Angleterre, affranchissant les denrées et tous les objets appartenant en propriété à l'évêque d'Évreux, des droits de tonlieu, de péage et de toute autre redevance, infligeant en outre une amende de 10 livres, pour forfaiture, à ceux qui enfreindraient ce privilège. (XIIe siècle.)

N° 22, fol. 12. - Donation par Geoffroy Alis, clerc et seigneur d'Épinay, à l'église cathédrale et à Luc, évoque d'Évreux, de la quatrième partie du droit de patronage de l'église de Landepereuse, qui lui appartenait à titre héréditaire. (Juillet 1216.)

N° 23, fol. 12. - Cession par Guillaume du Fresne (de Fraxino), chevalier, à Raoul, évêque d'Évreux, et à sa chapelle Saint-Paul de Brosville, de tous les prés qu'il possédait à Tourneville, pour le prix de 15 livres tournois. (1220-1223.)

N° 24, fol. 12. - Cession par Jean du Bois, ou du Bosc (de Bosco), à Luc, évêque d'Évreux, et à ses successeurs, de trois sous de rente annuelle et de tous les droits du cédant sur le fief que les templiers de Saint-Étienne-de-Renneville tenaient de lui aux Roches de Brosville, pour le prix de 45 sous tournois et à la condition que ces trois sous de rente seraient employés à l'achat de deux cierges pour le service de la chapelle de l'évêque d'Évreux, à Brosville, le jour de la fête de saint Pierre et de saint Paul. (Mai 1211.)

N° 25, fol. 12. - Donation par Jean de Feuquerolles, chevalier, à la chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul de Brosville, pour le luminaire, du droit de mouture (molta) de Guillaume Grillel de Rouen et de ses tenanciers, qui seront tenus d'aller moudre aux moulins de l'évêque d'Évreux, aux Roches. (1216.)

N° 26, fol. 13. - Cession par Roger Pescheveron, chevalier, à Raoul Ier de Cierrey, évêque d'Évreux, et à sa chapelle Saint-Paul de Brosville, de tous les prés qu'il possédait à Tourneville, à l'exception d'un seul cédé antérieurement à Pierre de Kartoit, pour le prix de 25 livres tournois. (1223.)

N° 27, fol. 13. - Donation par Richard du Homme (de Hommo), avec le consentement d'Agnès, sa femme, à la chapelle Saint-Paul de Brosville, de 3 sous de rente, 12 deniers, un pain de la valeur de 2 deniers et un chapon que lui devait annuellement l'évêque d'Évreux, ainsi que d'un pré attenant au pré de l'évêque, aux Boches. (1237.)

N° 28, fol. 13. - Donation par Guérin de Bérou, Jean de Bérou et Guillaume L'Evêque de Bérou, à l'église de Dame-Marie, des parts de dîmes que les donateurs possédaient à Montéan (Mons Audoeni), sur les fiefs Houpequin et d'Escublay et sur ceux de Gille ou Gilon de Montéan, de Renold de Reuilly et d'Eustache des Hayes. (1203-1220, Luc, évêque d'Évreux, figurant comme témoin.)

N° 29, fol. 13. - Donation par Guillaume de Séez-Moulins, chevalier, à la chapelle Saint-Edmond et Saint-Thomas à Condé, de 12 deniers tournois de rente pour achat de cire. Le donateur aura la faculté d'ouvrir une conduite d'eau et de faire une écluse pour irriguer ses prairies, sans nuire toutefois aux prés et aux moulins de l'évêque d'Évreux. (1214).

N° 30, fol. 14. - Donation par Geoffroi le Puilleis, au luminaire de la chapelle Saint-Thomas et Saint-Edmond de Condé, de son pré de l'Orme et d'un autre qu'il possédait au-dessous d'Ardenne, à côté des prés de l'évêque. Le donateur déclare en outre renoncer aux réclamations qu'il poursuivait contre l'évêque au sujet de la sergenterie, du fief de Corbin et des dîmes de Haiis Jpulleis. (Novembre 1216.)

N° 31, fol. 14. - Donation de Geoffroi le Puilleis. - Duplicata de la charte précédente.

N° 32, fol. 14. - Cession par Mathieu de Bois-Anzeray, à Luc, évêque d'Évreux, et à ses successeurs, de l'église de Bois-Anzeray, avec les droits en dépendant, pour la somme de 35 livres. (Septembre 1207.)

N° 33, fol. 14. - Donation par Nicolas du Mesnil et Isabelle, sa femme, à Luc, évêque d'Évreux, et à ses successeurs, de l'église de Saint-Ouen de Mancelles, avec les droits en dépendant. (Octobre 1208.)

N° 34, fol. 15. - Confirmation de la donation précédente (n° 33) par Raoul de Gisay, beau-père de Nicolas du Mesnil. (Octobre 1208.)

N° 35, fol. 15. - Cession par Richard Far si, à Luc, évêque d'Évreux, et à ses successeurs, de l'église Saint-Martin de Landepereuse, avec le droit de présentation, pour le prix de 7 livres tournois. (Juin 1212.)

N° 36, fol. 15. - Donation par Hugues de Saint-Hilaire, prêtre, avec le consentement de Guillaume, son neveu, à Luc, évêque d'Évreux, et à ses successeurs, de son droit de patronage de l'église de Nagel. (Mars 1213.)

N° 37, fol. 15. - Donation par Hugues de Saint-Hilaire, seigneur de la Bretesche (de Bretesca), à Guillaume du Fresne et à ses héritiers, de son droit de présentation à l'église de Nagel. (Août 1213.)

N° 38, fol. 15. - Confirmation par Guillaume de Saint-Hilaire de la donation faite par son oncle Hugues de Saint-Hilaire, à l'église et à l'évêque d'Évreux, du droit de patronage de l'église de Nagel. (Mars 1213.) - V. le n° 36.

N° 39, fol. 16. - Cession par Guillaume de la Ferté-Fresnel, chevalier, à Guillaume du Fresne, chevalier, de son droit de présentation à l'église de Nagel. (1214.)

N° 40, fol. 16. - Donation par Guillaume du Fresne, chevalier, à l'église cathédrale et à Luc, évêque d'Évreux, de son droit de présentation à l'église de Nagel. (1215.) - V. les nos 37, 39 et 41.

N° 41, fol. 16. - Cession par Simon de la Ferté, frère de Guillaume de la Ferté, à Guillaume du Fresne et à ses héritiers, de son droit de présentation à l'église de Nagel. (Avril 1214.)

N° 42, fol. 16. - Confirmation par André de Coleors, précepteur de l'ordre du Temple en France, de l'accord conclu en janvier 1212 (1213 n. s.) entre Richard, précepteur de l'ordre du Temple en Normandie, et Luc, évêque d'Évreux. (Janvier 1213 n. s.) - V. cet accord, n° 20.

N° 43, fol. 17. - Donation de Guérin, Jean et Guillaume L'Évêque de Bérou. - Duplicata du n° 28.

N° 44, fol. 17. - Donation de Jean du Bois. - Duplicata du n° 24.

N° 45, fol. 17. - Cession par Raoul Guignon, chevalier, à Luc, évêque d'Évreux, et à ses successeurs, des biens qu'il possédait dans la paroisse du Sacq, au Buisson-Hardouin, pour le prix de 12 livres tournois. (Avril 1214, n. s.)

N° 46, fol. 17. - Echange entre Richard du Homme (de Humme), chevalier, et Luc, évêque d'Évreux, du fief de Esgaut contre une rente de 17 sous assignée sur une terre à Brosville. Richard du Homme donne en outre en pure aumône à l'évêque d'Évreux et à ses successeurs l'île du Champ-Jehan (insula de Campo Joannis), située au-dessous du gué de Tourneville. (1203-1220). - V. le n° 27.

N° 47, fol. 18. - Les lépreux de Nonancourt, à l'occasion de la concession et de la consécration de leur cimetière par Luc, évêque d'Évreux, s'engagent à ne donner la sépulture dans ce cimetière qu'aux seuls lépreux et à leurs serviteurs habitant avec eux, afin de ne pas porter préjudice aux droits de l'évêque et à ses églises de Nonancourt. (Octobre 1208.) - V. le n° 14.

N° 48, fol. 18. - Cession par Jocelin Gelinel à Luc, évêque d'Évreux, de 12 sous 6 deniers tournois de rente annuelle, que l'évêque lui devait sur son moulin de Pesmoche, aux Roches, pour le prix de 7 livres tournois. (Octobre 1216)

N° 49, fol. 18. - Donation par Nicolas d'Ecquetot à l'église d'Évreux et à Richard de Bellevue, évoque d'Évreux, de l'héritage ayant appartenu à Chrétien du Moulin-Heulin, comprenant une masure, un jardin et un pré situés au Moulin-Heulin (apud molendinum Huelini). (Novembre 1228.)

N° 50, fol. 18. - Vente par Eusebert le Boulanger et Alice, sa femme, à Richard, évêque d'Évreux, de la portion du moulin Heulin qui leur appartenait par droit d'héritage, pour le prix de 4 livres tournois. (Octobre 1239.)

N° 51, fol. 19. - Vente par Nicolas, fils de Mathieu, Mathilde sa femme, Martin de la Rive (de Ripa) et Pétronille, sa femme, à Luc, évêque d'Évreux, des maisons, terres et revenus qu'ils tenaient dudit évêque à Évreux, au Valesme (Vallis Emme) et au Homme, près du Pont de l'Évêque, pour le prix de 11 livres tournois. (Décembre 1213.)

N° 52, fol. 19. - L'évêque d'Évreux, pour éviter à Mathilde et à Pétronille, femmes de Nicolas, fils de Mathieu, et de Martin de la Rive, les inconvénients d'un voyage à Évreux, déclare accepter la renonciation qu'elles ont faite à Rouen de leurs droits sur les biens vendus par leurs maris à l'évêque d'Évreux en vertu de l'acte précédent (n° 51). (Rouen, décembre 1213, en présence de Jean Luce, maire de Rouen.)

N° 53, fol. 19. - Cession par Jean du Bois-Huard à Luc, évêque d'Évreux, et à ses successeurs, du bois qu'il possédait entre le bois de Geoffroi Pointel et celui de Richard Bouteiller, sur le chemin de Bérengeville. (Septembre 1215.)

N° 54, fol. 19. - Cession par Roger de Thomer, Hugues, son frère, et Engenulphus du Buisson, à Luc, évêque d'Évreux, et à ses successeurs, d'un muid de seigle sur le grenier de l'évêque, à Condé, pour le prix de 20 livres tournois. (Mai 1220, n.s., aux assises du bailliage, à Breteuil.)

N° 55, fol. 19. - Guillaume, abbé de Saint-Taurin d'Évreux, reconnaît avec le consentement de son couvent avoir reçu de Richard, évêque d'Évreux, la métairie que l'évêque possédait au Valesme et à Panette avec son manoir de La Rochelle et les précaires qui en dépendaient, pour en jouir à perpétuité moyennant une rente de 12 muids de blé. L'évêque accorde en outre à l'abbé et à ses successeurs le droit de pâturage ou de panage pour cent porcs dans ses bois et dans ses pâtures. (Juillet 1226.)

N° 56, fol. 20. - Vente par Guillaume de Convenant (de Cocenant) à Richard, évêque d'Évreux, de la partie du fief de Convenant qu'il possédait par droit d'héritage, pour le prix de 13 livres tournois. (Octobre 1229.)

N° 57, fol. 20. - Vente par Mathieu de Mussegros (de Mucegros) à Richard, évêque d'Évreux, d'une rente d'un muid et demi de vin rouge que le vendeur percevait sur le pourpris de l'évêque, à Vernon, pour le prix de 15 livres parisis. (Vernon, mai 1231.)

N° 58, fol. 20. - Vente par Simon de Tourneville à Richard, évêque d'Évreux, du moulin que le vendeur possédait à Tourneville, avec ses dépendances et deux-petites îles voisines pour faire des écluses, moyennant 24 livres tournois et une rente annuelle de trente setiers de blé. (Mai 1235.)

N° 59, fol. 20. - Donation par Roger de Berville, chevalier, à Raoul II de Cierrey, évêque d'Évreux, de 40 sous tournois de rente annuelle à prendre sur le moulin du donateur, à Berville. (Juillet 1242.)

N° 60, fol. 21. - Vente par G. de Tourneville à Raoul II de Cierrey, évêque d'Évreux, des droits que le vendeur possédait sur le moulin de Tourneville et ses dépendances, pour le prix de cent livres et 60 sous tournois, et moyennant une redevance annuelle d'une paire de gants (cirothecarum) de la valeur de 3 deniers tournois. (Juillet 1237.)

N° 61, fol. 21. - Vente par Philippe Barene à Jean II de La Cour d'Aubergenville, évêque d'Évreux, de trois acres de terre et d'un jardin à Bernienville, situés près du manoir de l'évêque, pour le prix de 35 livres tournois. (Juillet 1253.)

N° 62, fol. 21. - Vente par Guillaume de Marcilly, clerc, fils de feu Jean de Marcilly chevalier, à Gilbert, seigneur des Essarts, de tous les droits du vendeur sur le moulin de Fossard, situé dans le fief de l'évêque d'Évreux, pour le prix de 50 livres tournois. (Novembre 1260.)

N° 63, fol. 22. - Confirmation par Jean Noël, chevalier, beau-père de Guillaume de Marcilly, de la vente du moulin de Fossard et des autres conventions passées par ledit Guillaume en vertu de l'acte précédent (n° 62). (1260.)

N° 64, fol. 22. - Cession par Gilbert, seigneur des Essarts, à Raoul II de Cierrey, évêque d'Évreux, du moulin de Fossard et des droits en dépendant. (Novembre 1261.) - V. le n° 62.

N° 65, fol. 22. - Vente par Richard Mouvent, de la paroisse de Tourneville, et Ermengarde, sa femme, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de six soustournois de rente assis sur des terres, à Tourneville, pour le prix de 60 sous tournois, (Janvier 1261, n. s.)

N° 66, fol. 23. - Vente par Barthélémy de Perron, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de 22 sous six deniers tournois de rente annuelle que le vendeur avait coutume de percevoir sur un des moulins de l'évêque, aux Roches de Brosville, appelé le moulin des Frères (moiendinum Fratrum), pour le prix de 14 livres tournois. (Octobre 1260.)

