Déclarations.

G156 , 1675-1705 , Ambenay ; Désert (prieuré du) ; Lyre (Abbaye de Notre-Dame de) ; Saint-Nicolas-des-Bois, à Neaufles  

« Il appartient au séminaire d'Évreux un héritage sis en la paroisse d'Aulnay, relevant du sieur Gréard à cause du fief et seigneurie qu'il a en ladite paroisse ; item, il appartient audit séminaire le fief, terre et seigneurie du prieuré du Désert, situé dans la paroisse des Baux de Bretheuil, membre dépendant de l'abbaye de Lire, uny au séminaire ; item, il appartient audit séminaire une ferme nommée Saint-Nicolas-des-Bois, dépendant dudit prieuré, sise en la paroisse de Neaufle ; item, un moulin bannal dépendant dudit prieuré sis en la paroisse d'Ambenay ; plus, il appartient audit prieuré quatre parties de rentes foncières. Somme totale du revenu dudit séminaire, monte chacun an : 1,127 livres 7 sols 7 deniers. Les charges et faisances montent ensemble chacun an la somme de 496 livres 2 sols 6 deniers, sans comprenne les réparations des bâtiments du séminaire, des fermes du Prieuré, de Saint Nicolas, du Moulin, d'Aulnay et l'entretien des meublés de la communauté dudit séminaire. » (Extrait de la déclaration du 10 novembre 1692.).

Contexte :
Grand séminaire d'Évreux

Ambenay.

H517 , 1388-1703 , Ambenay ; Launel-Couturier (tènement de) ; Launel-du-Moulin (tènement de) ; Lyons-la-Forêt (Abbaye de) ; Mares (l'Aînesse des)  

Bail à fieffe passé par l'abbaye à Jean de Lanuel du manoir des Seaules et de ses dépendances, sis à Ambenay, moyennant une rente annuelle de 9 livres tournois (1388) ; — aveux, déclarations et procédures concernant le tènement de Launel du Moulin, l'aînesse des Mares, le tènement de Launel Couturier, etc., sis à Ambenay et relevant de l'abbaye (XVIIe-XVIIIe siècles). — (Dix-neuvième chapitre, article 7, lettres G, J, K et P, de l'inventaire de 1738.).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît)

Neaufles.

H499 , 1742 , Ambenay ; Frétils (Les) ; Juignettes ; Lyons-la-Forêt (Abbaye de) ; Neaufles-sur-Risle ; Rugles ; Selle (La)  

« Papier terrier de noble terre et seigneurie de Neaufle, s'étendante sur les paroisses de Neaufle, Ambenay, Rugles, Les Fretis, La Selle et Juignete, apartenante à messieurs les religieux de l'abbaye de Notre-Dame de Lyre, ordre de Saint-Benoît, congrégation de Saint-Maur. M. DCCXLII. » Table alphabétique des tenanciers, p. 479-495.

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît)

Ambenay.

H515 , 1212-1703 , Ambenay ; Lyons-la-Forêt (Abbaye de) ; Mares (fief des) ; Neaufles-sur-Risle  

Titres de propriété du quart du moulin de Neaufles, du quart des vavassories d'Ambenay et des Frétils et du quart du fief des Mares, donnés en 1214 par Robert de Brezey à Roger d'Auvergny, clerc, confirmés à celui-ci par Léjarde du Moustier en 1241 et transférés à l'abbaye par une donation de Roger d'Auvergny confirmée en 1249 par Guimond « de Faugeaus » et Léjarde, sa femme ; — autorisation donnée par Bernard Audebert, supérieur général de la congrégation de Saint-Maur, aux religieux de Lyre, d'échanger avec le sieur Baudot la seigneurie d'Ambenay « qui vaut en menus cens et rentes vingt-cinq livres et en casuet vingt-cinq écus » contre six acres de pré affermées à 300 livres de rente (1664) ; — mandements obtenus par les religieux de Lyre à l'effet de faire publier des censures ecclésiastiques pour avoir révélation de ceux qui retiennent les titres et aveux des terres et seigneuries d'Ambenay et de Neaufles aliénées de leur mense conventuelle dès les années 1575 et autres suivantes et retirées par eux depuis trois ou quatre ans (1665). — (Dix-neuxième chapitre, article 7, lettre A, de l'inventaire de 1738.).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît)

Ambenay.

