Toutes les ressources Criquebeuf-la-Campagne 36 résultats (12ms)

Donations à la fabrique : par Simon des Ruettes, de vingt-cinq perches de terre sises à Criquebeuf, « aux Espinnayts » (1479), – par Jean Le Blanc, « avocat en court laye, demeurant à Louviers, d'une vergée de terre sise à Criquebeuf, triège du Hoquet, au fief qui fut à Jean de La Roche » (1545) ; – achats par la fabrique de trente perches de terre au triège de Crestot, de quarante-six perches au triège du Bout-Aval, de quinze perches au triège de la Fosse de la Lune, d'une vergée au triège des Champs de Saint-Cyr.

G531 , 1479-1724 , Bout-Aval (Le), triège à Crestot ; Criquebeuf-la-Campagne ; Espinayt (Les), triège à Criquebeuf la Campagne ; Fosse-de-la-Lune (La), triège à Crestot ; Hoquet (Le), fief à Criquebeuf-la-Campagne ; Louviers ; Saint-Cyr-la-Campagne  
Contexte :
Églises paroissiales > Criquebeuf-la-Campagne

Hondouville.

H1357 , 1248-1780 , Criquebeuf-la-Campagne ; Evreux (Abbayes) : Sauveur (abbaye) ; Hondouville ; Landres (le Moulin de), sis à Hondouville ; Pont-au-Mel (Le), sis à Hondeville  

Vidimus et confirmation par Jean II de la Cour d'Aubergenville, évêque d'Évreux, d'une transaction intervenue entre Thomas, curé de Hondouville, d'une part, et l'abbaye de Saint-Sauveur, d'autre part, pour trancher les difficultés pendantes entre les parties au sujet de leurs droits respectifs aux dîmes de la paroisse de Hondouville (1248) ; — consultation de M. Moulin, avocat à Rouen, sur le point de savoir à qui incombaient les frais d'entretien et de réparation du Pont-au-Mel, sis à Hondouville (1768) : «... Le bras d'eau ou ruisseau tiré de la rivière d'Iton ne servant qu'aux deux moulins à huile et à foulon dont il ne reste plus que celuy à foulon, on ne peut guères douter qu'originairement ce bras d'eau n'ait été tiré de la rivière que pour faire tourner ces deux moulins... En 1485 et auparavant l'abbaye de Saint-Sauveur était propriétaire des deux moulins à huile et à foulon ; elle devoit donc entretenir le pont... En 1499 les choses changèrent : par contrat du 4 mai 1499 passé devant Jean Robillard, notaire à Évreux, l'abbaye de Saint-Sauveur céda à Robert Yon, dit Vireton, ces deux moulins, tant à foulon qu'à huile, avec la masure et maison, eau et pescherie, à titre de fieffe... Si le propriétaire du moulin de Landres est aussi propriétaire du moulin à foulon, que le bras d'eau dont il s'agit et qui passe sous le pont fait tourner, il ne peut avoir d'action contre l'abbaye pour l'obliger à entretenir ce pont... » ; — aveu rendu à l'abbaye par Jean Hervieux, meunier, demeurant à Criquebeuf-la-Campagne, pour des terres situées à Hondouville et relevant de la baronnie dudit lieu (1780).

Contexte :
Ordres religieux de femmes > Abbaye de Saint-Sauveur d'Évreux (Ordre de Saint-Benoît)

Hondouville.

H1357 , 1248-1780 , Criquebeuf-la-Campagne ; Evreux (Abbayes) : Sauveur (abbaye) ; Hondouville ; Landres (le Moulin de), sis à Hondouville ; Pont-au-Mel (Le), sis à Hondeville  