N° 67, fol. 23. - Vente par Albereda, veuve de Martin le Mareschal, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de 8 sous tournois de rente annuelle assis sur un enclos qu'elle possédait à Brosville, " in vico monasterii ", pour le prix de quatre livres tournois. (Mai 1260.)

N° 68, fol. 23. - Vente par Raoul Gambete, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de 4 sous tournois de rente annuelle assis sur une pièce de terre et sur un jardin à Brosville, pour le prix de 40 sous tournois. (Juillet 1260.)

N° 69, fol. 24. - Vente par Guillaume Bourgeois, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de 3 sous de rente annuelle assis sur une terre et sur une masure, à Brosville, pour le prix de 30 sous tournois. (Mai 1260.)

N° 70, fol. 24. - Vente par Hugues le Monnier, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de 10 sous tournois de rente annuelle assis sur une maison située aux Roches de Brosville, pour le prix de cent sous tournois. (Avril 1261, n. s.)

N° 71, fol. 24. - Vente par Etienne Vilain, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de 4 sous tournois de rente annuelle assis sur la propriété que le vendeur possédait à Brosville, pour le prix de 40 livres tournois. (Mai 1260.)

N° 72, fol. 24. - Vente par Jean le Membre, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de trois sous de rente annuelle assis sur sa terre de Brosville, pour le prix de 30 sous tournois. (Juillet 1260.)

N° 73, fol. 24. - Vente par Robert Rose, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de 3 sous tournois de rente annuelle assis sur l'héritage que le vendeur possédait à Brosville, pour le prix de 30 sous tournois. (Juin 1260.)

N° 74, fol, 25. - Vente par Nicolas le Champion et Emmeline, sa femme, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de 2 sous tournois de rente annuelle assis sur leur maison située dans la paroisse de Tourneville, aux Jardins, pour le prix de 20 sous tournois. (Juin 1260.)

N° 75, fol. 25. - Vente par Simon l'Anglais, de Tourneville, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de 10 sous de rente annuelle assis sur trois acres de terre situées dans la paroisse de Brosville, à Radigue, pour le prix de 100 sous tournois. (Mai 1260.)

N° 76, fol. 25. - Vente par Anfroi Marie (Anffredus die tus Marie), à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de 2 sous tournois de rente annuelle assis sur une vergée (virgulla) de vigne et sur une masure appartenant au vendeur, à Brosville, pour le prix de 20 sous tournois. (Juin 1260.)

N° 77, fol. 25. - Vente par Robert des Jardins, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de 6 sous tournois de rente annuelle assis sur une portion d'héritage qui appartenait au vendeur dans la paroisse de Tourne-ville, aux Jardins, pour le prix de 60 sous tournois. (Mai 1260.)

N° 78, fol. 25. - Vente par Raoul le Villain, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de 2 sous tournois de rente annuelle assis sur deux masures à Brosville. (Juin 1260.)

N° 79, fol. 26. - Vente par Guillaume Roulant, à l'évêque d'Évreux, de 3 sous tournois de rente annuelle assis sur une maison et une masure situées aux Roches de Brosville, près des moulins de l'évêque, pour le prix de 30 sous tournois. (Juin 1260.)

N° 80, fol. 26. - Vente par Richard le Comte, à l'évêque d'Évreux, de 3 sous de rente et d'une poule, à prendre annuellement sur une acre et demie de terre située à Brosville, pour le prix de 34 sous tournois. (Mai 1260.)

N° 81, fol. 26. - Vente par Barthélemi Gelinel, de Tourneville, et Jean Postel, de Jumelles, à l'évêque d'Évreux, de 5 sous 2 deniers tournois de rente annuelle assis sur un moulin appartenant à l'évêque dans la paroisse de Brosville, aux Roches, pour le prix de 55 sous tournois. (Novembre 1260.)

N°82, fol. 26. - Vente par Nicolas le Champion, à l'évêque d'Évreux, de la dixième partie des revenus du moulin Heulin, dans la paroisse de Tourneville, pour le prix de 7 livres et 10 sous tournois. (Novembre 1260.)

N° 83, fol. 26. - Vente par Raoul Herbert, à l'évêque d'Évreux, de 18 deniers de rente annuelle assis sur deux maisons, à Brosville, pour le prix de 15 sous tournois. (Mai 1260.)

N° 84, fol. 27. - Vente par Richard de L'Aunay et Jean, son fils aîné, à l'évêque d'Évreux, de 12 sous 4 deniers de rente annuelle assis sur le moulin des Frères, situé aux Roches de Brosville et appartenant à l'évêque d'Évreux, pour le prix de 6 livres tournois. (Novembre 1260.)

N° 85, fol. 27. - Vente par Guillaume Peluquet, de la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, de 3 sous de rente annuelle assis sur les biens du vendeur, à Brosville, pour le prix de 30 sous tournois. (Mai 1260.)

N° 86, fol. 27. - Vente par Robin le Membre, à l'évêque d'Évreux, de 2 sous 6 deniers de rente annuelle assis sur les biens du vendeur, à Brosville, pour le prix de 25 sous tournois. (Juin 1260.)

N° 87, fol. 27. - Vente par Jean L'Anglais, Laurencie sa femme et Emmeline Jude, à l'évêque d'Évreux, de 4 sous tournois de rente annuelle assis sur une vigne possédée par Etienne le Page, à Brosville, pour le prix de 40 sous tournois. (Mai 1260.)

N° 88, fol. 28. - Vente par Simon Auberuche, à l'évêque d'Évreux, de 3 sous de rente annuelle assis sur les biens du vendeur, à Brosville, pour le prix de 30 sous tournois. (Juin 1260.)

N° 89, fol. 28. - Vente par Jean Chaperon, à l'évêque d'Évreux, de 2 sous tournois de rente annuelle assis sur les biens du vendeur, à Brosville, pour le prix de 20 sous tournois. (Juin 1260.)

N° 90, fol. 28. - Vente par Haysie de la Porte (Haysia de Porta), à l'évêque d'Évreux, de 18 deniers tournois de rente annuelle, assis sur une vigne appartenant au vendeur, à Brosville, pour le prix de 15 sous tournois. (Juin 1260.)

N° 91, fol. 28. - Distribution des revenus du bénéfice appelé communément " la trésorerie du Vaudreuil ", faite par Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, d'après la volonté de Louis IX, roi de France, qui en avait la collation. L'évêque d'Évreux se réserve la libre disposition des dîmes novales, ainsi que le droit de patronage des églises du Vaudreuil ; il attribue le reste des biens et des revenus de la trésorerie à l'abbaye de Royaumont, fondée par Louis IX, à l'exception toutefois des dîmes des églises de la ville, qui appartiendront, suivant les ordres du Roi, à leurs paroisses respectives ; il dispense, en outre, les curés des églises paroissiales de la ville, de payer à l'avenir le droit de pension que percevait sur eux le trésorier du Vaudreuil. (26 novembre 1260.)

N° 92, fol. 28. - Approbation et confirmation par Louis IX, roi de France, des dispositions prises par l'évêque d'Évreux relativement à la distribution des revenus de la trésorerie du Vaudreuil en vertu de l'acte précédent (n° 91). (Vincennes, novembre 1260.)

N° 93, fol. 29. - Approbation par Robert, abbé, et le couvent de Royaumont, de l'ordre de Cîteaux, de la distribution des revenus de la trésorerie du Vaudreuil, telle qu'elle avait été réglée par l'évêque d'Évreux et confirmée par le roi de France. (Paris, novembre 1260.) - V. le n° 91.

N° 94, fol. 26. - Vente par Pierre de Praiaus, à Robert du Fresne, bourgeois de Breteuil, de six arpents de terre faisant partie du fief de l'évêque d'Évreux, dans la paroisse de Condé, pour le prix de 22 livres tournois. (Mars 1259.)

N° 95, fol. 29. - Vente par Sanson de Saint-Germain, Julien Gardon, Pétronille, sa femme, Guillaume, son gendre, et Laurencie, femme de ce dernier, à Guillaume Bigot l'aîné et à Alberède, sa femme, de tous leurs droits sur les biens ayant appartenu à Guillaume Noël et à Chrétienne, sa femme, pour le prix de 12 livres et 10 sous tournois. (Mars 1261.)

N° 96, fol. 29. - Vente devant l'official d'Évreux, par Raoul Savinne et Emmeline, sa femme, à Gilbert Le Chavenacier, de trois vergées (virgultœ) de terre situées dans la paroisse Saint-Léger d'Évreux, sur la Cavée, pour le prix de 45 sous tournois et une rente annuelle de 2 sous. (Février 1239, n. s.)

N° 97, fol. 30. - Vente par Eremburge de La Combie, sœur de Barthélemi d'Escublay, à Jean, de la paroisse Saint-Sulpice de Breteuil, et à Raoul Quatrennant, bourgeois de Breteuil, de six arpents de terre à La Combie de Condé, pour le prix de 15 livres tournois. (Octobre 1256.)

N° 98, fol. 30. - Vente par Geoffroi Flori et Guillaume Fort, son frère, de Cambolle (de Chambola), à Roger, fils de feu Geoffroi de la Rochette, d'un chapon et de 4 sous de rente à prendre chaque année sur une masure située dans la paroisse de Saint-Germain et sur une pièce de vigne de la paroisse Saint-Léger d'Évreux, pour le prix de 40 sous tournois. (Février 1247, n. s.)

N° 99, fol. 30. - Vente par Jean Le Tailleur, du Pont de l'Évêque (de Ponte Episcopi), habitant (civis) d'Évreux, et Agnès, sa femme, à Guillaume Le Comte, aussi habitant d'Évreux, de 5 sous de rente annuelle assis sur une portion de maison située près du Pont de l'Évêque et sur une masure voisine, pour le prix de 50 sous tournois. (Avril 1257.)

N° 100, fol. 30. - Vente devant l'official d'Évreux, par Raoul Gauler te, de la paroisse de Tourneville, à Geoffroi de Courcelles, chanoine d'Évreux, de 2 sous tournois de rente et une poule à prendre annuellement sur une pièce de terre, à Brosville, près du bois de l'évêque, pour le prix de 18 sous tournois. (Octobre 1257.)

N° 101, fol. 31. - Vente par Eremburge de La Combie, sœur de Barthélemi d'Escublay, à Jean de Saint-Sulpice de Breteuil, et à Raoul Quatrennant, bourgeois de Breteuil, d'une pièce de terre située dans la paroisse de Condé, vers Gorbie (versus Corbeyam), pour le prix de 100 sous tournois. (Novembre 1256.)

N° 102, fol. 31. - Vente par Guillaume du Val (de Valle), à Renoud de Boore, de 10 sous de rente annuelle assis sur un pré situé à La Planche, près de Saint-Lambert, dans la paroisse Saint-Martin de Condé, pour le prix de 6 livres parisis et 13 sous tournois. (Mars 1259.)

N° 103, fol. 31. - Vente par Guillaume Flori de Cambolle, et Ève, sa femme, à Geoffroi, fils de feu Framicher, de 6 sous de rente annuelle assis sur une vigne, au Valesme, pour le prix de 40 sous tournois. (Novembre 1254.)

N° 104, fol. 32. - Vente par Richard Laret, à Robert, fils de Hugues Le Tuilier (tegularii), clerc, de 10 sous de rente annuelle, pour le prix de 45 sous tournois. (Novembre 1258.)

N° 105, fol. 32. - Vente devant l'official d'Évreux, par Josset le Féron, habitant (civis) d'Évreux, et Emmeline, sa femme, à l'abbé et au couvent de Saint-Sauveur d'Évreux, de 12 sous de rente annuelle assis sur une maison dans la rue Saint-Taurin (in vico Sancti Taurini), pour le prix de 12 livres tournois. (Mars 1249, n. s.)

N° 106, fol. 32. - Vente par Roger Sabre, de Cléry (Clareyum), à Etienne Torchart, de 13 sous de rente annuelle assis sur la propriété du vendeur, à Cléry, pour le prix de 110 sous tournois. (Février 1260, n. s.)

N° 107, fol. 33. - Vente par Richard le Jongleur (le Jugleour), et Thyphaine, sa femme, à Isabelle, veuve de Raoul Coronde, de 18 deniers de rente annuelle assis sur une maison dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, pour le prix de 15 sous tournois. (Septembre 1262.)

N° 108, fol. 33. - Vente par Richard Laret, des Roches, paroisse Saint-Martin de Brosville, à Geoffroi de Courcelles, chanoine d'Évreux, de 14 sous tournois de rente annuelle assis sur trois vergées (virgultœ) de terre et sur une maison et masure dans la paroisse Saint-Martin de Brosville, pour le prix de 7 sous tournois. (Novembre 1257.)

N° 109, fol. 33. - Vente devant l'official d'Évreux, par Guillaume Peluquet, de la paroisse de Brosville, à Geoffroi de Courcelles, chanoine d'Évreux, de 4 sous de rente et de deux chapons à prendre, chaque année, sur une pièce de terre située dans la paroisse de Brosville, pour le prix de 45 sous tournois. (25 mars 1270, n. s.)

N° 110, fol. 34. - Bail à fief passé par Roger Peignart, à Guillaume, prêtre, de Chambray (de Chambere), de 15 acres de terre faisant partie de son fief de Beaulieu, moyennant une rente annuelle de 10 sous. (1231.)

N° 111, fol. 34. - Vente par Durand du Vaudreuil, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de 12 sous tournois de rente assis sur deux prés à la Rochette et sur une maison dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, (apud Montes Episcopi), pour le prix de 6 livres tournois. (Novembre 1260.)

N° 112, fol. 34. - Vente par Nicolas de Mousseaux (de Moncellis), à l'évêque d'Évreux, de 6 sous tournois de rente annuelle assis sur le champ du Pommier (de Pomerio), appartenant au vendeur, dans la paroisse de Mousseaux, pour le prix de 60 sous tournois. (Janvier 1261, n. s.)

N° 113, fol. 35. - Vente par Guillaume Angenoil, à l'évêque d'Évreux, de 3 sous 9 deniers de rente et de neuf corvées annuelles, pour le prix de 4 livres tournois. (Janvier 1261, n. s.)

N° 114, fol. 35. - Vente par Renoud Coqus, à l'évêque d'Évreux, de 5 sous tournois de rente annuelle assis sur cinq vergées de terre et sur une masure (masagium) appartenant au vendeur, pour le prix de 50 sous tournois. (Janvier 1261, n. s.)