H514 , 1244-1714 , Aleminet (Le Moulin) ; Ambenay ; Lyons-la-Forêt (Abbaye de) ; Ratier (le Moulin de) ; Transières (le Pré de), sis à Ambenay  

Vente à l'abbaye par Guillaume Feugue de prés situés à Ambenay, près du gué de Transières et du moulin « Aeminet » (1244) ; — cession à l'abbaye par Nicolas Crok, chapelain de l'église Notre-Dame de Rugles, de tout son pré de Transières, situé près du moulin de Ratier et de plusieurs portions de pré avoisinant le moulin des religieux du Désert, moyennant une somme de 11 livres et 15 sous tournois (1247) ; — charte d'Alice, fille de feu Roger Girard, chevalier, et veuve de Robert d'Abernon, confirmant aux religieux de Lyre lu possession de leur pré de Transières, contenant une demi-acre, moyennant une somme de 8 livres tournois (1272) ; — pièces de procédures, produites au Grand-Conseil, concernant le retrait de 4 acres de pré situées à Transières (1661) ; — baux à ferme des prés de Transières appartenant à l'abbaye (1664-1714). — (Dix-neuvième chapitre, articles 3 et 4, de l'inventaire de 1738.).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît)

Forêt de Breteuil.

H451 , 1247-1522 , Ambenay ; Beaumont-le-Roger ; Chête (Bois de la) ; Conches (Forêt de) ; Danfront (duché de) ; Gisors ; Lyons-la-Forêt (Abbaye de) ; Meun-sur-Yèvre (Duché de) ; Verneuil-sur-Avre ; Vieille-Lyre (La)  

Cession par Jean Le Moine, forestier de la forêt de Breteuil, à tous les hommes de l'abbaye de Lyre, « tam liberis quam bordariis », résidant dans la paroisse de la Vieille-Lyre, entre la rivière de Risle et la forêt de Conches, de quatre gerbes de blé qu'il avait coutume de percevoir sur chacun d'eux à cause de leur droit de branchage dans la forêt de Breteuil, moyennant une somme de 40 sous tournois (1247) ; — sentence du bailli de Gisors et de Verneuil, rendue aux assises de Breteuil, maintenant les religieux de Lyre en possession de la dîme des amendes et des exploits de la forêt de Breteuil, une enquête ayant démontré le bien-fondé de leurs droits (1296) ; — confirmation par Charles IV Je Bel, roi de France, des droits de l'abbaye à la dîme des issues, émoluments, exploits, amendes et forfaitures de la forêt de Breteuil (1327) ; — charte de Robert d'Artois, comte de Beaumont, « duc de Danfront et de Meun-sur-Yevre », confirmant à l'abbaye, après enquête faite par son bailli de Beaumont, les droits de dîme qu'elle possédait « en toutes les essues, émolumens, explois, amendes et forfaitures du boys de la Chaeste et le paanage du plain », ledit bois de la Chête ayant été reconnu faire partie des dépendances de la forêt de Breteuil (1327) ; — mandement de Philippe VI de Valois, roi de France, adressé à Jean Bardilli, maître des forêts, pour lui prescrire de maintenir les religieux de Lyre dans leurs droits de dîme sur la forêt de Breteuil (1333) ; — vidimus d'un mandement de Charles (V), régent du royaume et duc de Normandie, adressé pour le même objet aux receveurs de Beaumont, de Conches et de Breteuil (1359) ; — ordonnances et sentences des maîtres et enquêteurs des eaux et forêts maintenant l'abbaye dans ses droits sur la forêt de Breteuil (1386-1484) ; — procédures contre des habitants d'Ambenay, au sujet du droit de panage pour leurs porcs dans la forêt de Breteuil (1515). — (Quatrième chapitre, article 8, nos1 à 14, de l'inventaire de 1738.).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît)

Ambenay.

