« Terrier et dénombrement général certain et véritable de la commanderie de Bourgoult lès Arquency en Normandie, composée de quatre principaux membres et fiefs nobles, qui sont Bourgoult, chef-lieu, assis dans le bailliage et duché de Gisors, proche la ville d'Andely, le Mesnil-sous-Verclives, le Bois-Hiboult, scitué en la paroisse de Saint-Vincent-des-Bois près Passy, et Campigny près le Ponteaudemer ; contenant très exactement les domaines fieffés et non fieffés, cens, rentes, droits et privilèges de laditte commanderie, attachés auxdits membres et à leurs extensions ; composé de cinq chapitres, le premier contenant le domaine non fieffé renfermé dans les trois premiers membre et en dépendant ; le second, les droits particuliers, honorifiques, pâturage et autres appartenante laditte commanderie ; le troisième, le domaine fieffé du Bourgoult, chef-lieu ; le quatrième, celui du Bois-Hiboult, et le cinquième celui du Mesnil sous Verclives, avec les sujétions et reconnaissances des cens, rentes, droits et devoirs seigneuriaux que les hommes et vassaux sont tenus et obligés faire et rendre à laditte commanderie, la spécification des mouvances, rentes et autres droits nouvellement recouvrés, et coppie entière des principaux titres les concernants ; ledit terrier fait à la diligence, par les soins et de la réquisition de noble et religieuse personne Mre frère Edmond Huet, chevalier magistral de l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, commandeur de laditte commanderie de Bourgoult ; rédigé et mis en ordre par Me Jean-Baptiste-Alexis Beuselin, avocat au parlement, sénéchal de laditte commanderie quant auxdits trois premiers membres, assisté du sieur Jean-Baptiste-Joseph Rossey, son greffier, commencé le vingt-troisième jour d'avril 1774, clos et terminé le vingt-huit Octobre 1775».

H1610 , 1775 , Bois-Hibout (Le), sis à Saint-Vincent-des-Bois ; Bourgoult-les-Harquency (Commanderie de) ; Campigny ; Mesnil-sous-Verclives ; Normandie (La) ; Pacy-sur-Eure  
Contexte :
Ordres militaires religieux > Commanderie de Bourgout

Contrat d'échange de deux pièces de terre situées dans les paroisses de Tourville et de Saint-Germain de Pont-Audemer, passé entre les Carmélites, d'une part, et Jacques Dehors, sieur de Boismo-ret, marchand tanneur à Pont-Audemer, d'autre part (1735) ; – aveu rendu par les Carmélites au bureau des pauvres de l'Hôtel-Dieu de Pont-Audemer, propriétaire de la seigneurie du prieuré de Saint-Gilles, pour une acre de terre labourable située dans la paroisse Saint-Germain de Pont-Audemer et relevant de la dite seigneurie (1739) ; – aveux rendus par les mêmes à « messire Tenneguy-François-Jean de Guérin, chevalier, seigneur patron de Tourville » (1768), à Charles-Pierre de Bailleul, président à mortier au parlement de Normandie, « seigneur des fiefs du donjon de la châtellenie de Fort-Moville » (1769) et à Louis-Charles-Félix de Malhortie « écuyer, chevalier, seigneur du noble fief, terre et seigneurie de la Motte, situé sur la paroisse de Saint-Germain de Pont-Audemer et qui s'étend sur les paroisses de Saint-Paul sur Rille, Campigny, Tourville, Saint-Ouen du Pont-Audemer et aux environs » (1778), pour des terres relevant des seigneuries de Tourville et de Fort-Moville et du fief de la Motte.

H1515 , 1714-1793 , Bois-Moret (fief de) ; Campigny ; Fort-Moville ; Motte (fief de la), sis paroisse de Saint-Germain de Pont-Audemer ; Pont-Audemer (Carmélites de) ; Pont-Audemer (Paroisse Saint-Germain de) ; Pont-Audemer (Paroisse Saint-Ouen de) ; Pont-Audemer (Prieuré de Saint-Gilles) ; Rouen (Parlement de) ; Saint-Gilles-de-Pont-Audemer ; Saint-Paul-sur-Risle ; Tourville-près-Pont-Audemer  
Contexte :
Couvents et communautés de femmes > Carmélites de Pont-Audemer

Copie de la déclaration des biens et revenus de l'abbaye fournie au Roi, en sa Chambre des comptes de Normandie, le 6 décembre 1692. Le dénombrement des biens est établi, par paroisses, dans l'ordre suivant : Notre-Dame-de-Préaux : «... Une baronnie dont le chef est assis en la paroisse de Notre-Dame-de-Préaux, où est l'enclos de ladite abbaye, dans lequel sont compris l'église, les lieux réguliers, les jardins, l'étang, colombier à pied à présent démoly et autres édifices, le tout environné de murailles et joignant le bois des Fontaines et le prey qui est au dessous d'iceluy, le tout ensemblement revenant à la quantité de dix-huit acres, sçavoir ledit bois contenant treize acres, ledit enclos quatre acres et demie et ledit pré demie acre... Item, nous apartient la terre, ferme et métairye nommée et appelée le Bosc-Auber, composée d'un manoir seigneurial et autres bâtiments qui l'accompagnent et entr'autres d'une grange considérable pour sa structure... ; Saint-Symphorien (ferme de la Glocquerie, etc.) ; Vannecrocq ; Èpaignes (fermes de la Poignerie et de la Varande, etc.) ; Selles (droit de patronage, dîmes, moulin banal, fiefs du Manoir-de-Selles et de Mellimont, fermes du Grand-Hamel et du Petit-Hamel, etc.) ; Saint-Martin-le-Vieux (droit de patronage, chapelle de Saint-Firmin, moulin banal et fief de Saint-Martin, etc.) ; Campigny ; Pont-Audemer (droit de patronage des églises Saint-Ouen, Saint-Aignan, Saint-Germain et Notre-Dame-du-Pré, droits de coutume et d'étaux, maison située paroisse Saint-Germain et appelée l'Hôtel de Préaux, moulin à tan sis paroisse Saint-Germain, etc.) ; Martainville ; Équainville (fief des Mares) ; Boulleville ; Saint-Sulpice-de-Graimbouville ; Toutainville (fermes de la Berguerie et du Mont-les-Mares, moulin banal, etc.) ; Saint-Mards-sur-Risle ; Hauville ; forêt de Brotonne (droits de chauffage et de passage, hermitage ou prieuré de Saint-Ouen Saint-Maur de Brotonne : «... Le sieur titulaire d'iceluy prieuré est obligé faire sonner la cloche dudit prieuré tous les soirs pendant l'espace d'une heure à commencer à soleil renonçant pour adresser les personnes qui pourroient être adirées en ladite forest » ; Périers (prieuré de Saint-Pierre-de-Rouville) ; biens et revenus attribués à la chapelle Notre-Dame fondée et desservie dans l'abbaye de Préaux ; prieuré de Sainte-Radegonde (vicomté de Neufchâtel) ; Saint-Benoît-des-Ombres ; Saint-Pierre--de-Salerne (baronnie de Salerne, s'étendant sur Saint-Pierre de Salerne, Saint-Cyr-de-Salerne, Bretigny, Pont-Autou, Livet, etc.) ; Ètréville ; le Bosgouet ; Rouen (rente sur un immeuble situé rue de la Chaîne) ; Gaillonnet près Gaillon ; Sainte-Opportune-du-Bosc ; Combon (fief des Granges, etc.) ; Courteculier près Louviers ; Catelon ; Vienne près Bayeux ; rente sur la vicomté de Pont-Audemer ; droits de marché, de pêche, etc. ; mouvance, à cause de la baronnie de Préaux, sur les fiefs de Bocquencé (à Èpaignes), de Boulleville (à Boulleville), sur le Moulin-l'Évêque (à Triqueville), sur les fiefs du Bosgouet, du Bois-d'Aubigny (à Saint-Sulpice de Graimbouville et à Toutainville), du Feuguerey et Hareng (vicomté d'Auge), Duval (à Tourville) et des Gastines (à Illeville-sur-Montforl) (1692) ; – copies du partage en trois lots des biens et des revenus de l'abbaye, arrêté entre le procureur fondé de Jean d'Estrées, abbé commendataire et celui des religieux. Le premier lot, évalué à 9,494 livres de revenus est attribué à l'abbé ; le deuxième, évalué 9,525 livres, aux religieux et le troisième, estimé à 9,429 livres, à l'abbé commendataire pour l'acquittement des charges (1695).

