Ordonnances de Pierre-Philémon de Savary, chevalier, seigneur de Saint-Just et de Boutervilliers, grand maître enquêteur et général réformateur des Eaux-et-Forêts de France au département de Normandie, pour la délivrance aux Pénitents de Pont-de-l'Arche d'une somme de 78 livres au lieu de treize cordes de bois, à raison de 6 livres la corde, pour leur droit de chauffage aunuel (1705-1718).

H1218 , XVIIIe siècle , Boutevilliers (fief de) ; Pont-de-l'Arche (Couvent de Pénitents de) ; Saint-Just-près-Vernon  
Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Pénitents de Pont-de-l'Arche

Aveux rendus à l'abbaye de Jumièges par les tenanciers de maisons, de terres et de vignes situées à Saint-Pierre-d'Autils, à Saint-Étienne-sous-Bailleul et à la Chapelle-Genevray, relevant de la baronnie de Saint-Pierre-d'Autils et prévôté de Longueville, « laquelle baronnie et prévôté s'extendent en toute ladite paroisse de Saint-Pierre-d'Autis, Saint-Étienne-sous-Bailleul, Launay-Caignard, Broville, la Chapelle-Genevray, Mercey, Saint-Just, Saint-Marcel et Bisy ».

H995 , 1758-1759 , Longueville ; Mercey ; Saint-Etienne-sous-Bailleul ; Saint-Just-près-Vernon ; Saint-Marcel-de-Longueville, près Vernon ; Saint-Pierre-d'Autils (Prieuré de)  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieuré de Saint-Pierre-d'Autils

Saint-Just.

H1038 , 1317-1474 , Aubergenville ; Gisors ; Saint-Just-près-Vernon ; Sausseuse (Prieuré de)  

Vente au prieuré par Guillaume de Cantelou et Jeanne, sa femme, d'une rente de deux barils de vin blanc assignée sur deux pièces de vigne situées à Saint-Just, pour le prix de 100 sous parisis (1317) ; — donation au prieuré par Robert de Croisy, prêtre, de plusieurs pièces de vignes, avec un manoir, le pressoir et les cuves qu'il renfermait, ainsi que de diverses rentes, le tout situé ou assigné dans les paroisses de Saint-Just, de Saint-Pierre-d'Autils et d'Aubergenville (1354).

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieuré de Sausseuse

Saint-Marcel.

H164 , 1564-1744 , Andelys (Les) ; Bisy, près Vernon ; Saint-Aubin-sur-Gaillon ; Saint-Just-près-Vernon ; Saint-Marcel-de-Longueville, près Vernon ; Tourny ; Vernon (Ville de)  

Baux à ferme du manoir et des terres de la seigneurie de Saint-Marcel, s'étendant sur les paroisses de Saint-Marcel, Vernon, Saint-Just, Saint-Aubin-sur-Gaillon, Tourny, les Andelys, Harcourt, Bizy, ainsi que des dîmes de la paroisse de Saint-Marcel, passés par l'abbaye pour le prix annuel de 10 livres tournois en 1564, de 16 écus sol et 40 sous tournois en 1596, de 55 livres en 1604, de 450 livres et 20 muids de vin en 1263, de 850 livres en 1631 et en 1667, de 820 livres en 1680, et de 780 livres en 1691, outre les charges imposées aux fermiers et les réserves stipulées au profit des abbés de Bernay ; — lettres de censures ecclésiastiques accordées à l'abbé de Bernay par M. de Beaumesnil, vicaire général de l'évêque d'Évreux contre les détenteurs « des filtres et enseignements concernans le bien et revenu de l'abbaye de Bernay et entre autres des contractz, fieffés, sentences et condamnations de justice des droitz de rentes seigneurialles et fontières de la terre et seigneurye de Saint-Marcel despendant de ladite abbaye (1654) » ; — notes et correspondances au sujet de la taxe des pauvres imposée dans la paroisse de Saint-Marcel en 1741 et de la part afférente à l'abbé de Bernay.

Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Bernay

Saint-Just.

H1131 , 1540-1663 , Bourbon-lès-Gaillon (Chartreuse de), N.-D. de Bonne-Espérance, sise à Gaillon ; Prée (fief de la) ; Quesney (fief du), sis à Saint-Martin-du-Parc ; Rouen, Abbaye de Sainte-Catherine ; Saint-Just-près-Vernon ; Saint-Philbert (fief de)  

Notes et extraits d'anciens titres concernant la propriété de « la court et lieu, maisons et masures joignants au moulin de Saint-Just, possédés à présent par Mr de Savary », que les Chartreux de Bourbon-lès-Gaillon prétendaient leur appartenir au droit de l'abbaye de Sainte-Catherine-du-Mont de Rouen (vers 1660) ; — cession consentie par les Chartreux, moyennant la somme de 1997 livres 10 sous représentant le prix d'acquisition, « pour obéir à la clameur lignagère sur eux prinse et faicte signiffier par damoiselle Catherine Asselin, veufve de feu Jacques de Grippière, vivant escuyer, sieur du Quesnay, pour avoir et retirer, à droict de sang, proximitté et lignage, une maison, grange, estable, court, jardin, terre, vignes et plusieurs héritages assis en la parroisse de Saint-Just, et tout et autant que lesdicts sieurs religieux en ont acquis de Pierre Asselin, escuyer, sieur de la Prée, frère de la dicte damoiselle, par contrat passé au tabellionnage de Rouen le 17e jour de juillet 1662, à laquelle clameur seroit intervenu Adrien Le Cornu, escuyer, sieur de Sainct-Phillebert, ayant espouzé damoiselle Anne Asselin, autre sœur dudict sieur de la Prée... » (1663).

Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon

Aveux rendus à l'abbaye de Jumièges par les tenanciers de maisons, de terres et de vignes situées à Saint-Pierre-d'Autils, à Saint-Élienne-sous-Bailleul, etc. Et relevant de la seigneurie de Saint-Pierre-d'Autils. « De messieurs les religieux, prieur et couvent de l'abbaye royalle de Saint-Pierre de Jumièges, ordre de Saint-Benoist, congrégation de Saint-Maur, seigneurs et patrons de Saint-Pierre-d'Autis, Saint-Estienne sous-Bailleul, Cantelou, Launay-Caignard, Brosville, et seigneurs en partie de Saint-Just, Saint-Marcel, Bisy et autres lieux des environs, nous Romain Abraham de Rouen de Bermonville, chevalier, seigneur de Conelle, Saint-Pierre-le-Petit et autres lieux, ancien capitaime au régiment de la marine et chevalier de l'ordre militaire de Saint-Louis, tenons et avouons tenir de nos dits seigneurs, à cause de leurs dittes seigneuries, les héritages qui ensuivent... Etc. » (1748).

