Toutes les ressources Saint Symphorien 4 résultats (6ms)

Saint-Symphorien.

H725 , 1585-1782 , Bocobé (triège du) sis à Saint-Symphorien ; Petit-Auger (fief du) ; Préaux (Abbaye de Saint-Pierre de), Bénédictins de Saint-Maur ; Saint-Symphorien  

Aveu rendu à l'abbé commendataire de Préaux par Jean Accard, pour l'aînesse appelée le fief du Petit-Auger, contenant trois acres e t relevant de la seigneurie de Saint-Symphorien (1585) ; — transaction passée entre Claude Noël, curé de Saint-Symphorien, d'une part, et le receveur général de l'abbaye de Préaux, d'autre part, « pour terminer le procez qui a esté commencé entr'eux par devant M. le lieutenant général du Ponteaudemer et ensuitte évoqué au grand conseil du roy pour raison des dixmes de certains dosages, masurages, jardinages et fruittiers nouvellement deffrichez dans laditte parroisse de Saint-Symphorien (1687) ; — « état des fiefs dépendant de la seigueurie de Saint Symphorien qui sont obligés aux sujections et servages de la ferme du Bocobé, ainsi qu'il ensuit... » (s. d. Fin du XVIIe siècle) ; — « plan à vue en 1772 pour plusieurs fiefs (seigneurie de Saint-Symphorien). ».

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Saint-Pierre de Préaux (Ordre de Saint-Benoît)

« Papier terrier de la commanderie de Chanu contenant le détail par nouveaux tenants et aboutissants, tant du domaine non fieffé que du domaine fieffé de cette seigneurie, suivant ses anciens titres et possessions, et les nouvelles reconnoissances rendues en conséquence d'iceux, avec tous les honneurs, privilèges, droits et devoirs seigneuriaux, faisances, redevances seigneurialles, suivant leur ordre naturel, la forme de leur prestation et les termes de leurs échéances. – La commanderie de Chanu appartient de toute ancienneté à l'ordre de Malthe ; elle est scituée dans le diocèse d'Évreux ; le chef-lieu est assis dans la paroisse de Chanu et s'étend dans les paroisses d'Heurgeville, Saint-Illiers-les-Bois, Bueil, Villiers, Gadencourt, Saint-Chéron et Champigny. C'est une seigneurie qui a droit de haute justice, dont les appels se relèvent au baillage de Chartres duquel on suit la coutume et la jurisprudence. Cette haulte justice a droit de prison, dans laquelle on met les personnes trouvées en flagrant délit et auxquels on donne le pain, l'eau et la paille suivant les règlements et comme dans les prisons royalles. Elle s'exerce par un bailly, un lieutenant, un procureur fiscal, un greffier et un sergent, sur tous les vasseaux de la ditte commanderie. Ces officiers sont à la nomination de Monsieur le Commandeur et ne peuvent exercer que sur ses provisions. Comme aussy a droit de faire faire des fourches patibulaires dans sa hautte justice de Chanu, au lieu nommé la Haulte-Justice, sur une pièce de terre appartenant à Marie-Magdeleine Cadot, veuve du sieur De la Sale, qui est obligée de souffrir ces pilliers, ainsy qu'elle l'a reconnu dans sa déclaration rendue le 29 avril 1762, article 22. Ce droit appartient aux seigneurs hauts justiciers suivant le droit général des coutumes. Dans le manoir seigneurial il y a une chapelle fondée sous l'invocation de la Sainte-Vierge, dans laquelle ledit seigneur Commendeur a droit d'y faire dire deux messes par semaine, l'une le mercredy et l'autre le vendredy et de priver le prêtre de ses honoraires, s'il ne les dit dans la chapelle, parce qu'il est de la religion de Monsieur le Commandeur qu'elle soit ditte dans la chappelle à l'intention des fondateurs. Monsieur le Commandeur a droit de nommer et présenter aux bénéfices cures de Saint-Pierre de Chanu, de la paroisse d'Heurgeville, fondée sous l'invocation de Saint-Siphorien, de la paroisse de Saint-Illier lès Bois, fondée sous l'invocation de la très sainte Trinité et de la paroisse de Brucourt fondée sous l'invocation de la Sainte-Vierge. Dans lesquelles églises Monsieur le Commandeur a droit d'avoir les droits honorifiques. Ils consistent : à avoir droit de banc dans le chœur, à avoir un autre banc dans la nef pour les domestiques, au lieu le plus convenable ; à avoir l'eau bénite le premier après le clergé et avant les paroissiens ; à aller le premier en procession après le clergé et avant les paroissiens ; à être recommandé nommément aux prières nominales qui se disent au prône ; à avoir le premier le pain béni après le clergé et avant les paroissiens ; à être encensé le premier avec distinction après le clergé ; à avoir droit de sépulture dans le chœur ; à avoir droit de mettre le littre et cintures funèbres au dedans et au dehors de l'église, de ses armes ; à avoir droit d'assister aux comptes des fabriques et sçavoir l'usage que l'on fait des revenus desdites églises. ».