Vidimus et confirmation par Jean II de la Cour d'Aubergenville, évêque d'Évreux, d'une transaction intervenue entre Thomas, curé de Hondouville, d'une part, et l'abbaye de Saint-Sauveur, d'autre part, pour trancher les difficultés pendantes entre les parties au sujet de leurs droits respectifs aux dîmes de la paroisse de Hondouville (1248) ; — consultation de M. Moulin, avocat à Rouen, sur le point de savoir à qui incombaient les frais d'entretien et de réparation du Pont-au-Mel, sis à Hondouville (1768) : «... Le bras d'eau ou ruisseau tiré de la rivière d'Iton ne servant qu'aux deux moulins à huile et à foulon dont il ne reste plus que celuy à foulon, on ne peut guères douter qu'originairement ce bras d'eau n'ait été tiré de la rivière que pour faire tourner ces deux moulins... En 1485 et auparavant l'abbaye de Saint-Sauveur était propriétaire des deux moulins à huile et à foulon ; elle devoit donc entretenir le pont... En 1499 les choses changèrent : par contrat du 4 mai 1499 passé devant Jean Robillard, notaire à Évreux, l'abbaye de Saint-Sauveur céda à Robert Yon, dit Vireton, ces deux moulins, tant à foulon qu'à huile, avec la masure et maison, eau et pescherie, à titre de fieffe... Si le propriétaire du moulin de Landres est aussi propriétaire du moulin à foulon, que le bras d'eau dont il s'agit et qui passe sous le pont fait tourner, il ne peut avoir d'action contre l'abbaye pour l'obliger à entretenir ce pont... » ; — aveu rendu à l'abbaye par Jean Hervieux, meunier, demeurant à Criquebeuf-la-Campagne, pour des terres situées à Hondouville et relevant de la baronnie dudit lieu (1780).

Contexte :
Ordres religieux de femmes > Abbaye de Saint-Sauveur d'Évreux (Ordre de Saint-Benoît)

Aveux rendus par la fabrique au cardinal de Bouillon, abbé commendataire de l'abbaye de Saint-Ouen de Rouen (1682), à Jean-François Fauré, abbé de Berlise (1690), à François de Noient, baron de Limbeuf (1696), à Jean-Baptiste-François Le Cordier de Bigards, marquis de la Londe (1728 et 1777), à Charles de Saint-Albin, archevêque de Cambrai et abbé commendataire de Saint-Ouen de Rouen (1731), à Pierre-Antoine de Languedoc, marquis du Bec-Thomas (1768) et à Marie-Anne-Françoise-Aimée « Languedoc », marquise du Bec-Thomas (1780), pour des terres relevant des seigneuries du Bec-Thomas, de Limbeuf, de Vraiville et du fief d'Ecrosville annexé au marquisat de la Londe ; – déclaration des biens et revenus de l'église de Criquebeuf en 1692.

G532 , 1682-1777 , Bec-Thomas (Le) ; Berlize (abbaye de) ; Criquebeuf-la-Campagne ; Ecrosville ; Limbeuf ; Londe (La) ; Rouen (Abbayes, monastères : Saint-Ouen) ; Vraiville  
Contexte :
Églises paroissiales > Criquebeuf-la-Campagne

Aveux rendus par la fabrique à Nicolas-Abraham de Campion, seigneur de Montpoignant (1732), à Pierre-Marc-Antoine de Languedor, marquis du Bec-Thomas (1768), aux religieux, prieur et couvent de la Sainte-Trinité-lès-Mantes, à François-Ferdinand-David Langlois, seigneur de Criquebeuf (1772), au chapitre cathédral de Rouen et à Marie-Anne-Françoise-Aimée de Languedor, marquise du Bec-Thomas (1780), pour des terres relevant du marquisat du Bec-Thomas et des seigneuries de Limare, Criquebeuf-la-Campagne, Fouqueville et Limbeuf.

G836 , 1732-1780 , Bec-Thomas (Le) ; Criquebeuf-la-Campagne ; Fouqueville ; Limare ; Limbeuf ; Montpoignant ; Nantes (Couvent de la Sainte-Trinité-lès-Mantes, Célestino) ; Rouen (ville)  
Contexte :
Églises paroissiales > Limbeuf

Aveux rendus par la fabrique au cardinal de Bouillon, abbé commendataire de l'abbaye de Saint-Ouen de Rouen (1682), à Jean-François Fauré, abbé de Berlise (1690), à François de Noient, baron de Limbeuf (1696), à Jean-Baptiste-François Le Cordier de Bigards, marquis de la Londe (1728 et 1777), à Charles de Saint-Albin, archevêque de Cambrai et abbé commendataire de Saint-Ouen de Rouen (1731), à Pierre-Antoine de Languedoc, marquis du Bec-Thomas (1768) et à Marie-Anne-Françoise-Aimée « Languedoc », marquise du Bec-Thomas (1780), pour des terres relevant des seigneuries du Bec-Thomas, de Limbeuf, de Vraiville et du fief d'Ecrosville annexé au marquisat de la Londe ; – déclaration des biens et revenus de l'église de Criquebeuf en 1692.