H518 , 1200-1744 , Ambenay ; Auberesse (Aînesse de l') ; Boshion (…), triège ; Boshion-en-Vexin (Le) ; Fleurière (Aînesse de la) ; Fournil (le Champ du), sis à Aubenay ; Lyons-la-Forêt (Abbaye de) ; Mérille (l'Aînesse)  

Vente à l'abbaye par Guillaume Laufage d'une rente de 6 sous assignée sur un champ situé à Ambenay et appelé le champ du Fournil (1242) ; — cession à l'abbaye par Guillaume Coque-rel, d'Ambenay, de quatre acres de terre au Boshion, qu'il tenait de Guillaume d'Ouche. Pour prix de cette cession, Guillaume Coquerel reçoit de l'abbaye 35 sous, Roger, son fils, 12 deniers, et Guillaume d'Ouche, deux sous (s. d. Vers 1200) ; — aveux et déclarations concernant l'aînesse Mérille ou de la Fleurière, les aînesses Auberesse et Testard et les terres du grand et du petit Boshion relevant des religieux de Lyre à cause de leur seigneurie d'Ambenay (XVe-XVIIe siècle). — (Dix-neuvième chapitre, article 7, lettres R à X, de l'inventaire de 1738.).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît)

Ambenay.

H513 , 1620 , Ambenay ; Boisle (fief du) ; Chesnay (Le) ; Couvain (le fief de) ; Glos-sur-Risle ; Lyons-la-Forêt (Abbaye de) ; Moulin-Roger (Le), sis à Ambray ; Transières (le Pré de), sis à Ambenay  

Cession à l'abbaye par Robert du Boulay de ses droits de mouture sur le moulin d'Ambenay, pour le prix de 4 livres d'angevins (s. d. Fin du XIIe siècle) ; — confirmation de la précédente cession par Herbert de Messey et cession par le même aux religieux de Lyre de deux acres de pré à Transières (in magnis Transeriis), pour le prix de 100 sous d'angevins et un cheval (id. ) ; — cessions à l'abbaye par Girard d'Auvergny et par Alexandre d'Auvergny de leurs droits de moûte sur la terre du Chesnay (1208) ; — pièces de procédures et sentence au sujet de la banalité du Moulin-Roger (XVIe siècle) ; — vente par Jacques Jouen, sieur du Boisle, à Gilles d'Espinay, avocat, sieur de Couvain, « demeurant en son lieu de la Pitière, paroisse de Glos », du moulin appelé le Moulin-Roger, sis à Ambenay, et de ses dépendances, pour le prix principal de 2,300 livres tournois (1605). — (Dix-neuvième chapitre, article 2, de l'inventaire de 1738.).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît)

Biens du prieuré situés à Ambenay : Launay, le Haut-Pré, le pré de l'Hermite ; – donation par Raoul « Le Maignien », fils de Guillaume « de Launeel », au prieuré du Désert, de l'héritage (tenementum) que le donateur tenait de Jean Érart à Launay (apud Launeel), avec le consentement dudit Jean Érart et de Girard d'Auvergny (Giraldi de Auvernais), seigneur dominant du fief (1217) ; – consentement donné à l'acte précédent par Jean Érart (1217) ; – consentement de Girard d'Auvergny (1218) ; –échange entre Richard d'Auvergny, chevalier, et Alexandre du Val (de Valle), d'une part, et Richard d'Auvergny, d'autre part. Les premiers abandonnent au second le droit de mouture (molta) qu'ils possédaient sur le fief de Launay, et reçoivent en échange concession du même droit sur le fief de Guillaume Godefroy, apud Les Molens (1218) ; – déclarations et aveux des terres du prieuré du Désert situées dans la paroisse d'Ambenay, « au village de Launel » (XVIIe siècle) ; – aveu d'« un héritage en nature de pray, contenant cinq vergées ou environ, nommé vulgairement le Hault Prey, sis en la paroisse d'Ambenay, borné d'un côté et d'un bout la morte rivière et tenu de messieurs les supérieurs et prêtres du séminaire d'Évreux en leur fief, terre et seigneurie du Désert » (1680) ; – procès-verbal de bornage du pré de l'Hermite, appartenant au séminaire d'Évreux et situé près du moulin de l'Hermite, dans la paroisse d'Ambenay (1764).

