Gravigny.

H757 , 1339-1347 , Evreux (Abbayes) : Saint-Taurin ; Gravigny  

Vente à l'abbaye par Jean Langlois d'une rente de 20 sous tournois assignée sur un héritage sis à Gravigny, aboutant au chemin de Normanville, pour le prix de 8 livres tournois (1332) ; — abandon à l'abbaye par Guillaume Langlois de l'héritage désigné dans le contrat de vente ci-dessus (1347).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Saint-Taurin (Ordre de Saint-Benoît)

Gravigny.

H1116 , 1682 , Bourbon-lès-Gaillon (Chartreuse de), N.-D. de Bonne-Espérance, sise à Gaillon ; Gravigny  

Opposition introduite par les prieur et religieux de la Chartreuse, seigneurs patrons et gros décimateurs de la paroisse de Gravigny, agissant en leur qualité de créanciers de rentes seigneuriales assignées sur deux pièces de terre sises dans cette paroisse, au décret des héritages ayant appartenu à Simon Bosguerard, ancien élu en l'Élection d'Évreux.

Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon

Bail à ferme de la dîme de la paroisse de Caër, pour le prix annuel de 550 livres (1649) ; –« aveu du trésor de l'église Saint-Leuffroy de Caër à hault et puissant seigneur messire Conrard Alexandre Rochart, marquis de Champigny, colonel d'infanterie, capitaine au régiment des gardes françaises, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, seigneur du marquisat de Normanville, patron et haut-justicier dudit lieu et du Mesnil-Fuguet, seigneur patron de Caër, Gravigny et Tourneville, seigneur du Ménil-Morin et autres lieux, de tous les héritages que ledit trésor tient dudit seigneur en sadite seigneurie et paroisse de Caër » (1781) ; – inventaire informe des titres de la fabrique.

G469 , 1649-1791 , Gravigny ; Mesnil-Fuguet (Le) ; Mesnil-Morin (Le) ; Normanville ; Tourneville  
Contexte :
Églises paroissiales > Caër

Aveux rendus par Pierre Savetier à la Chartreuse de Bourbon-lez-Gailfon. Subtituée aux droits de l'abbaye de la Sainte-Trinité-du-Mont de Rouen, pour une maison, des terres et des bois relevant de la seigneurie de Gravigny (1711), – par la fabrique de Gravigny à Conrard-Alexandre Bochart, marquis de Champigny, seigneur de Normanville, du Mesnil-Fuguet, de Caër, de Gravigny, de Tourneville et du Mesnil-Morin, pour des terres relevant de la seigneurie de Gravigny, achetée par ce dernier des Chartreux de Gaillon (1780) ; – contrat de constitution de rentes sur le clergé de France au profit de la fabrique ; – déclaration des revenus et des charges de la fabrique en 1788.

G711 , 1659-1792 , Gaillon (Chartreuse de Bourbon-les-Gaillon) ; Gravigny ; Mesnil-Fuguet (Le) ; Mesnil-Morin (Le) ; Normanville ; Rouen (Abbayes, monastères : Sainte-Trinité-de-Mont) ; Tourneville  
Contexte :
Églises paroissiales > Gravigny