H994 , 1747-1758 , Bermonville (fief de) ; Bisy, près Vernon ; Brosville ; Canteloup-le-Bocage ; Connelle ; Launay-Caignard (fief de) ; Rouen (ville) ; Saint-Etienne-sous-Bailleul ; Saint-Just-près-Vernon ; Saint-Marcel-de-Longueville, près Vernon ; Saint-Pierre-d'Autils (Prieuré de) ; Saint-Pierre-le-Petit (fief de)  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieuré de Saint-Pierre-d'Autils

Copie collationnée (1792) de la « déclaration du temporel du collège royal de Bourbon, des cy devant jésuites établis à Rouen, à cause du prieuré de Notre-Dame d'Aubevoye-lès-Gaillon, dit le Petit Grandmont, situé dans la paroisse de Saint-Aubin, uni et incorporé au prieuré de Grandmont-lès-Rouen. Nous avons à-cause dudit prieuré une petite ferme dans les paroisses de Saint-Just, Saint-Marcel et Saint-Pierre de Longueville, proche Vernon... Item, il appartient audit collège le prieuré de Saint-Blaise de Basqueville, membre dépendant de l'abbaye de Tiron, de l'ordre de Saint-Benoist, uni audit collège de Rouen par bulle du pape Paul V, dastée du quatre des ides de septembre mil six cent sept... Item, il appartient audit collège le prieuré de Saint-Nicaise de Gasny, de l'ordre de Saint-Benoît, au diocèze de Rouen, dépendant de l'abbaye de Saint-Ouen de Rouen, uny audit collège par un décret de Mr l'Archevêque de Rouen, du vingt-quatre mars mil six cent quatre vingt onse... Item, il appartient audit collège le prieuré de Saint-Ouen de Gisors, ordre de Saint-Benoît, au diocèse de Rouen, dépendant de l'abbaye de Marmoutier au diocèse de Tours, uny audit collège sur la résignation du sieur abbé de Vassé par décret de Mr l'Archevêque de Rouen du trente un octobre mil sept cent onse... » (1719).

H886 , 1719 , Bacqueville (Prieuré de Saint-Blaise) ; Gasny-l'Isle (Prieuré de Saint-… de) ; Gisors, (Prieuré de Saint-Ouen de) ; Grammont-près-Gaillon (Prieuré de N.-D. de) dit ""le Petit-Grandmont"" ; Rouen (Abbaye Saint-Ouen de) ; Rouen, Collège royal de Bourbon ; Saint-Aubin-sur-Gaillon ; Saint-Just-près-Vernon ; Saint-Marcel-de-Longueville, près Vernon ; Saint-Pierre-de-Longuevile ; Tiron (abbaye de) ; Tours ; Vassé (Monastère de) ; Vernon (Ville de)  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieuré de Grammont-près-Gaillon

Courcelles, Port-Mort, forêt d'Andely (bois du Breuil).

H1109 , 1460-1788 , Aubevoye ; Beaubec (abbaye de) ; Beauchesne (fief de), sis à Saint-Aubin-sur-Gaillon ; Beaurepaire ; Bisy, près Vernon ; Bourbon-lès-Gaillon (Chartreuse de), N.-D. de Bonne-Espérance, sise à Gaillon ; Bramville-en-Auge ; Clerbourg (fief de) ; Courcelles ; Fourneaux (lieu dit) paroisse de Vernonnet ; Gaillon ; Jeufosse (village) sis à Saint-Aubin-sur-Gaillon (Château de) ; Mesnils (Les), hameau de Sainte-Barbe-sur-Gaillon ; Prescigny ; Sainte-Catherine (Prieuré de), paroisse Sainte-Geneviève à Vernon ; Sainte-Marie-au-Bosc (triège de), sis au Tilleul ; Saint-Just-près-Vernon ; Saint-Liébault (paroisse de) ; Val-Montmerel (Le) ; Vézillon  

Obligation d'une rente de 14 livres tournois assignée sur une pièce de pré à Vezillon, passée au profit de Marion Cavart pour une durée de six années par Pierre de Courcelles, chevalier, seigneur de Saint-Liébault et de Courcelles (1460) ; — « c'est la déclaration par boultz et costés des héritages que les relligieux, abbé et couvent de Beaubec exposent et mettent en vente pour satisfaire à la somme de trente escus sol de rente, à raison du denier vingt-quatre, en quoy ladite abbaye a esté taxée au privé Conseil du Roy nostre sire pour leur cotte-part et portion des cinquante mil escus sol de rente levée par Sa Majesté sur Messieurs du Clergé de France suivant la bulle et permission de Nostre Saint Père le Pape, dabté à Rome le 18e de juillet dernier [mil] cinq centz soixante et saize... » ; —déclaration des biens acquis par la Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon depuis 1641 (1689) ; — vente par « Cosme de Chevestre, chevalier, seigneur de Beauchesne et seigneur et patron de Courcelles, demeurant ordinairement audit Beauchesne, parroisse de Saint-Aubin-sur-Gaillon, en l'Isle de Grâce, diocèse d'Évreux », à Armand-Claude Halle de Clerbourg, chevalier, seigneur dudit lieu, capitaine de chevaux légers au régiment Royal Étranger et lieutenant des fauconniers du Cabinet du Roi, « du fief, glaibe, seigneurie et patronnage de Courcelles qui s'étend dans la parroisse de Courcelles et en celles de Pormort, Prescigny, Fourneaux et aullres lieux », pour le prix de 2.500 livres (1691) ; — contrat d'échange de terres passé entre la Chartreuse, représentée par dom Bernard Maistre, prieur, d'une part, et « Pierre Thomas de la Niepce-Duplis, chevalier, seigneur de Fonrneaux, Leval-Montmerel et autres lieux, demeurant ordinairement en La ville et paroisse de Saint-Sauveur du Petit-Andely, maintenant en son château de Jeufosse, paroisse de Saint-Aubin-sur-Gaillon », d'autre part (1779). Aux termes de ce contrat, les Chartreux cèdent le fief, terre et seigneurte de Branville, vicomte d'Auge et vingt huit acres de terre situées dans les paroisses de Beaurepaire et de Sainte-Marie-au-Bosc ; ils reçoivent en contre-échange « tous et tels biens-fonds, rentes et redevances, de quelques natures et espèces qu'elles soient ou puissent être et appartenir audit sieur Du plis en la paroisse de Courcelles, tant de son chef qu'aux droits de dame Marie-Gabriel Halley de Clerbourg, sa mère, et comme héritier de Messire André Halley de Clerbourg, son oncle » ; la terre et seigneurie de Branville est évaluée à 750 livres de revenus et 27.000 livres de capital, les terres de Beaurepaire et de Sainte-Marie-au-Bosc à 600 livres de revenu et 18.000 livres de capital, celles de Courcelles à 1.350 livres de revenu et 45.000 livres de capital ; — contrat d'échange entre la Chartreuse, d'une part, Pierre-Éléonor de Chalenge, écuyer, chevalier de Saint-Louis, capitaine de cavalerie, demeurant à Saint-Georges d'Aubevoye, et Robert-Jean Baroche, lieutenant du bailli de Gaillon, demeurant aux Menils, paroisse de Sainte-Barbe-sur-Gaillon, d'autre part (1779). Les Chartreux cèdent le domaine du prieuré de Bizy ou de Sainte-Catherine, paroisse de Sainte-Geneviève de Vernon, des terres et des vignes à Vernon et à Saint-Just, 115 livres 2 sous 6 deniers de rente à prendre sur le duc de Penthièvre comme ayant acquis de M. de Savary la terre de Saint-Just et le droit de pêche sous l'arche du pont de Vernon « qui est à costé du second moulin » ; ils reçoivent en contre-échange des terres et des prairies situées à Courcelles ; les biens échangés entre les parties contractantes sont évalués ensemble à 38.000 livres ; — plans et arpentages de terres situées à Courcelles et appartenant à la Chartreuse (XVIIIe siècle).

