Confrérie de charité.

G1538 , 1675-1780 , Ailly ; Beauvais (ville de)  

Quittance d'une somme de 20 livres payée par la confrérie pour droits de nouveaux acquêts « sur le pied d'une année des revenus de biens par elle possédés et non amortis » (1675) ; – aveux rendus par les prévôts, échevins et frères servants de la Charité au Chapitre cathédral de Beauvais pour des terres relevant de la seigneurie d'Ailly (1732-1780).

Contexte :
Confréries > Ailly

Ailly.

H1062 , 1687-1733 , Ailly ; Garde-Châtel (Carmes de la), au couvent ""Saint-Désert les Carmes"", à Montaure, sous le titre de N.-D. de Secours  

Baux à ferme de deux pièces de terre contenant une demi-acre, sises à Ailly et appartenant aux Carmes de la Garde-Châtel, passés moyennant un prix de fermage annuel de trois livres en 1687, 1724 et 1733.

Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Carmes de la Garde-Châtel

« Plan géométrique des paroisses d'Ailly et Vieux-Villées, appartenant à messieurs les vénérables doyen, chanoines et chapitre de l'église de Saint-Pierre de Beauvais, fait et rédigé par le sieur Pierre Maheult, féodiste, en l'année 1780. » Légende encadrée d'une vignette aux armes du chapitre, de gueules à la croix d'or cantonnée de 4 clefs du même. Ce plan, collé sur toile et monté sur gorge et rouleau, mesure 3 mètres 70 de largeur sur 2 mètres 40 de hauteur. Les divisions suivantes sont indiquées par des teintes diverses : « domaine non fieffé – terres qui doivent champart – terres soumises au droit de onzième – fief d'Ailly, en deniers – fief des Quièzes – fief d'Anières – fief de Tournebu – bois du domaine non fieffé et des divers fiefs désignés ci-dessus – bois qui doivent le onzième – friches, masures, prés, vignes qui doivent le onzième – mares et ruisseaux. » Le plan est à l'échelle de 335 millimètres pour 100 perches, « à raison de 12 pouces pour pied et vingt et un pieds pour perche. ».

G43 , 1780 , Ailly ; Asnières ; Tournebu (fief de), à Aubevoye ; Vieux-Villées ; Vieux-Villées  
Contexte :
Chapitre épiscopal de Beauvais > Seigneurie d'Ailly

Ailly.

H283 , 1404 , Ailly ; Cailly-sur-Eure ; Croix-Saint-Leufroy (La), abbaye ; Pont-de-l'Arche, ville ; Vaudreuil (Le)  

Sentence interlocutoire rendue par Guillaume de Longueuil, vicomte de Pont-de-l'Arche, aux assises de la vicomte du Vaudreuil, entre le procureur de l'abbaye et Jean Gravois le jeune, au sujet d'une rente de 6 sous due à l'abbaye sur un héritage, sis à Ailly, dont ledit Gravois était tenancier.

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de la Croix-Saint-Leufroi (Ordre de Saint-Benoît)

Déclarations et aveux rendus par la fabrique à Claude-Emmanuel Langlois de Col-moulins, chevalier, seigneur des Mesnils-Sainte-Barbe (1710), au chapitre cathédral de Beauvais, seigneur d'Ailly (1733, 1779), à Catherine-Julie-Charlotte de Motteville, comtesse de Motteville, épouse non commune en biens de Louis-Charles, comte de Moy, et héritière de feu Claude-Emmanuel Langlois de Colmoulins (1759), et à Dominique de La Rochefoucauld, archevêque de Rouen et seigneur châtelain de Gaillon (1789), pour des terres relevant du fief des Mesnils-Sainte-Barbe, de la seigneurie d'Ailly et de la châtellenie de Gaillon ; – déclaration des revenus de la fabrique (1704).

G1140 , 1704-1789 , Ailly ; Beauvais (chapitre cathedral) ; Gaillon ; Mesnils-Sainte-Barbe (Les), fiefs à Sainte-Barbe-sur-Gaillon ; Sainte-Barbe-sur-Gaillon  
Contexte :
Églises paroissiales > Sainte-Barbe-sur-Gaillon (annexe d'Aubevoye)

« Plaids et gages-pleiges de la terre et seigneurie d'Ailly et des fiefs en dépendant et y réunis, savoir le fief de Tournebu comme branche ancienne de celui d'Ailly, et celui d'Asnières, au droit de la clameur féodale qui en fut faite le 10 juin 1588 sur Antoine de Caradas, qui l'avait acquis de Jean de La Chapelle et de sa femme. » – Premier volume contenant les noms des tenanciers, de A à F. Table alphabétique, en 8 feuillets, à la fin du registre.

G48 , fin XVIIIe siècle , Ailly ; Asnières ; Beauvais (chapitre cathédral) ; Tournebu (fief de), à Aubevoye  
Contexte :
Chapitre épiscopal de Beauvais > Seigneurie d'Ailly

Donation par Catherine du Buisson, veuve d'Edouard de Beauvais, écuyer, « sieur du Bocamin », à la fabrique de l'église Saint-Médard d'Ailly, d'une somme de 168 livres tournois, à la charge de faire célébrer des messes pour elle et pour feu son mari, ainsi que pour feu Louise de Beauvais, « ayant épousé Charles de Bocquemare, écuyer, sieur de Verquelivre » (1649) ; – bail à ferme des terres « dépendantes du bien et revenu temporel du trésor et fabrique d'Ailly, passé sous forme d'adjudication « devant Jean-Baptiste Jourdain, tabellion du Vaudreuil, et Jean Resmond, sergent royal à Ailly, pris pour adjoint, en assemblée généralle, yssue et sortye de la grande messe paroissialle de Saint-Médart d'Ailly, où tous les paroissiens et habitants d'icelle estoient en grand nombre assemblés en général et la plupart en estât de commun pour délibérer des affaires de l'église dudit lieu » (1696) ; – donation par Robert de Beauquemare, écuyer, sieur du Bec, à la chapelle de la Vierge de l'église d'Ailly, pour la fondation de messes à l'intention du donateur et de sa femme. Robert de Beauquemare rappelle dans cet état que « porté de dévotion envers la très sainte Vierge, et s'estant toujours mis sous sa protection, il avait choisi depuis longtemps la chapelle qui lui est dédiée sous la nef de l'église et où l'on a estably la confrairie du Rozaire, pour y placer son banc, et qu'il avait donné pour la décoration de ladite chapelle une contretable ornée d'un beau cadre doré dans lequel est représenté l'image de la très-sainte Vierge » (1713) ; – inventaire des aubes, ceintures, amicts, nappes et serviettes appartenant à la fabrique (1750).

G307 , 1590-1771 , Ailly ; Ailly ; Vaudreuil (Le) ; Verclives  
Contexte :
Églises paroissiales > Ailly