N° 115, fol. 35. - Vente par Herbert de L'Herbouderie, à l'évêque d'Évreux, de 14 sous de rente annuelle assis sur une pièce de terre située entre les propriétés de Vital des Hayes et de Guillaume Le Tort, pour le prix de 7 livres tournois. (Décembre 1261.)

N° 116, fol. 36. - Cession devant l'official d'Évreux, par Henri de Dardez, clerc, à l'évêque d'Évreux, de 4 sous tournois de rente annuelle que le cédant avait achetés de Philippe de Bone. (1261.)

N° 117, fol. 36. - Vente par Robert Rose, à l'évêque d'Évreux (Raoul II de Cierrey), de 2 sous de rente annuelle assis sur une pièce de terre située apud Montera Normanni, pour le prix de 20 sous tournois. (Mai 1240.)

N° 118, fol. 36. - Vente par Nicolas de Graveron, à Raoul IV de Chevri, évêque d'Évreux, de 3 sous parisis de rente que l'évêque lui devait chaque année sur son manoir de Vernon, pour le prix de 30 sous parisis. (22 décembre 1268.)

N° 119, fol. 36. - Vente devant l'official d'Évreux, par Pierre, curé du Coudray, à l'évêque d'Évreux, de 22 sous 1 denier de rente annuelle, assis sur la maison de feu Robert L'Anglais (Anglicus) dans la paroisse Saint-Léger d'Évreux, à La Tuilerie (apud Tegulariam), et sur la maison de feu Jérin (Jerini), dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, près des moulins de l'évêque, pour le prix de 8 livres tournois. (Décembre 1266.)

N° 120, fol. 37. - Reconnaissance devant l'official d'Évreux, par Jeanne, femme de Raoul Boufey, de la vente faite par son mari à l'évêque d'Évreux de 10 livres tournois de rente assises sur deux acres de bois dans la paroisse Saint-Ouen-d'Attez, à La Gibardière, pour le prix de 100 livres tournois. (Septembre 1268.)

N° 121, fol 37. - Vente devant l'official d'Évreux, par Henri Barbier, de la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, à Baoul IV de Chevri, évêque d'Évreux, de 5 sous de rente annuelle assis sur une vigne faisant partie du fief de l'évêque, au Val-Iton (in Valle Yton), près de la vigne de Chrétien, prêtre de Saint-Sauveur d'Évreux, pour le prix de 30 sous tournois. (Janvier 1269, n. s.)

N° 122, fol. 38. - Cession par Richard II, abbé de Saint-Taurin d'Évreux, et le couvent de l'abbaye, à Raoul IV de Chevri, évêque d'Évreux, des rentes foncières que les moines percevaient à Évreux sur des maisons et des terres faisant partie du fief de l'évêque, pour le prix de 12 livres tournois. Parmi les biens mentionnés dans cette charte figure une masure située dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, près des murs de l'abbaye de Saint-Taurin. (Avril 1267.)

N° 123, fol. 38. - Accord entre l'abbaye de Saint-Taurin et Raoul IV de Chevri, évêque d'Évreux. L'évêque ayant prétendu que les moines de Saint-Taurin étaient tenus, à la mort des évoques d'Évreux, de recevoir dans leur monastère le corps de l'évêque défunt et de pourvoir aux besoins des personnes occupées à le garder et à le veiller nuit et jour, ce que pourtant ils n'avaient pas fait à la mort de Jean II de La Cour d'Aubergenville, leur dernier évêque, Richard, abbé de Saint-Taurin, et le couvent du même lieu, déclarent avoir consenti, pour terminer le différend suscitée cette occasion, à payer 200 livres tournois à l'évêché d'Évreux, à la condition qu'ils seraient exempts désormais de tout droit de procuration à la mort des évoques. Ils seront tenus seulement de recevoir le convoi funèbre de l'évêque d'Évreux, de garder et de veiller le corps pendant un jour et une nuit dans leur abbaye, sans qu'on puisse exiger d'eux autre chose pour ce prétendu droit de procuration. (Juillet 1268.)

N° 124, fol. 39. - Procuration délivrée parle chapitre d'Évreux à Barthélemi de Roberli Curie, et à Nicolas Hurtaud, chanoines d'Évreux, à l'effet de représenter le chapitre devant G., doyen de Paris, et Clément, archidiacre de Laon et chanoine de Paris, arbitres désignés pour trancher le différend pendant entre l'évêque et le chapitre d'Évreux au sujet de l'affectation des revenus du sceau de l'évêché pendant la vacance du siège. (16 Juin 1265.) - V. le n° 125.

N° 125, fol. 39. - Sentence arbitrale prononcée par G., doyen de Paris, et Clément, archidiacre de Laon et chanoine de Paris, pour régler les difficultés pendantes entre l'évêque et le chapitre d'Évreux au sujet de l'affectation des revenus du sceau de l'évêché pendant la vacance du siège. Les arbitres décident en substance que lorsque le siège sera vacant, le chapitre devra désigner un official et un gardien du sceau (sigillator) qui percevront les revenus ; après l'élection et la confirmation du successeur de l'évêque défunt, l'official et le gardien du sceau rendront un compte exact des recettes qui seront partagées par moitié, déduction faite des charges, entre le nouvel évêque et le chapitre. La part revenant à ce dernier devra être employée en achat d'ornements, à la réparation de l'église, ou à l'acquisition de rentes pour les distributions quotidiennes du chapitre. (19 Juin 1265.)

N° 126, fol. 40. - Mandement de Louis IX, roi de France, adressé au forestier de Breteuil, lui ordonnant de faire prendre aux frais du trésor royal et de remettre à Raoul IV de Chevri, évêque d'Évreux, le cerf et le sanglier auxquels l'évêque avait droit chaque année dans la forêt royale de Breteuil. (Paris, 8 décembre 1263.)

N° 127, fol. 40. - Vente devant l'official d'Évreux par Reynaud de Convenant (Reginaldus de Convenant) à l'évêque d'Évreux, pour le prix de 13 livres tournois, de 27 sous de rente annuelle qu'Etienne de Convenant, de la paroisse du Sacq, avait reconnu devoir audit Reynaud à cause de 3 acres de bois qu'il tenait de lui, dans la paroisse du Sacq, entre la route royale de Conches au Petit-Sacq (ad Parvum Saccum) et le bois de Colin du Val et de ses frères. (Juillet 1262.)

N° 128, fol. 41. - Vente par Albert Vassal, à l'évêque d'Évreux, de 12 sous tournois de rente annuelle assis sur 13 arpents de terre et sur une maison situés dans la paroisse Notre-Dame du Sacq, dans le fief de l'évêque, pour le prix de 6 livres tournois. (Mai 1260.)

N° 129, fol. 41. - Vente par Herbert Forre, à Robert du Fresne, bourgeois de Breteuil, de 2 setiers de seigle de rente annuelle, pour le prix de 11 livres tournois. (Juin 1259.)

N° 130, fol. 41. - Vente par Gauquelin du Sacq et Idonea, sa femme, à l'évêque d'Évreux, de 26 sous tournois de rente annuelle assis sur quatre pièces de terre, dans la paroisse de Mousseaux, pour le prix de 13 livres tournois. (Avril 1263.)

N° 131, fol. 42. - Vente par Guillaume de Bordigny (de Bordigniaco), écuyer, à l'évêque d'Évreux, de 20 sous tournois de rente annuelle que le vendeur avait coutume de percevoir sur les moulins de l'évêque, à Condé, pour le prix de 12 livres tournois. (Mars 1264, n. s.)

N° 132, foi. 42. - Vente par Guillaume du Val, à Gautier de la Levrière, d'une pièce de terre située sur le chemin du Val au Hamelline, dans la paroisse Saint-Martin de Condé, pour le prix de 110 sous tournois et à la charge d'une rente annuelle de 12 deniers. (Avril 1260.)

N° 133, fol. 42. - Vente devant l'official d'Évreux, par Mathieu du Bois-Huard (de Bosco Huardi), à Geoffroi de Courcelles, chanoine d'Évreux, de tous les droits du vendeur sur les biens situés dans la paroisse de Brosville dépendant de la succession de feu Thomas Aleran (Alerannï), son parent, pour le prix de 40 livres tournois. (Novembre 1256.)

N° 134, fol. 43. - Vente devant l'official d'Évreux, par Robert du Chamblac et Anicie, sa femme, habitants d'Évreux, à Raoul IV de Chevri, évêque d'Évreux, de 21 sous de rente annuelle assis sur plusieurs maisons dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, pour le prix de six livres tournois. (Juin 1268.)

N° 135, fol. 43. - Vente devant l'official d'Évreux, par Thomas Cuel et sa femme, habitants d'Évreux, à Raoul IV de Chevri, évêque d'Évreux, de 13 sous 3 deniers de rente annuelle assis sur une maison et sur une vigne, dans le fief de l'évêque, à Évreux, pour le prix de 4 livres moins 2 sous tournois. (Mars 1268, n. s.)

N° 136, fol. 44. - Vente devant l'official d'Évreux, par Robert Dur-Cœur et Marie, safemme, habitants d'Évreux, à Raoul IV de Chevri, évêque d'Évreux, de 51 sous et deux chapons de rente annuelle à prendre sur diverses maisons et terres situées à Évreux dans le fief de l'évêque, pour le prix de 13 livres et 10 sous tournois. (Juin 1268.)

N° 137, fol. 44. - Vente devant l'official d'Évreux, par Robert et Richard Bigos, frères, habitants d'Évreux, et Alberède, leur mère, à Raoul IV de Chevri, évêque d'Évreux, de plusieurs rentes assises sur des maisons et terres à Évreux, ayant appartenu à Guillaume Bigos, mari de ladite Alberède, et à Chrétienne, femme de Guillaume Noël, pour le prix total de 30 livres tournois. Parmi les biens affectés au payement des rentes vendues figurent deux maisons situées devant l'église Saint-Thomas d'Évreux, des vignes au Val-Iton et devant la loge de l'Hôtel-Dieu d'Évreux (ante logiam domus Dei Ebroicensis), une habitation près du moulin aux haches (molendinum ad secures), etc. (Décembre 1267.) - V. le n° 95.

N° 138, fol. 45. - Vente devant l'official d'Évreux, par Raoul de Poitou et Emmeline, sa femme, habitants d'Évreux, à Raoul IV de Chevri, évêque d'Évreux, de 14 sous de rente annuelle assis sur une vigne et sur une maison situées dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, pour le prix de 4 livres et 4 sous tournois. (Mars 1268, n. s.)

N° 139, fol. 46. - Vente par Simon de Ulmellis, au chapitre cathédral d'Évreux, de 18 sous de rente, 5 chapons, 7 poules et 120 œufs, à prendre annuellement sur des maisons et des vignes que le vendeur possédait à La Rochette, pour le prix de 12 livres tournois. (Mars 1263, n. s.)

N° 140, fol. 47. - Vente par Mathieu Amiot, Isabelle, sa femme, Guillaume Polet et Emmeline, sa femme, à Geoffroi de Courcelles, chanoine d'Évreux, de 18 sous 4 deniers de rente annuelle assis sur deux maisons à Évreux, pour le prix de 7 livres tournois. (Octobre 1260.)

N° 141, fol. 47. - Vente par Robert, abbé de Lyre, et le couvent de l'abbaye, à Raoul IV de Chevri, évêque d'Évreux, de 8 sous tournois de rente assis sur une maison, dans la rue Saint-Taurin, paroisse Saint-Gilles d'Évreux, pour le prix de 50 sous tournois. (Mars 1269, n. S.)

N° 142, fol. 47. - Vente par Michel Villain, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, de 30 sous tournois de rente annuelle assis sur la propriété du vendeur, située dans la paroisse Saint-Martin de Condé, pour le prix de 15 livres tournois. (Janvier 1261, n. s.)

N° 143, fol. 47. - Vente par Robert Bérard, à l'évêque d'Évreux, de 10 sous tournois de rente annuelle assis sur la propriété du vendeur, située dans la paroisse Saint-Martin de Condé, au Nuisement (apud Nocumentum), pour le prix de 100 sous tournois. (Janvier 1261, n. s.)

N° 144, fol. 48. - Vente par Raoul Boufey, à Raoul III Grosparmi, évêque d'Évreux, d'un fief appartenant au vendeur dans la paroisse Saint-Ouen-d'Attez et valant 100 sous tournois de rente annuelle, pour le prix de 65 livres tournois. (Septembre 1260.)

N° 145, fol. 48. - Vente par Vital des Hayes, à l'évêque d'Évreux, de 46 sous 2 deniers de rente annuelle assis sur une bouée (boveta) de terre et sur deux maisons à La Harboudière, paroisse Saint-Martin de Condé, pour le prix de 23 livres et 20 deniers tournois. (Avril 1260.)

N° 146, fol. 48. - Vente par Raoul d'Attez {de Athetees ? ), à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 60 sous tournois assise sur les biens du vendeur situés dans la paroisse d'Attez, pour le prix de 33 livres tournois. (Septembre 1260.)

N° 147, fol. 49. - Vente par Guillaume Bourdon le Noble, Alice (Aalescia), sa femme, et Guillaume, son fils, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 20 sous tournois assise sur les biens appartenant aux vendeurs dans les paroisses Saint-Ouen-d'Attez et Saint-Etienne de Jumelles, pour le prix de 10 livres tournois. (Décembre 1260.)

N° 148, fol. 49. - Vente par Ory Lucie (Olricus Lucie), à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 10 sous tournois assise sur les biens appartenant au vendeur dans la paroisse du Sacq, pour le prix de 100 sous tournois. (Janvier 1261, n. s.)

N° 149, fol. 49. - Vente par Hemard Lucie, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 10 sous tournois assise sur les biens appartenant au vendeur, dans la paroisse du Sacq, pour le prix de 100 sous tournois. (Janvier 1261, n. s.)

N° 150, fol. 49. - Vente par Chrétien Vrouge, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 10 sous tournois assise sur la propriété du vendeur appelée le Nuisement (Nocumentum), dans la paroisse du Sacq, pour le prix de 100 sous tournois. (Janvier 1261, n. s.)

N° 151, fol. 50. - Vente par Guillaume Henri, de la paroisse du Sacq, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 8 sous tournois assise sur une maison et sur 4 arpents (jugera) de terre appartenant au vendeur, au Sacq, pour le prix de 4 livres tournois. (Janvier 1261, n. s.)

