Toutes les ressources Illiers 6 résultats (8ms)

Coudray (Le), etc.

H415 , 1154-1285 , Coudray (Le) ; Illiers ; Ivry (Abbaye d') ; Meseart (le Moulin de) sis au Coudray, près Ivry  

Donation à l'abbaye par Henri de Richebourg (de Divite Burgo), fils de Guillaume et de Béatrice, de la dîme de ses moulins et de ses fours, et d'une terre au Coudray. Le donateur déclare confirmer en outre les donations de ses ancêtres, Henri, son grand-père, et Guillaume, son père, et prendre sous sa protection toutes les possessions de l'abbaye situées dans le pays, au Coudray, à Saint-Lubin, apud Fredevillam, à llliers, Bienslivenge et ubique attingere potuerit (1154). Cette charte débute par la formule : Quod oblivione deieri nolumus, nulli melius servandum tradere quam carte existimavimus ; — promesse délivrée par Pierre de Richebourg à Vivien, abbé d'Ivry, de ne plus l'inquiéter tant qu'il serait abbé, au sujet de la construction d'une chapelle que, suivant lui, ledit abbé était tenu d'édifier au Coudray (s. d. vers 1206) ; — donation à l'abbaye d'Ivry et aux religieux du prieuré de Saint-Lubin par Pierre de Richebourg, chevalier, seigneur du Coudray, de diverses rentes assignées sur ses biens, sur son droit de péage, sur les revenus de ses moulins et de ses fours (1236) ; — donation à l'abbaye par Simon de Meseart, écuyer, de tous ses droits sur le moulin de Meseart (alias Mesaart), paroisse du Coudray (1282).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye d'Ivry (Ordre de Saint-Benoît)

Analyses, transcriptions et traductions informes des titres de l'abbaye compris sous les cotes 2 à 5, 9 à 10 et 39 de la troisième liasse, premier paragraphe, de l'inventaire de 1792 (originaux disparus) ; – confirmation par Guillaume de Fraxino, seigneur d'Illiers, de la donation de dîmes faite à l'abbaye par Philippe, prévôt d'Illiers (1200) ; – confirmation par Simon de Illou, chevalier, des donations faites par ses prédécesseurs aux religieux de l'Estrée, en leur grange de Merville (1230) ; –donation à l'abbaye par Guillaume des Grès et Ydonea, sa femme, de deux parts de dîme sur la terre de Merville (1231) ; – id., par Simon de Mou, de trois arpents de sa terre de Pinçon, « ita quod singulis annis in anniversario meo fiat pitancia conventui » 1233) ; – bail de la ferme de Merville, passé par l'abbé de l'Estrée à Jacques Compagnon, laboureur, pour le prix annuel de 170 livres, 60 minots de blé et six poules (1652) ; – procès-verbal de visite de la chapelle de Saint-Thibaut, paroisse de la Madeleine-de-Nonancourt, proche le village de Merville, dépendante de l'abbaye de l'Estrée, « laquelle nous avons trouvée tout en ruine, les murailles abbatues de tous costez, qui estoient autrefois de vingt pieds de longueur sur treize de largeur, sans marque d'autel, y restant seulement une pierre sur laquelle est l'image du sainct, fort difforme, le bois en estant fort poury ; le cintre de la porte y est encore de pierre... » (1694) ; –« état de la mezure des terresde l'abaye de l'Estrée, scituez au terroir de Merville et ez environs, arpentez par le sieur Aubert » (1697). – (Troisième liasse du premier paragraphe de l'inventaire de 1792.).