Contexte :
Couvents et communautés d'hommes > Chartreuse de Bourbon-lès-Gaillon

Copies d'aveux rendus au Roi par les abbés de la Croix-Saint-Leufroi pour les terres féodales appartenant à ladite abbaye, situées à la Croix-Saint-Leufroi, à Écardenville, à Saint-Julien-de-la-Liègue, à Champenard, à Cailly, à Venables, à Tosny, à Saint-Marcel, à Saint-Just, à Saint-Pierre-d'Autils, à Bizy, à Gamilly, à Bezu-le-Long, à Vernon, à Iville, au Troncq, à Épégard, au Val-de-Rueil (vicomte de Pont-de-l'Arche), à Cahaignes, à Pacel, à Sailly, au Breuil, à Tournay, à Saint-Aubin-sur-Gaillon et à Dardez (1475-1530) ; –« déclaration que baille au Roy, en sa chambre des comptes de Normandie, Me Anne Busquet, écuyer, religieux de l'abbaye de la Croix-Saint-Leuffroy, prieur du prieuré de Bezu-le-Long, diocèse de Rouen, vicomte de Gisors.... Premièrement, l'église et chapelle dudit prieuré de Bezu-le-Long, membre dépendant de l'abbaye de la Croix-Leuffroy, et conciste en un fief amorti, auquel il y a domaine fieffé et non fieffé, chef-mois concistant en salle, chambres, greniers, caves, granges, écuries, colombier, pressoir et autres bâtiments, le tout enclos de murs, auquel bâtiment est jointe une pièce de terre enclos qui contient tant en labeur qu'en prairie cinq acres ou environ, compris la cour et bâtiment, etc.. » (1679).

H829 , 1475-1679 , Bézu-le-Long ; Bisy, près Vernon ; Breuil (Le) ; Cahaignes ; Cailly-sur-Eure ; Chapenard ; Croix-Saint-Leufroy (La), abbaye ; Dardez ; Ecardenville-sur-Eure ; Epégard ; Gamilly, sis à Vernon ; Gisors ; Iville-près-le-Neubourg ; Pacel (à Pacy-sur-Eure) ; Rouen (ville) ; Sailly (fief de) ; Saint-Aubin-sur-Gaillon ; Saint-Julien-de-la-Liègue ; Saint-Just-près-Vernon ; Saint-Marcel-de-Longueville, près Vernon ; Saint-Pierre-d'Autils (Prieuré de) ; Tosny ; Tournay ; Troncq (Le) ; Val-de-Rueil (vicomté de Pont-de-l'Arche) ; Venables ; Vernon (Ville de)  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Prieuré de Bézu-le-Long

État des rentes dues au prieuré de Chaise-Dieu. – f. 1 : domaine d'Évreux ; – f. 2 : domaine de Conches et Breteuil ; – f. 3 : domaine de Beaumont-le-Roger ; – f. 4 : domaine de Verneuil ; – f. 5 : domaine de Pont-Audemer ; – f. 6 ; forêt de Breteuil ; – f. 7 : grenier à sel de Verneuil ; – f. 8 : prévôté de Laigle ; – f. 9 : Saint-Martin de Laigle ; – f. 10 : le Fontenil, à Saint-Sulpice près Laigle ; – f. 11 : le Feugeray, à Saint-Martin de Laigle ; – f. 12 : fief de Chauvigny ; – f. 13-14 : Saint-Michel-de-la-Forêt ; – f. 15 : Saint-André du Buat ; – f. 16-26 : le Theil – f. 27-28 : Chéronvilliers ; – f. 29-30 : Chandey ; – f. 31-32 : Bourth ; – f. 33 : Francheville ; – f. 34-36 : Verneuil ; – f. 37 : les Barils ; – f. 38 : les Jonquerais ; – f. 39 : chapelle Saint-Ouen de Bourse, à Saint-Aignan de Ferrières ; – f. 40 : Houetteville ; – f. 41 : Saint-Thomas d'Évreux ; – f. 42 : Saint-Denis d'Évreux ; – f. 43 Beaubray ; – f. 44 : Breteuil ; – f. 45 : Blandey ; – f. 46-47 ; Boissy-sur-Damville ; – f. 48 : Damville ; – f. 49 : Chambray-Gouville ; – f. 50 : le Rouge-Moulin ; – f. 51 : Rugles ; –f. 52 : Saint-Just, à Bois-Normand ; – f. 53-54 : Saint-Martin-de-Vaux ; – f. 55 : Gauville ; – f. 56 : Beufray, à Marnefer ; – f. 57 : la Chapelle-Gautier ; – f. 58 : vavassorie de la Fosse. Au Sap-André ; – f. 59 : baronnie de Crépon ; – f. 60 : Coquainvillers ; – f. 61 : Échanfray ; – f. 62 : cure de Fouqueville ; – f. 63 : cure de Bois-Maillard ; – f. 64 : cure de Courteilles ; – f. 65 : Fouqueville ; – f. 66 : fief d'Ecquetot et châtellenie de la Mailleraye ; – f. 67 : place du vieux moulin à vent de Nogent ; – f. 68-69 : Nogent-le-Sec ; – f. 70 : Quittebeuf ; – f. 71 : manoir de Trun, à Mandres ; – f. 72 : Damville. – Table des matières, avec renvoi au feuillet, à la fin du registre qui porte pour titre : « Livre de recette et inventaire de tout le revenu du couvent de Chaise-Dieu du temps des révérendes mères Félix-Thérèse de Merbouton, prieure, Bonne-Élizabeth Postel, dépositaire, et Marie-Thérèse de Congny, bourcière. ».