G532 , 1682-1777 , Bec-Thomas (Le) ; Berlize (abbaye de) ; Criquebeuf-la-Campagne ; Ecrosville ; Limbeuf ; Londe (La) ; Rouen (Abbayes, monastères : Saint-Ouen) ; Vraiville  
Contexte :
Églises paroissiales > Criquebeuf-la-Campagne

Aveux rendus par la fabrique à Nicolas-Abraham de Campion, seigneur de Montpoignant (1732), à Pierre-Marc-Antoine de Languedor, marquis du Bec-Thomas (1768), aux religieux, prieur et couvent de la Sainte-Trinité-lès-Mantes, à François-Ferdinand-David Langlois, seigneur de Criquebeuf (1772), au chapitre cathédral de Rouen et à Marie-Anne-Françoise-Aimée de Languedor, marquise du Bec-Thomas (1780), pour des terres relevant du marquisat du Bec-Thomas et des seigneuries de Limare, Criquebeuf-la-Campagne, Fouqueville et Limbeuf.

G836 , 1732-1780 , Bec-Thomas (Le) ; Criquebeuf-la-Campagne ; Fouqueville ; Limare ; Limbeuf ; Montpoignant ; Nantes (Couvent de la Sainte-Trinité-lès-Mantes, Célestino) ; Rouen (ville)  
Contexte :
Églises paroissiales > Limbeuf

Criquebeuf-la-Campagne.

H31 , XIIIe siècle , Bec-Héllouin (Abbaye du) ; Bosrobert ; Busc (fief du) ; Criquebeuf-la-Campagne ; Evreux (Chapitre d') ; Lamberville ; Rouen (Abbaye Saint-Ouen de) ; Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine ; Rouen, Prieuré de Saint-Lô  

Donations et cessions à l'abbaye : par Guillaume La Chèvre, de deux traits de dîme de son fief de Criquebeuf (s. d. ), — par Roger Pescheveron, chevalier, avec le consentement de Simon, son fils aîné, de la paille qu'il avait coutume de percevoir sur la dîme de l'abbaye à Criquebeuf (1231), — par Geoffroy du Buse, de toutes les dîmes de Bosc-Robert, paroisse de Criquebeuf (1236), — par Agnès du Buse-Richard, du douaire (doagium) auquel elle avait droit dans la paroisse de Criquebeuf par suite de la mort de Raoul, son mari (1238), — par Jourdain La Chèvre, chevalier, d'une pièce de terre sise à Criquebeuf, et de tous ses droits sur la dîme de la paille dans la même paroisse (1240) ; — sentence rendue par les abbés de Saint-Ouen et de Sainte-Catherine et par le prieur de Saint-Lô de Rouen, juges délégués par le pape Innocent III, remettant l'abbaye du Bec en possession des dîmes dont s'était emparé induement le curé de Criquebeuf (vers 1212) ; — confirmation par Roger Pescheveron de la donation faite à l'abbaye par Roger Le Vavasseur de sa terre du Buse (1214) ; — sentence de Richard de Bellevue, évêque d'Évreux, adjugeant à l'abbaye deux traits de dîme usurpés par Raoul de Lamberville, curé de Criquebeuf (1228) ; — vidimus et confirmation (octobre 1246) par Simon Pescheveron, chevalier, et Jean Pescheveron, son frère, chanoine d'Évreux, des donations de dîmes et de terres sises à Criquebeuf, faites à l'abbaye par Guillaume La Chèvre, Roger Pescheveron (1231) et Jourdain La Chèvre (1245).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye du Bec (Ordre de Saint-Benoît)

Criquebeuf-la-Campagne.

H31 , XIIIe siècle , Bec-Héllouin (Abbaye du) ; Bosrobert ; Busc (fief du) ; Criquebeuf-la-Campagne ; Evreux (Chapitre d') ; Lamberville ; Rouen (Abbaye Saint-Ouen de) ; Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine ; Rouen, Prieuré de Saint-Lô  