N° 152, fol. 50. - Vente par Guillaume Angenol, de la paroisse du Sacq, à l'évoque d'Évreux, d'une rente annuelle de 12 sous tournois assise sur les biens appartenant au vendeur, au Sacq, pour le prix de 6 livres 10 sous tournois. (Octobre 1260.)

N°153, fol. 50. - Confirmation par Nicole, femme de Girard Hay, écuyer, de la vente faite par son mari à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 20 sous tournois assise sur le manoir de Charnelles (de Charmiez), pour le prix de 8 livres tournois. (Avril 1269.)

N° 154, fol. 50. - Vente par Girard Hay, écuyer, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 20 sous tournois assise sur le manoir de Charnelles, pour le prix de 8 livres tournois. (Avril 1269.) - V. le n° 153.

N° 155, fol. 51. - Vente devant l'official d'Évreux, par Michel Villain et Alberède, sa femme, de la paroisse de Condé, à Philippe I" de Chaource, évêque d'Évreux, de deux pièces de terre dans la paroisse de Condé, dont l'une était située à la Mare du Grand-Parigny (apud Maram de Magno Parigneio), pour le prix de 16 livres tournois. (Juillet 1263. - Cette date est fautive, Philippe n'étant monté sur le siège épiscopal qu'en 1270. L'original doit porter MCCLXXIII au lieu de MCCLXIII qu'a transcrit le copiste.)

N° 156, fol. 51. - Vente devant l'official d'Évreux, par Michel Villain et Alberède, sa femme, de la paroisse de Condé, à Pierre de Verbrye, prêtre de Courcelles, d'un journal de terre, à Condé, pour le prix de 100 sous tournois. (12 novembre 1271.)

N° 157, fol. 52. - Vente devant l'official d'Évreux, par Reynaud de Convenant, de la paroisse du Sacq, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 4 livres tournois assise sur des biens situés dans la paroisse du Sacq, pour le prix de 40 livres tournois. (Janvier 1275, n. s.)

N° 158, fol. 52. - Vente par Guillaume de La Brosse (de Brocia), et Jeanne, sa femme, veuve en premières noces de Martin Le Prévôt, de Condé, à Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux, du tiers qui leur appartenait dans les bourgeoisies (in burgensiis) que possédait ledit Martin Le Prévôt dans la paroisse de Condé, soit à la ville, soit à la campagne, pour le prix de 8 livres et 15 sous tournois. (Mars 1277.)

N° 159, fol. 53. - Vente par Aubin de Quatre-Vouges, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 13 sous 4 deniers, assise sur une maison et sur des terres, à Condé, pour le prix de 100 sous tournois. (Juillet 1280.)

N° 160, fol. 53. - Cession par Amaury de Dardez, chevalier, et Eustachie, sa femme, à l'évêque d'Évreux, d'une acre de terre, à Condé, moyennant un cens annuel de 8 sous. (Avril 1271.)

N° 161, fol. 53. - Vente par Gilbert Vassal de Ulmeia, à Josset le Boucher (Jossetus Carnifex), de Damville, de quatre pièces de terre situées dans la paroisse du Sacq, pour le prix de 25 livres tournois. (26 novembre 1263.)

N° 162, fol. 54. - Reconnaissance par Roger du Sacq, clerc, d'une somme de 15 livres par lui due à Thibaud des Minières, chevalier, seigneur de Corneuil (Cornelii). Pour le payement de cette dette, Roger du Sacq assigne en garantie une partie de la noë qu'il tenait de l'évêque d'Évreux. (25 mars 1264, n. s.)

N° 163, fol. 54. - Cession par Barthélémy d'Escublay, à Ansondus et à Chrétien, son frère, qui avaient épousé les deux sœurs du cédant, Emmeline et Éremburge, de la propriété qu'il possédait à La Corbière, moyennant une redevance annuelle d'une paire d'éperons de fer (quœdam calcaria ferrea). (Septembre 1234.)

N° 164, fol. 54. - Cession devant Benaud de Lusarches, vicomte de Verneuil, par Guillaume de La Corbière, à l'évêque d'Évreux, des droits auxquels le cédant pouvait prétendre, du chef de sa mère Emmeline, veuve de Thomas de la Corbière, sur des terres situées dans la paroisse Saint-Martin de Condé, moyennant une redevance annuelle de 4 aunes d'étoffe de soie (de panno serico) et de 4 setiers de blé à la mesure de Tillières (de Tylleriis). (10 avril 1279.)

N° 165, fol. 55. - Bail à cens passé par l'évêque d'Évreux à Guillaume Brunei d'Attez, de onze arpents dix perches de terre, en six pièces, et d'un pré situés dans la paroisse de Saint-Ouen-d'Attez, pour une rente annuelle de 4 livres 9 deniers. (Juin 1266.)

N° 166, fol. 55. - Jean des Bruyères, chevalier, et Mathilde, sa sœur, veuve de Jean de Drouais, chevalier, s'engagent envers l'évêque d'Évreux, auquel avait été déférée, conformément à la coutume de Normandie, la garde de Jeanne, fille mineure issue du mariage de Mathilde et de Jean de Drouais, à ne point marier ladite Jeanne sans avoir consulté l'évêque et les parents de la ligne paternelle, à peine de mille marcs d'argent, payables à l'évêque en cas d'inexécution de cette promesse. (22 janvier 1272, n. s.)

N° 167, fol. 56. - Accord entre Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux, et Jean de Chambray, chevalier, réglant les droits respectifs des parties sur le moulin que Jean de Chambray avait récemment fait construire devant le hameau de Varennes, dans la paroisse de Gouville. (28 mars 1279, n. s.)

N° 168, fol. 56. - Cession faite à l'évêque d'Évreux devant Renaud de Lusarches, vicomte de Verneuil, par Michel de Luchay, fils et héritier de Bertaut de Escubley, Agnès Lejart, Jeanne Aliset, Perrote de La Corbière, filles de feu Emmeline de La Corbière, de tous leurs droits sur les biens provenant du père de ladite Emmeline, pour le prix de 60 livres tournois. (13 juin 1279, aux assises de Breteuil.)

N° 169, fol. 57. - Renonciation consentie devant le vicomte de Verneuil par Jean Paillart, fils de Pierre Paillart, et Agnès, sa sœur, aux droits qu'ils pouvaient avoir, comme plus proches héritiers, sur les biens de la succession de Martin Cochet, jadis prévôt de Condé, situés dans la paroisse Saint-Martin de Condé. L'évêque d'Évreux, qui était entré en possession des biens susdits, accorde en retour à Jean Paillart et à sa sœur une somme de 15 livres tournois en dédommagement des frais par eux dépensés pour faire valoir leurs droits. (Novembre 1276.)

N° 170, fol. 57. - Accord passé devant Renaud de Lusarches, vicomte de Verneuil, entre Jourdain Héron,.chevalier, et Emmeline d'Altez, sa femme, d'une part, et Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux, d'autre part, au sujet des droits de mouvance du moulin d'Attez, appartenant audit Jourdain Héron, sur le fief de l'évêque d'Évreux, à Attez. Jourdain Héron et sa femme renoncent à leurs prétentions moyennant une somme de 50 livres tournois que l'évêque leur paye en dédommagement. (13 juin 1279, aux assises de Breteuil.)

N° 171, fol. 58. - Frère Henri, de l'ordre des Frères Mineurs et jadis sire de Vaugei et de Laigle, reconnaît -et affirme devant le garde de la prévôté de Paris que lorsqu'il vivait dans le monde, il tenait de l'évêque d'Évreux tous ses fiefs, à savoir : Charnelles, Longuelune, Grosbois, Villalet, le Mesnil, à charge d'hommage et d'une redevance annuelle d'un cierge de 36 livres de cire, à la Chandeleur. (8 avril 1277.)

N° 172, fol. 58. - Confirmation par Louis IX, roi de France, de la donation faite par Agnès, veuve d'Etienne Barbete et femme en secondes noces de Jean Sarrazin, sergent royal, à la chapelle fondée par ledit Etienne Barbete, d'un surcens de 7 livres 12 sous parisis et d'une rente de deux muids de vin, mesure de Vernon, à prendre chaque année sur des maisons et terres situées à Vernon et à Longueville. (Paris, mars 1265.)

N° 173, fol. 59. - Approbation par Richard, abbé, et le couvent de Jumièges, de l'assignation faite par Etienne Barbete, habitant de Paris, fondateur d'une chapelle à Vernon, d'une rente annuelle de 6 livres 14 sous parisis et d'un chapon sur des biens dépendant du fief de l'abbaye de Jumièges, dans les paroisses de Saint-Pierre-d'Autils et de Saint-Just. (4 août 1265.) - V. le n° 172.

N° 174, fol. 60. - Règlement du maire et de la commune de Verneuil. Des difficultés étant survenues entre la commune de Verneuil et l'évêque d'Évreux au sujet de l'attribution des biens meubles des habitants de Verneuil décédés intestats, sur lesquels l'évêque élevait des prétentions que la commune jugeait exagérées, le maire et la commune, après s'être mis d'accord avec l'évêque et le chapitre d'Évreux, arrêtent qu'aucun membre, homme ou femme, de la commune de Verneuil, décédé avant l'âge de 16 ans accomplis, ne sera réputé intestat et que les évêques d'Évreux ne pourront faire valoir aucun droit à sa succession ; que si au contraire le défunt a dépassé au moment de son décès l'âge de 16 ans accomplis et n'a pas fait de testament, ses biens meubles appartiendront à l'évêque d'Évreux ou à ses successeurs, qui en auront la libre disposition. (Juillet 1280.)

N° 175, fol. 60. - Privilège accordé par Philippe III le Hardi, roi de France, à Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux. Le Roi concède à l'évêque l'exemption du droit de régales pour les biens de l'évêché d'Évreux situés à Longuemare, paroisse de Saint-Christophe, au Pont-Thibout, à Louraille, au Désert, aux Mares près du Chesne, acquis par Jean II de La Cour d'Aubergenville de l'abbaye de Maubuisson, ainsi que pour les oblations de la chapelle Saint-Maur du manoir épiscopal de Bernienville. (Juillet 1275.)

N° 176, fol. 61. - Vente devant l'official d'Évreux, par Henri Albert (Henricus Alberti), de la paroisse de Coudres, à l'évêque d'Évreux, de tous les biens que le vendeur avait acquis de Richard et de Raoul Bordon frères, clercs, et de Guillaume Bordon, leur père, dans les paroisses de Saint-Ouen-d'Attez et de Saint-Nicolas-d'Attez, pour le prix de 50 livres 10 sous tournois. (17 avril 1275.)

N° 177, fol. 61. - Approbation par Pierre de La Chambrie, abbé, et le couvent du Bec-Hellouin, de la sentence arbitrale prononcée par Guillaume II de Flavacourt, archevêque de Rouen, pour régler les difficultés pendantes entre l'abbaye du Bec et l'évêque d'Évreux (Philippe Ier de Chaource) au sujet du partage des dîmes des essarts et des dîmes novales dans les terres de la forêt du Neubourg nouvellement défrichées. (Le Bec, 31 mai 1281.)

N° 178, fol. 62. - Règlement arrêté par Guillaume II de Flavacourt, archevêque de Rouen, en présence de Gérard d'Antilly (de Anteliaco), clerc, fondé de pouvoir de l'évêque d'Évreux, et de Richard Pelé, clerc, porteur de la procuration de l'abbaye du Bec, pour fixer les conditions de l'enquête et du compromis à intervenir pour le règlement des difficultés pendantes entre l'évêque d'Évreux et l'abbaye du Bec au sujet des dîmes des essarts et des novales de la forêt du Neubourg. (Déville, apud Daivillam, 5 mai 1281.) - V. le n° 177.

N° 179, fol. 62. - Sentence arbitrale prononcée par Guillaume II de Flavacourt, archevêque de Rouen, pour régler les difficultés pendantes entre l'évêque d'Évreux et l'abbaye du Bec, au sujet du partage des dîmes des essarts et des novales dans la forêt du Neubourg, particulièrement sur le territoire de la paroisse de Sainte-Catherine de la Neuville-du-Bosc, nouvellement fondée dans ladite forêt. (5 mai 1281.) - V. les nos 177 et 178.

N° 180, fol. 63. - Insinuation devant Guillaume II de Flavacourt, archevêque de Rouen, de la procuration délivrée par l'abbé et le couvent du Bec à Richard Pelé, à l'effet de représenter l'abbaye dans le différend élevé entre elle et l'évêque d'Évreux au sujet des dîmes des essarts de la forêt du Neubourg. (Déville, 28 mars 1281.) - V. les numéros 177 à 179.

N° 181, fol. 63. - Vente devant l'official d'Évreux, par Alexandre de Bosco Roboudi, clerc, à Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 16 sous tournois assise sur une masure et sur un jardin dans la paroisse de Brosville, pour le prix de 8 livres tournois. (26 janvier 1273, n. s.)

N° 182, fol. 64, - Nomination par Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux, d'une part, Robert, seigneur de Thibouville, chevalier, et Jean Carbonnier, prêtre et chapelain de la chapelle de La Rivière-Thibouville, d'autre part, des arbitres appelés à juger le différend élevé entre les parties au sujet de la jouissance du droit de déport de la chapelle de La Rivière-Thibouville. Guillaume de Porpinchey, chanoine d'Évreux, Jean du Val, clerc, et Raoul de Thiéville, évêque d'Avranches, sont choisis en cette qualité. (19 janvier 1273, n. s.)

N° 183, fol. 64. - Vente par Mathilde la Poline, veuve de la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une pièce de terre à Brosville, pour le prix de 6 livres tournois. (Octobre 1273.)

N° 184, fol. 65. - Vente devant l'official d'Évreux, par Raoul le Charretier et Roger de la Porte, de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 2 sous parisis assise sur une pièce de terre, à Rrosville, pour le prix de 25 sous tournois. (4 février 1273, n. s.)

N° 185, fol. 65. - Vente devant l'official d'Évreux, par Robert des Rotoirs (de Rolhoeriis), écuyer, à Raoul IV de Chevri, évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 6 livres et demie parisis assise sur le fief des Rotoirs, que le vendeur tenait de l'évêque d'Évreux, pour le prix de 84 livres parisis. (Janvier 1266, n. s.)

N° 186, fol. 65. - Vente devant l'official d'Évreux, par Orengie, veuve de Baudouin Orenge, de la paroisse d'Aviron, à Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 7 sous assise sur une masure, à Brosville, pour le prix de 70 sous tournois. (Octobre 1274.)