H1439 , XVIIIe siècle , Barils (Les) ; Beaubray ; Beaumont-le-Roger ; Beufray (village situé à Marnefer) ; Blandey ; Bois-Maillard (Le) ; Boissy-sur-Damville ; Breteuil ; Chaise-Dieu (Prieuré de) ; Chambray-Gouville ; Chandey ; Chapelle-Gautier (La) ; Chauvigny (fief de) ; Chéronvilliers ; Conches ; Coquinvilliers ; Courteilles ; Crépon ; Damville ; Echanfray ; Ecquetot ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Denis ; Evreux (Paroisses d') : Saint-Thomas ; Evreux (Ville) ; Feugeray (Le) sis à Saint-Martin-de-Laigle ; Fonteuil ; Fosse (La) lieu-dit sis au Sap-André ; Fouqueville ; Gauville ; Gouville ; Houetteville ; Jonquerets (Les) ; Laigle ; Laigle (Paroisse Saint-Martin) ; Mailleraye (La) ; Mandres ; Marmefer ; Nogent-le-Sec ; Pont-Audemer (ville) ; Quittebeuf ; Rouge-Moulin (Le) ; Rugles ; Saint-André-du-Buat ; Saint-Just (Prieuré de), sis à Bois-Normand ; Saint-Martin-des-Vaux ; Saint-Michel-de-la-Forêt ; Saint-Ouen-de-Bourse (Chapelle), sise à Saint-Aignan-de-Ferrières ; Saint-Sulpice-près-Laigle ; Sap-André (Le) ; Theil (Le), près Chaise-Dieu ; Trun (Manoir de) ; Verneuil-sur-Avre  
Contexte :
Ordres religieux de femmes > Prieuré de Chaise-Dieu (Ordre de Fontevrault)

Délibérations et actes capitulaires, du 16 septembre 1676 au 15 juin 1788. (Le premier et le 196e feuillet manquent.) – Pierre Danet, prieur (du 16 septembre 1676 au 21 avril 1678) ; – installation de Guillaume Camuset comme prieur (27 juin 1678) ; – le chapitre accorde sur sa demande, à M. de la Roche, « gentilhomme de ce pays », l'autorisation de placer son banc dans le chancel de l'église d'Ambenay, « duquel le curé de ladite paroisse l'avoit (sans nostre consentement) rejetté et placé parmi les païssans » (5 janvier 1679) ; – délibérations au sujet des difficultés pendantes entre les religieux et M. de Grémonville, abbé commendataire, relativement au partage des revenus et à l'usage du logis abbatial : « le R. P. Prieur est député avec D. Robert Samuel pour terminer avec Monsr notre abbé : mais voyage inutile et qui n'a servi tout au plus qu'à faire connaître Monsr l'abbé à notre R. P. Prieur » (5 mars 1679) ; – les religieux décident de contracter un premier emprunt de 8,000 livres pour faire bâtir un logis abbatial conformément à l'arrêt du parlement qui les y obligeait (9 décembre 1680) ; – délibération relative à une relique (vertèbre) de saint Just, martyr, donnée à l'abbaye par Madame la comtesse de Bonnelle, « ayant eu de Monseigneur le Cardinal de Bonsy le corps entier dudit saint, dont la translation auroit esté faicte par Monseigneur l'évesque de Lysieux dans l'église de Fervaques » (12 mai 1684) ; – installation de Dom Martin Filand en qualité de prieur (11 juin 1684) ; – autorisation d'emprunter 2,000 livres « pour tascher de parachever la maison abbatiale bien avancée » (13 août 1686) ; – installation de Dom Augustin Collet en qualité de prieur (14 juin 1687) ; – id., de Dom Jacques Haudart (25 mai 1693) ; – autorisation donnée à Guillaume d'Épinay, écuyer, brigadier des gardes du Roi, « de mettre un banc dans le chœur et chancel de l'église de Couvain tant pour luy que la dame sa femme, et enfans » (1698) ; – délibération au sujet des prétentions de M. du Plessis Châtillon, marquis de Rugles, « qui auroit fait mettre un banc dans le chancel de la paroisse de Saint-Germain dudit Rugles, fait apposer ses armes aux vitres dudit chancel et même fait donner quelqu'actes publics où il avoit fait insérer la qualité de patron honoraire de laditte église » (19 mai 1698) ; – installation de François L'Héritier, prieur (9 juillet 1699 ; – le chapitre propose : 1° de célébrer solennellement la fête de Saint-Christophe, « le prieur ayant trouvé dans le cartulaire de l'abbaye que l'église avoit esté bastie au lieu et place d'une chapelle dédiée à Saint-Christophe ; 2° de déplanter la vigne de l'enclos du monastère et de la remplacer par des arbres fruitiers et du blé, le prieur « ayant examiné et remarqué que depuis plus de 15 ans ladite vigne ne rapporte que très peu de vin et pour l'ordinaire si méchant qu'on a de la peine à en boire et que cependant les frais qui montent environ à la somme de cinq cents livres excèdent de beaucoup le profit qui en revient » (19 avril 1705) ; – Claude Hémin, prieur (10 août 1705) ; – Nicolas Le Poitevin, prieur (29 mai 1711) ; –transaction passée entre les religieux de Lyre, d'une part, et « noble dame Élisabeth-Renée de la Noë, baronne des Bothereaux, dame de la Barre, La Noë, Gisay, Villers, Saint-Ouen de Mancelles et autres lieux, épouse de Guillaume de Karuël, seigneur de la Panière et autres lieux, d'autre part », au sujet de l'aînesse de la Normandière, sise à la Barre, La Noë et Gisay (4 mai 1730) ; – nominations en qualité de prieurs de : Gabriel Pouget, remplaçant Nicolas Le Poitevin décédé (1er juin 1713), Mathieu Huë (24 mai 1714), Pierre Eudes (29 juillet 1720), Jean-Pomponne de Sainte-Marie (14 juin 1726), Joseph Le Paulmier (7 juin 1729) ; – délibérations et déclarations des religieux de Lyre au sujet des lettres du Roi et du comte de Saint-Florentin concernant les religieux de la congrégation de Saint-Maur qui avaient appelé de la constitution Unigenitus (7 juin 1733) ; – délibération relative à la part contributive de l'abbaye dans les frais de réparation du clocher de l'église de Breteuil, « que l'on fait actuellement » (l0juin 1735). D'après une délibération du 27 mars 1736, la somme payée par l'abbaye pour cet objet s'élevait à 6,500 livres ; – consentement donné par les religieux à la démolition du jubé de bais « qui partage le chœur d'avec la nef de l'église de Breteuil » (30 juin 1742) ; – projet d'un emprunt de 8,000 livres (9 septembre 1748) ; – Jean-Baptiste Tougard, organiste de l'abbaye (16 décembre 1748) ; –projet d'un emprunt de 10,000 livres (10 mars 1759) ; – id., de 5,000 livres pour achever les constructions commencées (15 juin 1760) ; – bail de la forge de Trisay passé à Nicolas Pottin pour le prix annuel de 6,200 livres (18 novembre 1770) ; – consentement donné à la destruction des sous-ailes des halles de Breteuil sur la demande du duc de Bouillon (16 décembre 1782) ; – allusion au dommage considérable causé à l'abbaye par le tonnerre le 15 juillet 1783 (25 janvier 1784) ; – nominations en qualité de prieurs de : Pierre Eudes (3 août 1733), Jean Foulques (27 mai 1736), Pierre Collinet (15 juin 1737), Louis Barbe (19 mai 1739), Pierre Eudes (4 juin 1740), Hervé Boissel (14 mai 1742), Gilbert de Saint-Affrique (22 mai 1744), Jean-Baptiste Duval (1er mai 1748), François Sohier (28 mai 1751), Pierre-César Le Pin (4 juin 1757), Pierre Le Maître (4 juin 1763), Jacques Benoît (28 janvier 1766), Jean Le Febvre (25 novembre 1766), François Follin (6 septembre 1767), Romain Le Prévost de Gournai (24 juin 1769), Charles Vigneron (29 mai 1773), Alexandre-Jean Ruault (9 juin 1778), Etienne Le Picard (8 juin 1781), Benigne Madenié (15 mars 1782), Jean-Antoine Chahan (5 octobre 1783), Pierre-Charles David (20 mai 1786).