Donations et cessions à l'abbaye : par Guillaume La Chèvre, de deux traits de dîme de son fief de Criquebeuf (s. d. ), — par Roger Pescheveron, chevalier, avec le consentement de Simon, son fils aîné, de la paille qu'il avait coutume de percevoir sur la dîme de l'abbaye à Criquebeuf (1231), — par Geoffroy du Buse, de toutes les dîmes de Bosc-Robert, paroisse de Criquebeuf (1236), — par Agnès du Buse-Richard, du douaire (doagium) auquel elle avait droit dans la paroisse de Criquebeuf par suite de la mort de Raoul, son mari (1238), — par Jourdain La Chèvre, chevalier, d'une pièce de terre sise à Criquebeuf, et de tous ses droits sur la dîme de la paille dans la même paroisse (1240) ; — sentence rendue par les abbés de Saint-Ouen et de Sainte-Catherine et par le prieur de Saint-Lô de Rouen, juges délégués par le pape Innocent III, remettant l'abbaye du Bec en possession des dîmes dont s'était emparé induement le curé de Criquebeuf (vers 1212) ; — confirmation par Roger Pescheveron de la donation faite à l'abbaye par Roger Le Vavasseur de sa terre du Buse (1214) ; — sentence de Richard de Bellevue, évêque d'Évreux, adjugeant à l'abbaye deux traits de dîme usurpés par Raoul de Lamberville, curé de Criquebeuf (1228) ; — vidimus et confirmation (octobre 1246) par Simon Pescheveron, chevalier, et Jean Pescheveron, son frère, chanoine d'Évreux, des donations de dîmes et de terres sises à Criquebeuf, faites à l'abbaye par Guillaume La Chèvre, Roger Pescheveron (1231) et Jourdain La Chèvre (1245).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye du Bec (Ordre de Saint-Benoît)

Localités de A à L

14 B 526 , 1673-1674 , Acquigny ; Ailly ; Alizay ; Amfreville-sur-Iton ; Bec-Thomas (Le) ; Bosc-Roger-en-Roumois ; Caudebec-les-Elbeuf (Seine-Maritime) ; Cesseville ; Chapelle-du-Bois-des-Faulx (La) ; Cléon (Seine-Maritime) ; Crestot ; Criquebeuf-la-Campagne ; Damps (Les) ; Dardez ; Daubeuf-la-Campagne ; Elbeuf (Seine-Maritime) ; Fontaine-Bellenger ; Freneuse (Seine-Maritime) ; Haye-Malherbe (La) ; Heudebouville ; Igoville ; Irreville ; lncarville ; Louviers ; Pont-de-l'Arche — Bailliage ; Quatremare — Damneville  

Acquigny, Ailly, Alizay, Amfreville-sur-Iton, Bec-Thomas, Boscroger, Caudebec (Notre-Dame), Cesseville, La Chapelle-du-Bois-des-Faulx, Cléon, Crestot, Criquebeuf-la-Campagne, Damneville, Les Damps, Dardez, Daubeuf (La Campagne ? ), Elbeuf, Fontaine-Bellenger, Freneuse, La Harengère, La Haye-Malherbe, Heudebouville, Igoville, Incarville, Irreville, Louviers.

Contexte :
Juridictions royales ordinaires > 14 B-Bailliage et vicomté de Pont-de-l'Arche > Bailliage, police et administration > Fiefs et ban > Déclarations par les curés, les trésoriers de fabriques, les collecteurs des tailles, des francs-fiefs et nouveaux acquêts, des fiefs nobles et manoirs seigneuriaux et des rentes des églises, faites au greffe du lieutenant-général au siège de Pont-de-l'Arche, juge subdélégué de l'intendant en la vicomté et ressort de Pont-de-l'Arche

Localités de A à L

14 B 526 , 1673-1674 , Acquigny ; Ailly ; Alizay ; Amfreville-sur-Iton ; Bec-Thomas (Le) ; Bosc-Roger-en-Roumois ; Caudebec-les-Elbeuf (Seine-Maritime) ; Cesseville ; Chapelle-du-Bois-des-Faulx (La) ; Cléon (Seine-Maritime) ; Crestot ; Criquebeuf-la-Campagne ; Damps (Les) ; Dardez ; Daubeuf-la-Campagne ; Elbeuf (Seine-Maritime) ; Fontaine-Bellenger ; Freneuse (Seine-Maritime) ; Haye-Malherbe (La) ; Heudebouville ; Igoville ; Irreville ; lncarville ; Louviers ; Pont-de-l'Arche — Bailliage ; Quatremare — Damneville  

Acquigny, Ailly, Alizay, Amfreville-sur-Iton, Bec-Thomas, Boscroger, Caudebec (Notre-Dame), Cesseville, La Chapelle-du-Bois-des-Faulx, Cléon, Crestot, Criquebeuf-la-Campagne, Damneville, Les Damps, Dardez, Daubeuf (La Campagne ? ), Elbeuf, Fontaine-Bellenger, Freneuse, La Harengère, La Haye-Malherbe, Heudebouville, Igoville, Incarville, Irreville, Louviers.