N° 187, fol. 66. - Vente devant l'official d'Évreux, par Etienne Le Prévôt et Jeanne, sa femme, de la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 50 sous assise sur la vavassorie que le vendeur tenait de l'évêque d'Évreux, à Brosville, pour le prix de 28 livres tournois. (Décembre 1272.)

N° 188, fol. 66. - Vente devant l'official d'Évreux, par Etienne Le Prévôt, de Brosville, et Jeanne, sa femme, à l'évêque d'Évreux, d'une rente de 18 sous tournois, 1 chapon et 4 poules, assise sur quatre pièces de terre situées à Brosville, pour le prix de 12 livres tournois. (21 octobre 1275.)

N° 189, fol. 67. - Confirmation par Raoul, prieur de Sainte-Barbe, au diocèse de Lisieux, et le couvent du même lieu, de l'accord intervenu entre l'évêque d'Évreux et le prieuré de Sainte-Barbe, au sujet de la perception du droit de déport de l'église de Cesseville (Sessevilla), dans le doyenné de Louviers. Aux termes de cette convention, le droit de déport appartenant à l'évêque d'Évreux, à l'archidiacre et au doyen de Louviers, est fixé à 60 sous tournois par an. (5 novembre 1272.)

N° 190, fol. 67. - Vente par Robert de la Liègue (de Leuga), écuyer, et Alice, sa femme, de la paroisse de Brosville, à Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 79 sous 6 deniers assise sur des terres situées dans la paroisse de Brosville, à Langlée, pour le prix de 39 livres et 15 sous tournois. (Fin avril 1272.)

N° 191, fol. 68. - Bail à cens passé par l'évoque d'Évreux à Robert de La Liègue, écuyer, et à Alice, sa femme, d'une vigne, d'une pièce de terre et d'un bois entourés de fossés, situés à Evant, dans la paroisse de Brosville, pour une redevance annuelle de 35 sous. (Novembre 1273.) - Témoin : Jean, curé de Douains.

N° 192, fol. 67. - Vente devant l'official d'Évreux, par Taurin Le Comte, fils de feu Guillaume Le Comte, et sa femme, à l'évêque d'Évreux, d'une pièce de terre contenant 5 vergées (virgultœ), située dans la paroisse de Bernienville, in campo de Traversein, et produisant une rente annuelle de 20 sous et d'un chapon, pour le prix de 36 livres tournois. (2 mai 1275.)

N° 193, fol. 69. - Vente devant l'official d'Évreux, par Richard Le Saunier et sa femme, de la paroisse Saint-Martin de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 2 sous assise sur une maison située dans la paroisse Saint-Gilles d'Évreux, pour le prix de 20 sous tournois. (Février 1274, n. s.)

N° 194, fol. 70. - Vente devant l'official d'Évreux, par Raoul Morel et Pétronille, sa femme, de la paroisse de Tourneville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 5 sous 4 deniers assise sur des terres à Autrebosc (Oustrebosc) et aux Roches, dans.les paroisses de Tourneville et de Brosville, pour le prix de 50 sous tournois. (14 novembre 1274.)

N° 195. - Vente devant l'official d'Évreux, par Jean du Caable, de la paroisse de Tourneville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 6 sous tournois assise sur les biens du vendeur, situés aux Jardins de Tourneville, pour le prix de 60 sous tournois. (3 mars 1273, n. s.)

N° 196, fol. 70 - Vente devant l'official d'Évreux, par Raoul Renart, de la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 13 sous tournois assise sur une pièce de terre à Brosville, pour le prix de 6 livres tournois. (14 octobre 1277.)

N° 197, fol. 71. - Vente devant l'official d'Évreux, par Alice La Renarde, de la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 2 sous tournois assise sur une maison située à Brosville, pour le prix de 20 sous tournois. (31 décembre 1272.)

N° 198, fol. 71. - Vente devant l'official d'Évreux, par Mathieu du Bois-Huard et Alberède, sa femme, de la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 8 sous assise sur une pièce de terre et de vigne d'une acre et demie, située à Brosville, près du bois de l'évêque d'Évreux, pour le prix de 4 livres tournois. (5 janvier 1273, n. s.)

N° 199, fol. 72. - Vente devant l'official d'Évreux, par Etienne Polin et Alice, sa femme, de la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 11 sous tournois et un chapon, assise sur une pièce de terre au Nuisement de Brosville, pour le prix de 6 livres tournois. (23 septembre 1275.)

N° 200, fol. 72. - Vente devant l'official d'Évreux, par Gilbert de Melleville (de Melavilla), de la paroisse Saint-Pierre d'Évreux, à Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 8 sous tournois assise sur une maison située dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, pour le prix de 4 livres tournois. (16 janvier 1272, n. s.)

N° 201, fol. 73. - Vente devant l'official d'Évreux, par Pierre de Bernienville et Mathilde, sa femme, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 12 sous tournois assise sur des terres à Bernienville, pour le prix de 6 livres tournois. (1er février 1273, n. s.)

N° 202, fol. 73. - Vente devant l'official d'Évreux, par Guillaume des Heutes, de la paroisse de la Vacherie, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 20 sous 6 deniers, 4 chapons et 50 œufs, assise sur des masures et terres situées à la Vacherie et à Brosville, pour le prix de 11 livres tournois. (9 mars 1272, n. s.)

N° 203, fol. 74. - Vente devant l'official d'Évreux, par Richard Morel et Eremburge de Mézières (de Meseriis), sa femme, de la paroisse Sainte-Geneviève de Vernon, à Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 2 sous tournois assise sur une pièce de terre à Brosville, pour le prix de 20 sous tournois. (31 décembre 1272.)

N° 204, fol. 74. - Vente devant l'official d'Évreux, par Guillaume le Vigneron et Aelipdis, sa femme, de la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 2 sous tournois assise sur une masure, à Brosville, pour le prix de 20 sous tournois. (Février 1273, n. S.)

N° 205, fol. 75. - Vente devant l'official d'Évreux, par Guillaume Lefèvre (Faber) et Alice, sa femme, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 4 sous tournois assise sur une vigne à Brosville, pour le prix de 40 sous tournois. (16 septembre 1275.)

N° 206, fol. 75. - Vente devant l'official d'Évreux, par Jean Le Membre, de la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 5 sous tournois assise sur une maison aux Roches, pour le prix de 50 sous tournois. (5 février 1272, n. s.)

N° 207, fol. 75. - Vente devant l'official d'Évreux, par Hugues Marie, de la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 3 sous tournois assise sur une pièce de terre et sur une masure, à Brosville, pour le prix de 30 sous tournois. (13 janvier 1272, n. s.)

N° 208, fol. 76. - Vente devant l'official d'Évreux, par Laurencie, veuve de Jean L'Anglais, de la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 4 sous tournois assise sur une pièce de terre située à Brosville, apud Gurgitem, pour le prix de 40 sous tournois. (5 janvier 1275, n. s.)

N° 209, fol. 76. - Vente devant l'official d'Évreux, par Simon Burgaut, de la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 4 sous tournois assise sur une terre située apud Montera Normannum, dans la paroisse de Brosville, pour le prix de 40 sous tournois. (Décembre 1272.)

N°210, fol. 77. - Vente devant l'official d'Évreux, par Pierre Chef de ville (dictus Caput Ville) et Jeanne, sa femme, de la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 18 deniers tournois assise sur une maison, aux Roches de Brosville, pour le prix de 15 sous tournois. (Septembre 1274.)

N° 211, fol. 77. - Vente devant l'official d'Évreux, par Guillaume L'Anglais et Heudeburge, sa femme, de la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 2 sous tournois assise sur une maison, à Brosville, pour le prix de 20 sous tournois. (Décembre 1272.)

N° 212, fol. 78. - Vente devant l'official d'Évreux, par Raoul Renart, de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 12 deniers tournois assise sur une masure et sur une pièce de terre, à Brosville, pour le prix de 10 sous tournois. (31 décembre 1272.)

N° 213, fol. 78. - Vente devant l'official d'Évreux, par Hébert Bollant et Alice, sa femme, de la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 3 sous tournois assise sur deux maisons appartenant aux vendeurs, à Brosville, pour le prix de 30 sous tournois. (Janvier 1273, n. s.)

N° 214, fol. 78. - Vente devant l'official d'Évreux, par Pierre Le Franc, dé la paroisse de Brosville, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 6 sous assise sur une maison, à Brosville, pour le prix de 60 sous tournois. (31 décembre 1272.)

N° 215, fol. 79. - Vente par Jean Le Prévôt, de Brosville, et Jeanne, sa femme, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 16 sous tournois, 2 chapons et une poule, assise sur une vigne, aux Roches, et sur un pré bordant la rivière d'Iton, dans la paroisse de Brosville, pour le prix de 12 livres tournois. (22 octobre 1273.)

N° 216, fol. 79. - Vente devant Henri Louvel, bailli de Verneuil, par Robert de La Liègue, écuyer, et Alice, sa femme, de la paroisse de Brosville, à Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 79 sous 6 deniers, y compris les chapons, gélines et œufs que les vendeurs percevaient chaque année sur leurs tenanciers de Brosville, pour le prix de 12 livres et demie tournois. (Évreux, 12 avril 1280.)

N° 217, fol. 80. - Insinuation devant l'official d'Évreux, par Robert de La Liègue, écuyer, et Alice, sa femme, de la paroisse de Brosville, des conventions contenues dans l'acte de vente précédent (n° 216). (30 avril 1270. - Lyre, 1280.)

N° 218, fol. 80. - Vente devant l'official d'Évreux, par Emmeline. Veuve de Jourdain L'Arbalétrier (Baleslarius) et Robert, son fils aîné, tuteur et curateur de Richard, son frère mineur, à Philippe Ior de Chaource, évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 4 sous tournois assise sur la maison de Geoffroi L'Anglais, ayant appartenu à Nicolas de Garencières et située dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, entre la rue des Belles-Femmes et la place à La Caille (plalea, que fuit a la Caille), pour le prix de 40 sous tournois. (Avril 1273.)

N° 219, fol. 81. - Vente par Hélie Le Barbier, de la paroisse Saint-Denis d'Évreux, et Pétronille, sa femme, à Guillaume Le Comte, de la paroisse Saint-Pierre d'Évreux, d'une rente annuelle de 12 sous assise sur la maison du vendeur, située dans la paroisse Saint-Denis, entre la maison de feu Raoul Loquet, clerc, et le Fossé du Roi (Fossatum domini régis), pour le prix de 100 sous tournois. (26 octobre 1271.)

N° 220, fol. 81. - Vente devant l'official d'Évreux, par Pierre Goulafre, de la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, à Geoffroi, desservant (rector) de la chapelle de Saint-Michel près Évreux, d'une moitié de masure située dans la paroisse Saint-Thomas, pour le prix de 55 livres tournois. (Mars 1268, n. s.)

N° 221, fol. 81. - Vente devant l'official d'Évreux, par Sibile, veuve de Geoffroi Beingnart, de la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, à Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 5 sous assise sur une maison à Brosville, pour le prix de 50 sous tournois. (24 janvier 1275, n. s.).

N° 222, fol. 82. - Vente par Guérin d'Illiers à Guillaume Drocon, chevalier, d'une partie des cens que le vendeur percevait sur plusieurs vignes situées à Illiers, non loin de la léproserie. (Février 1244, n. s.)

N° 223, fol. 83. - Vente par Jean Eugebert à Henri Engoulevent, de tous ses droits sur la terre des Gardes, paroisse de Tourneville, pour le prix de 17 livres tournois et à charge d'une redevance annuelle d'un chapon. (Décembre 1259.)

N° 224, fol. 82. - Vente devant l'official d'Évreux, par Robert Le Prêtre, de la paroisse Saint-Léger, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 2 sous 4 deniers et une obole, assise sur une maison à Évreux, pour le prix de 25 sous tournois. (Mars 1274, n. s.)

N° 225, fol. 83. - Vente devant l'official d'Évreux, par Robert Roussel, de la paroisse Saint-Thomas, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 3 sous tournois assise sur une maison dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, pour le prix de 30 sous tournois. (11 janvier 1272, n. s.)

N° 226, loi. 83. - Vente devant l'official d'Évreux, par Geoffroi L'Anglais et Emmeline, sa femme, de la paroisse Saint-Thomas, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 4 sous tournois assise sur la maison des vendeurs, à Évreux, paroisse Saint-Thomas, pour le prix de 40 sous tournois. (31 janvier 1272, n. s.)

N° 227, fol. 84. - Vente par Alain Tesson et Emmeline, sa femme, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 10 sous assise sur deux maisons appartenant aux vendeurs, dans la paroisse Saint-Gilles d'Évreux, et sur une pièce de terre située au-dessous de la Haye-le-Comte (subtus Hayam Comitis), dans la même paroisse, pour le prix de 100 sous tournois. (Novembre 1273.)

N° 228, fol. 84. - Mandement de Louis IX, roi de France, adressé à Jean de Poissy (de Pissiaco), clerc du Roi, et à Thomas Le Tuilier (Tegularius), sergent royal, gardes des régales de l'évêché d'Évreux, pour leur prescrire de payer aux exécuteurs testamentaires de Jean II de La Cour d'Aubergenville, évêque d'Évreux, une somme de 3, 000 livres tournois sur la recette provenant de la vente des bois appartenant en commun à l'évêque et au chapitre d'Évreux. Le Roi leur ordonne, en outre, de délivrer au chapitre la moitié du surplus de cette recette et de garder l'autre moitié à la disposition du trésor royal, pour être employée au bien de l'église d'Évreux. (Auneel, 5 décembre 1256.)

N° 229, fol. 84. - Vente par Etienne Le Prévôt, de Brosville, et Jeanne, sa femme, à l'évêque d'Évreux, d'un pré situé dans la paroisse de Brosville, près du pré de l'évêque, et appelé le Pré-aux-Bœufs, pour le prix de 11 livres tournois. (Mars 1275, n. s.)

N° 230, fol. 85. - Vente par Luc Le Doux et Heuline (Huelina), sa femme, à Raoul de Hauville, habitant d'Évreux, d'une rente annuelle de 10 sous tournois assise sur une pièce de terre située dans la paroisse Saint-Gilles d'Évreux, près des tours de l'abbaye de Saint-Taurin, pour le prix de 60 sous tournois. (Octobre 1271.)

