Toutes les ressources Gisors, (Prieuré de Saint-Ouen de) 8 résultats (33ms)

Copies de la mainlevée de la saisie du temporel du prieuré, accordée par les gens des Comptes du Roi en Normandie au profit de Louis-François de Vassé, prieur commendataire, et de l'information, par témoins faite par le lieutenant civil au bailliage de Gisors pour vérifier le dénombrement fourni à la Chambre des Comptes par ledit Louis-François de Vassé : «... Le prieuré de Saint-Ouen est un bénéfice simple, membre dépendant de Marmoustier-lez-Tours, ordre de Saint-Benoist, quy se consiste en un plain fief de haubert admorty, dont le chef est assis en ceste ville (de Gisors)... ».

H990 , 1679-1682 , Gisors ; Gisors, (Prieuré de Saint-Ouen de) ; Normandie (La)  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieuré de Saint-Ouen-de Gisors

Copies de la mainlevée de la saisie du temporel du prieuré, accordée par les gens des Comptes du Roi en Normandie au profit de Louis-François de Vassé, prieur commendataire, et de l'information, par témoins faite par le lieutenant civil au bailliage de Gisors pour vérifier le dénombrement fourni à la Chambre des Comptes par ledit Louis-François de Vassé : «... Le prieuré de Saint-Ouen est un bénéfice simple, membre dépendant de Marmoustier-lez-Tours, ordre de Saint-Benoist, quy se consiste en un plain fief de haubert admorty, dont le chef est assis en ceste ville (de Gisors)... ».

H990 , 1679-1682 , Gisors ; Gisors, (Prieuré de Saint-Ouen de) ; Normandie (La)  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieuré de Saint-Ouen-de Gisors

Gisors.

H1451 , 1598-1790 , Fossé-aux-Tanneurs (Le) ; Gisors ; Gisors (Les Annonciades de) ; Gisors, (Prieuré de Saint-Ouen de) ; Mesnil-Guilbert (Le) ; Rouen, Collège des Jésuites ; Saint-Ouen (la rue), à Gisors ; Troesne (la Rivière du), sise à Gisors  

Permission de voirie délivrée aux Annonciades de Gisors par « Jullian Le Bret, sieur du Mesnil Guillebert, conseiller du Roy, vicomte de Gisors et grand voyer en ladicte vicomté pour le Roy nostre Sire et Monseigneur le duc de Nemours et de Chartres, comte dudict Gisors », à l'effet de faire reconstruire le mur de clôture de leur couvent sur la rue de Paris (1628) ; — vente aux Annonciades par Jullian Pollet, marchand tanneur à Gisors, d'une maison située audit Gisors sur le fossé aux Tanneurs, pour le prix de 3,300 livres tournois (1634) ; — autorisation accordée aux Annonciades par le vicomte de Gisors, « de faire bastir et construire sur la rivière du Troesne les quatre arches et le pont dont est fait mention au procèz-verbal dressé à cet effet, mesme de faire la desmolition des maisons quy sont en ruynes et murailles estans le long de ladite rue Sainct-Ouen, pour au lieu d'icelles y faire par elles construire et bastir d'autres murailles de la hauteur de neuf à dix piedz à la surface de terre et fondations, comme aussy lesdites dames pouront, pour leur commodité particulière, faire encore construire les autres murailles sur lesdites arches et autres lieux spéciffiez audit procèz-verbal, avec grilles de fer sous lesdites arches... Laquelle rivière (du Troesne) elles seront tenues de ce jour à l'advenir faire curer à leur frays et despens depuis le pont aux Danois jusque aux deux arches dernières déclarez audit procèz-verbal » (1687) ; — procès-verbal de réception par le vicomte de Gisors des travaux exécutés au couvent des Annonciades en vertu de l'autorisation précédente (1688) ; — copie d'une requête adressée à l'Intendant de la généralité de Rouen par le maire et les échevins de Gisors, suivie de l'ordonnance conforme rendue par l'Intendant : «... Pour le bien et l'utilité des pauvres de l'hospital dudit Gisors et de ceux qui y sont amenez en exécution de la déclaration, du Roy du dix-huit juillet 1724, il est nécessaire de faire curer le canal et bras de rivière qui passe le long des appartemens dudit hospital, qui est entièrement remply d'immondices qui corrompent l'eau qui y passe, l'amas desquels immondices sont causés par un grand corps de bastimens que les religieuses Annonciades ont fait bastir il y a quelques années sur ledit canal, dans lequel elles ont fait faire des latrines qui servent tant à leur communauté que des maisons à elles appartenantes estant au dehors et louez à des particuliers, et par une grille qu'elles ont fait placer, qui traverse tout le bras de rivière, qui empêche l'écoulement des eaux et qui cause des immondices qui infectent tout le quartier et les appartemens dudit hospital...» (1724) ; — aveu rendu par les religieuses aux Jésuites du collège de Rouen, « seigneurs prieurs du prieuré de Saint-Ouen de la ville de Gisors, estant un plain fief de haubert », pour plusieurs maisons et jardins situés à Gisors, rue Saint Ouen, et compris dans l'enceinte du couvent (1738).