H582 , 1676-1788 , Ambenay ; Barre (La) ; Bottereaux (Les) ; Breteuil ; Couvain (le fief de) ; Fervaques (paroisse de) ; Gisay ; Mancelles ; Noë (Abbaye de la) ; Normandie (Aînesse de), sise à la Barre ; Panière (fief de la) ; Rugles ; Rugles (Paroisse Saint-Germain de) ; Saint-Ouen-de-Mancelles ; Trisay (la forge de) ; Villers  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Lyre (Ordre de Saint-Benoît)

Quatrième cartulaire du chapitre épiscopal d'Évreux, transcrit au XVe siècle et contenant les copies de 466 documents.

G125 , XIIe-1432 , Acon ; Apres (Notre Dame d'), près Laigle ; Auge (le pays d') ; Aviron ; Baux-Sainte-Croix ; Bec-Hellouin (abbaye) ; Bernienville ; Boes (fief de, à Surville) ; Brionne ; Brosville ; Claville ; Commanderie (La) ; Conches ; Criquebeuf-la-Campagne ; Criquebeuf-la-Campagne ; Dame-Marie ; Epreville-près-le-Neubourg ; Evreux ("Corne de Cerf, maison dite La, paroisse Notre-Dame de la Ronde) ; Evreux ("Le Comte", le chemin, paroisse Notre-Dame de la Ronde) ; Evreux (Hameaux, fiefs : Hérouard) ; Evreux (Moulins : "Homme", le moulin de, paroisse Saint-Thomas) ; Evreux (Porte : "Barrière-Postis", La, paroisse Notre-Dame de la Ronde) ; Evreux (Ronde, Notre-Dame de la) ; Evreux (Saint-Aquilin, paroisse de) ; Evreux (Saint-Nicolas) ; Evreux (Saint-Pierre) ; Evreux (Saint-Thomas) ; Evreux (Saint-Thomas) ; Evreux (ville d') ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Côme et Damien) ; Evreux, Hôtel-Dieu ; Evreux, Jacobins (dominicains) ; Evreux, Léproserie saint Nicolas ; Evreux, Saint-Sauveur (abbaye de) ; Evreux, Saint-Taurin ; Fontaine-sous-Jouy ; Gadencourt ; Garencières ; Gauville-le-Campagne ; Gauville-près-Verneuil ; Gisors ; Gravigny ; Guichainville ; Hardencourt ; Hécourt ; Heurgeville ; Hondouville ; Huetteville ; Huetteville ; Illiers-l'Evêque ; Irreville ; Jouy-sur-Evre ; Jouy-sur-Evre ; Jumelles ; Jumelles ; Mandres ; Mandres ; Marcilly-sur-Eure ; Melleville ; Montaigu ; Nétreville (hameau d'Evreux) ; Neubourg (Le), Ville ; Normandie (Echiquier de) ; Normandie (Echiquier de) ; Oissel ; Ormes ; Paris (Parlement de) ; Paris (Ville) ; Pennetière (La) ; Pont-Audemer ; Reuilly ; Rouville ; Sacq (Le) ; Sacq (Le) ; Sacquenville ; Saint-Aubin-d'Ecrosville ; Saint-Etienne-de-Renneville (Commanderie de) ; Saint-Germain-de-Navarre ; Saint-Germain-de-Navarre ; Saint-Germain-des-Angles ; Saint-Just ; Saint-Luc ; Saint-Ouen-d'Attez ; Saint-Victor-sur-Eure ; Saint-Victor-sur-Eure ; Surtauville ; Surville ; Thevray ; Thuit-Anger (Le) ; Tournedos ; Tourneville ; Tourneville ; Vacherie (La) ; Vacherie (La) ; Vieil-Evreux (Le) ; Villez-sur-Damville ; Villiers-près-Avrilly ; Vitotel  

Ce registre continue et complète le cartulaire coté G. 124. Il est de la même écriture, de la même époque et rédigé d'après un même plan, de telle sorte que les deux cartulaires G. 124 et G. 125 peuvent être considérés comme les deux parties d'une même compilation générale dans laquelle le chapitre cathédral d'Évreux a fait réunir, au XVe siècle, tous les titres de ses archives. Les remarques relatives à la rédaction du cartulaire G. 124 s'appliquent également à celui-ci : on retrouve, dans l'un comme dans l'autre, l'idée d'un classement des documents par paroisses, idée que le rédacteur n'a que très imparfaitement suivie dans la pratique. La table suivante, disposée dans l'ordre alphabétique, indique, avec renvoi aux feuillets, les principales localités (paroisses) auxquelles se rapportent les chartes transcrites dans le cours du volume. Il n'est pas inutile de faire remarquer que plusieurs de ces paroisses figurent déjà dans le cartulaire G. 124 ; c'est une conséquence de l'irrégularité du classement adopté par le copiste :