N° 231, fol. 85. - Bail à cens passé par Denis de Ferrières, arçonnier (archonnalor), à Raoul de Tournedos, d'une masure avec la maison et les arbres en dépendant, située dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, rue Saint-Sauveur, aboutissant d'un côté aux murs de l'abbaye de Saint-Sauveur, moyennant une rente annuelle dé 12 sous tournois. (Octobre 1271.)

N° 232, fol. 85. - Vente devant l'official d'Évreux, par Robert Le Vigneron, à Geoffroi de Courcelles, chanoine d'Évreux, d'un pré situé dans la paroisse Saint-Martin de Brosville, pour le prix de 110 sous tournois. (Janvier 1260, n. s.)

N° 233, fol. 86. - Vente devant l'official d'Évreux, par Robert Maréchal, à Roger Bouchart, clerc, d'une rente annuelle de 4 sous tournois assise sur une maison située dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, pour le prix de 34 sous tournois. (19 décembre 1272.)

N° 234, fol. 86. - Vente par Philippe de Bove et Asseline, sa femme, à Henri de Dardez (de Darderiis), clerc, d'une rente annuelle de 4 sous tournois assise sur des terres et des vignes situées à La Ruchette d'Évreux, pour le prix de 40 sous tournois. (Juillet 1258.)

N° 235, fol. 87. - Vente devant l'official d'Évreux, par Luc Le Doux et Heuline, sa femme, de la paroisse Saint-Denis, à Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 10 sous tournois assise sur la terre du Clos, dans la paroisse Saint-Gilles, au Valesme, pour le prix de 4 livres tournois. (Décembre 1272.) - V. le n° 230.

N° 236, fol. 87. - Vente par Richard Le Grand et Rétie (Relia), sa femme, à Geoffroi, desservant de Saint-Michel près Évreux, d'une rente annuelle de 2 sous tournois assise sur une vigne à Évreux, pour le prix de 12 sous tournois. (Avril 1277.)

N° 237, fol. 88. - Vente devant l'official d'Évreux, par Luc Le Doux et Heuline, sa femme, à Raoul de Hauville, habitant d'Évreux, d'une rente annuelle de 10 sous tournois assise sur une pièce de terre située à Évreux, au Valesme, dans la paroisse Saint-Gilles, pour le prix de 60 sous tournois. (6 novembre 1271.)

N° 238, fol. 88. - Vente par Taurin Le Hareng et Nicole, sa femme, de la paroisse de Glaville, à Guillaume Le Comte, habitant d'Évreux, d'une pièce de terre située à Tourneville, près des terres de l'évêque d'Évreux, pour le prix de 15 livres tournois et à la charge d'une rente annuelle de 12 deniers. (Janvier 1272, n. s.)

N° 239, fol. 89. - Vente devant le vicomte d'Évreux, par Simon des Ormeaux (de Ulmellis), écuyer, et Isabelle, sa femme, à l'évêque d'Évreux, de la huitième partie du fief de haubert (totum membrum loricé) que les vendeurs possédaient à Évreux, entre le pont Perrin et la porte du seigneur de Rabel (porta domini de Rabello) et aussi au Valesme et à Aviron, pour le prix de 45 livres tournois. (15 octobre 1266.)

N° 240, fol. 89. - Insinuation en la Cour de l'official d'Évreux de l'acte de vente qui précède (n° 239). (15 octobre 1266.)

N°241, fol. 90. - Vente devant l'official d'Évreux, par Barthélémy Le Tisseur (textor) et Agnès, sa femme, de la paroisse Saint-Thomas, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 3 sous tournois assise sur deux maisons appartenant aux vendeurs dans la paroisse Saint-Thomas, pour le prix de 30 sous tournois. (10 février 1272, n. s.)

N° 242, fol. 90. - Vente devant l'official d'Évreux, par Guiard Savinel et Marie, sa femme, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 3 sous tournois assise sur deux maisons situées dans la paroisse Saint-Pierre d'Évreux, pour le prix de 30 sous tournois. (19 janvier 1273, n. s.)

N° 243, fol. 91. - Vente devant l'official d'Évreux, par Guillaume Le Prévôt, de Saint-Germain, et Héloïse, sa femme, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 7 sous assise sur une pièce de terre et sur une vigne situées au Valesme, dans la paroisse Saint-Gilles d'Évreux, pour le prix de 70 sous tournois. (Février 1274, n. s.)

N° 244, fol. 91. - Robert de Courtenai, bouteiller de France, confirme à Gadon de Dreux (Gado Drocensis), chevalier, la possession de la moitié des revenus de la communauté d'Illiers. Il lui accorde, en outre, en augmentation de fief, deux bonniers (bonatœ) de terre sur le territoire d'Illiers. (Décembre 1230.)

N° 245, fol. 92. - Vente par Raoul de Courtenai, chevalier, fils de feu Robert de Courtenai, chevalier, à Robert de Courtenai, clerc, son frère, de tous les revenus que le vendeur possédait à Illiers (in villa Ullegarum), pour le prix de 800 livres tournois. (18 juin 1247.)

N° 246, fol. 92. - Lettres de Richard Ier Cœur de Lion, roi d'Angleterre. Le Roi confirme à Gadon, fils de Morelin Le Drouais (le Droeis), la possession de la maison forte d'Illiers qu'il avait précédemment concédée à son père à la suite d'un jugement de l'Échiquier, siégeant à Caen, rendu contre Guillaume d'Anet. Il lui accorde également remise de la somme d'argent dépensée par Henri Ier, roi d'Angleterre, pour fortifier le château d'Illiers. (Apud Roquelam Dorival, 13 août 1198.) - V. le n° 10.

N° 247, fol. 93. - Vente par Guérin Le Prévôt, d'Illiers, à Etienne de Perrier (de Piro), d'une pièce de terre et d'une noë à Illiers, juxtà ripam de fontibus stagni de llleiis, pour le prix de 4 livres et 10 sous tournois. (1248.)

N° 248, fol. 93. - Donation par Robert de Courtenai, évêque d'Orléans et seigneur de Nonancourt, à son neveu Robert de Sancerre (de Sacro Cesare), de tous les droits que le donateur possédait sur le château et dans la châtellenie d'Illiers. (23 août 1271.)

N° 249, fol. 93. - Requête adressée par Robert de Sancerre (de Sacro Cesare), chevalier, à Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux, pour le prier de recevoir l'hommage de son oncle Guillaume de Courtenai, chevalier, auquel il avait vendu pour le prix de 400 livres tournois tous les droits sur le château et sur la châtellenie d'Illiers dont il était possesseur par suite de la donation de son autre oncle Robert (de Courtenai), évêque d'Orléans et seigneur de Nonancourt. (13 novembre 1272.) - V. le n° 248.

N° 250, fol. 94. - Notification par Guillaume de Courtenai, chevalier, à ses vassaux d'Illiers, de la vente qu'il avait faite à Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux, de son fief d'Illiers avec les droits en dépendant. Les vassaux sont invités à rendre désormais à l'évêque d'Évreux la fidélité et l'hommage qu'ils devaient à Guillaume de Courtenai. (Paris, 13 décembre 1273.) - V. le n° 251.

N° 251, fol. 94. - Vente par Guillaume de Courtenai à Philippe Ier de Chaource, évêque d'Évreux, du fief que le vendeur possédait à Illiers, avec les droits en dépendant, pour le prix de 50 livres parisis. (8 décembre 1273.)

N° 252, fol. 94. - Règlement arrêté par Robert de Musi (de Musiaco), chevalier, et Bernard de Cahors (de Cadurco), chanoine d'Évreux, pour fixer les conditions du compromis à intervenir au sujet du différend existant entre l'évêque d'Évreux, d'une part, et Philippe Le Drouais (le Droes), clerc, d'autre part, relativement au payement d'une rente annuelle de 2 muids de blé due sur le champart d'Illiers à Simon du Mesnil. (24 avril 1277.)

N° 253, fol. 95. - Vente par Philippe Le Drouais (le Droes), clerc, à Hélie de Saruliacol chantre d'Évreux, et à Pierre Béraud (Beraldi), chanoine d'Évreux, de tous les droits, possessions et revenus appartenant au vendeur dans l'étendue du diocèse d'Évreux, pour le prix de 2, 000 livres tournois. Témoin : Guillaume de Popincourt, doyen d'Évreux. (8 décembre 1275.)

N° 254, fol. 95. - Vente devant Guillaume Flori, prévôt d'Anet {de Anneto), par Guérin Le Drouais (le Droes), clerc, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 40 sous tournois assise sur une maison quœ dicitur custodia castelli de Ylleiis et sur une pièce de terre à Illiers, pour le prix de 25 livres tournois. (14 novembre 1277.)

N° 255, fol. 96. - Robert de Courtenai, évêque d'Orléans et seigneur de Nonancourt, reconnaît que Philippe 1er de Chaource, évêque d'Évreux et seigneur d'Illiers, a permis à ses gens de lever au nom dudit Robert les droits de péage qui lui appartenaient sur le château et sur la léproserie d'Illiers ; il déclare que cette concession purement gracieuse n'engagera pas dans l'avenir l'évêque d'Évreux et ses successeurs. (25 février 1279, n. s.)

N° 256, fol. 96. - Robert de Courtenai, évêque d'Orléans et seigneur de Nonancourt, renouvelle les déclarations concernant son droit de péage d'Illiers, contenues dans l'acte précédent (n° 255). (18 avril 1279, n. s.)

N° 257, fol. 97. - Bail à cens passé par Pierre, abbé, et le couvent du Breuil-Benoit, à Guillaume de Dreux (Drocensis), chevalier, de la moitié du four d'Illiers, dont Amicie, fille de Guillaume du Fresne, chevalier, et femme d'Hélie Le Fauconnier, avait fait don à l'abbaye. (Juin 1240.)

N° 258, fol. 97. - Mandement de Philippe III le Hardi, roi de France, adressé au garde du château (castellano) de Breteuil pour lui ordonner de faire prendre aux frais du Roi dans la forêt de Breteuil et de délivrer à l'évêque d'Évreux le sanglier auquel celui-ci avait droit chaque année. (3 décembre 1281.)

N° 259, fol. 97. - Déclaration de G., doyen de Paris, et de Clément, archidiacre de Lyon et chanoine de Paris, arbitres désignés pour régler les différends survenus entre l'évêque d'Évreux et le chapitre, au sujet du partage et de l'affectation des revenus du sceau de l'officialité d'Évreux pendant la vacance du siège. Les arbitres accordent au chapitre, à des conditions déterminées, le droit d'acquérir des dîmes et d'autres biens avec les sommes provenant de ces revenus. (2 juillet 1265.) - V. le n° 125.

N° 260, fol. 97. - Confirmation par le pape Urbain IV, de la fondation des deux chapelles de la Vierge, instituées dans la cathédrale d'Évreux le 29 juin 1264 par Raoul, ancien évêque d'Évreux et cardinal évêque d'Albano (Raoul III Grosparmi). D'après l'acte de cette fondation, inséré dans la bulle pontificale, les deux chapelains devaient être nommés après la mort du fondateur par les évoques d'Évreux, et un revenu annuel de 12 livres tournois leur était assigné sur les dîmes novales du Vaudreuil. Le cardinal Raoul attribuait en outre sur les mêmes dîmes une rente de 6 livres tournois au vicaire perpétuel de Montaure (de Monte Aureo), et une autre de 4 livres tournois à celui de la Haye-Malherbe (de Baya Maie Herbe). (Civita-Vecchia, 14 juillet 1264.)

N° 261, fol. 98. - Vidimus par Philippe III le Hardi, roi de France, de la donation faite au mois de novembre 1246, par son père Louis IX, à l'abbaye de Maubuisson, de 2, 060 acres et demie et 17 perches de terre, affermées, pour la culture, 400 livres et 11 deniers tournois et situées dans les forêts d'Évreux, de Breteuil et dans les essarts d'Attez (de Alyes). (Paris, janvier 1283, n. s.)

N° 262, fol. 99. - Charte de Henri II, roi d'Angleterre, accordant aux habitants de Condé les coutumes et les privilèges dont jouissaient les habitants de Breteuil. (Argentan, apud Argentonium, 1164-1180.)

N° 263, fol. 99. - Mandement de Louis IX, roi de

France, adressé au forestier de Conches, pour lui prescrire de faire prendre aux frais du Roi, dans la forêt de Conches, et de remettre à l'évêque d'Évreux le cerf et le sanglier auxquels ce dernier avait droit chaque année. (Paris, 8 décembre 1263.)

N° 264, fol. 99. - Mandement de Philippe III le Hardi, roi de France, adressé au garde du château de Breteuil pour lui prescrire de faire prendre dans la forêt de Breteuil et de remettre à l'évêque d'Évreux le cerf et le sanglier auxquels ce dernier avait droit chaque année. (Paris, 19 juillet 1276.)

N° 265, fol. 100. - Mandement de Philippe III le Hardi, roi de France, adressé au bailli de Rouen pour lui prescrire de maintenir le droit que possédait l'évêque d'Évreux de recevoir chaque année un cerf et un sanglier pris dans la forêt de Conches aux frais du seigneur de Conches. (Paris, 20 mars 1283, n. s.)

N° 266, fol. 100. - Accord entre Nicolas d'Auteuil, évèque d'Évreux, et le chapitre épiscopal, au sujet de l'enlèvement par les gens du chapitre, de houes (ligones) et d'autres instruments servant à l'exploitation des bois, pris sur les terres de l'évêque à Aviron. Le chapitre déclare avoir rendu ces instruments et l'évêque renonce à poursuivre les effets du monitoire qu'il avait lancé à cette occasion. (30 avril 1283.)

N° 267, fol. 100. - Bulle de Grégoire X. Le pape dispense l'évêque d'Évreux de payer les dettes contractées par ses prédécesseurs, si elles ne se rapportent pas à des dépenses faites pour l'utilité de l'église d'Évreux. (Lyon, 1er avril 1275.)

N° 268, fol. 100. - Nomenclature des fiefs que Pierre de Braheres, chevalier, tenait à charge d'hommage de l'évêque d'Évreux, à Illiers, etc. (S. D.)

N° 269, fol. 101. - Règlement en quatorze articles déterminant les droits respectifs de l'évêque et du chapitre d'Évreux sur des points de juridiction en litige. (Premières années du XIIIe siècle.)