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Annonciades de Gisors

Gisors.

H1451 , 1598-1790 , Fossé-aux-Tanneurs (Le) ; Gisors ; Gisors (Les Annonciades de) ; Gisors, (Prieuré de Saint-Ouen de) ; Mesnil-Guilbert (Le) ; Rouen, Collège des Jésuites ; Saint-Ouen (la rue), à Gisors ; Troesne (la Rivière du), sise à Gisors  

Permission de voirie délivrée aux Annonciades de Gisors par « Jullian Le Bret, sieur du Mesnil Guillebert, conseiller du Roy, vicomte de Gisors et grand voyer en ladicte vicomté pour le Roy nostre Sire et Monseigneur le duc de Nemours et de Chartres, comte dudict Gisors », à l'effet de faire reconstruire le mur de clôture de leur couvent sur la rue de Paris (1628) ; — vente aux Annonciades par Jullian Pollet, marchand tanneur à Gisors, d'une maison située audit Gisors sur le fossé aux Tanneurs, pour le prix de 3,300 livres tournois (1634) ; — autorisation accordée aux Annonciades par le vicomte de Gisors, « de faire bastir et construire sur la rivière du Troesne les quatre arches et le pont dont est fait mention au procèz-verbal dressé à cet effet, mesme de faire la desmolition des maisons quy sont en ruynes et murailles estans le long de ladite rue Sainct-Ouen, pour au lieu d'icelles y faire par elles construire et bastir d'autres murailles de la hauteur de neuf à dix piedz à la surface de terre et fondations, comme aussy lesdites dames pouront, pour leur commodité particulière, faire encore construire les autres murailles sur lesdites arches et autres lieux spéciffiez audit procèz-verbal, avec grilles de fer sous lesdites arches... Laquelle rivière (du Troesne) elles seront tenues de ce jour à l'advenir faire curer à leur frays et despens depuis le pont aux Danois jusque aux deux arches dernières déclarez audit procèz-verbal » (1687) ; — procès-verbal de réception par le vicomte de Gisors des travaux exécutés au couvent des Annonciades en vertu de l'autorisation précédente (1688) ; — copie d'une requête adressée à l'Intendant de la généralité de Rouen par le maire et les échevins de Gisors, suivie de l'ordonnance conforme rendue par l'Intendant : «... Pour le bien et l'utilité des pauvres de l'hospital dudit Gisors et de ceux qui y sont amenez en exécution de la déclaration, du Roy du dix-huit juillet 1724, il est nécessaire de faire curer le canal et bras de rivière qui passe le long des appartemens dudit hospital, qui est entièrement remply d'immondices qui corrompent l'eau qui y passe, l'amas desquels immondices sont causés par un grand corps de bastimens que les religieuses Annonciades ont fait bastir il y a quelques années sur ledit canal, dans lequel elles ont fait faire des latrines qui servent tant à leur communauté que des maisons à elles appartenantes estant au dehors et louez à des particuliers, et par une grille qu'elles ont fait placer, qui traverse tout le bras de rivière, qui empêche l'écoulement des eaux et qui cause des immondices qui infectent tout le quartier et les appartemens dudit hospital...» (1724) ; — aveu rendu par les religieuses aux Jésuites du collège de Rouen, « seigneurs prieurs du prieuré de Saint-Ouen de la ville de Gisors, estant un plain fief de haubert », pour plusieurs maisons et jardins situés à Gisors, rue Saint Ouen, et compris dans l'enceinte du couvent (1738).