H1615 , 1762 , Brucourt ; Bueil ; Champigny ; Chanu (Commanderie de) ; Gadencourt ; Haulte-Justice (lieu-dit), sis à Chanu ; Saint-Chéron ; Saint-Hillier-les-Bois ; Villiers  
Contexte :
Ordres militaires religieux > Commanderie de Chanu

Neuvième volume contenant les églises paroissiales (lettre S, première partie).

G30 , XVIIIe siècle , Sacq (Le) ; Saint-Agnan-de-Cernières ; Saint-André-de-la-Marche ; Saint-Antonin-de-Sommaire ; Saint-Aubin-sur-Gaillon ; Saint-Aubin-sur-Iton ; Saint-Barthélémy-de-Laigle ; Saint-Chéron ; Saint-Christophe-sur-Avre ; Saint-Elier-du-Bois ; Sainte-Marguerite-de-l'Autel ; Sainte-Marie-Madeleine-Verneuil ; Saint-Etienne-du-Vauvray ; Saint-Georges-de-Motelles ; Saint-Georges-des-Champs ; Saint-Georges-sur-Aure ; Saint-Germain-de-Navarre ; Saint-Germain-de-Rugles ; Saint-Germain-des-Angles ; Saint-Germain-sur-Avre ; Saint-Jacques-de-Verneuil ; Saint-Jean-de-Laigle ; Saint-Jean-d'Ivry ; Saint-Jean-du-Pré ; Saint-Laurent-des-Bois ; Saint-Laurent-de-Verneuil ; Saint-Luc ; Saint-Martin (Neaufles) ; Saint-Martin-d'Apres ; Saint-Martin-de-Cernières ; Saint-Martin-de-Laigle ; Saint-Martin-des-Prés ; Saint-Maximin ; Saint-Michel-de-la-Forêt ; Saint-Michel-de-Sommaire ; Saint-Nicolas-d'Attez ; Saint-Nicolas-de-Sommaire ; Saint-Ouen-d'Attez ; Saint-Ouen-sur-Iton ; Saint-Pierre-de-Verneuil ; Saint-Pierre-du-Vauvray ; Saint-Suplice-près-Laigle ; Saint-Suplice-sur-Risle ; Saint-Symphorien-des-Brières ; Séez-Mesnil ; Séez-Moulins ; Serez  

Table à la fin du registre. – Les paroisses comprises dans ce volume sont les suivantes : doyenné de La Croix-Saint-Leufroy : Saint-Aubin-sur-Gaillon, Saint-Germain-des-Angles, Sassey, Saint-Étienne-du-Vauvray, Saint-Pierre-du-Vauvray, Saint-Vigor ; – doyenné de Pacy : Saint-Aubin-du-Vieil-Évreux, Saint-Luc ; – doyenné d'Ivry : Saint-Jean-du-Pré ou d'Ivry, Saint-André-de-la-Marche, Saint-Cheron, Saint-Georges-des-Champs, Saint-Elier-du-Bois, Serez ; – doyenné de Nonancourt : Saint-Germain-sur-Avre, Saint- Georges-de-Motelles (Saint-Georges-sur-Avre), Saint-Laurent-des-Bois ; – doyenné de Verneuil : Saint-Christophe-sur-Avre, Sainte-Madeleine de Verneuil ; – Saint-Jacques de Verneuil, Saint-Laurent de Verneuil, Saint-Pierre de Verneuil, Saint-Nicolas de Verneuil ; – doyenné de Breteuil : Sacq (le), Sainte-Marguerite-de-l'Autel, Saint-Maximin ou Séez-Mesnil, Saint-Nicolas-d'Attez, Saint-Ouen-d'Attez, Séez-Moulins ; – doyenné de Laigle : Saint-Aubin-sur-Iton, Saint-Barthélemy de Laigle, Saint-Jean de Laigle, Saint-Martin de Laigle, Saint-Martin-d'Apres, Saint-Martin-des-Prés, Saint-Michel-de-la-Forêt, Saint-Michel-de-Sommaire, Saint-Nicolas-de-Sommaire, Saint-Ouen-sur-Iton, Saint-Pierre - de - Sommaire, Saint-Symphorien-des-Brières (Saint-Symphorien-des-Bruyères), Saint-Sulpice-près-Laigle (Saint-Sulpice-sur-Risle) ; – doyenné de Lyre : Saint-Agnan-de-Cernières, Saint-Antonin-de-Sommaire, Saint-Martin-de-Cernières.