N° 270, fol. 101. - Accord entre Luc, évêque d'Évreux, et le chapitre de la cathédrale. L'évêque déclare avoir obtenu pour lui et pour son chapelain la participation aux distributions communes du chapitre, droit dont seront appelés à jouir également les évêques et les chapelains leurs successeurs. Il s'engage à ne point intervenir dans l'élection du doyen ni dans les nominations aux églises et bénéfices appartenant au chapitre, se réservant seulement les deux bénéfices d'Aubevoye et le droit d'institution des autres bénéficiers nommés par le chapitre. (1203-1220.)

N° 271, fol. 102. - Privilège accordé par l'évêque d'Évreux au chapitre cathédral. L'évêque autorise les chanoines à attribuer, au moment de leur mort, à un ou deux prêtres du chœur de l'église cathédrale, la part des deniers communs qui leur serait revenue pour l'année commencée. Il accorde, en outre, au chapitre, le pouvoir de frapper d'excommunication ceux qui lui porteraient préjudice dans ses biens et dans ses revenus, se réservant les amendes pécuniaires et le droit d'absolution. (S. D. - Bien que la transcription porte par erreur). Ebroicensis episcopus, cette charte, également transcrite dans les cartulaires du chapitre, est de Gilles Ier du Perche, évêque d'Évreux de 1170 à 1179.)

N° 272, fol. 102. - Bulle d'Alexandre III. Le pape confirme aux chanoines d'Évreux le droit de percevoir sur les évêques d'Évreux les sept procurations solennelles (septem solemnes procurationes) qu'ils avaient reçues suivant un ancien usage des quatre derniers prédécesseurs de l'évêque actuel. Il leur confirme également le droit de frapper d'interdit et d'excommunication les usurpateurs et les détenteurs des biens du chapitre. (S. D. - Anagni, 14 mai, d'après les cartulaires du chapitre.)

N° 273, fol. 102. - Règlement arrêté par l'archevêque de Rouen pour déterminer les droits de l'évêque et du chapitre d'Évreux dans leurs rapports respectifs. Un article décide que l'évêque ne pourra se dispenser de fournir au chapitre les sept procurations solennelles qu'il lui doit, et qu'en cas d'absence involontaire il payera une somme de 40 sous tournois comme équivalent de chaque procuration. (S. D. - De l'épiscopat de Gilles Ier du Perche, 1170-1179.)

N° 274, fol. 102. - État des revenus de l'évêché d'Évreux. Cet état comprend une nomenclature informe des rentes, cens et droits divers dûs à l'évêque d'Évreux : 1° à Évreux (les trois moulins à blé et les deux moulins à tan d'Évreux figurent pour une rente de 160 livres) ; 2° à la Rochette d'Évreux ; 3° à Aviron. (S. D.)

N° 275, fol. 103. - Vente par Guillaume le Chauve, écuyer, à l'évêque d'Évreux, d'une corvée ayant appartenu à Menassier Le Juif (Manasserius judeus), dans la paroisse de Charnelles, pour le prix de 100 sous tournois. (26 mars 1284, n. s.)

N° 276, fol. 103. - Échange entre Jacques, curé de Condé près Breteuil, et l'évêque d'Évreux, d'une pièce de terre dépendant de l'église de Condé, cédée pour agrandir le jardin de l'évêque, contre une autre pièce de terre que l'évêque avait achetée de Drouet du Pont. (16 juin 1284.)

N° 277, fol. 104. - Jugement du bailli de Mantes rendu aux assises de Pacy et condamnant Guillot de Sez Murgiers, écuyer, à rendre hommage à l'évêque d'Évreux pour le fief de Gerte et ses dépendances. (26 mai 1287.)

N° 278, fol. 104. - Exécutoire du jugement condamnant Guillot de Sez Murgiers à rendre hommage à l'évêque d'Évreux pour le fief de Gerte. (26 mai 1287.) - V. le n° 277.

N° 279, fol. 105. - Vente par Gilbert Bonnet, Geoffroi et Colin de Mont-Gordien (de Monte Gordiani) frères, à Nicolas d'Auteuil, évoque d'Évreux, d'une rente annuelle de 17 sous 6 deniers tournois assise sur une pièce de terre située dans la paroisse de Condé et attenant aux murs de l'évêque d'Évreux, pour le prix de 8 livres tournois. (8 avril 1285.)

N° 280, fol. 105. - Vente par Clément de Solimpain ? à l'évêque d'Évreux, d'une pièce de terre et d'un bois situés dans la paroisse de Condé, pour le prix de 20 sous tournois. (Mai 1286.)

N° 281, fol. 105. - Vente par Luc Vilain, de la paroisse de Condé, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 20 sous tournois assise sur une pièce de terre située dans la paroisse de Condé, à Parigny, pour le prix de 8 livres tournois. (Mai 1286.)

N° 282, fol. 105. - Vente par Alberède, veuve de Michel Vilain, à l'évêque d'Évreux, d'une pièce de terre située près du bois d'Ardenne, pour le prix de 20 sous tournois. (8 février 1286, n. s.)

N° 283, fol. 106. - Vente par Michel Sartel, du Chamblac, et Agnès, sa femme, à l'évêque d'Évreux, d'un bois situé dans la paroisse de Séez-Moulins, près du bois de l'évêque, pour le prix de 50 sous tournois. (15 janvier 1287, n. s.)

N° 284, fol. 106. - Vente devant l'officiai d'Évreux, par Bertrand du Perron et Odeline, sa femme, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 30 sous tournois, pour le prix de 12 livres tournois. (Illiers, 31 janvier 1283, n. s.)

N° 285, fol. 10T. - Vente devant l'officiai d'Évreux, par Etienne Le Prévôt et Théophanie, sa femme, de la paroisse d'Illiers, à l'évêque d'Évreux, d'une pièce de terre située à Illiers, pour le prix de 9 livres tournois. (12 mars 1284, n. s.)

N° 286, fol. 107. - Vente devant le vicomte d'Évreux, par Guillot Le Boucher et Édeline, sa femme, de la paroisse Saint-Pierre d'Évreux, et par Raoul et Jean Le Mire, de la paroisse de Brosville, à Nicolas d'Auteuil, évoque d'Évreux, d'un héritage, " avec les maisons, jardins, haies, etc., " dont il se composait, situé à Évreux, rue du Moustier, pour le prix de 40 livres tournois. (29 novembre 1286.)

N° 287, fol. 108. - Insinuation devant l'official d'Évreux de l'acte de vente précédent (n° 286). (29 novembre 1286.)

N° 288, fol. 109. - Bail emphytéotique passé par l'évêque d'Évreux à Nicolas Herman, de la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, d'un pressoir neuf, avec un jardin et un pré, situés dans la paroisse Saint-Thomas, à charge d'une rente annuelle de 20 sous tournois. (1er juin 1286.)

N° 289, fol. 109. - Vente devant l'official d'Évreux, par Roger de Coulonges, écuyer, et Isabelle, sa femme, à l'évêque d'Évreux, de 7 pièces de terre contenant 30 arpents, situées dans la paroisse de Mousseaux-sur-Damville, pour le prix de 50 livres tournois. (17 octobre 1287.)

N° 290, fol. 110. - Insinuation devant le vicomte d'Évreux de l'acte de vente précédent, n° 289. (17 octobre 1287.)

N° 291, fol. 111. - Notification par le bailli de Verneuil, du jugement de la cour de l'échiquier de Rouen, du 29 octobre 1287, reconnaissant à l'évêque d'Évreux le droit de percevoir la dîme des quatre-vingts livres tournois de rente annuelle que le maire et la communauté de Verneuil payaient au Roi. (18 novembre 1287.)

N° 292, fol. 111. - Bail à cens passé par l'évêque d'Évreux à Robert Marie, de Vernon, d'une vigne située à Vernon, près Bizy, moyennant une rente annuelle de 30 sous parisis. (Septembre 1288.)

N° 293, fol. 111. - Bail à cens passé par l'évêque d'Évreux à Laurent le Bouvier, de la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, de deux vignes à Piseux (Pisees), moyennant une rente annuelle de 9 sous parisis. (25 juin 1289.)

N° 294, fol. 112. - Bail à cens passé par l'évêque d'Évreux à Geoffroi André (Gaufridus Andrée), de la paroisse d'Aviron, d'une masure et de ses dépendances situées à Aviron, moyennant une rente annuelle de treize sous tournois, six chapons et seize boisseaux d'avoine. (23 juillet 1289.)

N° 295, fol. 112. - Bail à cens passé par l'évêque d'Évreux à Jean Guernon, de la paroisse de Brosville, d'une habitation (mesnagium) avec un jardin et des dépendances, situés à Brosville, moyennant une rente annuelle de 75 sous tournois. (23 juillet 1289.)

N° 296, fol. 113. - Bail à cens passé par l'évêque d'Évreux à Pierre Aymart, Raoul les Parlez, Guillaume Soffite, Robert Boissel et Guillaume de La Mote, de la paroisse d'Aviron, de 26 acres 25 perches de terre situées à Aviron, moyennant une rente annuelle de 14 livres 9 sous 3 deniers tournois, à raison de 8 sous par acre. (29 novembre 1289.)

N° 297, fol. 113. - Bail à ferme passé par l'évêque d'Évreux à Renous de Perchependue (de Pertica Suspensa), et Jean, son frère, pour une durée de neuf années, d'une métairie située à La Noë, dans la paroisse de Charnelles, moyennant une redevance annuelle de 16 setiers de grain à la mesure de Verneuil. (Condé, 22 janvier 1289, n. s.)

N° 298, fol. 114. - Insinuation devant Roland de Forquetes, vicomte d'Évreux, du bail à cens passé par l'évêque d'Évreux à Pierre Aymart, Raoul Les Variez, Guillaume Soffite, Robert Boissel et Guillaume de La Mote, de 36 acres et 25 perches de terre à Aviron. (18 janvier 1290, n. s.) - V. le n° 296.

N° 299, fol. 114. - Bail à ferme passé devant Eustache de Tolly, chevalier, bailli de Nonancourt, par Nicolas d'Auteuil, évêque d'Évreux, à Nicolas Le Gendre et Guillaume Charles, son gendre, de la paroisse de Nonancourt, du manoir des Hautes-Terres, situé près du bois de Philippe d'Artois, seigneur de Nonancourt, ainsi que des terres, dîmes, rentes et droits en dépendant, moyennant une rente annuelle de 220 livres tournois. (3 mars 1290, n. s.)

N° 300, fol. 115. - Bail à cens passé devant Henri Brûle-Prêtre, garde du sceau de la châtellenie de Pacy, par l'évêque d'Évreux, à Amaury de La Bove et Édeline, sa femme, d'une vigne et d'un clos situés dans la paroisse Saint-Aubin de Pacy, moyennant une rente annuelle de 7 livres tournois. (13 février 1292, n. s.)

N° 301, fol. 116. - Sentence arbitrale prononcée devant Oudart de La Villeneuve, bailli de Senlis et de Gi-sors.par Crépin Le Drouais et Pierre de Minières, sire de Corneuil, chevalier, pour régler les difficultés pendantes entre l'évêque d'Évreux, d'une part, les tenanciers de Roger de Gauville, chevalier, et Mathieu de Roye, sire d'Aulnay, d'autre part, au sujet de la banalité des moulins de La Rochette (appartenant à l'évêque d'Évreux) et d'Hérouard (appartenant à Mathieu de Roye). (30 avril 1292.)

N° 302, fol. 116. - Confirmation par Nicolas d'Auteuil, évêque d'Évreux, de la donation faite par Pierre de Senlis, doyen d'Évreux, à Guillaume de Attribato, écolatre d'Évreux, et à ses successeurs, d'une maison avec jardin située dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, à l'angle de la rue Saint-Taurin et de la ruelle allant de la rue Saint-Taurin vers les Frères Mineurs. Selon les intentions du donateur, cette maison devait être affectée à perpétuité aux écoles d'Évreux ou faire retour au chapitre, si les écoles venaient à disparaître. (S. D., mars 1298, d'après Le Brasseur.)

N° 303, fol. 118. - Désignation par Guillaume, prieur de Laigle et le couvent du prieuré, de Nicolas d'Auteuil, évêque d'Évreux, en qualité d'arbitre, appelé à trancher le différent existant entre le prieuré et l'évêque, au sujet du partage des dîmes novales de la forêt de Laigle. (19 juin 1289.)

N° 303 bit, fol. 129. - Sentence arbitrale, prononcée par Nicolas d'Auteuil, évêque d'Évreux, pour régler le partage des dîmes novales de la forêt de Laigle. L'évêque se réserve de prélever à son profit un muid de grain sur ces dîmes, le surplus devant être partagé par moitié entre lui ou ses successeurs et le prieuré de Saint-Sulpice de Laigle. (29 juillet 1289.) - V. le n° 303.

N° 303 ter, fol. 139. - Institution par Nicolas d'Auteuil, évêque d'Évreux, d'un pénitencier perpétuel chargé de suppléer l'évêque dans l'administration du sacrement de pénitence. Le fondateur attache à cette fonction un revenu annuel d'un muid de grain, à prendre sur les dîmes novales de la forêt de Laigle. (8 juillet 1293.)

N° 303 4 ter, fol. 120. - Approbation par le chapitre d'Évreux de l'institution du pénitencier perpétuel, créé par Nicolas d'Auteuil, évêque d'Évreux. (8 juillet 1293.) - V. le n° 303 ter.

N° 304, fol. 120. - Règlement arrêté par Mathieu des Essarts, évêque d'Evreux, et approuvé par le chapitre cathédral, pour obliger à la résidence personnelle le pénitencier de l'église d'Évreux et ses successeurs. (26 novembre 1301.)

N° 305, fol. 120. - Nomination par Mathieu des Essarts, évêque d'Évreux, de Guillaume Pierre (Guillelmus Petri), chanoine d'Évreux, en qualité de pénitencier, en remplacement d'Eustache de Neaufles (de Nealpha), décédé. Vincent de Louviers, chanoine et officiai d'Évreux, est chargé d'installer le nouveau titulaire dans ses fonctions. (23 novembre 1301.)

N° 306, fol. 120. - Institution par Mathieu des Essarts, évêque d'Évreux, de deux vicaires perpétuels dans l'église cathédrale d'Évreux, avec mission spéciale de célébrer la messe au grand autel de l'église cathédrale. Les dotations de ces vicaires étaient assignées sur les revenus de la chapelle Saint-Jean du manoir épiscopal d'Évreux et sur ceux de la chapelle Saint-Louis, fondée par l'évêque dans l'église cathédrale et dotée d'une rente annuelle de 30 livres tournois. (17 novembre 1301.)