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Annonciades de Gisors

Requête adressée au cardinal de Joyeuse, archevêque de Rouen, par Robert Denyau, curé, et parles paroissiens de Gisors, à l'effet d'obtenir l'autorisation pour les Ursulines de fonder un établissement à Gisors ; suivie de l'autorisation conforme de l'Archevêque donnée à Saint-Martin de Pontoise le 4 mars 1613 (signature autographe du cardinal de Joyeuse) ; – copie collationnée du bref adressé par le pape Paul V au nonce apostolique en France pour lui prescrire d'autoriser les Ursulines, établies à Pontoise, à Gisors, à Eu, à Amiens et à Abbeville, à fonder de nouveaux couvents de leur ordre dans les diocèses de Rouen et d'Amiens (1617) ; – procès-verbal d'installation des Ursulines de Gisors par François II de Harlay, archevêque de Rouen (25 juillet 1621) : « Nous nous sommes transportés en personne de Ponthoize jusques en ladite ville de Gisors et avons fait conduire en mesme temps en ladite ville de Gisors trois religieuses du couvent de Ponthoize comme premières fondatrices et institutrices dudit couvent de Gisors, c'est assavoir sœur Françoise de Saint-André, prieure, sœur Geneviesve de Saint-Joseph, assistante, et sœur Antoinette de Saint-François, converse, lesquelles soubs la conduitte d'illustre dame Madame Catherine de Matignon, duchesse et dame de la Rocheguyon, ont esté amenées jusques en ladite ville de Gisors et puis processionnellement par nous conduites depuis la maison de Me Denis Noël, conseiller au siège de Gisors, fondateur et bienfaiteur dudit couvent, jusques dans l'église ou chapelle dudit couvent, lesdites religieuses assistées d'illustrissimes princesse demoiselle Catherine d'Orléans, princesse de Longueville et de ladite dame comtesse de la Rocheguion, et les avons introduites et mises en réelle et actuelle possession de ladite chapelle, bastimens, lieux et pourpris, ainsy qu'il s'estend, pour y mener vie religieuse selon l'ordre de Saint-Augustin et y exercer toutes et une chacune les pratiques et fonctions conformément à l'institut des Ursulines dont elles on fait profession... Présence des susdites princesse de Longueville et dame de la Rocheguion, nobles personnes Me Pierre Berger, conseiller du Roy au parlement de Paris, Messire Jehan de Chaumont, conseiller du Roy en son Conseil d'Estat, Me Achille Frontín, lieutenant-général audit Gisors, Me Julian Le Bret, vicomte, Me Jacques Le Maître, sieur de Saint-Crespin, lieutenant criminel, Me Denis Noël, conseiller et fondateur, et plusieurs autres officiers du Roy, eschevins, bourgeois et habitans de Gisors » ; – consentement donné par les officiers, gens du Roi, échevins et habitants de la ville de Gisors à la clôture, sollicitée par les Ursulines, de « certaine rue ou cul de sac aboutissant aux murailles de ladite ville, nommée vulgairement la rue Tournecul, régnant le long de leur maison et couvent, à prendre depuis les murailles de ladite ville jusques à l'endroit de la grande porte et entrée de leur dit couvent... ; les droictz appartenantz et que pouroient prétendre les habittans en commun à la proprietté et jouissance de ladict rue demeureront au proffict de ladicte communaulté de religieuses pour s'en servir par elle comme eussent peu faire lesdictz habittans, parce que néantmoingtz ilz ne la pouront clore sans le consentement des propriétaires des maisons et jardinages aboutissantz à la dicte rue, et à la charge de faire rebastir un autre puis, au lieu quy leur sera désigné, à la place de celluy qui est basty dans ladicte rue et de soufrir le passage en temps de guerre pour aller librement et commodément sur les murailles de ladicte ville et sans que lesdictes relligieuses puissent s'estendre dans la rue de Paris à peine d'estre descheus de la grâce quy leur est conceddée » (1637) ; – arrêt de la Chambre des comptes de Normandie rejetant l'opposition formée par Louis-François de Vassé, prieur commendataire du prieuré de Saint-Ouen de Gisors, à l'enregistrement des lettres patentes qui avaient autorisé l'établissement et accordé l'amortissement des biens du couvent des Ursulines de Gisors (1680).