Titres d'une rente de 32 livres 10 sous constituée en 1724 sur les tailles de l'élection d'Évreux au profit de l'abbaye de la Croix-Saint-Leufroi unie en 1741 au petit séminaire d'Évreux ; – baux à ferme des dîmes appartenant au petit séminaire dans les paroisses de Saint-Vigor, de Venables, de la Haye-le-Comte, de Canappeville, de Reuilly et d'Authouillet ; – mémoires et notes sur les charges imposées au petit séminaire par une fondation de 1688 : « Par contrat du 13 août 1688, il fut donné au séminaire d'Évreux la somme de 1,500 livres à condition de nourrir et loger gratuitement, tant que le séminaire subsistera, les jeunes gens qui demanderont à entrer audit séminaire pour s'y préparer aux ordres et que seront des treize paroisses de Barquet, etc.. On demande si le séminaire peut se décharger de cette obligation en mettant les 1,500 livres sur le clergé pour raporter 60 livres de rente, ou autrement... (1776) ; –« compte que rend à MM. Les administrateurs composant le Directoire du...Pierre Hezon, trésorier receveur du district d'Évreux, de la régie et recette qu'il a eu des biens, fruits et revenus, pensions, dettes mobiliaires du petit séminaire d'Évreux par délibération de l'assemblée du conseil général du département de l'Eure, du 15 décembre 1790 » (1791) ; –« état des pauvres étudians ecclésiastiques et des sœurs employées aux écoles chrétiennes et gratuites du diocèse d'Évreux auxquels Mgr l'évêque d'Évreux, M. l'archidiacre d'Ouche et MM. Les doyens ruraux dudit archidiaconé ont arrêté d'accorder les pensions fondées par messire Claude-François Duval de Gravigny, archidiacre d'Ouche, chanoine de l'église d'Évreux, conseiller clerc de grand'chambre au parlement de Rouen (1790). (Don Duwarnet, 1885.).

G1820 , 1724-1791 , Croix-Saint-Leufroy (Abbaye) ; Evreux (ville d') ; Evreux, Petit Séminaire saint Leufroy ; Gravigny ; Ouche (Le Pays d') ; Rouen (Parlement de)  
Contexte :
Petit séminaire d'Évreux

Déclarations des biens et des revenus de la fabrique, fournies au greffe des domaines des gens de mainmorte (1690-1723) ; – déclaration fournie par la fabrique à Jean-François Robert Du Busc-Richard, chevalier, seigneur de Huest, Gravigny, Le Nuisement, Quèvremont, Chambines, etc., comme ayant épousé Françoise-Catherine Martel de Chambines, héritière de feu Charles-Adrien Duval, chevalier, seigneur de Huest, etc., pour le terrain de l'église et du cimetière et pour les terres de la fabrique relevant de la seigneurie de Huest (1764) ; – baux à ferme des terres de la fabrique (1714-1763) ; –échange de terres entre François Arnois, écuyer seigneur de Hautot et du Nuisement, et François Rogerie, prêtre, curé de Huest (1701).

G1856 , 1690-1764 , Chambines ; Gravigny ; Huest ; Nuisement (Le) ; Quévremont  
Contexte :
Églises paroissiales > Huest

Donation à l'Hôtel-Dieu par Chrétien Recucon, de Gravigny, d'une pièce de terre sise à Gravigny, au Châtelier (apud Le Chateleir – 1248) ; – bail à fieffe passé par Thomas Boullenc, prêtre, prieur et administrateur de l'Hôtel-Dieu d'Évreux, à Perrin Pilorget, d'une pièce de terre située paroisse Saint-Gilles, « d'un costé le chemin qui est joingnant des murs de Saint-Taurin, d'autre la sente de l'Eschelette, d'un bout les religieux de Saint-Taurin dudict Évreux », moyennant une rente annuelle de 7 sous 6 deniers tournois » (1477) ; – accord passé devant le lieutenant du bailli d'Évreux entre Jean Bridou, prêtre, prieur de Saint-Jacques de l'Hôpital et Hôtel-Dieu d'Évreux, d'une part, et Simon Régnard, cordonnier, bourgeois dudit Évreux, concierge et garde bérédital pour le Roi des grandes halles de la ville dudit Évreux, d'autre part, pour régler les dépens du procès jugé entre eux au sujet « d'une viz de boys que ledit Régnard avoit commencé à faire construire et édiffier sur le fons de ladite conciergerie joignant ung mur de pierre sur lequel estoit assise l'une des maisons dudit prieuré » (1544).