H305 , 1767 , Estrée (Abbaye de l') ; Illiers ; Madeleine-de-Nonancourt (La) ; Pinçon (la terre de) ; Saint-Thibout (Chapelle du), sise à La Madeleine-de-Nonancourt  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de l'Estrée (Ordre de Cîteaux)

Analyses, transcriptions et traductions informes des titres de l'abbaye compris sous les cotes 2 à 5, 9 à 10 et 39 de la troisième liasse, premier paragraphe, de l'inventaire de 1792 (originaux disparus) ; – confirmation par Guillaume de Fraxino, seigneur d'Illiers, de la donation de dîmes faite à l'abbaye par Philippe, prévôt d'Illiers (1200) ; – confirmation par Simon de Illou, chevalier, des donations faites par ses prédécesseurs aux religieux de l'Estrée, en leur grange de Merville (1230) ; –donation à l'abbaye par Guillaume des Grès et Ydonea, sa femme, de deux parts de dîme sur la terre de Merville (1231) ; – id., par Simon de Mou, de trois arpents de sa terre de Pinçon, « ita quod singulis annis in anniversario meo fiat pitancia conventui » 1233) ; – bail de la ferme de Merville, passé par l'abbé de l'Estrée à Jacques Compagnon, laboureur, pour le prix annuel de 170 livres, 60 minots de blé et six poules (1652) ; – procès-verbal de visite de la chapelle de Saint-Thibaut, paroisse de la Madeleine-de-Nonancourt, proche le village de Merville, dépendante de l'abbaye de l'Estrée, « laquelle nous avons trouvée tout en ruine, les murailles abbatues de tous costez, qui estoient autrefois de vingt pieds de longueur sur treize de largeur, sans marque d'autel, y restant seulement une pierre sur laquelle est l'image du sainct, fort difforme, le bois en estant fort poury ; le cintre de la porte y est encore de pierre... » (1694) ; –« état de la mezure des terresde l'abaye de l'Estrée, scituez au terroir de Merville et ez environs, arpentez par le sieur Aubert » (1697). – (Troisième liasse du premier paragraphe de l'inventaire de 1792.).

H305 , 1767 , Estrée (Abbaye de l') ; Illiers ; Madeleine-de-Nonancourt (La) ; Pinçon (la terre de) ; Saint-Thibout (Chapelle du), sise à La Madeleine-de-Nonancourt  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de l'Estrée (Ordre de Cîteaux)

Coudray (Le), etc.

H415 , 1154-1285 , Coudray (Le) ; Illiers ; Ivry (Abbaye d') ; Meseart (le Moulin de) sis au Coudray, près Ivry  

Donation à l'abbaye par Henri de Richebourg (de Divite Burgo), fils de Guillaume et de Béatrice, de la dîme de ses moulins et de ses fours, et d'une terre au Coudray. Le donateur déclare confirmer en outre les donations de ses ancêtres, Henri, son grand-père, et Guillaume, son père, et prendre sous sa protection toutes les possessions de l'abbaye situées dans le pays, au Coudray, à Saint-Lubin, apud Fredevillam, à llliers, Bienslivenge et ubique attingere potuerit (1154). Cette charte débute par la formule : Quod oblivione deieri nolumus, nulli melius servandum tradere quam carte existimavimus ; — promesse délivrée par Pierre de Richebourg à Vivien, abbé d'Ivry, de ne plus l'inquiéter tant qu'il serait abbé, au sujet de la construction d'une chapelle que, suivant lui, ledit abbé était tenu d'édifier au Coudray (s. d. vers 1206) ; — donation à l'abbaye d'Ivry et aux religieux du prieuré de Saint-Lubin par Pierre de Richebourg, chevalier, seigneur du Coudray, de diverses rentes assignées sur ses biens, sur son droit de péage, sur les revenus de ses moulins et de ses fours (1236) ; — donation à l'abbaye par Simon de Meseart, écuyer, de tous ses droits sur le moulin de Meseart (alias Mesaart), paroisse du Coudray (1282).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye d'Ivry (Ordre de Saint-Benoît)

Gauville et Bernienville.