H710 , 1692-1697 , Berguerie (La) triège sis à Coutainville ; Bocquencé (fief de) sis à Epaignes ; Bois d'Aubigny (le fief du) sis à Saint-Sulpice de Grainbouville ; Bosgonet (Le) ; Boulleville (fief de) ; Brétigny ; Brotonne (Forêt de), située près de Hauville ; Campigny ; Catelon ; Combon ; Courteaulier près Louviers ; Epaignes ; Equainville ; Etréville ; Feuguerey (fief du) situé Vicomté d'Auge ; Fontaines (Bois des), sis à Préaux, paroisse Notre-Dame ; Gaillonnet (village près) ; Gastins (Les), fief à Illeville-sur-Montfort ; Glocquerie (ferme de la), sise à Saint-Symphorien ; Grand-Hamel (triège du), à Selles ; Granges (Les), fief sis à Combon ; Hareng (fief de), sis Vicomté d'Auge ; Hauville ; Mares (fief dit les), sis à Equainville ; Martainville ; Mellimont (le manoir de) ; Mont-les-Mares (triège du), sis à Toutainville ; Moulin-l'Evêque (Le), sis à Tricqueville ; Périers-en-Cotentin (Baronnie de) ; Petit-Hamel (triège du), sis à Selles ; Poignerie (La), fief et ferme sis à Epaignes ; Pont-Audemer (Eglise N.-D. Du Pré de) ; Pont-Audemer (l'Hôtel de Préaux, sis à) ; Pont-Audemer (Paroisse Saint-Aignan de) ; Pont-Audemer (Paroisse Saint-Germain de) ; Pont-Audemer (Paroisse Saint-Ouen de) ; Pont-Audemer (ville) ; Pont-Authou ; Préaux (Abbaye de Saint-Pierre de), Bénédictins de Saint-Maur ; Préaux (Baronnie de) [N.-D. de] ; Préaux (Chapelle N.-D. Fondée dans l'abbaye de Préaux) ; Préaux (Paroisse de N.-D. de) ; Rouen (ville) ; Saint-Benoît-des-Ombres ; Saint-Cyr-de-Salerne ; Sainte-Opportune-du-Bosc ; Sainte-Radegonde (Prieuré de), sis à Neufchâtel ; Saint-Mards-sur-Risle ; Saint-Martin-le-Vieux (Chapelle) ; Saint-Martin-le-Vieux (fief de) ; Saint-Martin-le-Vieux (près Saint-Firmin) ; Saint-Ouen-Saint-Maur (Ermitage en Prieuré de), en forêt de Brotonne, près Hauville ; Saint-Pierre-de-Rouville (Prieuré de), sis à Périers ; Saint-Pierre-de-Salerne ; Saint-Sulpice-de-Graimbouville ; Saint-Symphorien ; Selles ; Selles (Le Manoir) ; Toutainville ; Val (fief du), sis à tourville-en-Roumois ; Vamecrocq ; Varande (ferme de), sise à Epaignes ; Vienne-près-Bayeux  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Saint-Pierre de Préaux (Ordre de Saint-Benoît)
/medias/customer_2/serieH/H711/FRAD027_H711_001_jpg_/0_0.jpg
433 médias

Cartulaire de l'abbaye de Saint-Pierre-de-Préaux

H711 , XIe-1494 , Angleterre (L') ; Authou ; Bec-Héllouin (Abbaye du) ; Bourg-Achard (Prieuré de Saint-Lô de) ; Brétigny ; Brionne ; Brionne (Léproserie Saint-Michel) ; Brotonne (Forêt de), située près de Hauville ; Brucourt ; Campigny ; Chapelle (fief de la), sis à Campigny ; Combon ; Cormeilles (Abbaye du) ; Corneville (abbaye de) ; Dieppe ; Epaignes ; Epaignes (le Moulin dit de), sis à Criqueville ; Etréville ; Evreux (Ville) ; Gaillon ; Graimbouville ; Hauville ; Honfleur ; Hoquetot ; Houquetot ; Isle-Dieu (Abbaye de), près Perruel ; Lisieux ; Lisieux (Le Chapitre de) ; Mantes ; Meulan ; Montfort-sur-Risle ; Moulin-l'Evêque (Le), sis à Tricqueville ; Neubourg (Le) ; Neuville (fief de) ; Normandie (duché de) ; Pont-Audemer (Paroisse Saint-Germain de) ; Pont-Audemer (Paroisse Saint-Ouen de) ; Pont-Audemer (ville) ; Pont-de-l'Arche, ville ; Préaux (Abbaye de Saint-Léger de) ; Préaux (Abbaye de Saint-Pierre de), Bénédictins de Saint-Maur ; Préaux (Église dédiée à Saint-Thomas-Becket à) ; Préaux (Paroisse de N.-D. de) ; Quillebeuf-sur-Seine ; Roque (ermitage de la) ; Rouen (ville) ; Saint-Béranger-de-la-Roque (ermitage de) ; Saint-Cyr-de-Salerne ; Saint-Denis-le-Thibout ; Saint-Médard ; Saint-Pierre-de-Salerne ; Saint-Sauveur-le-Vicomte (Abbaye de) ; Seine (La), fleuve ; Selles ; Tourville-près-Pont-Audemer ; Toutainville ; Triqueville ; Vascoeuil  

Ce registre, donné aux archives départementales de l'Eure, en 1857, par M. le marquis de Blosseville, renferme 238 feuillets (dont un, le 148e, porte un numéro bis) mesurant 27 millimètres de hauteur sur 20 millimètres de largeur, marges comprises, et contient la transcription de 640 chartes ou documents du XIe siècle (1034 environ) à 1494. Les feuillets 1 à 81 et 97 à 147 appartiennent à la transcription primitive dont la date exacte (1227) est indiquée par la note suivante que le copiste du cartulaire à inscrite à la fin du feuillet 48 verso : « Somnium magistri Willelmi scriptoris hujus libri (en rubriques). » « Ipso die, dum scribebam cartam istam, ego frater Willelmus, claustralis monachus de Pratellis, audivi a pluribus quod nos habuimus de primo theloneo Pratellensis VII solidos et VII obolos. Quinto decimo kalendas Julii. Luna XX nona. Anno ab incarnatione Domini M° CC° XX° VII°. Dies Pasche III° idus Aprilis. Tempore Bernardi abbatis, et ipse erat in Anglia. Régnante Ludovico, filio Ludovici, rege Francorum. » Cette première rédaction comprend notamment les bulles et privilèges apostoliques, au nombre de dix (feuillets 1 à 8), les chartes émanées des archevêques, évêques et chapitres (feuillets 9 à 24), les diplômes des rois d'Angleterre et de France (feuillets 25 à 32), les donations etc. Des seigneurs, fondateurs et bienfaiteurs de l'abbaye (fol. 33 à 81 et 97 à 147). L'interruption de cette série de chartes entre les feuillets 81 et 97 s'explique, comme les autres anomalies que présente l'agencement du cartulaire, par l'interversion, à une époque déjà ancienne, des cahiers de copie qui n'ont pas été reliés dans leur ordre logique. On peut constater en effet que la fin de la transcription de la pièce n° 285 (fol. 96 v°, d'après le numérotage de la fin du XVIe siècle) se trouve rejetée 77 feuillets plus loin, au fol. 173 r°. Les transcriptions des feuillets 181 à 201 forment un travail distinct, postérieur à la rédaction primitive (1231-1285, circa), et s'appliquent spécialement à des documents concernant les possessions des religieux de Préaux et les obligations de leurs tenanciers en Angleterre. Les feuillets 18 verso à 96, 148 à 180, 202 à 208, d'écritures différentes, contiennent des chartes du XIIIe et du XIVe siècles transcrites à une époque plus récente. Enfin on a copié sur les feuillets 232, 233, 237 et dernier trois documents du XVe siècle. Les feuillets 209 à 231 et 234 à 236 sont restés blancs. La plupart des chartes transcrites sont précédées de titres en rubriques et ornées de lettres initiales rouges ou vertes. Fol. 1 à 7 verso. Confirmations des biens, droits et privilèges de l'abbaye par les papes Alexandre III (deux bulles, l'une non datée, l'autre de 1179), Célestin III (1194), Innocent III (1199) et Honorius III (six bulles, dont une de 1220, trois de 1222 et deux de 1224). Fol. 8 recto. Donation à l'abbaye par Jean, seigneur d'Harcourt et de Brionne, des droits de coutume qu'il possédait dans les bois des religieux de Préaux à Saint-Pierre-de-Salerne, à Saint-Cyr-de-Salerne et à Brétigny pour les réparations et réédifications de ses moulins, de ses écluses et de ses gords de Brionne. Jean d'Harcourt confirme en outre à l'abbaye la possession de son moulin de Salerne, sis à Authou, et des droits de mouture en dépendants (1293). Fol. 9-24. Confirmations des droits de patronage, de dîmes, etc., appartenant à l'abbaye dans diverses paroisses (Étréville, Saint-Cyr-de-Salerne, Épaignes, Selles, Notre-Dame-de-Préaux, Toutainville, Saint-Germain et Saint-Ouen de Pont-Audemer, Saint-Pierre-de-Salerne, etc.), par Rotrou, archevêque de Rouen (1183, etc.), Gilles I du Perche, évêque d'Évreux (s. d.), Robert II Poulain, archevêque de Rouen (1210), Jourdain du Houmet, évêque, et le chapitre de Lisieux (1216), Thibaud d'Amiens, archevêque de Rouen (1226), Raoul de Varneville (s. d.), Guillaume I de Ruffière (s. d.), Guillaume II du Pont-de-1'Arche (1224), Arnoul (s. d.), évêque de Lisieux, Richard de Bellevue, évêque d'Évreux (1228), Hugues III d'Amiens, archevêque de Rouen (s. d.) ; transactions et sentences arbitrales passées ou prononcées au sujet des contestations soulevées à propos de droits de patronage, de dîmes et de rentes sur les paroisses ou sur les églises d'Étréville, de Brucourt, d'Houquetot, de Saint-Denis-le-Thiboult, de Vascoeuil de Saint-Germain de Pont-Audemer, entre les religieux de Préaux, d'une part, Luc de Pont-Audemer, chanoine de Rouen (1210), Geoffroi et Gilbert de Brucourt, Robert Ridel, curé d'Houquetot (1205), l'abbaye de l'Isle-Dieu (1207-1226), Robert Poisson, Raoul, curé de Saint-Germain de Pont-Audemer (s. d.) d'autres parts ; sentence rendue par le doyen, le chantre et l'official d'Évreux, juges délégués par le pape, pour obliger le desservant de la chapelle de l'Hôtel-Dieu de Pont-Audemer à prêter le serment de fidélité à l'abbé et au couvent de Préaux et pour lui défendre de recevoir, sans l'autorisation de l'abbaye, les paroissiens de la ville de Pont-Audemer au préjudice des droits des églises paroissiales (1226) ; procès-verbal de consécration de l'autel de l'église de Préaux, placé sous l'invocation de saint Thomas-Becket et de saint Léger, par Raoul de Varneville, évêque de Lisieux, le 14 septembre 1183. L'évêque consécrateur rappelle qu'à certaines fêtes de l'année le chef de saint Léger doit être exposé par les religieux de Préaux à la vénération des fidèles et accorde des indulgences aux visiteurs qui apporteront leurs offrandes. Fol. 25-32. Confirmations par Henri II, roi d'Angleterre, duc de Normandie et d'Aquitaine et comte d'Anjou, des donations faites à l'abbaye par Onfroi de Vieilles (ex dono Hunfredis constructoris ipsius abbatie Pratellensis, quicquid habebat in predicta villa Pratellensi, excepta parte illa quam reservabat alteri abbatie quam proponebat conversationi sanctimonialium construere), par Roger et Robert, fils dudit Onfroi, et par les autres bienfaiteurs de l'abbaye (dix confirmations, dont les dates doivent être placées entre les années 1163 et 1189. La confirmation générale, datée de Caen, qui énumère les noms des donateurs et indique la nature et la situation des biens de l'abbaye, doit être attribuée à l'année 1188 ; les témoins sont : Gauthier de Coutances, archevêque de