H1696 , 1248-1552 , Chatelier (triège du), sis à Gravigny ; Evreux (Abbayes) : Saint-Taurin ; Evreux (Hôtel-Dieu, et le « Bureau des pauvres ») ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Gilles ; Evreux (Prieuré de Saint-Jacques de l'Hôpital) ; Evreux (Rues) : La sente de l'Echelette ; Evreux (Ville) ; Gravigny  
Contexte :
Hospices et maladreries > Hôtel-Dieu et bureau des pauvres d'Évreux

Enquête par témoins faite, sur l'ordre du pape Célestin III, par Sanson, abbé de Saint-Ouen de Rouen, Gautier de Saint-Valéry, archidiacre, et Roger Le Normand, chanoine de Rouen, au sujet du tiers des dîmes de la Queue-Blanchard, objet d'un différend soulevé entre Gautier du Port, d'une part, et Cécile, abbesse de Saint-Sauveur d'Évreux, d'autre part (s. d. 1187-1190) ; – compromis passé entre Nicolas d'Auteuil, évêque d'Évreux, d'une part, et les religieuses de l'abbaye de Saint-Sauveur, d'autre part, au sujet de la jouissance des dîmes novales des essarts de la Queue-Blanchard. Les parties déclarent s'en remettre à la décision de Guillaume Pierre, chanoine d'Évreux, et de Martin de Vannecrocq, doyen de Bourg-theroulde, arbitres choisis par elles d'un commun accord (1290) ; – extraits de titres, mémoires, notes et quittances concernant les droits de l'abbaye de Saint-Sauveur à la jouissance des dimes des ventes de bois de la forêt d'Évreux et de ses dépendances (XVIe-XVIIIe siècles) : « il appert par les Chartres, tiltres, privilèges et enseignements portez par les religieuse abbesse et couvent de Sainct-Sauveur d'Évreux qu'elles ont droict d'avoir et prendre les dixmes des ventes des boys de la verderie de Gravigny, comme des circonstances et deppendences de la forest d'Évreux... Item, que audit temps (ancien) la forest à présent dicte la forest d'Évreux, mesmes la Hayes Le Conte et Richer et aussy les boys de la verderie de Gravigny, autrement nommez la forest de Gravigny, avec les circonstances et deppendences desdits boys et foretz n'estoient que une mesme et seulle forest gardée par ung seul verdier ; item, que d'icelle totalle forest a esté du depuis démembré ledit triège à présent dit et nommé la forest de Gravigny... Etc. ».

H1344 , XIIe-1768 , Evreux (Abbayes) : Sauveur (abbaye) ; Evreux (Chapitre d') ; Gravigny ; Haye-le-Comte (La) ; Queue-Blanchard (fief de la)  
Contexte :
Ordres religieux de femmes > Abbaye de Saint-Sauveur d'Évreux (Ordre de Saint-Benoît)

1725-1729

1 B 375 , 1725-1729 , Bernay — Lion d'or, auberge ; Evreux — Bailliage ; Gravigny ; Verneuil — Directeur des Aides  

En particulier : violences à l'auberge du Lion d'Or à Bernay par François Pantou, procureur en cette élection contre un archer de la maréchaussée de Normandie en la généralité d'Alençon (1725-1726) - infanticide par Marie Moutin à Gravigny (1726) - affaires de la succession de Jacques-Martin Bardel de Saint-Gérard, directeur des Aides de Verneuil (1728) - accusation lancée contre François Du Rosel, seigneur de Beaumanoir pour faux-monnayage (1728-1729).

Contexte :
Juridictions royales ordinaires > 1 B-Bailliage et siège présidial, vicomté et prévôté d'Évreux > Bailliage, causes criminelles > Procédures > Procédures criminelles diverses