G169 , 1217-1764 , Ambenay ; Haut-Pré (Le), à Ambenay ; Hermite (Le Pré de l', à Ambenay) ; Launay  
Contexte :
Grand séminaire d'Évreux > Ancien prieuré de Notre-Dame du Désert, uni au Grand séminaire d'Évreux en 1674

Troisième volume contenant les chapitres 18 à 35.

H589 , 1739 , Ambenay ; Anceins ; Bois-Arnault ; Bois-Nouvel ; Bois-Penthou ; Bottereaux (Les) ; Chambord ; Couvain (le fief de) ; Frétils (Les) ; Gauville ; Gisay ; Glos-sur-Risle ; Haye-Saint-Sylvestre ; Juignettes ; Marmefer ; Neaufles-sur-Risle ; Rugles ; Socanne  

Ch. 18. Paroisse de Neaufles. — Ch. 19. Paroisse d'Ambenay ; — Ch. 20. Paroisse de Rugles ; — Ch. 21. Paroisse de Bois-Arnault ; —Ch. 22. Paroisse de Gisay ; — Ch. 23. Paroisse des Frétils ; — Ch. 24. Paroisse de Glos ; — Ch. 25. Paroisse de Couvain ; — Ch 26. Paroisse d'Anceins ; — Ch. 27. Paroisse de Gauville ; — Ch. 28. Paroisses de Notre-Dame-du-Hamel et de Socanne ; — Ch. 29. Paroisse de Juignettes ; — Ch. 30. Paroisse des Bottereaux ; — Ch. 31. Paroisse de Chambord ; — Ch. 32. Paroisse de Bois-Nouvel ; — Ch. 23. Paroisse de la Haye-Saint-Sylvestre ; — Ch. 34. Paroisse de Bois-Pen-thou ; — Ch. 35. Paroisse de Marnefer. — Tables alphabétiques des biens de la mense abbatiale et de la mense conventuelle au commencement du volume (l0feuillets).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît) > Inventaire général du chartrier de l'abbaye

Ambenay.

H516 , 1232-1734 , Ambenay ; Lyons-la-Forêt (Abbaye de) ; Seaules (Les), Manoir sis à Ambenay  

Donations, cessions, ventes et confirmations à l'abbaye de terres et de rentes situées ou assignées à Ambenay par Robert Damors et Guiburge La Pépépine, sa femme (1232), Renoud Petit (1234), Nicolas de la Chaucière, fils de Jean (1240), Foubert de Besancourt, Roger Rossel, Geoffroi Iver, Richard Blanchehère et Alice Roncette (1248), Richard d'Auvergny, fils de Gérard d'Auvergny, chevalier (idem), Guillaume Cochet (1252), Raoul Thiberge (1257, 1276), Guillaume Renard (1279) ; — aveux rendus à l'abbaye pour des terres sises à Ambenay par Jean et Etienne de Moriaucourt, Jean Le Boulenger, Bertault Ernault (1405), Germain Bolet (1460), Robin Baudot (1470), les héritiers Lanuel (1573) et divers autres tenanciers (1665-1734). Aveux rendus à Cyprien Baudot (1619-1628) et à François Baudot (1660) par des tenanciers de la seigneurie d'Ambenay. — (Dix-neuvième chapitre, article 7, lettres B à D, de l'inventaire de 1738.).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît)

2e volume contenant les églises paroissiales (lettre A.).