H1563 , 1613-1680 , Abbeville ; Amiens ; Eu (ville d') ; Gisors, (Prieuré de Saint-Ouen de) ; Gisors, Les Ursulines ; Pontoise ; Pontoise (Paroisse Saint-Martin de) ; Rouen (ville) ; Saint-Crépin (fief de)  
Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Ursulines de Gisors

Copie collationnée (1792) de la « déclaration du temporel du collège royal de Bourbon, des cy devant jésuites établis à Rouen, à cause du prieuré de Notre-Dame d'Aubevoye-lès-Gaillon, dit le Petit Grandmont, situé dans la paroisse de Saint-Aubin, uni et incorporé au prieuré de Grandmont-lès-Rouen. Nous avons à-cause dudit prieuré une petite ferme dans les paroisses de Saint-Just, Saint-Marcel et Saint-Pierre de Longueville, proche Vernon... Item, il appartient audit collège le prieuré de Saint-Blaise de Basqueville, membre dépendant de l'abbaye de Tiron, de l'ordre de Saint-Benoist, uni audit collège de Rouen par bulle du pape Paul V, dastée du quatre des ides de septembre mil six cent sept... Item, il appartient audit collège le prieuré de Saint-Nicaise de Gasny, de l'ordre de Saint-Benoît, au diocèze de Rouen, dépendant de l'abbaye de Saint-Ouen de Rouen, uny audit collège par un décret de Mr l'Archevêque de Rouen, du vingt-quatre mars mil six cent quatre vingt onse... Item, il appartient audit collège le prieuré de Saint-Ouen de Gisors, ordre de Saint-Benoît, au diocèse de Rouen, dépendant de l'abbaye de Marmoutier au diocèse de Tours, uny audit collège sur la résignation du sieur abbé de Vassé par décret de Mr l'Archevêque de Rouen du trente un octobre mil sept cent onse... » (1719).

H886 , 1719 , Bacqueville (Prieuré de Saint-Blaise) ; Gasny-l'Isle (Prieuré de Saint-… de) ; Gisors, (Prieuré de Saint-Ouen de) ; Grammont-près-Gaillon (Prieuré de N.-D. de) dit ""le Petit-Grandmont"" ; Rouen (Abbaye Saint-Ouen de) ; Rouen, Collège royal de Bourbon ; Saint-Aubin-sur-Gaillon ; Saint-Just-près-Vernon ; Saint-Marcel-de-Longueville, près Vernon ; Saint-Pierre-de-Longuevile ; Tiron (abbaye de) ; Tours ; Vassé (Monastère de) ; Vernon (Ville de)  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieuré de Grammont-près-Gaillon

Copie collationnée (1792) de la « déclaration du temporel du collège royal de Bourbon, des cy devant jésuites établis à Rouen, à cause du prieuré de Notre-Dame d'Aubevoye-lès-Gaillon, dit le Petit Grandmont, situé dans la paroisse de Saint-Aubin, uni et incorporé au prieuré de Grandmont-lès-Rouen. Nous avons à-cause dudit prieuré une petite ferme dans les paroisses de Saint-Just, Saint-Marcel et Saint-Pierre de Longueville, proche Vernon... Item, il appartient audit collège le prieuré de Saint-Blaise de Basqueville, membre dépendant de l'abbaye de Tiron, de l'ordre de Saint-Benoist, uni audit collège de Rouen par bulle du pape Paul V, dastée du quatre des ides de septembre mil six cent sept... Item, il appartient audit collège le prieuré de Saint-Nicaise de Gasny, de l'ordre de Saint-Benoît, au diocèze de Rouen, dépendant de l'abbaye de Saint-Ouen de Rouen, uny audit collège par un décret de Mr l'Archevêque de Rouen, du vingt-quatre mars mil six cent quatre vingt onse... Item, il appartient audit collège le prieuré de Saint-Ouen de Gisors, ordre de Saint-Benoît, au diocèse de Rouen, dépendant de l'abbaye de Marmoutier au diocèse de Tours, uny audit collège sur la résignation du sieur abbé de Vassé par décret de Mr l'Archevêque de Rouen du trente un octobre mil sept cent onse... » (1719).

H886 , 1719 , Bacqueville (Prieuré de Saint-Blaise) ; Gasny-l'Isle (Prieuré de Saint-… de) ; Gisors, (Prieuré de Saint-Ouen de) ; Grammont-près-Gaillon (Prieuré de N.-D. de) dit ""le Petit-Grandmont"" ; Rouen (Abbaye Saint-Ouen de) ; Rouen, Collège royal de Bourbon ; Saint-Aubin-sur-Gaillon ; Saint-Just-près-Vernon ; Saint-Marcel-de-Longueville, près Vernon ; Saint-Pierre-de-Longuevile ; Tiron (abbaye de) ; Tours ; Vassé (Monastère de) ; Vernon (Ville de)  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieuré de Grammont-près-Gaillon