De 1181-1192 à 1436. – Cartulaire du chapitre épiscopal d'Évreux, contenant la transcription des titres de fondation et de donation relatifs aux chapelles de l'église cathédrale. Ce registre paraît avoir été rédigé vers le milieu du XVe siècle. L'écriture, assez irrégulière, présente de nombreuses analogies avec celle des cartulaires du chapitre cotés G. 124 et G. 125. Quatre feuillets ont été coupés à une époque ancienne après le feuillet 140. Une autre lacune existe après le feuillet 71. Fol. 2, v° : « La teneur des chartes de la chapelle des Anges. » – Fondation par Robert Le Biscault de Heu-debouville, doyen d'Évreux, d'une chapelle dans l'église cathédrale, près de la chapelle de la Vierge. Le fondateur affecte à la dotation de cette chapelle plusieurs rentes assises sur des biens situés dans la paroisse de Saint-Just-de-Longueville, près Vernon, et dans la paroisse de la Ronde, à Évreux (1348) ; – fol. 5, v° : lettres d'amortissement accordées par Charles V, roi de France, de 25 livres tournois de rente données à la chapelle des Anges par Geoffroi Le Bicault et Jeanne La Brune, sa femme (Vincennes, janvier 1378, n. s.) ; – vente par Guillaume de La Harelle à Geoffroi Le Bicault, d'une rente de 3 barils de vin blanc fourmentel, à la mesure de Vernon, pour le prix de 6 livres parisis (1335) ; – fol. 28, r° : bail à ferme passé par Pierre Le Dieu, prêtre, chapelain de la chapelle des Anges et des Vierges, à Raoul Maufillastre et à Jeanne, sa femme, de son manoir de Saint-Just et des rentes et revenus dépendant de ladite chapelle dans les paroisses de Saint-Just, de Saint-Pierre et de Saint-Marcel de Longueville, pour le prix de 28 écus d'or, au coin du roi Jean, et deux queues dé vin, « l'une blanche de fourmentel, et l'autre vermeille de Véret (1366) ; » – fol. 38, v° : vente par Jean de Crèvecoeur, écuyer, de la paroisse de Héricourt, à Robert Le Bicault, grand doyen d'Évreux, d'une rente annuelle de trois chapons assise sur une masure à Saint-Just de Longueville (1353). Fol. 62, r° : Titres concernant la chapelle de Saint-Antoine ; – fol. 64, v° : inventaire des « lettres et écritures appartenant à la chapelle monseigneur Saint-Antoine ; » – fol. 64, v° : Jean Le Sage, maître ès-arts, chapelain de la chapelle de Saint-Antoine (1426). Fol. 68, r° : « S'ensuit la teneur des chartes de la chapelle monseigneur Saint-Fiacre ; » – fondation et dotation par Guillaume Asselin et Mahaut, sa femme, de la paroisse Saint-Pierre d'Évreux, d'une chapelle dans l'église cathédrale d'Évreux, « appelée Saint-Fiacre, située à l'opposite de l'autel où l'on chante la messe du pardon (1358) ; » – fol. 70, r° : confirmation par le chapitre d'Évreux du règlement et des statuts de la chapelle de Saint-Fiacre, arrêtés par les fondateurs, Guillaume Asselin et sa femme. Fol. 105, r° : « Les chartes de fondation de la chapelle monseigneur Saint-Martin et Saint-Denis ; » – fondation par Robert de Fresnes (de Fraxinis), chanoine et archidiacre d'Évreux, d'une chapelle dans la partie droite du chevet de l'église cathédrale, in quadam capella erecta, non perfecta vel consummata, et donation au chapitre d'une rente annuelle de 12 livres tournois pour l'entretien d'un chapelain (1308) ; – vente par Richard Le Bigre, autrement Pignolet, de la paroisse Sainte-Geneviève de Vernon, à monseigneur Guillaume d'Ivry, chapelain perpétuel en l'église N. -D. D'Évreux, d'une rente annuelle de deux sous parisis assise sur une masure à Saint-Just de Longueville, pour le prix de 17 sous parisis (1330). Fol. 114, r° : « La chapelle de la messe aux Paresseux que fonda messire Jean Le Parmentier, à l'autel Nostre-Dame du Pilier en l'église d'Évreux, en la révérence de Dieu et de monseigneur saint Jean-Baptiste et madame Sainte-Catherine ; » – fol. 140, r° : mandement du lieutenant général du vicomte d'Évreux, ordonnant aux sergents de la vicomte d'aider le chapitre d'Évreux à entrer en possession et saisine des biens qui lui avaient été donnés par Jean Le Parmentier, en son vivant chanoine d'Évreux, pour la fondation d'une chapelle perpétuelle de Saint-Jean-Baptiste (4 juin 1416). Fol. 141 et 146, ros : Confirmation de la fondation de la chapelle d'Aubevoye par Guillaume de Tournebu, chevalier (1227) ; – fol. 142, v° : cession par Haysie La Renarde à Oger, prêtre de Saint-Georges d'Aubevoye, à Pierre de Brosville et à Hugues L'Écolier, prêtre, d'une masure située dans la paroisse de Saint-Georges d'Aubevoye, pour le prix de 13 livres tournois (1253) ; – fol. 145, r° : mandement du bailli au vicomte d'Évreux, lui ordonnant de faire payer à Guillaume Le Maçon, sous-chantre, et à Bertrand du Bois, chapelain de l'église d'Évreux, une somme de 18 livres parisis qui leur était due chaque année « à cause de la dîme du moulin foullerez d'Évreux (1340) ; » – fol. 147, v° : vidimus par Guillaume de Thionville, garde de la prévôté de Paris, de la donation faite à l'église cathédrale d'Évreux par Amauri III, comte d'Évreux, de tous ses droits sur l'église de Saint-Georges d'Aubevoye et de la dîme des moulins foulerets d'Évreux, à l'exception de 4 livres d'Angevins appartenant à la prébende de maître Guillaume Crépin. Jean Ier, évêque d'Évreux, Rotrou doyen, et Guérin, chantre du chapitre, sont témoins de cette donation (1181-1192) ; – fol. 149, r° : sentence arbitrale prononcée par l'official d'Évreux dans le différend pendant entre Nicolas, abbé ? Et le couvent de La Croix-Saint-Leufroy, d'une part, et Jean Guérin et Laurent Yves, d'autre part, au sujet de la perception des dîmes de la paroisse d'Aubevoye (1411). Fol. 152, r° : « Les lettres faisans mention de la fondation, rentes, revenus et droits appartenant à la chapelle Saint-Antoine ; » – fol. 154, r° : vente par Guillaume du Coudray, écuyer, seigneur de Melleville, et Alice, sa femme, à maître Richard Le Prévost, chanoine d'Évreux, du moulin de Crespel situé dans la paroisse de Gravigny, pour le prix de 160 livres tournois (1330) ; – fol. 161, r° : donation par Pierre du Coudray, écuyer, seigneur du Coudray, et Isabelle, sa femme, à la chapelle de Saint-Antoine, fondée par Richard Le Prévôt, chanoine d'Évreux, d'une pièce de vigne située dans la bourgeoisie d'Évreux, paroisse Saint-Léger (1338-1339, n. s) ; – fol. 162, r° : lettres d'amortissement accordées par Philippe, roi de Navarre, comte d'Évreux, à Richard Le Prévôt, chanoine d'Évreux, pour les biens de la chapelle de Saint-Antoine (1338) ; – fol. 163, r° : fondation et dotation par Richard Le Prévôt, chanoine d'Évreux, en mémoire de ses bienfaiteurs et notamment de la mère du cardinal Michel du Rec, d'une chapelle sous l'invocation spéciale de saint Antoine dans l'église cathédrale d'Évreux (3 avril 1349, n. s.). Fol. 191, r° : « S'ensuit la teneur des chartes, lettres et autres enseignements touchans et appartenans à la dotation et fondation de la chapelle madame sainte Anne ; » – autorisation accordée par Jean, fils de Philippe de Valois, comte d'Anjou et du Maine, à Geoffroi III de Faé, évêque d'Évreux, d'acquérir 20 livres tournois de rente pour la dotation d'une chapelle que l'évêque avait l'intention de fonder dans l'église cathédrale d'Évreux (Poissy, février 1338, n. s.) ; – fol. 195, v° : « c'est le nombre des terres assises en la paroisse Saint-Ouen-d'Attez, qui appartiennent à une des portions de la chapelle Sainte-Anne fondée en l'église Notre-Dame d'Évreux, » formant une contenance totale de trente-neuf journaux. Fol. 196, v° : Fondation et dotation par Robert de Bru-court, évêque d'Évreux, d'une chapelle en l'honneur de Saint-Jacques le Majeur et de Sainte-Anne, dans l'église cathédrale d'Évreux « in dextro capitis seu cori ecclesie, prope capellam beate Marie » (datée du manoir épiscopal de Condé, 4 décembre 1348). Fol. 216, r° : « La fondation de la chapelle de Coignefesse et des Roiteux, » ou des Martyrs ; – fol. 217, v° : vente par Guillaume des Minières, chevalier, à Jean de Saint-Martin, doyen de Tours, d'une rente annuelle de 60 livres tournois assise sur des terres à Coignefesse et à Bichereville, pour le prix de cinq cent cinquante livres tournois (1241) ; – fol. 218, v° : lettres d'amortissement, concédées par Louis IX, roi de France, des biens vendus par Guillaume des Minières à Jean de Saint-Martin, doyen de Tours (datées