H1548 , 1286-1784 , Aviron ; Baux-de-Breteuil (Les) ; Bérengeville-la-Campagne ; Bernienville ; Brosville ; Buisson-Hochin (Le), sis à Evreux, paroisse Saint-Aquilin ; Conches ; Condé ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Denis ; Evreux (Ursulines) ; Evreux (Ville) ; Favril (Le) ; Gauville ; Illiers ; Long-Buisson (le fief du), sis à Evreux, paroisse N.-D. de la Ronde ; Parville ; Pithienville ; Rochette (La), triège à Evreux ; Rotoirs (Les) ; Sacq (Le) ; Versailles  

Copies des titres établissant les privilèges et franchises accordés par les rois de France « aux hommes et habitants du temporel de l'évêque d'Évreux, et entr'autres aux habitants de Brosville, Bernienville, Aviron, Pithienville, La Rochette, Gauville, Bérengeville-la-Champagne, Les Rotoirs, Illiers, Condé, Le Sac et les Baulx-de-Bretheuil » (1286-1655). Exemplaire imprimé des « Lettres patentes de Sa Majesté portant confirmation des droits et privilèges accordez aux évoques d'Évreux, à leurs hommes, sujets, vassaux, arrière-vassaux, et autres demeurant sous le temporel de l'évêché d'Évreux, données à Versailles au mois de septembre l'an de grâce 1730 » ; — aveux rendus par divers tenanciers aux seigneurs de Gauville et de Parville pour des terres relevant desdites seigneuries (XVIe-XVIIe siècles) ; — aveu rendu aux Ursulines d'Évreux, « dames et patronnes honoraires du noble fief, terre et seigneurie de Gauville, Brosville, Bernienville en partie, dames des fiefs de Conches, du Favril, du Long-Buisson et autres lieux », par Michel Le Couturier de Courcy, avocat au Parlement, demeurant à Évreux, propriétaire par succession de demoiselle Marie-Madeleine Le Couturier, veuve de Me Joseph Dupréj conseiller du roi en l'Élection d'Évreux, pour quarante-quatre pièces de terre situées à Gauville relevant de la seigneurie dudit lieu (1784).

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Ursulines d'Évreux

Gauville et Bernienville.

H1548 , 1286-1784 , Aviron ; Baux-de-Breteuil (Les) ; Bérengeville-la-Campagne ; Bernienville ; Brosville ; Buisson-Hochin (Le), sis à Evreux, paroisse Saint-Aquilin ; Conches ; Condé ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Denis ; Evreux (Ursulines) ; Evreux (Ville) ; Favril (Le) ; Gauville ; Illiers ; Long-Buisson (le fief du), sis à Evreux, paroisse N.-D. de la Ronde ; Parville ; Pithienville ; Rochette (La), triège à Evreux ; Rotoirs (Les) ; Sacq (Le) ; Versailles  

Copies des titres établissant les privilèges et franchises accordés par les rois de France « aux hommes et habitants du temporel de l'évêque d'Évreux, et entr'autres aux habitants de Brosville, Bernienville, Aviron, Pithienville, La Rochette, Gauville, Bérengeville-la-Champagne, Les Rotoirs, Illiers, Condé, Le Sac et les Baulx-de-Bretheuil » (1286-1655). Exemplaire imprimé des « Lettres patentes de Sa Majesté portant confirmation des droits et privilèges accordez aux évoques d'Évreux, à leurs hommes, sujets, vassaux, arrière-vassaux, et autres demeurant sous le temporel de l'évêché d'Évreux, données à Versailles au mois de septembre l'an de grâce 1730 » ; — aveux rendus par divers tenanciers aux seigneurs de Gauville et de Parville pour des terres relevant desdites seigneuries (XVIe-XVIIe siècles) ; — aveu rendu aux Ursulines d'Évreux, « dames et patronnes honoraires du noble fief, terre et seigneurie de Gauville, Brosville, Bernienville en partie, dames des fiefs de Conches, du Favril, du Long-Buisson et autres lieux », par Michel Le Couturier de Courcy, avocat au Parlement, demeurant à Évreux, propriétaire par succession de demoiselle Marie-Madeleine Le Couturier, veuve de Me Joseph Dupréj conseiller du roi en l'Élection d'Évreux, pour quarante-quatre pièces de terre situées à Gauville relevant de la seigneurie dudit lieu (1784).

Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Ursulines d'Évreux
Fin des résultats