Requête adressée au cardinal de Joyeuse, archevêque de Rouen, par Robert Denyau, curé, et parles paroissiens de Gisors, à l'effet d'obtenir l'autorisation pour les Ursulines de fonder un établissement à Gisors ; suivie de l'autorisation conforme de l'Archevêque donnée à Saint-Martin de Pontoise le 4 mars 1613 (signature autographe du cardinal de Joyeuse) ; – copie collationnée du bref adressé par le pape Paul V au nonce apostolique en France pour lui prescrire d'autoriser les Ursulines, établies à Pontoise, à Gisors, à Eu, à Amiens et à Abbeville, à fonder de nouveaux couvents de leur ordre dans les diocèses de Rouen et d'Amiens (1617) ; – procès-verbal d'installation des Ursulines de Gisors par François II de Harlay, archevêque de Rouen (25 juillet 1621) : « Nous nous sommes transportés en personne de Ponthoize jusques en ladite ville de Gisors et avons fait conduire en mesme temps en ladite ville de Gisors trois religieuses du couvent de Ponthoize comme premières fondatrices et institutrices dudit couvent de Gisors, c'est assavoir sœur Françoise de Saint-André, prieure, sœur Geneviesve de Saint-Joseph, assistante, et sœur Antoinette de Saint-François, converse, lesquelles soubs la conduitte d'illustre dame Madame Catherine de Matignon, duchesse et dame de la Rocheguyon, ont esté amenées jusques en ladite ville de Gisors et puis processionnellement par nous conduites depuis la maison de Me Denis Noël, conseiller au siège de Gisors, fondateur et bienfaiteur dudit couvent, jusques dans l'église ou chapelle dudit couvent, lesdites religieuses assistées d'illustrissimes princesse demoiselle Catherine d'Orléans, princesse de Longueville et de ladite dame comtesse de la Rocheguion, et les avons introduites et mises en réelle et actuelle possession de ladite chapelle, bastimens, lieux et pourpris, ainsy qu'il s'estend, pour y mener vie religieuse selon l'ordre de Saint-Augustin et y exercer toutes et une chacune les pratiques et fonctions conformément à l'institut des Ursulines dont elles on fait profession... Présence des susdites princesse de Longueville et dame de la Rocheguion, nobles personnes Me Pierre Berger, conseiller du Roy au parlement de Paris, Messire Jehan de Chaumont, conseiller du Roy en son Conseil d'Estat, Me Achille Frontín, lieutenant-général audit Gisors, Me Julian Le Bret, vicomte, Me Jacques Le Maître, sieur de Saint-Crespin, lieutenant criminel, Me Denis Noël, conseiller et fondateur, et plusieurs autres officiers du Roy, eschevins, bourgeois et habitans de Gisors » ; – consentement donné par les officiers, gens du Roi, échevins et habitants de la ville de Gisors à la clôture, sollicitée par les Ursulines, de « certaine rue ou cul de sac aboutissant aux murailles de ladite ville, nommée vulgairement la rue Tournecul, régnant le long de leur maison et couvent, à prendre depuis les murailles de ladite ville jusques à l'endroit de la grande porte et entrée de leur dit couvent... ; les droictz appartenantz et que pouroient prétendre les habittans en commun à la proprietté et jouissance de ladict rue demeureront au proffict de ladicte communaulté de religieuses pour s'en servir par elle comme eussent peu faire lesdictz habittans, parce que néantmoingtz ilz ne la pouront clore sans le consentement des propriétaires des maisons et jardinages aboutissantz à la dicte rue, et à la charge de faire rebastir un autre puis, au lieu quy leur sera désigné, à la place de celluy qui est basty dans ladicte rue et de soufrir le passage en temps de guerre pour aller librement et commodément sur les murailles de ladicte ville et sans que lesdictes relligieuses puissent s'estendre dans la rue de Paris à peine d'estre descheus de la grâce quy leur est conceddée » (1637) ; – arrêt de la Chambre des comptes de Normandie rejetant l'opposition formée par Louis-François de Vassé, prieur commendataire du prieuré de Saint-Ouen de Gisors, à l'enregistrement des lettres patentes qui avaient autorisé l'établissement et accordé l'amortissement des biens du couvent des Ursulines de Gisors (1680).

H1563 , 1613-1680 , Abbeville ; Amiens ; Eu (ville d') ; Gisors, (Prieuré de Saint-Ouen de) ; Gisors, Les Ursulines ; Pontoise ; Pontoise (Paroisse Saint-Martin de) ; Rouen (ville) ; Saint-Crépin (fief de)  
Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Ursulines de Gisors
Fin des résultats