N° 307, fol. 122. - Nomination par Mathieu des Essarts, évêque d'Évreux, de Laurent de Neaufles, chanoine d'Évreux, en qualité de pénitencier, en remplacement de Guillaume Pierre, démissionnaire. (9 mai 1302.)

N° 308, fol. 122. - Vente par Mathieu de Perche-pendue et Jeanne, sa femme, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 20 sous tournois assise sur un herbergement situé dans la paroisse de Condé, pour le prix de 10 livres tournois. (11 décembre 1301.)

N° 309, fol. 123. - Désignation par Mathieu des Essarts, évêque d'Évreux, et Robert d'Ilou (de Iloto), seigneur de Pinçon, chevalier, de Roger des Essarts, trésorier, et de Guillaume Pierre, chanoine d'Évreux, en qualité d'arbitres chargés de juger le différend survenu entre eux au sujet de la construction, projetée par Robert d'Ilou, d'un étang sur la paroisse d'Illiers, près des terres de l'évêque. (4 mai 1302.)

N° 310, fol. 123. - Sentence arbitrale, prononcée par Roger des Essarts, trésorier de l'église d'Évreux, et Guillaume Pierre, chanoine d'Évreux, pour régler les difficultés pendantes entre l'évêque d'Évreux et Robert d'Ilou, chevalier, seigneur de Pinçon, au sujet de la construction d'un étang à Illiers, projetée par ce dernier. (Cette charte est interrompue après l'exposé, par suite d'une lacune d'un ou de plusieurs feuillets, disparus du cartulaire.)

N° 311, fol. 124. - Vente par les exécuteurs testamentaires de Nicolas d'Auteuil, ancien évêque d'Évreux, à Mathieu des Essarts, évêque d'Évreux, d'une maison avec jardin ayant appartenu à Robert des Gorges (de Gorgiis), curé d'Heudreville, et située dans la paroisse Saint-Gilles d'Évreux, pour le prix de 180 livres tournois. (11 novembre 1302.)

N° 312, fol. 124. - Lettres d'amortissement accordées par Philippe IV le Bel, roi de France, à Mathieu des Essarts, évêque d'Évreux, pour les biens affectés à la dotation de la chapelle Saint-Louis, fondée par l'évêque dans l'église cathédrale d'Évreux. Ces biens consistaient dans des rentes annuelles s'élevant à 30 livres 10 sous tournois assises sur le manoir de La Taillerie, paroisse de Mandres, et sur des terres à Béhélan et à Breteuil. (Septembre 1301.)

N° 313, fol. 124. - Privilège de Philippe IV le Bel, roi de France, octroyant à l'évêque d'Évreux le droit de haute justice, quœ vocalur in Normannia placilum spale, dans les fiefs et arrière-fiefs relevant de son domaine et de l'église d'Évreux. (Paris, août 1296.)

N° 314, fol. 125. - Lettres de Philippe IV le Bel, roi de France, déclarant que le droit de haute justice avait été octroyé à l'évêque d'Évreux, moyennant une somme de quatre mille livres de petits tournois, avec cette restriction que si dans l'avenir le nombre des tenanciers ayant feu et lieu sur les domaines de l'évêque venait à dépasser huit cents, celui-ci serait tenu de payer au Roi un nouveau droit en argent, au prorata de la somme déjà perçue. (Paris, 1er septembre 1296.)

N° 315, fol. 125. - Mandement de Philippe IV le Bel, roi de France, adressé au bailli de Gisors pour lui prescrire d'empêcher que le comte d'Évreux s'attribuât aucune juridiction au préjudice des droits du Roi, de l'évêque et du chapitre d'Évreux qui avaient été expressément réservés, lorsque le comté d'Évreux avait été donné en apanage à Louis de France, son frère. (Paris, 16 décembre 1298.)

N° 316, fol. 125. - Main-levée accordée par Philippe IV le Bel, roi de France, à Mathieu des Essarts, évêque d'Évreux, des oppositions mises au nom du Roi à l'exercice du droit de haute justice appartenant à l'évêque. Le Roi s'engage à observer les conventions rappelées dans l'acte précédent (n° 315.) (Paris, août 1303.)

N° 317, fol. 125. - Vente par Pierre de Goncour (de Goyncour), écuyer, à Mathieu des Essarts, évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 14 livres tournois assise sur la prévôté de Verneuil et sur le fief de Bichereville, ainsi que des droits que possédait le vendeur sur le fief de Bichereville, y compris le patronage de l'église Saint-Sulpice de Mousseaux-sur-Damville, pour le prix de 200 livres de petits tournois. (22 mars 1303, n. s.)

N° 318, fol. 126. - Confirmation par Jeanne, femme de Pierre de Goyncour, de l'acte de vente précédent, passé par son mari (n° 317). (24 mars 1303, n. s.)

N° 319, fol. 127. - Règlement du chapitre cathédral d'Évreux, arrêtant que les chanoines qui décéderaient après le quatrième dimanche'de carême, avant d'avoir reçu les revenus de leurs prébendes, seraient considérés néanmoins comme ayant acquis la propriété de ces revenus pour l'année commencée et pourraient en disposer. (7 juillet 1304.)

N° 320, fol. 127. - Approbation par Mathieu des Essarts, évêque d'Évreux, des dispositions contenues dans le règlement capitulaire qui précède (n° 319.) (21 septembre 1304.)

N° 321, fol. 127. - Confirmation par le pape Clément V des dispositions du règlement capitulaire du chapitre cathédral d'Évreux cité plus haut (n° 319.) (Abbaye de Grandmont, 39 avril 1306.)

N° 322, fol. 128. - Échange entre l'évêque et le chapitre cathédral d'Évreux. Le chapitre cède à l'évêque ses droits sur les terres de la paroisse Saint-Christophe des Baux-de-Breteuil, du Pont-Thibout, des Mares, de L'Oraille, du Désert et de Chéronvilliers et sur la dîme d'Illiers dans la paroisse de Courdemanche, représentant un revenu annuel de 152 livres tournois ; l'évêque assure en compensation au chapitre une rente annuelle de pareille somme, imputable sur les recettes de l'officialité épiscopale. (8 juillet 1308.)

N° 323, fol. 129. - Confirmation par Bernard de Farges, archevêque de Rouen, de l'échange précédent (n° 322.) (Gaillon, 24 juillet 1308.)

N° 324, fol. 129. - Échange entre l'évêque et le chapitre cathédral d'Évreux. L'évêque (Mathieu des Essarts) concède au chapitre une rente annuelle de 10 livres tournois sur les dîmes novales de la forêt d'Évreux, aux environs des chapelles ou hermitages de Gaud-Sainte-Croix (de Gaudo Sanctœ Crucis) à en échange d'anneaux ornés de pierres précieuses et d'autres joyaux. (6 juillet 1308.)

N° 325, fol. 130. - Concession par Mathieu des Essarts, évêque d'Évreux, à l'abbaye de Saint-Sauveur d'Évreux, de la moitié des dîmes novales de la forêt d'Évreux sur lesquelles l'abbesse de Saint-Sauveur prétendait avoir des droits en vertu des donations de Richard et de Simon, comtes d'Évreux. L'évêque excepte de cette concession les dîmes des essarts de La Queue-Blanche (de Cauda de Blanchart.) (1308.)

N° 326, fol. 131. - Liste des églises et des autres bénéfices ecclésiastiques dont la collation appartenait à l'évêque d'Évreux : Mancelles, Bois-Anzeray, Landepereuse, Saint-Clair-d'Arcey, Nagel, Brosville, Condé-sur-Iton, Dame-Marie, les sept églises paroissiales de Verneuil, Nonancourt, la chapelle de l'ermitage Saint-Denis (paroisse de Nonancourt), Champigny, Mousseaux-sur-Damville, Bois-le-Roy, Saint-Denis et Saint-Aquilin d'Évreux, les deux bénéfices-chapelles de la chapelle du manoir épiscopal d'Évreux, les deux chapelles de la messe de Notre-Dame dans l'église cathédrale d'Évreux, les deux vicariats de l'église cathédrale, les deux églises paroissiales du Vaudreuil, la chapelle du Vivier du manoir épiscopal de Vernon, les deux prébendes de l'église Saint-Antoine de Gaillon, la léproserie de Saint-Nicolas de Cravent. (S. D.)

N° 327, fol. 131. - Mandement du roi Philippe le Bel, adressé au bailli de Gisors pour lui ordonner de citer l'évêque et le chapitre d'Évreux à comparaître au prochain appel du bailliage au parlement de Paris, à la requête de Louis de France, comte d'Évreux, dans l'affaire du retrait du droit de haute justice précédemment vendu à l'évêque. (Vincennes, 5 mai 1303.)

N° 328, fol. 131. - Donation par Mathieu des Essarts, évêque d'Évreux, au chapitre cathédral, des dîmes novales de la partie de la forêt d'Évreux appartenant à Guillaume de Harcourt et à Jean de Harcourt, son fils. (14 août 1299.)

N° 329, fol. 132. - Vidimus et confirmation par Louis IX, roi de France, de la vente faite en février 1256 (n. s.) par l'abbaye de Maubuisson à Jean II de La Cour d'Aubergenville, évêque d'Évreux, et au chapitre de cette ville, des terres autrefois données parle roi de France à l'abbaye et situées à Longuemare dans la paroisse Saint-Christophe, au Pont-Thibout, à L'Oraille, au Désert et aux Mares près du Chesne, pour le prix de 5,000 livres tournois. (Paris, février 1256, n. s.)

N° 330, fol. 133. - Vente par Péronnelle, fille de Hamon Crevé, à Geoffroi II du Plessis, évêque d'Évreux, d'un herbergement situé dans la paroisse Saint-Martin de Condé, pour le prix de 8 livres de monnaie courante. (19 janvier 1317.)

N° 331, fol. 134. - Vente par Jeanne de La Plesse à Geoffroi II du Plessis, évêque d'Évreux, des biens qu'elle possédait dans la paroisse de Séez-Moulins, pour le prix de quinze livres de monnaie courante. (14 octobre 1316.)

N° 332, fol. 134. - Vente par Jean Le Gralos, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 10 sous assise sur des terres situées dans la paroisse Saint-Martin de Condé, pour le prix de 4 livres de monnaie courante. (11 janvier 1316, n. s.)

N° 333, fol. 135. - Vente par Roger de Perche-pendue, à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 12 sous assise sur des terres situées dans la paroisse Saint-Ouen-d'Attez, pour le prix de cent sous de monnaie courante. (31 décembre 1315.)

N° 334, fol. 135. - Vente par Mathieu de Séez-Moulins, à l'évêque d'Évreux, d'une acre de bois située dans la paroisse de Séez-Moulins, pour le prix de 10 livres tournois. (3 janvier 1316, n. s.)

N° 335, fol. 136. - État des revenus de l'évêché d'Évreux (feuillets 136 à 162). - Dans ce cahier sont contenus tous les revenus dus à révérend père en Dieu monseigneur ?., par la grâce de Dieu évêque d'Évreux, dans son diocèse et dans sa ville d'Évreux, et ailleurs, à cause de l'église d'Évreux, tant en deniers, grains, avoine, chapons, poules, œufs, dîmes, champarts, forestages, corvées, services, etc., d'après les reconnaissances des tenanciers reçues devant Robert des Gorges (de Gorgiis), prêtre et bailli de l'évêque d'Évreux. Toutes les rentes, à moins d'indications spéciales, sont dues à la Saint-Rémi, l'avoine, lès chapons et les poules à Noël, les œufs à Pâques, les dîmes et champarts vers le mois d'août, les corvées et autres services aux époques accoutumées. Fait Tan 1295 et après. - Cet état, rédigé tout entier en latin et dans lequel est inséré un aveu de 1350 rendu par Jeanne de Bordigny pour le fief de La Fourrière, ne paraît avoir été terminé et transcrit dans sa forme définitive qu'à l'époque de Bernard Cariti, évêque d'Évreux de 1376 à 1383, ainsi que l'indique le titre traduit plus haut. Parmi les droits et revenus appartenant à l'évêque d'Évreux figurent les suivants : " l'évêque possède à Évreux deux moulins à blé et un moulin à foulon (le moulin Folerez), un autre moulin à blé à La Rochette, et un moulin à tan qui ne rapporte rien (quoi fiihil valet) ; - il possède à Évreux deux pressoirs bannaux ; - dans la forêt d'Évreux, il a, ainsi que sept de ses serviteurs ou de ses tenanciers, le droit de partage pour ses porcs, deux fagots à Noël, le droit au bois mort et aux branches des arbres et tout le bois nécessaire aux réparations de son manoir d'Évreux et de l'église cathédrale, à la charge de donner à déjeuner au verdier qui le lui délivre ; - l'évêque doit un repas (pastus) au chapitre les jours de fêtes annuelles accoutumés et le jour de sa réception, ou 40 sous tournois en cas d'absence ; - le jour de la Purification (2 février), le seigneur de Tillières et celui de Laigle doivent à l'évêque chacun un cierge de 36 livres de cire, la prévôté de Vernonun autre de dix-huit livres, la prévôté d'Évreux un de 12 livres, le seigneur d'Avrilly et celui du Blanc-Fossé (de Albo Fossato), chacun un de 10 livres ; l'évêque est tenu, s'il est présent, de donner à déjeuner aux serviteurs chargés de lui remettre ces cierges à l'autel, ou, en cas d'absence, de leur donner à chacun 12 deniers ; - tous les tenanciers résidant sur le fief de l'évêque à Bernienville, qui ont chevaux et charrues, doivent faire trois corvées par an aux saisons accoutumées ; ils sont tenus d'apporter, à l'époque de la moisson, (ad gareta), du pain blanc et de la viande de bœuf (carnes bovinas), au mois de septembre du pain blanc et du porc, et au mois de mars 6 deniers par charrue ; le prévôt de l'évêque doit être constamment présent pendant qu'il fait labourer les corvéables et il a droit à la même part que chaque charrue (débet habere eamdem portionem quam habet quœlibet carruca) ; - les tenanciers à champart du fief de Condé doivent transporter les gerbes, les foins, les fumiers, le mairien ou bois de charpente (marrenia) et faire les corvées accoutumées.

Contexte :
Évêché d'Évreux
Fin des résultats