G23 , XVIIIe siècle , Acon ; Acquigny ; Aigleville ; Ailly ; Ajou ; Alaincourt ; Ambenay ; Amfreville-la-Campagne ; Amfreville-sur-Iton ; Anceins ; Angerville-le-Campagne ; Arcey ; Arnières ; Aube (près Laigle) ; Aubevoye ; Auguaise ; Aulney ; Authenay ; Autheuil ; Authieux (Les) ; Authieux-près-Barquet ; Authouillet ; Auvergny ; Avrilly  

Table à la page 393. – Les paroisses comprises dans ce volume sont les suivantes : – doyenné d'Évreux : Angerville-la-Campagne ; – doyenné de La Croix Saint-Leufroy : Ailly, Aubevoye, Aulhouillet, Autheuil ; – doyenné de Pacy : Aigleville, Avrilly ; – doyenné d'Ivry : Authieux (les) ; – doyenné de Nonancourt : Acon ; – doyenné de Verneuil : Alaincourt ; – doyenné de Lyre : Ambenay, Anceins, Auvergny ; – doyenné de Laigle : Auguaise, Aube ; – doyenné de Breteuil : Authenay ; – doyenné d'Ouche : Ajou, Arcey (Saint-Clair-d'Arcey) ; – doyenné de Cnnches : Aulney, Arnières, Authieux-près-Barquet : – doyenné du Neubourg : Amfreville-la-Campagne ; – doyenné de Louviers : Acquigny, Amfreville-sur-Iton.

Contexte :
Évêché d'Évreux > Grand pouillé du diocèse d'Évreux

Rail à fieffé passé par Nicolas de Glos à Robert de Bernay, clerc de Guillaume, fils de Raoul, sénéchal de Normandie, de 20 acres de terre faisant partie de sa bruyère des Frétils, moyennant une redevance annuelle d'une livre de poivre (s. d. Fin du XIIe siècle) ; — donations, cessions et ventes à l'abbaye de terres et de rentes situées ou assignées aux Frétils par Nicolas de Glos, Guillaume d'Auvergny et Julienne, sa femme (s. d. Fin du XIIe siècle), Jean de la Chaucière (1222), Jean, Guillaume et Richard de la Gastine, frères (1274) ; — bail à ferme passé par l'abbaye à Raoul, curé des Bottereaux, du manoir de la Maillardière et de ses dépendances, ainsi que de la dîme des Bottereaux, appartenant aux religieux de Lyre, moyennant un fermage annuel de 42 livres tournois (1275. Cette charte contient l'énumération des animaux et du matériel d'exploitation qui garnissaient la ferme de la Maillardière) ; — accord entre Pierre « sire de Mouaz », chevalier, et les religieux de Lyre, au sujet de la banalité des moulins à foulon de Rugles, aux termes duquel ledit Pierre reconnaît que les hommes du Boshion, du Chesnay, des Seaules et d'Ambenay n'étaient pas tenus, comme il l'avait prétendu, à venir fouler leurs draps à ses moulins à draps de Rugles (1342) ; — copie d'un aveu du fief de la Maillardière, sis aux Frétils et à Ambenay et contenant 145 acres, rendu par les tenanciers (Jean d'Orbec, conseiller au Présidial d'Évreux, etc., etc. ) à Guillaume Baudot, seigneur de Neaufles, lieutenant général du bailli d'Évreux en la vicomte de Breleuil (1584). — (Dix-huitième chapitre, article 20, lettres V et X, de l'inventaire de 1738.).

H510 , 1711 , Ambenay ; Boshion-en-Vexin (Le) ; Breteuil ; Chambray ; Chesnay (Le) ; Evreux (Ville) ; Frétils (La Bruyère des) ; Frétils (Les) ; Lyons-la-Forêt (Abbaye de) ; Maillardière (ferme de) ; Neaufles-sur-Risle ; Rugles ; Seaules (Les), triège  