Contexte :
Évêché d'Évreux > Grand pouillé du diocèse d'Évreux

Copie de la déclaration des biens et revenus de l'abbaye fournie au Roi, en sa Chambre des comptes de Normandie, le 6 décembre 1692. Le dénombrement des biens est établi, par paroisses, dans l'ordre suivant : Notre-Dame-de-Préaux : «... Une baronnie dont le chef est assis en la paroisse de Notre-Dame-de-Préaux, où est l'enclos de ladite abbaye, dans lequel sont compris l'église, les lieux réguliers, les jardins, l'étang, colombier à pied à présent démoly et autres édifices, le tout environné de murailles et joignant le bois des Fontaines et le prey qui est au dessous d'iceluy, le tout ensemblement revenant à la quantité de dix-huit acres, sçavoir ledit bois contenant treize acres, ledit enclos quatre acres et demie et ledit pré demie acre... Item, nous apartient la terre, ferme et métairye nommée et appelée le Bosc-Auber, composée d'un manoir seigneurial et autres bâtiments qui l'accompagnent et entr'autres d'une grange considérable pour sa structure... ; Saint-Symphorien (ferme de la Glocquerie, etc.) ; Vannecrocq ; Èpaignes (fermes de la Poignerie et de la Varande, etc.) ; Selles (droit de patronage, dîmes, moulin banal, fiefs du Manoir-de-Selles et de Mellimont, fermes du Grand-Hamel et du Petit-Hamel, etc.) ; Saint-Martin-le-Vieux (droit de patronage, chapelle de Saint-Firmin, moulin banal et fief de Saint-Martin, etc.) ; Campigny ; Pont-Audemer (droit de patronage des églises Saint-Ouen, Saint-Aignan, Saint-Germain et Notre-Dame-du-Pré, droits de coutume et d'étaux, maison située paroisse Saint-Germain et appelée l'Hôtel de Préaux, moulin à tan sis paroisse Saint-Germain, etc.) ; Martainville ; Équainville (fief des Mares) ; Boulleville ; Saint-Sulpice-de-Graimbouville ; Toutainville (fermes de la Berguerie et du Mont-les-Mares, moulin banal, etc.) ; Saint-Mards-sur-Risle ; Hauville ; forêt de Brotonne (droits de chauffage et de passage, hermitage ou prieuré de Saint-Ouen Saint-Maur de Brotonne : «... Le sieur titulaire d'iceluy prieuré est obligé faire sonner la cloche dudit prieuré tous les soirs pendant l'espace d'une heure à commencer à soleil renonçant pour adresser les personnes qui pourroient être adirées en ladite forest » ; Périers (prieuré de Saint-Pierre-de-Rouville) ; biens et revenus attribués à la chapelle Notre-Dame fondée et desservie dans l'abbaye de Préaux ; prieuré de Sainte-Radegonde (vicomté de Neufchâtel) ; Saint-Benoît-des-Ombres ; Saint-Pierre--de-Salerne (baronnie de Salerne, s'étendant sur Saint-Pierre de Salerne, Saint-Cyr-de-Salerne, Bretigny, Pont-Autou, Livet, etc.) ; Ètréville ; le Bosgouet ; Rouen (rente sur un immeuble situé rue de la Chaîne) ; Gaillonnet près Gaillon ; Sainte-Opportune-du-Bosc ; Combon (fief des Granges, etc.) ; Courteculier près Louviers ; Catelon ; Vienne près Bayeux ; rente sur la vicomté de Pont-Audemer ; droits de marché, de pêche, etc. ; mouvance, à cause de la baronnie de Préaux, sur les fiefs de Bocquencé (à Èpaignes), de Boulleville (à Boulleville), sur le Moulin-l'Évêque (à Triqueville), sur les fiefs du Bosgouet, du Bois-d'Aubigny (à Saint-Sulpice de Graimbouville et à Toutainville), du Feuguerey et Hareng (vicomté d'Auge), Duval (à Tourville) et des Gastines (à Illeville-sur-Montforl) (1692) ; – copies du partage en trois lots des biens et des revenus de l'abbaye, arrêté entre le procureur fondé de Jean d'Estrées, abbé commendataire et celui des religieux. Le premier lot, évalué à 9,494 livres de revenus est attribué à l'abbé ; le deuxième, évalué 9,525 livres, aux religieux et le troisième, estimé à 9,429 livres, à l'abbé commendataire pour l'acquittement des charges (1695).

