Toutes les ressources Séez 5 résultats (6ms)

Canon (Calvados).

H127 , 1621-1718 , Rouen (Parlement de) ; Saint-Gildard et Saint-Médard (église paroissiale de), située à Canon ; Séez  

Démission entre les mains de l'abbé de Bernay de la seconde portion de l'église paroissiale de Saint-Gildard et de Saint-Médard de Canon par Nicolas Lampérière, curé titulaire (1621) ; — copie d'un arrêt du parlement de Rouen homologuant le décret d'union des deux portions de la cure de Canon rendu par l'évêque de Séez le 29 mai 1716 (1718).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Bernay

Copie d'un aveu rendu à l'évêque de Séez, baron de Fleuré, par Louis de la Motte, seigneur de La Bellière, pour « un fieu de haubert entier, tenu noblement et franchement, à court et usage, dont le chef est assis en la paroisse de la Bellière et s'estent en icelle paroisse et en la paroisse de Francheville, duquel fieu entier les religieux de la Bellière, de l'ordre de Grandmont, tiennent un quart de fieu dont le chef est assis en icelle paroisse de la Bellière et s'estent en icelles deux paroisses, lequel quart est noblement tenu à court et usage dudit escuyer et en baillent homme lesdits religieux à iceluy escuyer pour luy en faire hommage, quand le cas s'offre... » (1405) ; — aveux rendus aux prieurs de Grammont-la-Bellière par les tenanciers des terres relevant du prieuré (XVe- XVIe siècles).

H884 , 1405-1669 , Bellière (fief de la) ; fleuré (Baronnie de) ; Francheville ; Grammont-la-Bellière (Prieuré de) ; Grammont-les-Beaumont-le-Roger (Prieuré de) ; Séez ; Thevray  

Copie d'un aveu rendu à l'évêque de Séez, baron de Fleuré, par Louis de la Motte, seigneur de La Bellière, pour « un fieu de haubert entier, tenu noblement et franchement, à court et usage, dont le chef est assis en la paroisse de la Bellière et s'estent en icelle paroisse et en la paroisse de Francheville, duquel fieu entier les religieux de la Bellière, de l'ordre de Grandmont, tiennent un quart de fieu dont le chef est assis en icelle paroisse de la Bellière et s'estent en icelles deux paroisses, lequel quart est noblement tenu à court et usage dudit escuyer et en baillent homme lesdits religieux à iceluy escuyer pour luy en faire hommage, quand le cas s'offre... » (1405) ; — aveux rendus aux prieurs de Grammont-la-Bellière par les tenanciers des terres relevant du prieuré (XVe- XVIe siècles).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieurés de Grammont-lès-Beaumont et de Grammont-la-Bellière, son annexe

Réveillon.

H70 , 1229 , Bec-Héllouin (Abbaye du) ; Réveillon (paroisse Saint-Loup de) ; Séez  

Confirmations par Jean, prieur, et le chapitre de Séez (s. d., vers 1185), Lisiard (s. d., vers 1189) et Sylvestre (5 janvier 1211, n. s. ), évêques de Séez, de la donation de l'église Saint-Loup de Réveillon faite à l'abbaye du Bec par Froger (1158-1184), évêque de Séez ; — confirmation par Hugues II, évêque de Séez, en faveur de l'abbaye du Bec, de deux parties de dîmes de l'église de Réveillon, la troisième étant réservée, ainsi que les émoluments de l'autel (altalagium), au desservant de l'église (juillet 1229).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye du Bec (Ordre de Saint-Benoît)

Attestation délivrée par les maire, échevins et principaux bourgeois et habitants de la ville de Verneuil pour constater « que le monastère et abbeye instituée et bastie en la parroisse et église de Sainct Nicolas de ladicte ville depuis le vingt-cinquiesme mars 1627 de filles de l'ordre de Sainct Benoist, à présent composée de quarante quatre à quarante cinq filles, tant de chœur que sœurs laicques consacrées au service de Dieu et vivant pieusement dans ladicte abbaye soubs la direction de la dame leur abbesse, sœur Scholastique de Rouxel de Médavy, très-digne sœur de Monsieur l'Évesque de Sées et de Monseigneur de Grançay, mareschal de France, ne possède pour faire subsister temporellement ledict nombre de quarante-cinq religieuses, les entretenir de chapellains, confesseurs et prédicateurs selon leur reigle et tenir les édifices de ladicte abbaye en suffisante réparation que environ mil livres de rente en plusieurs petites parties constituées et affermées, desquelles en la plus part ne se perçoit aucun payement par ladicte abbeye, avec la jouissance du revenu du domaine royal en ladicte vicomté de Vernueil, en la portion seulement qui a esté engagée par feu d'heureuse mémoire le roy Henri quattrième au sieur baron de Médavy, père de ladicte dame abbesse de Sainct-Nicolas de Vernueil... Etc. » (1650) ; — requête adressée à l'évêque d'Évreux par sœur Scolastique de Rouxel de Médavy, abbesse de Saint-Nicolas de Verneuil, et autorisation conforme de l'évêque : « veu la susdite requeste et la fondation faite par Me Michel Allart, prebtre de nostre diocèse, avons permis à Madame l'abbesse de Saint-Nicolas de Verneuil d'exposer le Saint-Sacrement de l'autel pendant la messe et pendant la litanie qui se dira tous les jeudis dans l'église de Saint-Nicolas dudit Verneuil, suivant et conformément à l'intention du fondateur. Fait à Condé ce quatriesme novembre 1657 ». Signé : « Gilles, E. d'Évreux ».