Acon, fol. 183 ; – Baux-Sainte-Croix (Les), fol. 149 ; – Bernienville, fol. 135 ; – Brosville, fol. 135 ; – Caër, fol. 315-330 ; – Claville, fol. 53-57 ; – Combon, fol. 145 ; – Criquebeuf, fol. 144 ; – Dame-Marie, fol. 283-284 ; – Epreville, fol. 144 ; –Évreux, fol. 1-46, 58, 64-66, 83-107, 119-137, 140, 142-144, 146, 154-159, 301-315, 331-350 ; – Gadencourt, fol. 265-267 ; – Garentières, fol. 252-265 ; – Glisolles, fol. 206-208 ; – Gravigny, fol. 135, 267-281 ; – Gauville-la-Campagne, fol. 293-300 ; – Hardencourt, fol. 202-205 ; – Hécourt, fol. 197-198 ; – Heurgeville (Urgevilla), fol. 187-209 ; – Hondouville, fol. 197-198 ; – Houetteville, fol. 198-201 ; – Illiers-l'Évêque fol. 281-286, 291-292 ; – Irreville, fol, 210 ; – Jouy-sur-Eure, fol. 249-251 ; – Jumelles, fol. 287-290 ; – Mandres, fol. 170-172 ; – Melleville, fol. 182 ; – Marcilly-sur-Eure, fol. 187, 196 ; – Nétreville, fol. 182 ; – Oissel, fol. 185 ; – Ormes, fol. 185, 196-197 ; – Reuilly, fol. 51 ; – Sacq (Le), fol. 53-54, 66-71 ; – Sacquenville, fol. 59-63, 72-78 ; – Saint-Aubin-d'Écrosville, fol. 51 ; – Saint-Aubin-du-Vieil-Évreux, fol. 52 ; – Saint-Etienne-de-Renneville (La Commanderie), fol. 48 ; – Saint-Germain-de-Navarre, fol. 211-247 ; – Saint-Germain-des-Angles, fol. 247-249 ; – Saint-Just-de-Longueville, fol. 47-53 ; – Saint-Ouen-d'Attez, fol. 173 ; – Saint-Vigor, fol. 180-181, 188-189 ; – Surtau-ville, fol. 54-56, 78 ; – Surville, fol. 80-82 ; – Thevray, fol. 175 ; – Thuit-Anger (Le), fol. 140 ; – Tosny, fol. 107-109 ; – Tournedos, fol. 141 ; – Tourneville, fol. 109-119 ; – La Vacherie, fol. 191-196 ; – Vieil-Évreux (Le), fol. 176-179 ; – Villez-sur-Damville, fol. 179-190 ; – Vitotel, fol. 186.

Fol. 1, v°. – Note sur les parts contributives du chapitre cathédral, de l'abbaye de Saint-Taurin, de l'abbaye de Saint-Sauveur et du curé de Bastigny aux réparations du chancel de l'église de Saint-Luc, calculées en proportion des dîmes perçues dans cette paroisse. (XVe siècle. )

Fol. 7, v°. – Bail emphytéotique passé par Guillaume Bat-l'Eaue l'aîné et Guillaume Bat-l'Eaue le jeune, de la paroisse Saint-Aquilin d'Évreux, à Pierre d'Ormes (d'Ourmes), clerc, de la paroisse de La Ronde d'Évreux, d'une « maison et courtil » situés « en la paroisse de La Ronde, entre la maison Jehan Le Roy d'une part et la porte aux Jacobins par où la charette passe, d'autre, aboufant au chemin Le Conte d'un bout et aux murs aux Jacobins, d'autre », pour le prix annuel de 8 sous tournois. (12 mai 1344.)

Fol. 16, r°. –« Lettre de 20 sous tournois de rente » vendus à Guillaume de Meullent, trésorier de l'église d'Évreux « sur une maison et jardin assis à La Ronde nommée La Corne de Cerf, hors la barrière Postis. » (25 Octobre 1298.)

Fol. 21, v. –« Vente par Raoul Durée et Jeanne, sa femme, de la paroisse de La Ronde d'Évreux, à Robert des Baux (de Baucis) chapelain perpétuel en l'église d'Évreux, d'une rente annuelle de 5 sous tournois assise sur une maison située dans la paroisse de La Ronde, pour le prix de 40 sous tournois. (23 avril 1295.)

Fol. 35, v°. – Donation par Martin Beude, chanoine d'Évreux, au chapitre cathédral, d'une rente annuelle de 6 livres tournois, assise sur plusieurs immeubles situés dans les paroisses da La Ronde, de Saint-Nicolas et de Saint-Aquilin d'Évreux. (18 janvier 1351, n. s. )

Fol. 47, r°. – Collation par Richard de Bellevue, évêque d'Évreux, de la cure de Criquebeuf-la-Campagne en faveur de Pierre, son aumônier, sur la présentation de Roger Pescheveron, chevalier. (1229.)

Fol. 51, v°. – Vente par Pierre de La Gouffreele, chevalier, au chapitre cathédral d'Évreux, de toutes les dîmes que le vendeur possédait à titre héréditaire dans la paroisse de Saint-Aubin-d'Écrosville, pour le prix de 72 livres et 10 sous tournois. (Février 1271, «. s. ) – Confirmation de cette vente par Agnès, femme du vendeur. (1er mars 1271, n. s. )

Fol. 58, v°. – Nomination par Pétronille, abbesse de Saint-Sauveur d'Évreux, et le couvent du même lieu, des procureurs chargés de poursuivre le procès pendant entre ladite abbaye et le chapitre cathédral d'Évreux. (14 juillet 1396.)

Fol. 68, r°. – Vente par Pierre du Sacq, delà paroisse Notre-Dame-du-Sacq à l'évêque d'Évreux, d'une rente annuelle de 70 sous tournois assise sur divers bien situés dans la paroisse du Sacq, pour le prix de 35 livres tournois. (10 janvier 1338, n. s.)

Fol. 72-78. – Pièces du procès poursuivi en la viconté d'Évreux et en l'Échiquier de Normandie entre le chapitre cathédral d'Évreux, d'une part, et Pierre Massieu, d'autre part, au sujet d'une rente de 20 sous tournois due par ce dernier au chapitre. (1390-1408.)

Fol. 80, v°. – Rente par Jean Tibout, Lorence, sa femme, Robert Pinchon et Eve, sa femme, Thomas Avant et Maheult, sa femme, Thomas de Marhye et Ameline, sa femme, au chapitre cathédral d'Évreux, du tiers dés dîmes appartenant au fief de Boes dans la paroisse Saint-Christophe-de-Surville et dépendant de l'héritage de feu Amaury de Boes, pour le prix de 74 livres tournois. (4 novembre 1276.)

Fol. 94, r° – Donation par Guillaume du Homme, chapelain en l'église d'Évreux, fils de Richard du Homme, au chapitre cathédral d'Évreux, d'une rente annuelle de 49 sous tournois assise pour partie sur une maison située dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, entre la maison du feu Richard de Hauville et la ruelle conduisant au moulin du seigneur de Guichainville, et sur un étal à pain au marché d'Évreux. (14 février 1281, n. s.)

Fol. 104, v°. – Le chapitre cathédral d'Évreux reconnaît qu'une somme de 4 sous tournois est due chaque année au prieur de la léproserie de Saint-Nicolas d'Évreux, sur la rente de 44 sous tournois assise sur l'herbergement loué par le chapitre à Jean Le Charpentier, dit Peletier. (11 juillet 1351.)