H710 , 1692-1697 , Berguerie (La) triège sis à Coutainville ; Bocquencé (fief de) sis à Epaignes ; Bois d'Aubigny (le fief du) sis à Saint-Sulpice de Grainbouville ; Bosgonet (Le) ; Boulleville (fief de) ; Brétigny ; Brotonne (Forêt de), située près de Hauville ; Campigny ; Catelon ; Combon ; Courteaulier près Louviers ; Epaignes ; Equainville ; Etréville ; Feuguerey (fief du) situé Vicomté d'Auge ; Fontaines (Bois des), sis à Préaux, paroisse Notre-Dame ; Gaillonnet (village près) ; Gastins (Les), fief à Illeville-sur-Montfort ; Glocquerie (ferme de la), sise à Saint-Symphorien ; Grand-Hamel (triège du), à Selles ; Granges (Les), fief sis à Combon ; Hareng (fief de), sis Vicomté d'Auge ; Hauville ; Mares (fief dit les), sis à Equainville ; Martainville ; Mellimont (le manoir de) ; Mont-les-Mares (triège du), sis à Toutainville ; Moulin-l'Evêque (Le), sis à Tricqueville ; Périers-en-Cotentin (Baronnie de) ; Petit-Hamel (triège du), sis à Selles ; Poignerie (La), fief et ferme sis à Epaignes ; Pont-Audemer (Eglise N.-D. Du Pré de) ; Pont-Audemer (l'Hôtel de Préaux, sis à) ; Pont-Audemer (Paroisse Saint-Aignan de) ; Pont-Audemer (Paroisse Saint-Germain de) ; Pont-Audemer (Paroisse Saint-Ouen de) ; Pont-Audemer (ville) ; Pont-Authou ; Préaux (Abbaye de Saint-Pierre de), Bénédictins de Saint-Maur ; Préaux (Baronnie de) [N.-D. de] ; Préaux (Chapelle N.-D. Fondée dans l'abbaye de Préaux) ; Préaux (Paroisse de N.-D. de) ; Rouen (ville) ; Saint-Benoît-des-Ombres ; Saint-Cyr-de-Salerne ; Sainte-Opportune-du-Bosc ; Sainte-Radegonde (Prieuré de), sis à Neufchâtel ; Saint-Mards-sur-Risle ; Saint-Martin-le-Vieux (Chapelle) ; Saint-Martin-le-Vieux (fief de) ; Saint-Martin-le-Vieux (près Saint-Firmin) ; Saint-Ouen-Saint-Maur (Ermitage en Prieuré de), en forêt de Brotonne, près Hauville ; Saint-Pierre-de-Rouville (Prieuré de), sis à Périers ; Saint-Pierre-de-Salerne ; Saint-Sulpice-de-Graimbouville ; Saint-Symphorien ; Selles ; Selles (Le Manoir) ; Toutainville ; Val (fief du), sis à tourville-en-Roumois ; Vamecrocq ; Varande (ferme de), sise à Epaignes ; Vienne-près-Bayeux  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Saint-Pierre de Préaux (Ordre de Saint-Benoît)
Fin des résultats