Rouen, Hugh de Puisac, évêque de Durham, Henri II, évêque de Bayeux, Hugh Nonant, élu de Coventry, Robert, fils de Guillaume, archidiacre de Nottingham, Jean de Coutances, archidiacre d'Oxford, le comte Guillaume de « Mannevilla », Guillaume, comte de Salisbury, Guillaume « de Hummis », connétable, Guillaume, fils de Raoul, sénéchal de Normandie, Guillaume « Mara », Aubré de Saint-Martin, Gilbert, fils de Reinfroi ; confirmation par Richard CSur de Lion, roi d'Angleterre, des exemptions de taille et des autres privilèges concédés à l'abbaye par Robert, comte de Meulan, privilèges qu'avait déjà confirmés son père Henri II (Datum per manum E., Elyensis episcopi, cancellarii nostri. Apud Rupem de Oirevalle, anno IX regni nostri, XXII die Augusti [1198] ; cession par les religieux de Préaux à Louis VIII, roi de France, de l'emplacement de leurs moulins situés « super aquam Dieppe, inter Vadum petrosum et Novum castellum », moyennant une rente annuelle de 40 sous, etc. (Le Vaudreuil. Août 1225). Fol. 33-35. Confirmation par Galeran II, comte de Meulan, des donations faites à l'abbaye par Onfroi de Vieilles, Roger de Beaumont et Robert, ses fils, etc. En tête de cette confirmation, datée de la cour de Brionne, 1155, est transcrite par extraits la donation d'Onfroi de Vieilles, restaurateur de l'abbaye de Préaux (vers 1034), précédée de cette rubrique : « Karta Hunfridi de Vetulis, de donis que contulit ecclesie Pratellensi, qui extitit reedificator illius loci antiquitus destructi. » Après avoir.confirmé les anciennes fondations faites au profit de l'abbaye, le comte Galeran donne aux religieux de Préaux de nombreux droits à Pont-Audemer et sur la rivière de Risle : « donavi... Decimam des estals Pontisaudimeri et de vicecomitatu, et de sicca molta 1 boisselaige et de molendinis tanereiz et de molendinis folereiz et de cortillagiis et de omni re quae decimari debet vel potest vel poterit. Et si nove ecclesie in prefata villa constructe fuerint, in potestate ecclesie sancti Petri de Pratellis, omnium remota calumia, transeant... Supradictis etiam addo decimam omnium salmonum in Risla captorum ; et in anniversario Roberti patris mei, comitis de Mellen t, duorum dierum piscaturam in Risla... Do etiam consuetudinem et quittanciam navium vel baccorum suorum ad Mellent et per totam meam terram... » Cette donation, octroyée par le comte Galeran, avec le consentement de Robert, son fils, et d'Agnès, sa femme, le même jour que la confirmation qui la précède, fut lue par lui devant les religieux de Préaux, assemblés au chapitre. Les témoins furent : Rotrou de Beaumont, évêque d'Évreux, Roger, abbé du Bec, Raoul, abbé de la Croix-Saint-Leufroi, Osberne, abbé de Corneville, Robert du Neubourg, Robert, sénéchal, Guillaume « de Pinu », Raoul Besillart, Raoul, fils d'Aubrée, Gautier de Saint-Sanson, Crépin et Henri, fils de Raoul, Raoul, fils de Turold, Raoul Efflanc, Gilbert « de Bigaz », Richard « de Sancta Maria », Thomas de Tournebu. Fol. 36 verso. Donation à l'abbaye par Galeran (II), comte de Meulan, d'une rente de 20 sous qu'il percevait annuellement sur ses étaux de Pont-Audemer. Cette donation avait pour but l'entretien de la lampe placée dans le chapitre de l'abbaye, où reposaient les corps des ancêtres du fondateur (s. d. Vers 1160). Témoins : la comtesse Agnès et Robert, femme et fils du donateur, Robert de Fortmoville, Guillaume « de Pinu », Raoul de Manneville, Henri de Pont-Audemer, Roger « de Altaribus », chapelain du comte Galeran. Fol. 38 recto. Accord entre Galeran (II), comte de Meulan et Robert du Neubourg, son parent. Le comte Galeran abandonne à Robert du Neubourg des biens et des revenus faisant partie de ses domaines à Pont-Audemer, au Neubourg, à Brionne, à Meulan, à Rouen, etc. En retour, Robert du Neubourg devient son homme et son fidèle vassal : «... Factus est homo meus contra omnes homines, salva fidelitate domini Normannie ; et clamavit adquietas omnes calumpnias et querelas que erant inter nos, et assecuravit mihi juramento omnes terras et tenuras meas et fidèle auxilium contra omnes qui mihi vellent malefacere de terra sivc de aliqua possessione mea et ego similiter ipsi. Assecuravit etiam mihi quod non prohiberet mihi castellum suum ad guerrificandum omnes qui terram mihi vellent auferre... » (S. d.). Fol. 40 recto. Confirmation par Galeran, comte de Warwick, des biens, situés en Angleterre, donnés à l'abbaye par le comte Henri, son grand-père ; « totam villam de Warmitona com omnibus pertinentiis suis, exceptis Berrewikis » (s. d.). Fol. 41 recto. Confirmation par Robert (IV), comte de Meulan, de la donation faite par le comte Galeran, son père, à l'abbaye de Saint-Pierre-de-Préaux, où il avait été enterré, de 10 arpents de terre plantés ou à planter en vignes, situés « apud Osbergenvillam ». Robert de Meulan ajoute à ce don 10 autres arpents de terre au même lieu (s. d. 1167-1171. Rotrou de Beaumont, archevêque de Rouen, Arnoul, évêque de Lisieux, Aimeri, abbé de Saint-Ouen, Richard, abbé du Valasse, figurent parmi les témoins). Fol. 41 verso. Donation à l'abbaye par Robert (IV), comte de Meulan, de divers droits de coutumes dans la forêt de Brotonne (s. d. 1182-1196). Fol. 42 verso. Donation à l'abbaye par Robert (IV), comte de Meulan, de tous ses moulins de Pont-Audemer et de leurs dépendances (s. d.). Fol. 43 verso. Donation par le même du droit de pêche dans la rivière de Risle pendant la dixième semaine (s. d.). Fol. 46 recto. Donation par le même de la maison dont Michel Le Vilain était tenancier, située « inter monasterium sancti Audoeni et pontum Risle » (s. d. 1182-1196. Guillaume, abbé de Corneville, figure parmi les témoins). Fol. 48 verso. Confirmation par Roger, comte de Warwick, de la donation faite à l'abbaye par Raoul de Saint-Sanson, de biens situés en Angleterre « scilicet I hidam et virgatam terre in Warmintona, et decimam de Warmintona, et decimam de Ordlavescota et decimam de Soteswella... » (s. d. Témoins : la comtesse de Warwick, Henri, frère du comte Roger, Guillaume Giffard ; Gautier, chapelain ; Henri, sénéchal). Fol. 49 recto. Donation à l'abbaye par Henri de la Prée, en considération de son entrée en religion, de 12 acres de terre situées à Combon, dans le fief de Marguerite, comtesse de Warwick, mère de Robert du Neubourg (s. d. 1152-1168). Fol. 49 verso. Confirmations par Roger de Portes de la donation faite à l'abbaye par Geoffroi de Combon de 15 acres de terre sises au Mesnil-Othon (s. d.). Fol. 51 recto. Donation à l'abbaye par Henri du Neubourg des terres, situées à Meulan, qu'il tenait de Robert IV, comte de Meulan (s. d. 1166-1168). Fol. 53 verso. Lettres de Jocelin de Bailleul, évêque de Salisbury, déclarant que d'après les résultats de l'enquête à laquelle il s'était livré, l'abbé de Préaux n'avait pas le droit de présenter à l'église « de Estona », à moins que ce ne fût en présence et du consentement de Nicolas, fils de Touroude (Turoldi.S. D. 1142-1189). Fol. 54 verso. Donation à l'abbaye par Roger Abbadon de divers biens situés en Angleterre (s. d. 1129-1142. Témoins et consentants : Robert II, comte de Leicester ; Hugues, fils de Roger Abbadon ; Roger, comte de Warwick, Henri et Geoffroi, ses frères ; Guillaume « Gifart » ; Henri, sénéchal du comte de Warwick ; Roger de Clinton, évêque de Chester ; Richard, abbé de Préaux). Fol. 57 verso. Mandement adressé par Robert (IV ?), comte de Meulan, à ses officiers et à ses prévôts de Pont-Audemer, pour leur prescrire de payer exactement la rente de 7 sous et demi par mois assignée par ses prédécesseurs pour l'entretien de l'ermite de la Roque, « pro sustentatione monachi in hermitorio sancti Berengarii de Roca commorantis » (s. d.). Fol. 58 recto. Confirmation par Roger de Bailleul, abbé, et par le couvent du Bec, de la donation faite à l'abbaye de Préaux par Jean de Livet d'une acre de terre et d'un emplacement propre à construire un moulin (1170). Fol. 59 recto. Accord entre Guillaume II, abbé, et le couvent de Préaux, d'une part, et Ernaud de Tourville, d'autre part, au sujet d'un moulin que ledit Ernaud de Tourville avait fait construire devant sa porte. Ernaud de Tourville s'engage à payer à l'abbaye une rente annuelle de 12 sous (s. d.). Fol. 60 recto. Confirmation par Henri Toroude, d'Étréville, de la donation faite à l'abbaye par ses ancêtres de 15 acres de terres attenantes au manoir des religieux de Préaux à Étréville (1217) ; titres d'une rente de 40 sous assignée au profit de l'abbaye sur un moulin appelé le Moulin-l'Évêque, à Triqueville (s. d.). Fol. 63 recto. Donation à l'abbaye par Guillaume Ferrant, à l'occasion de son entrée en religion, de terres situées à Bourg-Achard (1219). Fol. 63 verso. A la suite de la charte ci-dessus, le copiste du cartulaire a transcrit la note suivante relative au retour d'Angleterre de l'abbé Bernard de Combon, en 1227 : « Anno ab incarnatione Domini M° CC° XX° VII°, in vigilia sancti Laurentii, abbas Bernardus venit de Anglia et com eo Adam, monachus Pratellensis, qui fuerat prior de Anglia ; et ipse Adam secum abstulit et dédit Deo et ecclesie sancti Pétri de Pratellis eucaristiam ubi corpus Domini debet esse super altare. ». Fol. 64-81 recto. Donations, confirmations, etc., au profit de l'abbaye, de biens et de rentes situés ou assignées dans diverses paroisses, par Robert de la Houssaye, Geoffroi, Henri et Robert Louvet, Raoul Tesson, Robert de Tournay, Richard L'abbé, de Saint-Médard (s. d.), Hervé de Rotes, chevalier (1222), Roger de Salerne, fils de Gilbert de Boisset, chevalier (1216), Luc d'Aviron (s. d.), Richard Efflanc, de Tourville, chevalier (1227), Michel L'Abbé, de Tourville, Guillaume « de Bonesbooz », Henri, fils de Robert de Serquigny, Nicolas de Tannei (s. d.), Guillaume d'Émalleville, Guillaume Picot, chevalier, et Roger Espeudri, « de Hoquetot » (1213), Hugues « de Bruecuria », chevalier, Jocelin « de Moiaz », Richard L'Abbé, de Saint-Médard, Guillaume du Chesnay (s. d.), Hugues d'Astin (1210), Robert de Montreuil, Guillaume « Le Poignor », Hugues « de Bauquençai », Geoffroi d'Omonville (s. d.), Thomas, fils d'Yves d'Épaignes, Raoul du Hamel (1219), Etienne Escarpi, de Toutainville, Etienne Maunoury (1222), Richard Le Plat (1224), Michel de Mont, de Toutainville (1227), Guillaume Hasle et Aubrée, sa femme (1218), Richard du Bosc, Renaud de Préaux {s. D.), Guillaume « Wanescrot » (1227), Robert Escarbot {s. D.) ; assignation par Thomas, abbé de Préaux, avec le consentement de son couvent, d'une rente annuelle de 40 sous pour l'entretien du luminaire de l'autel Notre-Dame les dimanches et jours de fêtes. A l'occasion de cette fondation, Raoul de Freneuse, prieur et sacriste de l'abbaye, accorde une somme de 30 livres tournois pour la réparation du dortoir des religieux (1214). Fol. 84 recto. Confirmation par Guillaume II du Pont-de-l'Arche, évêque de Lisieux, des droits de l'abbaye de Préaux sur l'église Saint-Antonin d'Épaignes, tels qu'ils avaient été reconnus par ses prédécesseurs, Guillaume de Buffière et Jourdain du Houmet (1244). Fol. 85 recto. Bail à fieffe passé par l'abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte à celle de Préaux de tout ce qu'elle possédait à Neuville, au diocèse de Rouen (in Nova villa juxta castrum de Drincort) moyennant une rente annuelle de 50 sous tournois (1251). Fol. 87 recto. Mandement adressé par le bailli à l'archevêque de Rouen pour lui notifier un jugement, rendu aux assises royales de Pont-de-l'Arche, qui avait tranché au profit de l'abbaye la question du droit de patronage de l'église Saint-Sanson d'Étréville litigieuse entre les religieux de Préaux, d'une part, le roi de France, Roger de Brotonne et Jean de Villiers, fils de Nicolas de Villiers, d'autres parts (1301). Fol. 92. Cession à l'abbaye par Richard de Brionne, chevalier, de tous ses droits sur le moulin « Seyn » qu'il tenait des religieux de Préaux (1255) ; vente à l'abbaye par Luc, recteur, et par Raoul Morse, prieur de la léproserie de Saint-Michel de Brionne, d'une rente d'un setier d'orge et de cent anguilles, assignée sur le moulin « Sayn » (s. d.). Fol. 94 recto. Abandon à l'abbaye par Robert Louvet, de Campigny, de ses droits de moute prétendus sur son fief de Campigny appelé le fief de la Chapelle (1254). Fol. 96. Lettre adressée à l'évêque de Lisieux par Jean I de Carretot, abbé de Préaux, pour s'excuser de ne pouvoir assister personnellement au synode d'hiver et pour accréditer à sa place A. de Mantes, prieur de l'abbaye (1339) ; lettres patentes de Charles IV le Bel, roi de France, ordonnant, en conformité d'un arrêt de la Chambre des Comptes, de laisser jouir paisiblement les religieux de Préaux de l'exemption des droits de péage sur la Seine pour le transport de leurs vins et de leurs futailles, telle qu'elle leur avait été accordée par son père Philippe le Bel (1327). Fol. 97-147. Notices des donations faites à l'abbaye au XIe et au XIIe siècles. Cette partie du cartulaire que porte en tête la rubrique : « In nomine Domini. Incipit de donis que Hunfridus de Vetulis dédit ecclesie Pratellensi », renferme la transcription par extraits des plus anciennes fondations faites au profit de l'abbaye depuis sa reconstruction par Onfroi de Vieilles vers 1034. Presque toutes sont rédigées à la troisième personne sous forme de notices non datées, mais précédées d'indications chronologiques comme les suivantes : « Illo anno quo perrexit Robertus cornes Jérusalem... Regnante Willelmo Roberti marchionis filio... Illo anno quo mortuus fuit Britanniae cornes A lannus nomine apud Fiscannum... Quo prius inceptum est concilium de pace apud Cadunum. Defuncto abbate Anffrìdo et loco ipsius Willelmo abbate locato... Illo anno quo imperatrix Alemannorum rediit ad patrem suum Henricum regem Anglie in Normannia... Eo anno quo Galerannus cornes Mellent accepit Rogerium de Thoneio... Biduo antequam Willelmus Wanescrot iret Jerusalem... Anno quo Willelmus Rufus, rex Anglorum, et Robertus, comes Normannorum, obsederunt suum fra-trem Henricum in Monte Michaelis... Eo anno quo Willelmus puer, Henrici regis Anglie filius, fecit homagium Ludovico regi Francie... Regnante Roberto, Willelmi regis filio, regis Anglorum... Anno quo Juliana, uxor Eustachii, et filia Amalrici comitis, moniales facte sunt., quo rex juvenis Henricus perrexit Tholosam... Mortuo Walterio Pipardo in Anglice regionis bello... Eodem anno quo in conjugium sortitus est Normannorum marchio Willelmus nomine... Regnante Willelmo filio magni regis Willelmi in Anglia et Roberto fratre ejus ducatum Normannie obtinente... Regnante secundo Willelmo Anglorum rege, magni regis Willelmi filio, qui Anglos bellando adquisivit... Etc. » Parmi les notices les plus intéressantes insérées dans cette partie du cartulaire, on peut citer la suivante, qui, à propos d'une contestation soulevée au sujet de la propriété des églises de Pont-Audemer en présence de Roger de Beaumont, fils d'Onfroi de Vieilles, restaurateur de l'abbaye, retrace les formalités de la procédure du duel judiciaire à la fin du XIe siècle : « Defuncto abbate Anffrido (l'abbé Anffroid mourut en 1078) et loco ipsius Willelmo abbate locato, advenit Ro-gerus Bellemontis precatu monachorum in capitulo eorum, volens scire quomodo se res monasterii haberent. Tune, presente eo, lecta est carta quam firmaverat pater suus et ipse de constructione loci, et ejus jussu exposita. Monachi vero conquesti sunt ex his que in carta scripta erant multa se amisisse et maxime ecclesias Audimeripontis, quas abbas Anffridus dederat Hugoni clerico, Turulfi filio, sine eorum consensu vel licentia. Rogerus vero, ut cla-mores eorum audivit, jussit ut omnia, sicut in carta erant scripta, ita redirent ad dominium monachorum, que sine licentia vel Consilio conventus eorum fuerant dispersa. Hugo vero clericus, ut hec audivit, erexit se adversus monachos, dicens ex integro supradictas ecclesias à domino Hunfrido, cenobii constructore ejusdemque Rogerii patre, antequam ab abbate Anffrido se habuisse. Monachis vero contradicentibus, denominatum est placitum ut ex utraque parte convenirent homines qui hujus rei essent testes, quod et factum est. Ex parte igitur monachorum afifuit testis Goncelinus et ex parte Hugonis ejus frater Gauzfridus. Quid plura ? Assign atis testibus et datis vadimoniis, denominatus est dies ut a supra nominatis testibus bellum fieret. Sed, ut ventum est ad prelium, gratia Dei Gauzfridus, testis et frater Hugonis, qui adversus Gonselinum pro hac re debebat dimicare, invalidum menbris et maxime brachiis se esse confessus est nec ad hoc opus se valere. Quod ut audivit Rogerus, nolens ut ex toto amitteret (Hugo erat enim suus consanguineus), precatus est abbatem Willelmum, quem ad Bellummontem corn quibusdam monachis causa hujus negotii transmiserant fratres loci, ut decem libras denariorum ex Hugone susciperet, ea tamen con-ventione ut, quoad viveret, Hugo ab abbate Willelmo ecclesias supra scriptas teneret et moriens non ejus filius vel aliquis suus cognatus seu sibi proximus hères ultra esset nec partem in ipsis ecclesiis haberet, sed in monachorum dominio redirent : quod vix impetrare potuit ; sed tamen factum est ut petiit. Hujus rei testis est ipse Rogerus et Robertus, ejus filius, et Herluinus, et Radulfus Otonis filius et Turslinus Efflancus, et Gulbertus et Ricardus et Goncelinus et Hunfridus presbyter. Hec vero ratio hic inscripta est jussu ejusdem Rogerii, qui ecclesias unde sermo agitur nobis dédit. ». Fol. 154 verso. Accord passé entre l'abbaye, d'une part, et Eudes Rigaud, archevêque de Rouen, d'autre part, au sujet des vignes que les religieux de Préaux avaient acquises à Gaillon, à l'époque où le château de Gaillon et ses dépendances, devenus depuis, par suite d'échange, la propriété de l'archevêque de Rouen, appartenaient au Roi. Aux termes de cet accord, les vignes en question, acquises par les religieux de 1236 à 1267, devaient leur appartenir sans conteste, ainsi que leur manoir de Gaillon et une rente de 12 deniers due par Guillame Hays, sous la réserve des droits seigneuriaux dus à l'archevêque, seigneur dominant (1267). Fol. 155 verso. Dénombrement des biens de l'abbaye : « Veci que les religieux de Saint-Pierre-de-Préaux baillent que ils tiennent de Monseigneur le duc de Normendie et de quoi les abbés du dit lieu, qui pour le temps ont esté, ont fait féaulté as ducs de Normandie qui pour le temps estoient et as roys de France de tout le temps que la ducée a esté en leurs mains et de quoy l'abbé qui est à présent a fait nouvelement féaulté audit Monseigneur le duc de Normendie, si comme il appert par les pattentes lettres d'icelui seigneur donnéez le douzième jour de May l'an de grâce mil CCCXXXIII..., etc. ». Fol. 158-159 verso. Baux à fieffé des terres appartenant à l'abbaye dans diverses paroisses, passés de 1243 à 1245. Fol. 162 verso. Accord passé aux assises de Pont-de-l'Arche, entre Guillaume de Maulévrier, chevalier, seigneur de Combon, d'une part, et les religieux de Préaux, d'autre part, au sujet de la mouvance de leurs terres de Combon et des redevances par eux dues au seigneur dudit lieu. L'abbé et le procureur des religieux « cognurent et confessèrent que eulx et leurs successeurs tenoient toutes les choses dessus dictes en fieu lay et que eulx en estoient tenus faire audit chevalier et à ses hoirs unes botes chascun an de rente à la feste de Toussaint, ou dix soulz de tournois ou de monnaye courante ; et seront tenus porter les bottes et dix soulz ou faire porter au manoir de Combon ; et prendra le seigneur ou cellui qui en manoir sera les botes ou les dix soulz, lequel qui lui plèra ; et qu'ils estoient tenus poier au dit chevalier un cheval, le meilleur de l'ostel, après le pallefroy l'abbé, pour tous reliefs et pour toutes aides, toutes fois qu'il aura nouvel abbé, soit par mort ou par résination..., etc. (1313) ». Fol. 163 verso. Lettres patentes de Philippe V le Long, roi de France. Le roi reconnaît qu'il n'a pas droit à la nomination d'un moine lai dans