Fol. 109, v°. –« S'ensuit la teneur d'un procès sur le fait du patronnaige de l'église de Notre-Dame de Tourneville, lors descordable entre messire Jehan de Gaillon, chevalier, porteur d'un bref de patronnaige de l'église, qui disoit le droit de présenter à ladite église comme patron lui appartenir, d'une part, et les doyen et chappitre de Notre-Dame d'Évreux, deffendeurs dudit brief, disant le droit du patronnaige en ladite église de Tourneville semblablement leur appartenir, d'autre ; icellui procès commencié es assises du bailliage de Gisors et fini à l'Eschiquier de Normandie au prouffit desdits doyen et chappitre. » (1342-1343.)

Fol. 123, v°. – Cession par Guillaume Morel, prêtre, au chapitre cathédral d'Évreux, d'une maison avec jardin et dépendances, située dans la paroisse Saint-Thomas d'Évreux, entre la rue conduisant au moulin du Homme et la maison de Guillaume Hauville. (25 juin 1298.)

Fol. 138, r°. – Confirmation par le chapitre cathédral d'Évreux et l'abbaye de Saint-Taurin d'un accord passé entre eux pour terminer des difficultés pendantes au sujet de la célébration par le chapitre de la fête de Saint-Taurin dans l'église de l'abbaye. Les chanoines d'Évreux « estoient tenus de venir en l'église de Saint-Taurin chacun an la vegille de ladicte feste dire les vespres et faire apporter les aournemens ad ce nécessaire, et le jour de ladite feste estoient semblablement tenus chanter et célébrer sollempnellement la messe dudit monseigneur Taurin et faire apporter les vestements et aournemens à ce nécessaires, lesquelles choses les dits de chappitre n'avoient pas fait en l'année 1415 ». (29 juillet et 2 août 1417.)

Fol. 148, V. – Donation par Robert du Neubourg, avec le consentement de la comtesse Marguerite, sa mère, de Godeheult (Godehelda), sa femme, et d'Henri et de Raoul, ses fils, à l'abbaye du Bec, de diverses rentes à Pont-Audemer et à Brionne, de droits d'usage dans la forêt du Neubourg, avec l'exemption des droits de tonlieu pour les moines et pour les biens de l'abbaye dans l'étendue des domaines du donateur. (1143.)

Fol. 156, v°. – Lettres de Bertrand Cariti, archidiacre d'Auge au diocèse de Rouen, nonce apostolique, à Richard Le Prévôt (Ricardo prepósito), chanoine d'Évreux. Il lui envoie copie d'une bulle de Clément VI, du 17 mai 1346, prescrivant de percevoir, pour les besoins du Saint-Siège, le produit d'une année de revenus de tous les bénéfices vacants dont la collation appartenait à l'autorité apostolique, et l'invite à faire la recette de ces revenus dans l'étendue du diocèse d'Évreux. (1er août 1346.)

Fol. 170, r°. – Accord passé entre le chapitre cathédral d'Évreux, Thomas de Guinchetre, curé de Mandres, et Jean Maître (Magistri), vicaire perpétuel en l'église cathédrale d'Évreux, relativement au partage des dîmes de la paroisse de Mandres. (24 mai 1392.)

Fol 173, v°. – Quittance de diverses sommes léguées au chapitre cathédral d'Évreux par Guillaume d'Aumale, ancien doyen, et par Clément de Rouen, ancien chantre d'Évreux, et versées par leurs exécuteurs testamentaires. (1276.)

Fol. 175, v°. – Lettres du roi Jean, adressées « à tous les justiciers du royaume pour leur prescrire de faire restituer au chapitre cathédral d'Évreux la possession de ses biens prins, détenus et emportés de plusieurs personnes, gens d'armes, souldoiers et autres. » (25 juin 1356.)

Fol. 181, r°. – Confirmation par Herves de Lions, chevalier, seigneur de Montagu, de la donation faite au chapitre cathédral d'Évreux par Jean de Setours, ancien archidiacre du Neubourg en l'église d'Évreux, de « deux acres et une vergée ou environ de pré et une pescherie en l'eau de Eure, de lez icellui pré, en près le Neuf Moulin, lesquelx pré et pescherie siéent en nostre fief de Fontaines-soulz-Jouy, en la parroisse Saint-Vigor. » (11 avril 1302, n. s.)

Fol. 190, v8. – Bail à fieffé passé par le chapitre cathédral d'Évreux à « messire Masse Beaucousin, curé de Villiers jouxte Avrilly », des « manoir, maisons, jardins, terres labourables et non labourables » appartenant au chapitre dans ladite paroisse de Villez, pour le prix annuel de 50 sous tournois. (21 janvier 1429, n. s.) – Témoin : messire Noël Bérenger, prêtre, curé d'Aviron.

Fol. 193, r°. – Sentence arbitrale prononcée devant le bailli de Conches par Roger des Essarts, trésorier d'Évreux, et Jean de Cornueil, chevalier, seigneur de Rouville, dans le différend pendant entre le chapitre cathédral d'Évreux, représenté par Thomas d'Aubigné, chapelain de l'église d'Évreux, d'une part, et Simon de Fresne, écuyer, seigneur de La Vacherie, d'autre part, au sujet du droit de patronage de l'église de La Vacherie.

Les arbitres décident que le droit de patronage appartient au chapitre. (9 décembre 1305.)

Fol. 200, r°. – Accord passé devant Guillaume Goulaffre, vicomte d'Évreux, entre Raoul de Férier, chanoine d'Évreux, d'une part, et Jean de Houetteville, écuyer, seigneur de Houetteville, d'autre part, au sujet du droit de patronage de l'église de Houetteville. Jean de Houetteville déclare renoncer à ce droit au profit du chapitre. (22 novembre 1316.)

Fol. 220, r°. – Vente par Jean Routet et Ydoine, sa femme, à Tierry de Saint-Verain, chanoine d'Évreux, d'une rente annuelle de 20 sous, « assise à Hérouart », sur une maison, un courtil et un pré, pour le prix de 40 sous tournois. (26 juillet 1276.)

Fol. 227, v°. – Donation par Mathieu des Essarts, évêque d'Évreux, aux évoques d'Évreux, ses successeurs, de son manoir de Saint-Germain, situé dans la paroisse de Saint-Germain près Évreux et de son hôtel situé près de la porte Saint-Antoine, intra muros, à Paris. Par le même acte, Mathieu des Essarts assigne sur ces deux propriétés une rente de 20 livres tournois pour le doyen et les chanoines d'Évreux et une autre de 4 livres tournois pour les chapelains et les clercs, à la condition que le chapitre fera célébrer, pendant sa vie et après sa mort, 4 messes chaque année, le 16 février, le 23 juillet, le 1er octobre et le 9 décembre. (2 décembre 1306.)