Contexte :
Juridictions royales ordinaires > 14 B-Bailliage et vicomté de Pont-de-l'Arche > Bailliage, police et administration > Fiefs et ban > Déclarations par les curés, les trésoriers de fabriques, les collecteurs des tailles, des francs-fiefs et nouveaux acquêts, des fiefs nobles et manoirs seigneuriaux et des rentes des églises, faites au greffe du lieutenant-général au siège de Pont-de-l'Arche, juge subdélégué de l'intendant en la vicomté et ressort de Pont-de-l'Arche

« Terrier du noble fief et seigneurie de Mandeville appartenant à messieurs les hauts doyens, chanoines et chapitre de l'église métropolitaine Notre-Dame de Rouen, primatialle de Normandie. » Le folio 2 contient une « explication du présent terrier » suivie de la mention du nom de l'auteur « maître Pierre Maheut ; » le folio 3 renferme la note suivante sur les charges communes des vassaux : « outre les rentes seigneurialles contenues au présent terrier et qu'ils sont obligés apporter aux termes y expliqués en la recette de ladite seigneurie, ils sont obligés aux reliefs, treizièmes à chaque mutation, comparoir aux plaids et gages-pièges une fois l'an, à peine d'amende, et aux plaids toutes fois qu'ils y seront assignés, et faire le service de prévôté pour les masures, payer la non-resséantise et tous autres droits et devoirs portés par la coutume générale de Normandie. » – Noms des tenanciers : maître Jacques Bourdon, conseiller du roi au bailliage et siège présidial de Rouen (f. 6, 8, 12, 15, 16, 18, 19 etc.) ; Jean-Pierre Delauney, marchand échopier (f. 7) ; maître François Heurtemate, prêtre, vicaire de Pacy-sur-Eure et Jacques Heurtemate, greffier commis au bailliage d'Arqués (f. 21 et 25) ; maître François-Louis Bigot l'aîné, syndic des avocats du parlement de Rouen, premier conseiller échevin de ladite ville (f. 27 et 145) ; les sieurs Nicolas et Alexandre du Rufley, frères, avocat et procureur, demeurant au Pont-de-l'Arche (f. 60 et 69) ; le sieur Michel-Nicolas Delamare, bourgeois de Rouen (f. 61) ; le sieur Pierre Galleren, bourgeois d'Elbeuf (f. 73) ; le sieur François Samson, procureur au parlement de Normandie (f. 100) ; maître Jacques-Henry Vallet, procureur à Amiens (f. 116) ; le sieur Charles Bréant, bourgeois d'Évreux (f. 134) ; Simon de Quatremare, maréchal (f. 162) ; Thomas-Pierre Fromont, bourgeois de Louviers (f. 169) ; messire Jacques-Adrien Le Vavas-seur, écuyer, seigneur du Mont, conseiller maître honoraire en la Cour des Comptes, aides et finances de Normandie (f. 173) ; messire François-Ferdinand-David Langlois d'Auteuil, écuyer, seigneur et patron de Criquebeuf, ancien capitaine d'infanterie, conseiller au parlement de Normandie (f. 174) ; Jacques Accard, bourgeois de Louviers (f. 175) ; Jean-Louis Routier, avocat au parlement de Paris (f. 178) ; maître Jacques Vallet, greffier en la maîtrise du Pont-de-l'Arche et procureur au bailliage dudit lieu (f. 179) ; messire Marie-Joseph Corneille de Beauregard, écuyer, capitaine de cavalerie, chevalier de l'ordre de Saint-Louis (f. 179) ; messire François-Ferdinand-David Langlois, chevalier, seigneur et patron de Criquebeuf-la-Campagne (f. 180) ; maître Pierre-Louis-Maxime Flavigny, prêtre, chanoine en l'église cathédrale de Rouen (f. 184) ; Marie-Anne Sorel, veuve de messire François-Claude le Mercier, en son vivant écuyer (f. 199). – Une table alphabétique des noms des tenanciers de la seigneurie de Mandeville occupe les feuillets 252 à 261.