Rail à fieffé passé par Nicolas de Glos à Robert de Bernay, clerc de Guillaume, fils de Raoul, sénéchal de Normandie, de 20 acres de terre faisant partie de sa bruyère des Frétils, moyennant une redevance annuelle d'une livre de poivre (s. d. Fin du XIIe siècle) ; — donations, cessions et ventes à l'abbaye de terres et de rentes situées ou assignées aux Frétils par Nicolas de Glos, Guillaume d'Auvergny et Julienne, sa femme (s. d. Fin du XIIe siècle), Jean de la Chaucière (1222), Jean, Guillaume et Richard de la Gastine, frères (1274) ; — bail à ferme passé par l'abbaye à Raoul, curé des Bottereaux, du manoir de la Maillardière et de ses dépendances, ainsi que de la dîme des Bottereaux, appartenant aux religieux de Lyre, moyennant un fermage annuel de 42 livres tournois (1275. Cette charte contient l'énumération des animaux et du matériel d'exploitation qui garnissaient la ferme de la Maillardière) ; — accord entre Pierre « sire de Mouaz », chevalier, et les religieux de Lyre, au sujet de la banalité des moulins à foulon de Rugles, aux termes duquel ledit Pierre reconnaît que les hommes du Boshion, du Chesnay, des Seaules et d'Ambenay n'étaient pas tenus, comme il l'avait prétendu, à venir fouler leurs draps à ses moulins à draps de Rugles (1342) ; — copie d'un aveu du fief de la Maillardière, sis aux Frétils et à Ambenay et contenant 145 acres, rendu par les tenanciers (Jean d'Orbec, conseiller au Présidial d'Évreux, etc., etc. ) à Guillaume Baudot, seigneur de Neaufles, lieutenant général du bailli d'Évreux en la vicomte de Breleuil (1584). — (Dix-huitième chapitre, article 20, lettres V et X, de l'inventaire de 1738.).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît)