l'abbaye de Préaux et donne mandement à son bailli de Rouen et à ses autres officiers de ne plus molester sur ce point les religieux de Préaux (1320). Fol. 164 recto. Échange entre les religieux de Préaux, d'une part, et Philippe le Bel, roi de France, d'autre part, des biens que l'abbaye possédait à VascSuil, dans la forêt de Lyons et aux environs, évalués en revenus à 300 livres et 35 sous tournois, contre d'autres biens appartenant au roi à Toutainville, à Graimbouville, à Hauville, à Montfort et à Préaux, estimés au même prix (1312). Fol. 165 recto. Lettres patentes de Philippe le Hardi, roi de France, déterminant à quelles conditions les habitants de Pont-Audemer pourraient obtenir la concession d'étaux pour la vente de leurs marchandises, et les droits qui seraient perçus pour le roi sur les marchandises vendues (1284) ; diplôme de Philippe-Auguste, roi de France, accordant une commune aux habitants de Pont-Audemer (1204, in castris ante Rotomagum). Fol. 166 recto. Lettres de Zenon de Castiglione, évêque de Lisieux, adressées à « R..., episcopo Solubriensi », pour lui prescrire de réconcilier, dans la forme accoutumée, l'église de l'abbaye de Préaux polluée par suite des violences exercées avec effusion de sang par Robert Vassal, moine profès, envers Robert Valée, aussi moine profès. Robert Vassal avait frappé son collègue au visage « cum ambabus manibus et unguibus » (1427). Fol. 168. Marché passé par l'abbaye avec Raoul Trihen et Emmeline, sa femme, pour l'exercice de l'office de porteur de poisson (piscigerii) de l'abbaye. Raoul Trihen et sa femme devaient avoir un serviteur et un cheval et aller chercher le poisson nécessaire à l'alimentation des religieux à Pont-Audemer, à Honfleur ou à Quillebeuf à toute réquisition du cuisinier de l'abbaye (1253) ; notes sur « la franchise as moines de Preaus à Maante pour le travers de l'ève » (s. d. XIVe siècle). Fol. 169. Confirmation par Richard de Bellevue, évêque d'Évreux, des droits de dîmes et des rentes appartenant A l'abbaye dans la paroisse de Combon (1228) ; donation à l'abbaye par Robert (IV), comte de Meulan, de divers droits d'usage dans la forêt de Brotonne (s. d. vers 1180. Robert de la Porte, frère du comte et abbé de Corneville, figure parmi les témoins). Fol. 172. Mandement adressé par Louis IX, roi de France, au bailli de Rouen, pour lui prescrire de laisser jouir paisiblement les religieux de Préaux du marché de Préaux, le tiers des droits dudit marché et la haute justice étant réservés au Roi (1257) ; « hec sunt jura que habet abbas de Pratellis apud Pontem Audomari ». Fol. 173. Confirmations par Louis IX (1269), par Philippe le Hardi (1288), rois de France, et par Philippe le Bon, comte d'Évreux (1328), de l'exemption de droits de péage sur la Seine, dont jouissaient les religieux de Préaux pour le transport de leurs vins. Fol. 179. Donation à l'abbaye, par Jean Cauvel, chevalier, d'un moulin avec ses dépendances, situé A Triqueville, appelé le Moulin d'Épaignes, autrefois le Moulin-l'Évêque (1303). Fol. 181-201. Enquêtes testimoniales, notes et documents sur les possessions des religieux de Préaux en Angleterre et sur les corvées dues par leurs tenanciers (1231-1285 circa). Fol. 203, recto. « Vechi le nombre des terres du manoyr de Campegnie » (s. d). Fol. 205 recto. Lettre adressée par l'abbé de Préaux aux abbés du Bec et de Cormeilles, présidents du chapitre général des abbés de l'ordre de Saint-Benoît dans la province de Normandie, pour s'excuser de ne pouvoir, par suite d'une attaque de goutte qui l'empêchait de monter à cheval, se rendre au chapitre général convoqué à Lisieux (1331). Fol. 206, verso. Lettre adressée par les religieux de Préaux à Robert Burnell, évêque de Bath et de Wells, pour le remercier des services par lui rendus à l'abbaye et à Nicolas de Campigny, procureur des religieux en Angleterre. Les religieux annoncent à Robert Burnell qu'ils l'ont admis dans leur confraternité et qu'après sa mort, son nom sera inscrit dans le martyrologe de l'abbaye (1286).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Saint-Pierre de Préaux (Ordre de Saint-Benoît)

Grand cartulaire de Saint-Taurin, transcrit au milieu du XIVe siècle, et comprenant les copies de 552 chartes ou documents. Ce travail forme le complément et la suite du Petit cartulaire (H. 793). Un très petit nombre de chartes, déjà copiées dans le Petit cartulaire, ont été récopiées dans celui-ci. La plupart des originaux à l'aide desquels ont été faites ces transcriptions ne se trouvent pas aux archives de l'Eure dans le fonds de l'abbaye de Saint-Taurin et peuvent être considérés comme perdus. Ainsi que l'indique la table générale, qui occupe les feuillets 13 à 43, et comme il est facile de s'en rendre compte par les analyses ci-dessous, on a eu soin, lors de la transcription des documents, de les grouper autant que possible par paroisses, afin de rendre les recherches plus faciles. La rédaction primitive comprenait 532 chartes, de 1154 à 1343, avec une table générale. Vingt autres documents, dont le plus récent est de 1532, ont été ajoutés postérieurement à la rédaction primitive que d'après une note inscrite au verso du deuxième feuillet on doit attribuer à l'année 1350. Le grand cartulaire de Saint-Taurin est écrit en belle gothique du XIVe siècle, large et régulière. Une majuscule initiale, rouge ou bleue, décorée de filets et d'entrelacs de couleur inverse, orne chacune des chartes transcrites. Fol. 1-10. – Note sur les droits perçus par l'abbaye en 1249 pendant la dixième semaine et pendant la durée de la foire Saint-Taurin à Évreux ; – titres, procédures et sentences concernant les droits appartenant aux religieux de Saint-Taurin à cause de leur fief de Périers (1311-1400) ; – lettres d'amortissement accordées aux religieux de Saint-Taurin par Philippe le Bon, roi de Navarre et comte d'Évreux, pour leurs nouveaux acquêts depuis quarante ans, moyennant le payement d'une somme de 350 livres tournois. Le revenu de ces nouveaux acquêts, dont les lettres donnent l'énumération détaillée, était évalué à 50 livres tournois (1338). Fol. 11-12. – (En blanc.) Fol. 13-43. – Table générale des documents, au nombre de 532, compris dans la rédaction primitive du cartulaire. Cette table, rédigée en latin à l'époque même de la transcription primitive, donne une analyse sommaire de chaque charte avec renvoi au feuillet. Fol. 44. – (En blanc.) Fol. 45-48. – Confirmation générale des biens et des possessions de l'abbaye par Richard Cœur de Lion, roi d'Angleterre (1195). Transcrite dans le Petit cartulaire (H. 793), fol. 57-61. Fol. 48 verso-52. – Vidimus et confirmation par Philippe le Bel, roi de France, d'un jugement de l'Échiquier de Rouen, de 1287, qui avait maintenu, contrairement aux prétentions du vicomte d'Évreux, les religieux de Saint-Taurin dans la jouissance du droit de panage pour leurs porcs « es deffens de la forest d'Évreus et es haies d'icelle forest » (1298) ; –lettres de Philippe le Bel concédant et confirmant à l'abbaye des droits d'usage dans la forêt d'Évreux (1291). Transcrites dans le Petit cartulaire (H. 793), fol. 106 verso ; – vidimus et confirmation par Philippe le Bel des lettres de Jean de Marle, bailli de Gisors, qui avaient autorisé les religieux de Saint-Taurin à construire un pont sur le bras de l'Iton traversant l'enclos de leur abbaye (1290). Les lettres du bailli de Gisors sont transcrites dans le Petit cartulaire (H. 793), fol. 106 ; – lettres de Philippe le Bel ordonnant une enquête et confirmant un jugement de l'Échiquier de Rouen au sujet du droit de forage des vins et des autres boissons, ainsi que des droits d'amendes et de justice appartenant à l'abbaye pendant chaque dixième semaine de l'année dans la ville d'Évreux (1295-1296) ; – lettres de Simon le Chauve, comte d'Évreux (s. d.) et diplômes de Philippe-Auguste, roi de France (1202-1207), concédant à l'abbaye certains droits et revenus à Évreux : la dîme du moulin de la porte aux Fèvres (échangée avec le roi contre une rente de onze setiers de froment assignée sur son moulin sis au-dessous de la tour d'Évreux), deux jours de foire à la Pentecôte, la dîme du moulin Tanneret et des nouveaux étaux de Saint-Léger, etc. La charte de Simon le Chauve et les deux diplômes du roi Philippe-Auguste sont transcrits dans le Petit cartulaire (H. 794), fol. 61-62. Fol. 53-61. – Sentence arbitrale prononcée par Guillaume II de Flavacourt, archevêque de Rouen, au sujet des difficultés soulevées entre l'évêque d'Évreux, d'une part, et les religieux de Saint-Taurin, d'autre part. La sentence décide que l'évêque d'Évreux et ses successeurs auront le droit de visiter librement l'abbaye une fois par an et plus souvent, s'il est nécessaire, sans pourtant demander ou exiger aucun droit de procuration ; que les religieux seront tenus de recevoir les nouveaux évêques, la veille de leur installation dans l'église d'Évreux, avec cent cavaliers, et de leur fournir dans leur abbaye tout ce qui leur sera nécessaire, que les corps des évêques décédés seront reçus dans l'abbaye et que les religieux devront payer cent sous tournois aux personnes préposées à la garde et à la veillée du corps et fournir les nappes nécessaires pour le repas (1290) ; – transaction passée entre Raoul IV de Chevri, évêque d'Évreux, d'une part, et l'abbaye de Saint-Taurin, d'autre part. L'évêque d'Évreux renonce aux droits de procuration qu'il prétendait lui être dus par les religieux de Saint Taurin, moyennant le payement par ces derniers d'une somme de 200 livres tournois constituée en une rente de 20 livres au profit de l'évêque et de ses successeurs (1268) ; – bail à ferme passé par les religieux de Saint-Taurin à l'abbaye de la Croix-Saint-Leufroi de tout ce que lesdits religieux possédaient dans la paroisse de Saint-Aubin-sur-Gaillon, moyennant une rente annuelle de six setiers de blé et de six setiers d'avoine (1267) ; – cessions et ventes à l'abbaye de terres situées aux environs de l'enclos de Saint-Taurin, près de la rivière d'Iton, in clauso Maniudas, par Basilie, veuve de Guilbert Repernel, Roger Scriptor et Aubrée, sa femme (1238), Renou Mulet et Félicie, sa femme, Renou Le Savetier (1244), Jean de Pont-l'Évêque et Agnès, sa femme (1251). Fol. 62-67. – Transaction passée entre l'abbaye de Saint-Sauveur d'Évreux, d'une part, et celle de Saint-Taurin, d'autre part, au sujet de la portion appartenant à l'abbaye de Saint-Sauveur dans les revenus de la dixième semaine de la prévôté d'Évreux dont les religieux de Saint-Taurin avaient la jouissance (1265) ; – id., entre l'abbaye de Saint-Taurin, d'une part, le prieur et les frères de la léproserie Saint-Nicolas d'Évreux, d'autre part, au sujet de leurs droits respectifs sur les revenus de la foire Saint-Nicolas, suivant que cette foire tombait dans une des neuf semaines appartenant au Roi ou dans la dixième semaine réservée à l'abbaye de Saint-Taurin (1293) : – concession à l'abbaye par Jean Tailleator, de Pont-l'Évêque, d'un passage pour les piétons par la sente située à la partie supérieure de sa vigne de la Rochette, afin de permettre aux religieux d'accéder à leurs vignes sises au-dessus de la Rochette, pour le prix de 40 sous tournois (1243) ; – cessions à l'abbaye par Geoffroi Ferré, de Garel, et Mathilde, sa veuve, d'un gord situé à l'extrémité de la rivière appartenant aux religieux de Saint-Taurin, entre Saint-Germain et Canappeville (1235-1242) ; – donation à l'abbaye par Guillaume Éveillart, verdier de la forêt d'Évreux, de trois acres et demie de terre situées entre le défens de Portes et le bois des religieux de Saint-Taurin, aboutant au chemin de Caugé (1246) ; – vidimus et confirmation par Philippe le Bon, roi de Navarre et comte d'Évreux (1343), d'un jugement du bailli d'Évreux, de 1342, qui avait adjugé aux religieux de Saint-Taurin la dîme ou dixième semaine du marché de la Bonneville, nouvellement créé. Fol, 68. – (En blanc.) Fol. 69-90. – Titres de propriété, baux à fieffe, donations, cessions et ventes à l'abbaye de maisons, de terres et de rentes situées ou assignées à Évreux, dans la paroisse Saint-Gilles, rue Saint-Taurin, près du four de l'abbaye, à la Rochette, au Valesme, au Pont-Harrouard, « supra viam de Ruella Viel », etc. (1211-1324). Fol. 90 verso-97. – Contrats de ventes, passés entre particuliers, de rentes assignées sur des terres situées paroisses d'Arnières, de Saint-Germain-de-Navarre et de Saint-Gilles d'Évreux (1307-1315) ; – ventes à l'abbaye par Henri et Jean des Haies, de la paroisse de Villiers, au diocèse de Lisieux, frères et héritiers de feu Guillaume des Haies, chantre en l'église cathédrale d'Évreux, d'une rente de trente-trois sous tournois et un chapon provenant de la succession dudit Guillaume des Haies, et d'une autre rente de « quatre toupes de blans aus, six boisseaux de ougnons à la mesure de Hondouville » et trois sous tournois, assignée sur une masure à Hondouville ; d'une pièce de vigne appelée le Sablon, située paroisse Saint-Gilles d'Évreux, rue de la Rochette, et d'une rente de 17 sous 6 deniers tournois, assignée sur une autre pièce de vigne située même paroisse (1324) ; – id., par Renou Labbé et Agnès, sa femme de deux pièces de vigne et d'une pièce de terre situées à Évreux, paroisse Saint-Gilles et paroisse Saint-Thomas, aboutant à « l'Eschenette » et au chemin de la Rochette, pour le prix de 50 livres tournois (1344). Fol. 98. – (En blanc.) Fol. 99-103. – Titres de propriété, enquête par témoins et jugement des assises d'Évreux concernant les biens et les rentes possédés par l'abbaye au Buisson-Hocpin (1235-1325). Vente à l'abbaye par Gautier du Buisson-Hocpin de tout ce qu'il possédait audit lieu, pour le prix de 14 livres et quinze sous tournois (1285) ;– bail à fieffe d'une pièce de terre à Melleville, passé par l'abbaye à Adam de la Forêt (1303). Fol. 104. – (En blanc.) Fol. 105-110. – Titres de propriété de biens et de rentes acquis par l'abbaye dans les paroisses de Notre-Dame-de-la-Ronde et de Saint-Léger d'Évreux (1256-1314) ; – donation à l'abbaye par Richard Laurillons de sa maison sise à Évreux, au Pont-Perrin, et de quatre autres maisons situées à Évreux, rue Vilaine, devant le moulin du seigneur de Cierrey, et de toutes les rentes qu'il possédait à Évreux, dans la ville et dans les faubourgs (1264). Fol. 111-122. – Titres de propriété de biens et de rentes situées ou assignées dans la paroisse Saint-Aquilin d'Évreux, possédés ou acquis par l'abbaye (1232-1336). Fol. 123-128. –Échange entre l'abbaye, Henri d'Angoville et Laurentie, sa femme, d'un pré et d'une vigne que possédaient ces derniers dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux contre une maison avec ses dépendances située dans la rue Saint-Sauveur, même paroisse (1282) ; – accord entre Nicolas d'Auteuil, évêque d'Évreux, et l'abbaye, au sujet des rentes que les religieux de Saint-Taurin avaient reçues en don de Michel de Villettes, clerc, et qui étaient assignées sur des maisons et sur des terres situées à Évreux, dans le fief de l'évêque (1282) ; – vente à l'abbaye par Jean Hendeer et Jeanne, sa femme, d'une pièce de terre plantée de noyers, sise paroisse Saint-Thomas d'Évreux, « aboutant d'un bout au chemin de la Rochete et as vignes de l'autre bout », pour le prix de 20 livres tournois (1318) ; – id., par « Aalis », veuve de Raoul Le Checlierre, d'une pièce de vigne et de terre située même paroisse, « aboutant au chemin et à l'Escheneite », et d'une rente de 7 sous tournois, pour le prix de 3l livres tournois (1334). Fol. 129-140 – Vidimus et confirmation par le roi Philippe le Bel, des lettres, de Louis de France, comte d'Évreux, qui avaient assigné sur les revenus de la prévôté d'Évreux les 40 sous de rente que Marguerite d'Artois, sa femme, avait légués par testament à l'abbaye de Saint-Taurin (1311) ; – assignation au profit de l'abbaye par Philippe le Bon, comte d'Évreux, sur les revenus de sa propriété d'Évreux, d'une rente de 40 sous tournois qu'il avait donnée aux religieux de Saint-Taurin pour la célébration de l'anniversaire de Louis de France, comte d'Évreux, son père (Évreux, 1333) ; – lettres d'amortissement accordées par le même aux religieux de Saint-Taurin pour leurs nouveaux acquêts dans les paroisses de Saint-Jean-de-Morsent et de la Sôgne (1324) ; – jugement rendu aux assises du bailliage d'Évreux, ordonnant la restitution aux religieux de Saint-Taurin des porcs indûment saisis, dans la forêt d'Évreux, par le panageur de la Haye-le-Comte, sous prétexte qu'ils n'avaient pas droit au panage comme ayant été achetés par lesdits religieux, depuis la Saint-Jean, aux foires de Saint-Mathieu à Avrilly, de Saint-Gilles à Elbeuf, de Sainte-Croix au Neubourg et de Notre-Dame-en-Septembre à Bernay (1332) ; – jugement du bailliage d'Évreux, rendu aux assises de 1317, maintenant les religieux de Saint-Taurin en possession du droit de pêcher la nuit de la Saint-Taurin, au feu et avec engins, dans la rivière d'Iton, à Glisolles (1317) ; – lettres d'amortissement accordées à l'abbaye par le roi Philippe le Hardi pour ses nouveaux acquêts depuis trente années à Pacy, à Croisy et à Évreux, évalués en revenus à 13 livres 11 sous et 8 deniers tournois (1277) ; – id., par le roi Philippe le Bel, pour les nouveaux acquêts de l'abbaye dans le bailliage de Gisors (1302) ; – confirmation des biens et des possessions de l'abbaye par le roi Louis IX (1257. Cf. Petit cartulaire, H. 793, fol. 56) ; – bulle d'Innocent III, confirmant à l'abbaye la possession de ses biens, notamment des églises Notre-Dame de Louviers, Saint-Antonin de Pacy et de Périers (1208. Cf. Petit cartulaire, H. 793, fol. 81) ; – bulles d'Innocent IV. Le pape dispense l'abbé et les religieux de Saint-Taurin de l'observation des prescriptions ajoutées après coup par son prédécesseur Grégoire IX à la règle primitive de leur ordre, prescriptions qui constituaient pour eux une aggravation et un surcroît de charges trop lourdes (Pérouse, 15 des calendes de février, la dixième année du pontificat. 1253) ; – bail à ferme passé par les religieux de Saint-Taurin à Robert Paiart, précepteur de l'ordre du Temple en Normandie, stipulant pour la commanderie de Saint-Étienne-de-Renneville, de toutes leurs dîmes de Sacquenville, moyennant une rente de six setiers de froment, six setiers de méteil et six setiers d'avoine, et confirmation de ce bail par Amauri de la Roche (de Ruppe), précepteur de l'ordre du Temple en France (1265) ; – confirmation générale des biens et des possessions de l'abbaye par le pape Honorius III (1217. Cf. Petit cartulaire, H. 793, fol. 81 recto). Fol. 141-148. – Titres de propriété, donations et ventes à l'abbaye de biens et de rentes situés ou assignées à Parville (1236-1337) ; – jugement rendu par le bailli d'Évreux, annulant un bornage fait d'office par le vicomte d'Évreux pour « limiter et diviser chemin ès bois des religieux de Saint-Taurin, si comme l'en va d'Évreux vers Ferieres Haut Clochié ». Le bailli d'Évreux, après avoir pris conseil de l'Échiquier de Rouen, décide « que la limitation de chemin faite ès dis bois sereit nulle et que les bournes illecques mises par le dit vicomte ou de son commandement en seroient ostées et demourroit le chemin des dis bois eu lieu de vant dit en tel estat comme il estoit au devant des bournes mises, en la manière que par l'espace de quarante anz et plus y avoit estey » (1322) ; – donation à l'abbaye par Chrétien de Vieilles, bourgeois d'Évreux, d'une rente de trois setiers de méteil assignée sur deux pièces de terre à Gauville (1260). Fol. 149-153. – Donations, ventes et échanges au profit de l'abbaye de biens et de rentes situés ou assignées dans la paroisse de Caugé (1218-1316). Fol. 154-165. – Titres de propriété de terres et de rentes données aux religieux de Saint-Taurin ou acquises par eux et situées dans la paroisse Saint-Jean de-Morsent (1250-1314) ; – donation à l'abbaye par Godeheude, dame de Fumechon, de son droit de patronage de l'église Saint-Jean-de-Morsent (1274) ; – décret d'union des églises Saint-Jean et Notre-Dame de Morsent par Philippe 1er de Chaource, évèque d'Évreux. L'évêque déclare opérer cette union, parce que les revenus restreints de chacune de ces églises ne suffisaient pas à l'entretien d'un curé distinct. La réunion est effectuée du consentement des patrons (Jean de Sassey, chevalier, pour l'église Notre-Dame, et l'abbaye de Saint-Taurin pour l'église Saint-Jean), qui auront le droit de présenter alternativement à la nouvelle cure de Morsent (1276). Fol. 166-167. – Sentence arbitrale prononcée par l'abbé de la Trappe et par les prieurs de la Trappe et de Saint-Laurent, juges délégués par le pape, pour trancher le différend soulevé entre l'abbaye de Saint-Taurin, d'une part, et Henri, seigneur de Sassey, d'autre part. Le seigneur de Sassey, en compensation de sa renonciation pure et simple aux prétentions qu'il avait élevées, aura droit à la dîme du chaume que les religieux de Saint-Taurin lui abandonnent, mais il devra procurer à ceux-ci une grange convenable et suffisante pour abriter leurs dîmes (1227) ; – vente à l'abbaye par Jean, seigneur de Sassey, de la dîme du chaume de la paroisse de Sassey à laquelle il avait droit sous l'obligation de fournir une grange dîmeresse aux religieux de Saint-Taurin, pour le prix de 40 livres tournois. Jean de Sassey accorde en outre aux religieux l'autorisation d'acheter ou de construire une grange dans l'étendue de son fief (1266). Fol. 168-171. – Titres de propriété de terres et de rentes ayant appartenu à l'abbaye dans les paroisses de Bérengeville-la-Rivière, de Saint-Laout, de la Bonneville et d'Ormes. Fol. 172-179. – Enquête par témoins sur les prétentions élevées à l'encontre des religieux de Saint-Taurin par Robert d'Harcourt, seigneur du Tilleul-Othon. « Vechi ceu que misire Raol de Harecourt, segneur du Teilleul qui ne dort, entent à prouver contre hommes religieux l'abbé et le convent de Saint-Taurin d'Évreux : premièrement, que les devant diz religieux sont tenus audit Raol, segneur de Teilleul, et à ceux qui en la compagnie d'iceli seroient ou vendroient ou compagnie li feroient, fust à pié, fust à cheval, recevoir honorablement et amenistrer lour des biens de lour abbeie tout ce que il lour convendrait en boire et en mangier souffizaument toutes les foiz que il yroi t à Evreux et tant comme il li pleroit à demourer ; derechief, que il deit avoir un palefrey ou un cheval et un vallet à garder ley as despens de l'abbeie, séjournant tant comme il li plaira ; derechief, que il sont tenus à ly chascun an à Pasques en une.sele noeve à chevauchier ou XXV sous tournois pour la value de la dite sele ; derechief, que les diz religieux sont tenuz recevoir en lour abbaie, chascun an une fiée, par un jour, quatre de ses hommes ainsneiz du Tellieul et trouver lour despens convenables des biens de lour abbaie en boire et en mengier par iceli jour ; derechief, que les dis religieux sont tenuz les devant diz quatre ainsneiz du Teilleul et le prevost et le serjant du Teilleul recevoir en lour abbaie toutes les foiz que les foires seront à Evreux et tant comme il demourront durans lez foires et trouver lour boire et mangier souffizamment des biens de lour abbeie ; et toutes lez choses demande il à avoir en lour abbeie comme segneur de Teilleul pour la raison des diesmes que il ont en son fié... » (s. d. vers 1289) ; – sentence arbitrale prononcée par Mathieu des Essarts, chantre d'Évreux, pour trancher le différend pendant entre l'abbaye, d'une part, et Raoul d'Harcourl, archidiacre d'Eu dans l'église de Rouen et seigneur du Tilleul-Othon, d'autre part. La sentence décide que les religieux de Saint-Taurin jouiront désormais librement des dîmes leur appartenant dans la paroisse du Tilleul-Othon, sans que le seigneur puisse exiger d'eux aucun service. Cette sentence est confirmée par Raoul d'Harcourt et par J ean, seigneur d'Harcourt, son frère (1293) ; – confirmation par Robert d'Harcourt, prêtre, seigneur du Mesnilote, des droits de dîmes que possédait l'abbaye sur le fief du Mesnilote (1338). En présence de Raoul d'Harcourt, seigneur de Carentonne, de Jean de Maule, avocat à ÉvreuxTde Jean du Moustier, écuyer, de Pierre-Marie et de Simon de Venois, bourgeois d'Évreux). Fol. 180. – (En blanc.) Fol. 181-197. – Contrats de vente et de donation à l'abbaye de terres et de rentes situées ou assignées dans la paroisse de la Sôgne (vers 1200-1334) ; – renonciation par Robert de Courtenay, bouteiller de France et seigneur de Nonancourt, avec le consentement de Jean de Courtenay, son fils aîné, chevalier, aux droits d'aides aux quatre cas qu'il percevait sur les hommes de l'abbaye habitant la Sôgne (1237). Confirmation de la renonciation précédente par Robert de Courtenay, clerc, seigneur de Nonancourt, fils dudit Rcbert de Courtenay et frère puîné de Jean de Courtenay (1243) ; – procès-verbal d'estimation et de remise à l'abbaye, moyennant le payement de la rente à laquelle ils étaient estimés, des biens saisis sur plusieurs habitants de la Sôgne, tenanciers des religieux de Saint-Taurin, comme cautionnement des sommes dues par eux à Louis de France, comte d'Évreux, pour prix d'achat de bois dans la forêt d'Évreux (1316) ; – donation à l'abbaye par Pierre des Minières, chevalier, seigneur de Corneuil, de trois acres de terre sises à Champ-Dominel (1303). Fol. 198. – (En blanc.) Fol. 199-200. – Vente à l'abbaye par Guillaume de Tenray, chevalier, et Jacqueline, sa femme, de la paroisse de Grossœuvre, des dîmes qu'ils possédaient dans la paroisse de Thomer, pour le prix de 180 livres tournois (1316) ; – id., par Etienne du Cormier, autrement dit Tierri, écuyer, seigneur en partie de Thomer, de ses dîmes dans la même paroisse, pour le prix de 300 livres tournois (1317) ; – confirmation des deux contrats de vente ci-dessus par Guy Mauvoisin, écuyer, seigneur de Saint-André et de Garennes (1318) ; – quittance délivrée aux religieux de Saint-Taurin par Ève dTvry, dame de Saint-André, de la somme de 46 livres tournois qui lui était due à cause de la vente consentie à l'abbaye par Etienne du Cormier (1319). Fol. 201. – (En blanc.). Fol. 202. – Vente à l'abbaye par Jean Lesmerey, d'Avrilly, d'une maison sise à Avrilly, pour le prix de 40 livres tournois (1336). Fol. 203-204. – (En blanc.). Fol. 205-215. – Titres de propriété de terres et de rentes situées ou assignées dans la paroisse de Quessigny et ayant appartenu à l'abbaye (1236-1326) ; – sentence arbitrale prononcée par Foulques de Surcy, curé de Hardencourt, dans le différend pendant entre Heuderius de Pacy, clerc, d'une part, et les tenanciers de l'abbaye de Saint-Taurin habitant Quessigny, d'autre part, au sujet de la banalité du moulin à foulon de Pacy. La sentence décide que les tenanciers de l'abbaye ne seront pas tenus à l'avenir d'aller fouler leurs draps de laine audit moulin (1307). Fol. 216. – (En blanc.). Fol. 217-219. – Contrats de ventes et sentences arbitrales concernant les dîmes et les revenus de l'abbaye à Grossœuvre (1232-1314) ; – fondation de la chapelle du château de Grossœuvre par Henri, chevalier, fauconnier du Roi et châtelain de Gaillard, Amicie, dame de Grossœuvre, sa femme, Simon de l'Aunay, Guillaume d'Aubergenville et Jean Pêcheveron (1244). Fol. 220. –« Cy après ensuivent les cures et bénéfices qui sont en la présentation de Saint-Taurin d'Évreux. ». Fol. 221. – (En blanc.). Fol. 222-224. – Donations à l'abbaye de rentes assignées à Marcilly-la-Campagne par Gohier de l'Aunay (1233) et par Pierre de Marcilly (1227), chevaliers ; – transaction entre l'abbaye, d'une part, et Foulques de Marcilly, chevalier, d'autre part, au sujet des droits d'usage des religieux de Saint-Taurin dans les bois dudit Foulques de Marcilly (1226) ; –donation à l'abbaye par Philippe de l'Aunay, chevalier, avec le consentement de Gohier et de Guy, ses fils, d'un droit, vulgairement appelé charité, que le donateur percevait aux foires de Saint-Laurent-des-Bois (1211) ; – transaction passée entre l'abbaye, d'une part, le maire et les habitants de Nonancourt, d'autre part, au sujet des foires de Saint-Laurent-des-Bois (1290. Transcrite dans le Petit cartulaire, H. 793, fol. 104 verso). Fol. 225-227. – Donation à l'abbaye par Robert de Neuilly.de douze arpents de terre à la Forêt-du-Parc (1208) ; – accords et transactions au sujet des dîmes de la Forêt-du Parc appartenant.à l'abbaye (1228-1276) ; – vente à l'abbaye par Bertrand Foliot, de la Forêt-du-Parc, d'une rente de six pains et huit pots de vin, pour le prix de 15 sous tournois (1309). Fol. 228-232. – Contrats de vente à l'abbaye de terres ou de rentes situées ou assignées dans la paroisse de Cissey (1309-1312) ; – renonciation au profit de l'abbaye par Robert de Villez, seigneur de Villez et de Bérou, à ses prétentions au droit de patronage de l'église de Bérou (1318) ; – donation à l'abbaye par Luc, évêque d'Évreux, de la troisième gerbe de dîme de la paroisse de Cissey, qui appartenait a la cure et à la vicairie de ladite paroisse, et d'une rente de 7 livres assignée sur la vicairie de Notre-Dame de Caudebec (1215). Fol. 233-252. – Titres de propriété de pièces de vigne et de rentes en vin blanc, en vin rouge et en argent, ayant appartenu à l'abbaye sur le territoire de Longueville, à Saint Marcel, à Saint-Just, à Saint-Pierre-d'Autils et aux environs (vers 1200-1330) ; – confirmation par Richard de Saint-Éloi, chevalier, fils de Simon, de deux parts des dîmes de son clos de Pressagny qui avaient été données à l'abbaye par ses ancêtres (1208) ; – donation à l'abbaye par Guillaume Havard, chevalier, de toutes les dîmes qu'il possédait à Longueville, dans la paroisse Saint-Marcel (1219) ; – jugement rendu aux assises de Vernon par Jean de la Ruele, « baillif madame la reyne Marguerite », pour trancher le différend soulevé entre l'abbaye de Saint-Taurin, d'une part, et les religieuses de l'Hôtel-Dieu de Vernon, d'autre part, au sujet de la jouissance d'une rente de 6 sous parisis