G3 , 1775 , Amiens ; Arques ; Criquebeuf-la-Campagne ; Elbeuf ; Evreux (ville d') ; Louviers (Dame Religieuses) ; Mandeville ; Pacy-sur-Eure ; Pont-de-l'Arche (Maitrise) ; Pont-de-l'Arche (Ville) ; Quatremare ; Rouen (Chapitre Cathédral) ; Rouen (Cour des Comptes de Normandie) ; Rouen (Parlement de) ; Rouen (ville)  
Contexte :
Chapitre métropolitain de Rouen > Fief de Fouqueville

« Terrier du noble fief et seigneurie de Mandeville appartenant à messieurs les hauts doyens, chanoines et chapitre de l'église métropolitaine Notre-Dame de Rouen, primatialle de Normandie. » Le folio 2 contient une « explication du présent terrier » suivie de la mention du nom de l'auteur « maître Pierre Maheut ; » le folio 3 renferme la note suivante sur les charges communes des vassaux : « outre les rentes seigneurialles contenues au présent terrier et qu'ils sont obligés apporter aux termes y expliqués en la recette de ladite seigneurie, ils sont obligés aux reliefs, treizièmes à chaque mutation, comparoir aux plaids et gages-pièges une fois l'an, à peine d'amende, et aux plaids toutes fois qu'ils y seront assignés, et faire le service de prévôté pour les masures, payer la non-resséantise et tous autres droits et devoirs portés par la coutume générale de Normandie. » – Noms des tenanciers : maître Jacques Bourdon, conseiller du roi au bailliage et siège présidial de Rouen (f. 6, 8, 12, 15, 16, 18, 19 etc.) ; Jean-Pierre Delauney, marchand échopier (f. 7) ; maître François Heurtemate, prêtre, vicaire de Pacy-sur-Eure et Jacques Heurtemate, greffier commis au bailliage d'Arqués (f. 21 et 25) ; maître François-Louis Bigot l'aîné, syndic des avocats du parlement de Rouen, premier conseiller échevin de ladite ville (f. 27 et 145) ; les sieurs Nicolas et Alexandre du Rufley, frères, avocat et procureur, demeurant au Pont-de-l'Arche (f. 60 et 69) ; le sieur Michel-Nicolas Delamare, bourgeois de Rouen (f. 61) ; le sieur Pierre Galleren, bourgeois d'Elbeuf (f. 73) ; le sieur François Samson, procureur au parlement de Normandie (f. 100) ; maître Jacques-Henry Vallet, procureur à Amiens (f. 116) ; le sieur Charles Bréant, bourgeois d'Évreux (f. 134) ; Simon de Quatremare, maréchal (f. 162) ; Thomas-Pierre Fromont, bourgeois de Louviers (f. 169) ; messire Jacques-Adrien Le Vavas-seur, écuyer, seigneur du Mont, conseiller maître honoraire en la Cour des Comptes, aides et finances de Normandie (f. 173) ; messire François-Ferdinand-David Langlois d'Auteuil, écuyer, seigneur et patron de Criquebeuf, ancien capitaine d'infanterie, conseiller au parlement de Normandie (f. 174) ; Jacques Accard, bourgeois de Louviers (f. 175) ; Jean-Louis Routier, avocat au parlement de Paris (f. 178) ; maître Jacques Vallet, greffier en la maîtrise du Pont-de-l'Arche et procureur au bailliage dudit lieu (f. 179) ; messire Marie-Joseph Corneille de Beauregard, écuyer, capitaine de cavalerie, chevalier de l'ordre de Saint-Louis (f. 179) ; messire François-Ferdinand-David Langlois, chevalier, seigneur et patron de Criquebeuf-la-Campagne (f. 180) ; maître Pierre-Louis-Maxime Flavigny, prêtre, chanoine en l'église cathédrale de Rouen (f. 184) ; Marie-Anne Sorel, veuve de messire François-Claude le Mercier, en son vivant écuyer (f. 199). – Une table alphabétique des noms des tenanciers de la seigneurie de Mandeville occupe les feuillets 252 à 261.

G3 , 1775 , Amiens ; Arques ; Criquebeuf-la-Campagne ; Elbeuf ; Evreux (ville d') ; Louviers (Dame Religieuses) ; Mandeville ; Pacy-sur-Eure ; Pont-de-l'Arche (Maitrise) ; Pont-de-l'Arche (Ville) ; Quatremare ; Rouen (Chapitre Cathédral) ; Rouen (Cour des Comptes de Normandie) ; Rouen (Parlement de) ; Rouen (ville)  
Contexte :
Chapitre métropolitain de Rouen > Fief de Fouqueville