de l'abbaye de Maubuisson, mars 1142, n. s.) Fol. 220, v° : Confirmation par le chapitre cathédral d'Évreux de la fondation de la chapelle des Anges par maître Robert Le Ricault, de Heudebouville, doyen de l'église d'Évreux (1348). Fol. 223, r : « La fondation de la chapelle Saint-Jean-Baptiste et Sainte-Catherine ; » – fondation et dotation, avec l'approbation du chapitre, par Pierre La Belle et Guillaume Biglan, chanoines d'Évreux, d'une chapelle en l'honneur de Saint-Jean-Baptiste et de Sainte-Catherine dans l'église cathédrale d'Évreux, à gauche du chevet, près de la chapelle des Anges (15 juin 1397) ; – fol. 230, r° : confirmation par Pierre La Belle, « neveu et héritier de deffunt Pierre La Belle, chanoine d'Évreux » et curé de l'église de Saint-Léger d'Évreux, des donations faites par ce dernier à la chapelle de Saint-Jean et de Sainte-Marguerite (1400). Fol. 247, r° : Titres des chapelles de la Porillière ; –« les chapelles de la Pourillières, fondées par Nicolas de Nonancourt, cardinal. Il est enterré dans le chœur, sous une tombe de cuivre, au-dessous de Moïse ; autrefois il estait au-dessus dudit Moïse, mais on a augmenté nostre chœur autant qu'en emporte la chaise de monsieur l'évesque, où estait autrefois la porte du chœur ; la chaise épiscopale estoit auparavant au pilier proche les grilles de fer » (note de 1686) ; – nomination par Nicolas de Bienfaite (de Benefacta), chanoine d'Évreux, et exécuteur testamentaire du cardinal Nicolas de Nonancourt, de Gérard de Condé, prêtre, et de Richard du Mont, clerc, en qualité de chapelains des deux chapelles fondées par le cardinal de Nonancourt et dotées par lui d'une rente de 32 livres tournois assignée sur des biens dépendant du manoir de la Pourelière, paroisse de Francheville, acquis de Mathieu des Essarts, évêque d'Évreux, de Jean et de Pierre des Essarts, chevaliers, de François des Essarts, écuyer, et de Gillebert des Essarts, clerc, seigneur du Chesne (1er mars 1309, n. s.). Fol. 271, r° : Titres concernant la chapelle de Saint-Eustache ; – fondation et dotation par maître Guillaume Ruault, chanoine de Rennes et recteur de l'église Notre-Dame d'Iville au diocèse d'Évreux, d'une chapelle dans l'église cathédrale, à l'entrée de la nef, du côté gauche, en l'honneur de saint Eustache et de ses compagnons martyrs (1340) ; – fol. 276 : approbation et confirmation par Robert II de Brucourt, évêque d'Évreux, de la fondation de la chapelle de Saint-Eustache (datée du manoir épiscopal de Brosville, le 28 décembre 1340) ; – donation par Guillaume Ruault à la chapelle de Saint-Eustache, qu'il avait précédemment fondée, d'un manoir situé dans la paroisse Saint-Nicolas d'Évreux, entre la rue et les murs de la ville, et attenant à la maison du prieur de Saint-Nicolas de la Maladrerie d'Évreux, à la charge de 21 sous tournois et 9 sous parisis de rente dus à l'abbaye de Saint-Sauveur, au seigneur du fief d'Argences, à l'église Saint-Pierre d'Évreux, à l'Hôtel-Dieu d'Évreux et au chapitre cathédral (1341). Fol. 297, r° : Titres concernant la chapelle de la Madeleine ; – fol. 308, v° : vente par Jean de Beaumont, prêtre et chapelain perpétuel en l'église d'Évreux, à Eustache de Péronne, pénitencier, à Eustache de Neaufles, chanoine d'Évreux, à Nicolas Vieule (dicto Vitulo), à Pierre de Triello, et à Eudes de Mézières (de Maceriis), prêtres, exécuteurs testamentaires de feu Guillaume de Meulent, trésorier et chanoine de l'église d'Évreux, fondateur de la chapelle de la Madeleine, d'une maison et de ses dépendances, située dans la paroisse Saint-Nicolas d'Évreux, pour le prix de 27 livres tournois. Cette acquisition était destinée à augmenter la dotation de la chapelle de la Madeleine, dont Guillaume de Meulent était alors titulaire (1297). Fol. 320, r° : Suite des titres concernant la chapelle de Saint-Jean et de Sainte-Catherine (Cf. Les fol. 223 et suiv.) ; – fol. 331, r° : « comme le chapitre confirma la fondation et dotation de la chapelle de Saint-Jean et de Sainte-Catherine, et comme il accorda que le chapelain d'icelle participe aux distributions de l'église, comme les autres chapelains (1395). ».