Délibérations et actes capitulaires, du 16 septembre 1676 au 15 juin 1788. (Le premier et le 196e feuillet manquent.) – Pierre Danet, prieur (du 16 septembre 1676 au 21 avril 1678) ; – installation de Guillaume Camuset comme prieur (27 juin 1678) ; – le chapitre accorde sur sa demande, à M. de la Roche, « gentilhomme de ce pays », l'autorisation de placer son banc dans le chancel de l'église d'Ambenay, « duquel le curé de ladite paroisse l'avoit (sans nostre consentement) rejetté et placé parmi les païssans » (5 janvier 1679) ; – délibérations au sujet des difficultés pendantes entre les religieux et M. de Grémonville, abbé commendataire, relativement au partage des revenus et à l'usage du logis abbatial : « le R. P. Prieur est député avec D. Robert Samuel pour terminer avec Monsr notre abbé : mais voyage inutile et qui n'a servi tout au plus qu'à faire connaître Monsr l'abbé à notre R. P. Prieur » (5 mars 1679) ; – les religieux décident de contracter un premier emprunt de 8,000 livres pour faire bâtir un logis abbatial conformément à l'arrêt du parlement qui les y obligeait (9 décembre 1680) ; – délibération relative à une relique (vertèbre) de saint Just, martyr, donnée à l'abbaye par Madame la comtesse de Bonnelle, « ayant eu de Monseigneur le Cardinal de Bonsy le corps entier dudit saint, dont la translation auroit esté faicte par Monseigneur l'évesque de Lysieux dans l'église de Fervaques » (12 mai 1684) ; – installation de Dom Martin Filand en qualité de prieur (11 juin 1684) ; – autorisation d'emprunter 2,000 livres « pour tascher de parachever la maison abbatiale bien avancée » (13 août 1686) ; – installation de Dom Augustin Collet en qualité de prieur (14 juin 1687) ; – id., de Dom Jacques Haudart (25 mai 1693) ; – autorisation donnée à Guillaume d'Épinay, écuyer, brigadier des gardes du Roi, « de mettre un banc dans le chœur et chancel de l'église de Couvain tant pour luy que la dame sa femme, et enfans » (1698) ; – délibération au sujet des prétentions de M. du Plessis Châtillon, marquis de Rugles, « qui auroit fait mettre un banc dans le chancel de la paroisse de Saint-Germain dudit Rugles, fait apposer ses armes aux vitres dudit chancel et même fait donner quelqu'actes publics où il avoit fait insérer la qualité de patron honoraire de laditte église » (19 mai 1698) ; – installation de François L'Héritier, prieur (9 juillet 1699 ; – le chapitre propose : 1° de célébrer solennellement la fête de Saint-Christophe, « le prieur ayant trouvé dans le cartulaire de l'abbaye que l'église avoit esté bastie au lieu et place d'une chapelle dédiée à Saint-Christophe ; 2° de déplanter la vigne de l'enclos du monastère et de la remplacer par des arbres fruitiers et du blé, le prieur « ayant examiné et remarqué que depuis plus de 15 ans ladite vigne ne rapporte que très peu de vin et pour l'ordinaire si méchant qu'on a de la peine à en boire et que cependant les frais qui montent environ à la somme de cinq cents livres excèdent de beaucoup le profit qui en revient » (19 avril 1705) ; – Claude Hémin, prieur (10 août 1705) ; – Nicolas Le Poitevin, prieur (29 mai 1711) ; –transaction passée entre les religieux de Lyre, d'une part, et « noble dame Élisabeth-Renée de la Noë, baronne des Bothereaux, dame de la Barre, La Noë, Gisay, Villers, Saint-Ouen de Mancelles et autres lieux, épouse de Guillaume de Karuël, seigneur de la Panière et autres lieux, d'autre part », au sujet de l'aînesse de la Normandière, sise à la Barre, La Noë et Gisay (4 mai 1730) ; – nominations en qualité de prieurs de : Gabriel Pouget, remplaçant Nicolas Le Poitevin décédé (1er juin 1713), Mathieu Huë (24 mai 1714), Pierre Eudes (29 juillet 1720), Jean-Pomponne de Sainte-Marie (14 juin 1726), Joseph Le Paulmier (7 juin 1729) ; – délibérations et déclarations des religieux de Lyre au sujet des lettres du Roi et du comte de Saint-Florentin concernant les religieux de la congrégation de Saint-Maur qui avaient appelé de la constitution Unigenitus (7 juin 1733) ; – délibération relative à la part contributive de l'abbaye dans les frais de réparation du clocher de l'église de Breteuil, « que l'on fait actuellement » (l0juin 1735). D'après une délibération du 27 mars 1736, la somme payée par l'abbaye pour cet objet s'élevait à 6,500 livres ; – consentement donné par les religieux à la démolition du jubé de bais « qui partage le chœur d'avec la nef de l'église de Breteuil » (30 juin 1742) ; – projet d'un emprunt de 8,000 livres (9 septembre 1748) ; – Jean-Baptiste Tougard, organiste de l'abbaye (16 décembre 1748) ; –projet d'un emprunt de 10,000 livres (10 mars 1759) ; – id., de 5,000 livres pour achever les constructions commencées (15 juin 1760) ; – bail de la forge de Trisay passé à Nicolas Pottin pour le prix annuel de 6,200 livres (18 novembre 1770) ; – consentement donné à la destruction des sous-ailes des halles de Breteuil sur la demande du duc de Bouillon (16 décembre 1782) ; – allusion au dommage considérable causé à l'abbaye par le tonnerre le 15 juillet 1783 (25 janvier 1784) ; – nominations en qualité de prieurs de : Pierre Eudes (3 août 1733), Jean Foulques (27 mai 1736), Pierre Collinet (15 juin 1737), Louis Barbe (19 mai 1739), Pierre Eudes (4 juin 1740), Hervé Boissel (14 mai 1742), Gilbert de Saint-Affrique (22 mai 1744), Jean-Baptiste Duval (1er mai 1748), François Sohier (28 mai 1751), Pierre-César Le Pin (4 juin 1757), Pierre Le Maître (4 juin 1763), Jacques Benoît (28 janvier 1766), Jean Le Febvre (25 novembre 1766), François Follin (6 septembre 1767), Romain Le Prévost de Gournai (24 juin 1769), Charles Vigneron (29 mai 1773), Alexandre-Jean Ruault (9 juin 1778), Etienne Le Picard (8 juin 1781), Benigne Madenié (15 mars 1782), Jean-Antoine Chahan (5 octobre 1783), Pierre-Charles David (20 mai 1786).

H582 , 1676-1788 , Ambenay ; Barre (La) ; Bottereaux (Les) ; Breteuil ; Couvain (le fief de) ; Fervaques (paroisse de) ; Gisay ; Mancelles ; Noë (Abbaye de la) ; Normandie (Aînesse de), sise à la Barre ; Panière (fief de la) ; Rugles ; Rugles (Paroisse Saint-Germain de) ; Saint-Ouen-de-Mancelles ; Trisay (la forge de) ; Villers  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît)