Toutes les ressources Elbeuf 28 résultats (7ms)

Marché passé avec la fabrique par Jean-Baptiste Brocard et Antoine De la Paix, fondeurs de cloches, demeurant à Breval en Lorraine, pour la refonte des deux cloches de l'église, au prix de 130 livre. (1727) ; – marché pour la fourniture de deux portes de fer, passé à Louis Jourdain, maître serrurier, demeurant à Elbeuf, « au prix de trente-cinq livres le cent » (1733) ; – compte de Michel Petit, vicaire de Villettes, et trésorier de la fabrique en 1733 : « à Jourdain le fils, maître serrurier à Elbeuf, pour les portes de fer, ferrures, verroux, etc., suivant son marché fait le 22 février 1733... 255 livres ».

G1488 , 1702-1748 , Elbeuf ; Villettes  
Contexte :
Églises paroissiales > Villettes

Marché passé avec la fabrique par Jean-Baptiste Brocard et Antoine De la Paix, fondeurs de cloches, demeurant à Breval en Lorraine, pour la refonte des deux cloches de l'église, au prix de 130 livre. (1727) ; – marché pour la fourniture de deux portes de fer, passé à Louis Jourdain, maître serrurier, demeurant à Elbeuf, « au prix de trente-cinq livres le cent » (1733) ; – compte de Michel Petit, vicaire de Villettes, et trésorier de la fabrique en 1733 : « à Jourdain le fils, maître serrurier à Elbeuf, pour les portes de fer, ferrures, verroux, etc., suivant son marché fait le 22 février 1733... 255 livres ».

G1488 , 1702-1748 , Elbeuf ; Villettes  
Contexte :
Églises paroissiales > Villettes

Confrérie de charité.

G1602 , 1701-1753 , Crasville ; Elbeuf ; Grands-Camps (Les), triège à Surville ; Pont-de-l'Arche (Ville) ; Surville  

Cession à la Charité par Jean Bourdon, lieutenant en l'Élection de Pont-de-l'Arche et procureur fiscal du duché d'Elbeuf, d'une pièce de terre d'une demi-acre, située à Surville, triège des Grands-Camps (1701) ; – contrat de constitution par Pierre Huet, charron, au profit de la Charité, d'une rente de 7 livres 16 sous 8 deniers, au capital de 143 livres.

Contexte :
Confréries > Crasville

« Plan du noble fief et seigneurie de Mandeville appartenant à messieurs les hauts doyen, chanoines, chapitre de l'église métropolitaine Notre-Dame de Rouen, primatialle de Normandie, seigneurs en partie de Fouqueville, Mandeville, La Harengère, Cretot et autres lieux ». – Ce plan, qui mesure lm98 de longueur sur lm03 de hauteur, « comprend en général tous les héritages de la paroisse de Mandeville, les parties en blanc, non divisées, où les articles ne sont point portés, relevant tant du duché d'Elbeuf, du marquisat du Bec-Thomas que du fief de La Harengère ; cette carte comprend aussi l'extension qui est sur la paroisse de La Harengère, partagée par une ligne rose ».

G4 , XVIIIe siècle , Bec-Thomas (Le) ; Crestot ; Elbeuf ; Fouqueville ; Harengère (La) ; Mandeville  
Contexte :
Chapitre métropolitain de Rouen > Fief de Mandeville

« Plan du noble fief et seigneurie de Mandeville appartenant à messieurs les hauts doyen, chanoines, chapitre de l'église métropolitaine Notre-Dame de Rouen, primatialle de Normandie, seigneurs en partie de Fouqueville, Mandeville, La Harengère, Cretot et autres lieux ». – Ce plan, qui mesure lm98 de longueur sur lm03 de hauteur, « comprend en général tous les héritages de la paroisse de Mandeville, les parties en blanc, non divisées, où les articles ne sont point portés, relevant tant du duché d'Elbeuf, du marquisat du Bec-Thomas que du fief de La Harengère ; cette carte comprend aussi l'extension qui est sur la paroisse de La Harengère, partagée par une ligne rose ».

G4 , XVIIIe siècle , Bec-Thomas (Le) ; Crestot ; Elbeuf ; Fouqueville ; Harengère (La) ; Mandeville  
Contexte :
Chapitre métropolitain de Rouen > Fief de Mandeville

Confrérie de charité.

G1602 , 1701-1753 , Crasville ; Elbeuf ; Grands-Camps (Les), triège à Surville ; Pont-de-l'Arche (Ville) ; Surville  

Cession à la Charité par Jean Bourdon, lieutenant en l'Élection de Pont-de-l'Arche et procureur fiscal du duché d'Elbeuf, d'une pièce de terre d'une demi-acre, située à Surville, triège des Grands-Camps (1701) ; – contrat de constitution par Pierre Huet, charron, au profit de la Charité, d'une rente de 7 livres 16 sous 8 deniers, au capital de 143 livres.

Contexte :
Confréries > Crasville

Ventes par François Prévost à Jean Lefèvre, docteur en droit canon, ancien chanoine de La Saussaye et curé d'Hectomare, de trois vergées de terre situées à Hectomare, pour le prix de 200 livres (1670), – par Nicolas Boutel à Nicolas Le Febvre, curé de Saint-Sauveur de Rouen, de deux acres une vergée de terre bourable en cinq pièces situées sur les paroisses d'Hectomare et d'Iville, pour le prix de 540 livres (1676), – par Jacques Pollet, marchand d'Elbeuf, à Nicolas Pollet, curé d'Hectomare, son frère, de 10 perches de terre labourable sises à Iville et au Troncq, pour le prix de 450 livres (1716).

G766 , 1670-1716 , Elbeuf ; Hectomare ; Iville-près-le-Neubourg ; Rouen (Saint-Sauveur) ; Saussaye (Le)  
Contexte :
Églises paroissiales > Hectomare

Ventes par François Prévost à Jean Lefèvre, docteur en droit canon, ancien chanoine de La Saussaye et curé d'Hectomare, de trois vergées de terre situées à Hectomare, pour le prix de 200 livres (1670), – par Nicolas Boutel à Nicolas Le Febvre, curé de Saint-Sauveur de Rouen, de deux acres une vergée de terre bourable en cinq pièces situées sur les paroisses d'Hectomare et d'Iville, pour le prix de 540 livres (1676), – par Jacques Pollet, marchand d'Elbeuf, à Nicolas Pollet, curé d'Hectomare, son frère, de 10 perches de terre labourable sises à Iville et au Troncq, pour le prix de 450 livres (1716).

G766 , 1670-1716 , Elbeuf ; Hectomare ; Iville-près-le-Neubourg ; Rouen (Saint-Sauveur) ; Saussaye (Le)  
Contexte :
Églises paroissiales > Hectomare

Copies collationnées des titres établissant le droit pour les habitants de la Haye-du-Theil de planter des arbres à fruits sur la place ou « frô » située devant l'église, conformément à la concession qui leur avait été faite en 1518 par Philippe de Gueldres, reine de Jérusalem et de Sicile, duchesse de Lorraine et d'Elbeuf ; – contrat passé entre les habitants et Germain Baillehache, choisi pour remplir les fonctions de clerc et de maître d'école de la paroisse : « au regard de la condition de maistre d'école, ledit sieur Baillehache promet et s'oblige d'estre sédentaire à la maison, sauf cause légitime, pour vaquera l'instruction de la jeunesse, recevra indifférament tous les enfants de la paroisse, soit riches soit pauvres, et les instruira également et de son mieux soit à lire, à écrire et leur apprendra la rithmétique, du moins à ceux qui seront capables de l'apprendre, leur apprendra à prier Dieu, à servir et répondre la messe et leur apprendra leur cathéchisme soit à l'église, soit à l'école, et ne leur enseignera que des sciences qui regardent leur salut et l'édification de leur prochain ; il donnera un jour de congé à ses écoliers toutes les semaines où il n'y aura point de fêtes, à son choix, afin qu'il puisse ce jour là vaquer à ses propres afaires, châtira soit à l'école soit à l'église, sans craindre le reproche des parents, tous les enfants qui ne feront pas leur devoir ou qui ne seront pas sages à l'église ; ce sont là les conditions requises à un maistre d'école et que ledit sieur Baillehache a promis de remplir » (1727) ; – procès-verbal d'examen et de réception de Valentin de La Tousche en qualité de clerc et de maître d'école de la paroisse (1729).

G742 , 1516-1756 , Elbeuf ; Frô (Le), Place commerciale de La Haye-du-Theil ; Haye-du-Theil (La) ; Jérusalem ; Lorraine ; Sicile (La)  
Contexte :
Églises paroissiales > Haye-du-Theil (La)

Copies collationnées des titres établissant le droit pour les habitants de la Haye-du-Theil de planter des arbres à fruits sur la place ou « frô » située devant l'église, conformément à la concession qui leur avait été faite en 1518 par Philippe de Gueldres, reine de Jérusalem et de Sicile, duchesse de Lorraine et d'Elbeuf ; – contrat passé entre les habitants et Germain Baillehache, choisi pour remplir les fonctions de clerc et de maître d'école de la paroisse : « au regard de la condition de maistre d'école, ledit sieur Baillehache promet et s'oblige d'estre sédentaire à la maison, sauf cause légitime, pour vaquera l'instruction de la jeunesse, recevra indifférament tous les enfants de la paroisse, soit riches soit pauvres, et les instruira également et de son mieux soit à lire, à écrire et leur apprendra la rithmétique, du moins à ceux qui seront capables de l'apprendre, leur apprendra à prier Dieu, à servir et répondre la messe et leur apprendra leur cathéchisme soit à l'église, soit à l'école, et ne leur enseignera que des sciences qui regardent leur salut et l'édification de leur prochain ; il donnera un jour de congé à ses écoliers toutes les semaines où il n'y aura point de fêtes, à son choix, afin qu'il puisse ce jour là vaquer à ses propres afaires, châtira soit à l'école soit à l'église, sans craindre le reproche des parents, tous les enfants qui ne feront pas leur devoir ou qui ne seront pas sages à l'église ; ce sont là les conditions requises à un maistre d'école et que ledit sieur Baillehache a promis de remplir » (1727) ; – procès-verbal d'examen et de réception de Valentin de La Tousche en qualité de clerc et de maître d'école de la paroisse (1729).

G742 , 1516-1756 , Elbeuf ; Frô (Le), Place commerciale de La Haye-du-Theil ; Haye-du-Theil (La) ; Jérusalem ; Lorraine ; Sicile (La)  
Contexte :
Églises paroissiales > Haye-du-Theil (La)

Paroisses de Saint-Étienne et de Saint-Jean d'Elbeuf.

G258 , 1506-1758 , Elbeuf ; Elbeuf (Paroisses) ; Rouen (Parlement de)  

Reconnaissance par Robert Lefèvre, dit Vicomte, de la paroisse Saint-Étienne d'Elbeuf, envers le chapitre de La Saussaye, d'une rente annuelle de 5 sous tournois assignée sur une masure et maison situées dans la rue Meleuze à Elbeuf (1er juillet 1599) ; – arrêt du parlement de Rouen ordonnant l'exécution des arrêts du 13 mars 1660 et du 16 septembre 1661 qui autorisaient le chapitre de La Saussaye à recouvrer sur Simon « Pastallier », fermier des moulins d'Elbeuf, les arrérages d'une rente de 336 livres 5 sols léguée au chapitre par Guillaume d'Harcourt, duc d'Elbeuf, en 1317 (5 mars 1662) ; – ordre de Charles de Lorraine, duc d'Elbeuf, à « Patellier », fermier de ses moulins d'Elbeuf et à ses successeurs, de payer aux chanoines de La Saussaye la somme de 1,089 livres 10 sols pour arrérages échus des 336 livres 5 sols de rente à eux léguées par ses prédécesseurs et de servir régulièrement cette rente chaque année (3 janvier 1664).

Contexte :
Chapitre collégial de la Saussaye