et un chapon assignée sur une pièce de vigne située à Saint-Marcel-de-Longueville (1295) ; – legs d'une rente d'un tonneau de vin, assignée sur une vigne à Saint-Pierre-d'Autils, fait à l'abbaye par Foulques, curé de Hardencourt (1238) ; confirmé en 1239 par Raoul de Surcy, écuyer ; – donation à l'abbaye par Jeanne, veuve de Geoffroi Le Danois, habitant la paroisse du Pont-de-l'Arche, de tous les biens qu'elle possédait dans la paroisse de Saint-Pierre-d'Autils (1330). Fol. 253-262. – Donations et ventes à l'abbaye de terres et de rentes situées ou assignées à Grimonval, paroisse d'Écos, à Pacy, à Croisy et au Plessis-Hébert (vers 1200-1274) ; – renonciation au profit de l'abbaye par Renaud de Trie, chevalier, seigneur de Croisy, à ses prétentions au droit de patronage de l'église de Croisy (1229) ; – enquête par témoins sur les droits respectifs de l'abbaye de Saint-Taurin et de l'abbaye de la Croix-Saint-Leufroi aux dîmes de certaines terres de la paroisse de Croisy (1277). Fol. 263-289. – Sentence arbitrale prononcée par le chantre de Rouen et par le prieur du Mont-aux-Lépreux pour trancher le différend soulevé entre l'abbaye de Saint-Taurin, d'une part, Robert, clerc, de Louviers, et Thomas, son frère, d'autre part, au sujet du droit de présentation à l'église de Louviers (1208) ; – contrats de vente, passés entre particuliers, de terres et de rentes.situées ou assignées à Louviers, dans le fief de l'abbaye (XVIIIe siècle) ; – renonciation par Robert, clerc, de Louviers, entre les mains de Rotrou de Beaumont, évêque d'Évreux, à une rente de 10 sous qu'il percevait induement des religieux de Saint-Taurin, et remise de cette rente à Ranulphe, abbé de Saint-Taurin (s. d. 1159-1165). En présence de Guillaume, doyen d'Évreux, d'Hugues de Chambines, chantre, de Richard Commin, archidiacre, de Robert, prieur de Saint-Taurin, etc. ; – accord entre l'abbaye, d'une part, et Raoul II de Cierrey, évêque.d'Évreux, d'autre part, au sujet du droit de procuration que ce dernier prétendait exiger des religieux de Saint-Taurin, à cause de leur manoir de Louviers. L'évêque déclare renoncer à ses prétentions moyennant la constitution à son profit par l'abbaye d'une rente annuelle de quatre livres (1239) ; – reconnaissance par le bailli de l'archevêque de Rouen, des droits d'usage des religieux de Saint-Taurin dans la forêt de Louviers. Ces droits, dont une enquête par témoins avait démontré le bien-fondé étaient les suiyants : « c'est assavoir, de hébergier, de refaire lour moulin et lour écluses sanz amende, et un fou et hestre à ardoir, par un setier de fourment de rente chascun an à Noël » (1288) ; – ventes et donations à l'abbaye de terres et de rentes situées ou assignées à Louviers (XIIIe siècle). Fol. 290-292. – (En blanc.). Fol. 293-296. – Titres de propriété des biens possédés par l'abbaye à Caudebec (1206-1259). Fol. 297. – Donations à l'abbaye par Robert (IV), comte de Meulent, de terres et de droits d'usage dans sa forêt de Brotonne, etc. (1203. Cf. Petit cartulaire, H. 793, fol, 62). Fol. 298. – (En blanc.). Fol. 299-311. – Bail à fieffe passé par l'abbaye à Martin, fils de Gautier Asson, de Mantes, de tout ce que les religieux de Saint-Taurin possédaient à Ménerville et dans le fief de Campigny, moyennant le payement d'une somme de 160 livres tournois et une rente annuelle de 100 sous (1217). Procédures et transaction concernant les difficultés survenues entre l'abbaye et ledit Martin Asson au sujet de l'exécution du contrat précédent (1226-1281) ; – poursuites et saisies exercées à la requête de Jacques de la Noë, chevalier, garde des foires de Champagne et de Brie, à l'encontre de Martin Asson, fils de Raoul Asson seigneur de Ménerville, débiteur envers « Andreu Pierre, marcheant, de Siène, et ses compagnons », d'une somme de « sis vins et quinze livres tournois petis que il lour doit du cours de la foire de Lagny-sur-Marne l'an mil trois cens vint et nuef » (1331) ; – lettres d'amortissement accordées aux religieux de Saint-Taurin par Guy Mauvoisin, chevalier, seigneur de Rosny et de Vetheuil, pour une rente d'environ trois muids de sel, assignée sur le pontage de Mantes, dans le fief dudit Guy Mauvoisin, et acquise par l'abbaye (1335). Fol. 312-313. – Procès-verbal de consécration des autels de la chapelle abbatiale de Saint-Taurin, située « in fine ecclesie, in parte dextra, versus meridiem », de réconciliation de l'église Saint-Taurin et de consécration des cinq autels récemment placés dans la nef de l'église. Cette consécration fut faite par Guillaume Dupuis, évêque de Thessalonique, suppléant Ambroise Le Veneur, évêque d'Évreux, en présence de Jean Le Grand, abbé de Saint-Taurin, et de Jean Férey, abbé de la Noë (13 juin 1532). Fol. 314. – (En blanc.). Fol. 315. – Donation à l'abbaye par Etienne Lequeu, trésorier et chanoine en l'église Notre-Dame de Coutances, de tout ce qu'il possédait dans la paroisse d'Hécourt « en herbergement, en jardins, en vignes, en preis et en toutes autres choses, quelesque elles soient » (1330). Fol. 316-317. – (En blanc.). Fol. 318. – Vente à l'abbaye par Robert de Bailleul d'une pièce de vigne contenant trois arpents, sise à Breuilpont, pour le prix de 31 livres parisis (1336). Fol. 319-322. – Bulle de confirmation par le pape Innocent IV des biens et des possessions de l'abbaye (Latran. Le 10 des calendes d'avril, la onzième année du pontificat [1254]). Fol. 323-340. – Contrats de vente entre particuliers et d'acquisition par l'abbaye de terres et de rentes situées ou assignées à Périers en Cotentin et à Millières (XIIIe siècle) ; – remise à l'abbaye, par l'entremise de Richard II de Bohon, évêque de Coutances.de l'église Saint-Étienne de Millières que Richard de Millières et Guillaume, son frère, reconnaissaient avoir possédée injustement (1154) ; – réception par Guillaume 1er de Tournebu, évêque de Coutances, de Robert Le Neveu, prêtre, présenté à l'église de Vaudrimesnil par l'abbaye Saint-Taurin (1198) ; – renonciation au profit de l'abbaye par Gilbert Toupelin, curé de Millières, à tous ses droits sur un étang ou vivier situé entre la paroisse de Millières et celle de Périers (1240) ; – collation par Jean 1er d'Essey, évêque de Coutances, de la vicairie de Périers, vacante par.suite du décès d'Alain, prêtre, dernier titulaire, à la présentation de l'abbaye de Saint-Taurin, en faveur de Nicolas « Peille Villain », son chapelain (1274) ; – reconnaissance par Robert Busquet, bailli de Cotentin, du droit de patronage appartenant à l'abbaye sur l'église de Périers, droit qu'il avait contesté au nom du Roi après le décès de Pierre Quenestel, dernier curé (1315) ; – bail à fieffe passé par l'abbaye à Jaquette, fille de Richard Taurin, de la paroisse de Millières, d'un clos appelé le clos de la Sauvagerie, sis à Millières, moyennant une rente annuelle de deux boisseaux et demi de froment, un pain et une geline (.

H794 , Xe-1532 , Arnières ; Avrilly ; Bayeux ; Bérengeville-la-Rivière ; Bernay (ville) ; Bérou (le fief de) ; Bonneville (La) ; Brie (les Foires de et à) ; Brotonne (Forêt de), située près de Hauville ; Buisson-Hochin (Le), sis à Evreux, paroisse Saint-Aquilin ; Caën ; Campigny ; Canappeville ; Capelles-les-Grands ; Carentonne (fief de) ; Caudebec-les-Elbeuf ; Caugé ; Champ-Dominel (Le) ; Cissey ; Corneuil ; Croisy ; Croix-Saint-Leufroy (La), abbaye ; Elbeuf-sur-Seine ; Eu (ville d') ; Evreux (Abbayes) : Saint-Taurin ; Evreux (Abbayes) : Sauveur (abbaye) ; Evreux (Foire Saint-Nicolas) ; Evreux (Foire Saint-Taurin) ; Evreux (Forêt d'Evreux), a) Forêt ; Evreux (Grands Chantres d') ; Evreux (Hameau), La Rochette ; Evreux (Hameau), Le Valesme ; Evreux (Hameau), Vigne, dite « Le Sablon, sise paroisse Saint-Gilles, rue de la Rochette ; Evreux (Paroisses d') : Notre-Dame-de-la-Ronde ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Aquilin ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Germain ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Gilles ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Léger ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Thomas ; Evreux (Ponts et Moulins) : Le Moulin de la Porte-aux-Fèvres ; Evreux (Ponts et Moulins) : Le Moulin-Tanneret ; Evreux (Ponts et Moulins) : Le Pont-Harouard ; Evreux (Prieuré de Saint-Nicolas de la Maladrerie) ; Ferrières-Haut-Clocher ; Forêt-du-Parc (La) ; Garel ; Garennes ; Gauville ; Gisors ; Glisolles ; Grimonval, fief sis à Ecos ; Grossoeuvre ; Grossoeuvre (Chapelle du Château de) ; Hardencourt ; Harouard (Le Pont d') ; Haye-le-Comte (La) ; Hécourt ; Hondouville ; Lagny-sur-Marne ; Longueville ; Louviers ; Louviers (Paroisse Notre-Dame de) ; Louviers (Paroisse Saint-Jean) ; Mantes ; Marcilly-la-Campagne ; Melleville ; Ménerville ; Mesnilote (fief du) ; Millières (paroisse de), près Périers-en-Cotentin ; Mont-aux-Lépreux (Prieuré du) ; Morsent ; Morsent (paroisse N.-D. Par. St-Jean de), réunies en 1276 ; Mortagne-en-Perche (Abbaye de la trappe à) ; Neubourg (Le) ; Nonancourt ; Normandie (La) ; Ommey (hameau d'), sis à Capelles-les-Grands ; Pacy (le Moulin à foulon de) ; Pacy (paroisse Saint-Antonin de) ; Pacy-sur-Eure ; Parville ; Périers-en-Cotentin (Baronnie de) ; Pérouse ; Plessis-Hébert (Le) ; Pont-de-l'Arche, ville ; Pont-Perrin (le), sis à Evreux ; Portes ; Pressagny-l'Orgueilleux ; Quessigny ; Rochette (La), triège à Evreux ; Rosny ; Rouen (ville) ; Sacquenville ; Saint-André ; Saint-Aubin-de-Vernet ; Saint-Aubin-sur-Gaillon ; Saint-Etienne-de-Remeville (Commanderie de) ; Saint-Jean-de-Morsent ; Saint-Just-près-Vernon ; Saint-Laud (paroisse de) Bérengeville-la-Rivière ; Saint-Laurent-des-Bois ; Saint-Marcel-de-Longueville, près Vernon ; Saint-Pierre-d'Autils (Prieuré de) ; Sassey ; Sauvagerie (Clos dit la), sis à Millières ; Sôgne (La) ; Thomer ; Tilleul-Othon ; Vaudrimesnil-en-Cotentin ; Vernon (Ville de) ; Vétheuil ; Villez (le fief de) ; Vincennes  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Saint-Taurin (Ordre de Saint-Benoît)
Fin des résultats