H1340 , 1650-1657 , Condé-sur-Iton ; Pacy (abbaye de N.-D. de) ; Séez ; Verneuil-sur-Avre (Abbaye de Saint-Nicolas) ; Verneuil-sur-Avre (Paroisse Saint-Nicolas de)  

Attestation délivrée par les maire, échevins et principaux bourgeois et habitants de la ville de Verneuil pour constater « que le monastère et abbeye instituée et bastie en la parroisse et église de Sainct Nicolas de ladicte ville depuis le vingt-cinquiesme mars 1627 de filles de l'ordre de Sainct Benoist, à présent composée de quarante quatre à quarante cinq filles, tant de chœur que sœurs laicques consacrées au service de Dieu et vivant pieusement dans ladicte abbaye soubs la direction de la dame leur abbesse, sœur Scholastique de Rouxel de Médavy, très-digne sœur de Monsieur l'Évesque de Sées et de Monseigneur de Grançay, mareschal de France, ne possède pour faire subsister temporellement ledict nombre de quarante-cinq religieuses, les entretenir de chapellains, confesseurs et prédicateurs selon leur reigle et tenir les édifices de ladicte abbaye en suffisante réparation que environ mil livres de rente en plusieurs petites parties constituées et affermées, desquelles en la plus part ne se perçoit aucun payement par ladicte abbeye, avec la jouissance du revenu du domaine royal en ladicte vicomté de Vernueil, en la portion seulement qui a esté engagée par feu d'heureuse mémoire le roy Henri quattrième au sieur baron de Médavy, père de ladicte dame abbesse de Sainct-Nicolas de Vernueil... Etc. » (1650) ; — requête adressée à l'évêque d'Évreux par sœur Scolastique de Rouxel de Médavy, abbesse de Saint-Nicolas de Verneuil, et autorisation conforme de l'évêque : « veu la susdite requeste et la fondation faite par Me Michel Allart, prebtre de nostre diocèse, avons permis à Madame l'abbesse de Saint-Nicolas de Verneuil d'exposer le Saint-Sacrement de l'autel pendant la messe et pendant la litanie qui se dira tous les jeudis dans l'église de Saint-Nicolas dudit Verneuil, suivant et conformément à l'intention du fondateur. Fait à Condé ce quatriesme novembre 1657 ». Signé : « Gilles, E. d'Évreux ».

Contexte :
Ordres religieux de femmes > Abbaye de Saint-Nicolas de Verneuil et Abbaye de Notre-Dame de Pacy, y réunie (Ordre de Saint-Benoît)

Prieuré de Beaumont-la-Bellière.

H883 , XIIe-1385 , Bellière (fief de la) ; Champ-de-Pierre-Aigüe (Le), sis à la Bellière ; Corgeron (Le) ; Grammont-la-Bellière (Prieuré de) ; Grammont-les-Beaumont-le-Roger (Prieuré de) ; Landrion (le Doult), ruisseau sis à la Bellière ; Montrée (par. de) ; Séez ; Thevray ; Tournai (le Moulin de)  

Copie informe de la traduction d'une donation faite au prieuré de Grammont-la-Bellière par Roger (lis, Froger, 1158-1184 ? ), évêque de Séez, d'« un bois avec le fond, ainsi qu'il est marqué par les devises et les fossés, et du plein usage dans toute la forêt voisine et contigue dudit lieu... » ; — donation au prieuré par Guillaume Recuchon, chevalier, de plusieurs rentes en argent et en nature assignées sur des terres situées dans la paroisse de « Corgeron » (1246) ; — id., par Jean Simon, de Mortrée, d'une rente de dix sous assignée sur ses masures de Mortrée. Le donateur s'engage en outre, pour lui et pour ses successeurs, dans le cas où ceux-ci auraient un métier manuel, à travailler gratuitement pour le compte du prieuré, à la condition que les religieux fourniraient la matière première : «... Obligavi me, vita comite, et heredes meos, si ita contigerit quod sint fabri, ad serviendum de cetero prefatis fratribus in omnibus nécessariis suis de arte fabrili, ita quod sepecdicti fratres invenirent solam materiam ad sibi necessaria fabricanda » (1248) ; — copie informe d'un vidimus par l'Official de Séez de la donation faite au prieuré par Raoul de Tournai d'une rente d'un setier d'orge assignée sur son moulin de Tournai (1250) ; — cession au prieuré de Grammont-la-Bellière par Giraud, Herbert et Mathieu Du Moulin, frères, et Mabille, leur sœur, d'une pièce de terre appelée le Champ-de-Pierre-Aigue, située paroisse de la Bellière, d'un bout le ruisseau ou doult (doytum) Landrion, d'autre bout le bois des religieux, moyennant une rente annuelle de 12 deniers tournois, que les cédants s'engagent à offrir chaque année sur l'autel du prieuré à titre d'oblation pour le salut de leurs âmes (1252) ; — copies des donations faites au prieuré par Robert Ospinel, fils de Guillaume Gasteclou (1253), Robert Lovel, chevalier (1270), Guillaume de Vernières, seigneur de la Bellière (1276).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieurés de Grammont-lès-Beaumont et de Grammont-la-Bellière, son annexe
Fin des résultats