G69 , 1181-1436 , Argences (fief d') ; Bichereville ; Brosville ; Chesne (Le) ; Condé-sur-Iton ; Coudray (Le) ; Crespel (Moulin de) ; Croix-Saint-Leufroy (Abbaye) ; Evreux (Paroisse de la ville épiscopale : la cathédrale) ; Evreux (Ronde, Notre-Dame de la) ; Evreux (Saint-Léger) ; Evreux (Saint-Nicolas) ; Evreux (Saint-Pierre) ; Evreux (Saint-Pierre) ; Evreux (ville d') ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Chapelle des Saints Martyrs ou des Coigne-Fesse) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Chapelles des Saints Martyrs ou des Boiteux) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Les Saintes Vierges) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Anges) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Antoine) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Antoine) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Côme et Damien) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Denis) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Eustache) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Fiacre) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Jacques-le-Majeur) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Jean-Baptiste) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Jean-Baptiste) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Martin) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Sainte Anne) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Sainte Marguerite) ; Evreux, chapelle dans les autres paroisses de la ville (Sainte Marie-Madeleine, en ville) ; Evreux, Hôtel-Dieu ; Evreux, Léproserie saint Nicolas ; Evreux, Saint-Sauveur (abbaye de) ; Francheville ; Gaillon (Château) ; Gravigny ; Heudebouville ; Heudebouville ; Maubuisson (Abbaye de) ; Melleville ; Paris (Ville) ; Poissy ; Rennes ; Saint-Georges-de-Motel ; Saint-Just ; Saint-Marcel-de-Longueville ; Saint-Ouen-d'Attez ; Saint-Pierre-de-Longueville ; Tours ; Vernon (Sainte-Geneviève, paroisse de) ; Vernon (Ville)  
Contexte :
Chapitre épiscopal d'Évreux