Fol. 237, v°. – Bail passé par maistre Guy Bouvet, prieur de l'Hôtel-Dieu d'Évreux, à « Quetil Morel, de la paroisse Saint-Germain jouxte Évreux », d'un pré situé à Saint-Germain, aboutant d'un bout sur le chemin et d'autre bout sur Michon Le Moingue, pour le prix annuel de 50 sous tournois, dont 7 sous 6 deniers pour le sire d'Aunoy, 36 sous pour le chapitre cathédral d'Évreux et 6 sous 6 deniers pour ledit prieur. (23 juin 1403.)

Fol. 249, v°. – Vente par Simon Pare, de la paroisse de Jouy, à « maistre Johan Prime, prestre, docteur en théologie et chanoine en l'église Notre-Dame d'Évreux », d'une rente annuelle de 20 sous tournois assise sur tous ses biens meubles et immeubles, pour le prix de 10 livres tournois. (21 décembre 1432.)

Fol. 256, v°. – Abandon par « Yon, seigneur de Garencières, chevalier, » au chapitre cathédral d'Évreux, de tous ses droits au patronage de l'église de Garencières. Ce bénéfice était alors vacant par la résignation qu'en avait faite Jean de Nonancourt, prêtre, entre les mains de l'évêque d'Évreux. (7 janvier 1300, n. s.)

Fol. 257, r°. – Lettres de Louis IX, roi de France. Le roi abandonne à l'Hôtel-Dieu d'Évreux toutes les dîmes du blé qui lui appartenaient dans la paroisse de Garencières, à la condition d'en remettre une partie au curé de Garencières et au chapitre cathédral d'Évreux. Le chapitre cathédral d'Évreux devait continuer en retour à célébrer les anniversaires du roi Louis VIII et de la reine Blanche de Castille. (Juillet 1257.)

Fol. 268, r°. – Vente par « Regnauldin de Limoges et Perronelle », sa femme, de la paroisse Saint-Pierre d'Évreux, à Gilles Tierey, prêtre, d'une rente annuelle de 20 sous tournois, assise sur une pièce de terre située à Gravigny, pour le prix de 9 livres et 2 sous tournois. (21 janvier 1323, n. s.)

Fol. 276, r°. – Vente par les habitants de la paroisse de Gravigny, au chapitre cathédral d'Évreux, d'une rente annuelle de 56 sous tournois assise sur tous leurs biens et héritages, pour le prix de 28 livres tournois. (12 août 1431.)

Fol. 287, r°. – Déclaration par laquelle Robert, sire d'Ivry, s'engage à laisser le chapitre cathédral d'Évreux jouir paisiblement d'une rente annuelle de 31 sous tournois acquise par lui dans la paroisse de Jumelles et assise sur des biens dépendant du fief de Robert de La Chapelle. (1er avril 1279, n. s.)

Fol. 291, r°. – Constitution de 15 livres de rente annuelle par Agnès des Essarts, dame de La Pennetière, au profit de l'évêque d'Évreux. Agnès des Essarts déclare constituer cette rente en décharge de celle que monseigneur Roger du Bois-Arnault, chevalier, avait été condamné par arrêt du Parlement à servir à l'évêque d'Évreux. Cette rente assignée sur « toute la terre que tenait Guillaume de Bordigny, écuyer », dans la paroisse d'Illiers-l'Evêque, avait été acquise par Agnès des Essarts de Guillaume d'Ivry, chevalier, seigneur de Bordigny, et de Jeanne, sa femme. (1319.)

Fol. 297, r°. – Approbation par Guillaume de Gastine, chevalier, de la paroisse de Notre-Dame-d'Apres, de la vente des dîmes de Gauville, près Verneuil, faite par Colin Persone, écuyer, et Isabelle, sa femme, au chapitre cathédral d'Évreux. Les dîmes relevaient du fief de Guillaume de Gastine. (Décembre 1287.)

Fol. 301, r°- – Mandement de Charles VI, roi de France, adressé au bailli d'Évreux. Le Roi lui ordonne de procéder à une enquête sur les faits articulés par le chapitre cathédral d'Évreux dans le procès pendant au Parlement de Paris entre ce chapitre et l'évêque d'Évreux.

Le chapitre prétendait que l'évêque avait outrepassé ses droits en ouvrant une a huisserie » ou porte de communication pour aller directement de son manoir épiscopal dans l'église cathédrale. (9 mai 1385.)

Fol. 308, v°. – Mandement de Charles V, roi de France. Le Roi ordonne à tout huissier du Parlement ou sergent sur ce requis de mettre l'évêque d'Évreux en demeure de s'acquitter des droits de procuration qu'il devait au chapitre cathédral d'Évreux, et, en cas de refus, de l'ajourner « aux jours de la duchié de Normandie du Parlement prochain advenir pour dire les causes de son opposition ». Suivant les prétentions du chapitre, l'évêque était tenu, sauf le cas de force majeure, d'officier personnellement au chœur les jours de grandes fêtes, Noël, Pâques, la Pentecôte, l'Assomption, la Nativité et la Purification de la Vierge et une autre à son choix, et à chacune de ces fêtes « de administrer et donner à disner honorablement par manière de procuration aux doyen et chappitre, aux chappelains bénéficiés, aux clers du cuer, au sonneur des cloches et à tous les officiers et serviteurs de l'église et à l'université d'icelle ». (17 octobre 1379.)

Fol. 311, r°. – Lettres de Charles V, roi de France, adressées au bailli de Rouen et de Gisors. Les tenanciers du fief des huit chanoines du chapitre cathédral d'Évreux lui ayant fait parvenir une plainte relativement aux exigences dont ils étaient l'objet de la part des officiers du roi de Navarre, Charles V ordonne à son bailli « de faire derechef commandement et deffence à ces officiers qu'ils se cessent de plus contraindre ne molles-ter doresnavant lesdits complaignants à contribuer à quelque taille ou aide que ce soit, ne à faire le guet et garde en la ville d'Évreux ». (16 septembre 1373.)

Fol. 323, v°. – Bail à rente passé par le chapitre cathédral d'Évreux à Robert Beude, bourgeois d'Évreux, d'une pièce de vigne, maison, pressoir et cuves, contenant 2 acres ou environ, situées dans la paroisse de Caër « entre les chapelains qui chantent la messe matutinale et le seigneur de Caër », pour le prix annuel de 4 livres tournois. (29 juillet 1360.)

Fol. 345, r°. – Mandement adressé au vicomte d'Évreux par « les gens des comptes du Roy à Paris et le trésorier et gouverneur général de toutes les finances dudit seigneur ». Ordre est donné au viconte d'Évreux de payer régulièrement chaque année, sur la recette de sa vicomte, un setier de blé « pour faire pain à chanter pour l'église cathédrale », que le chapitre d'Évreux avait droit de percevoir « à cause de la fondation de ladite église ». (14 avril 1427, n. s.).

Contexte :
Chapitre épiscopal d'Évreux
Fin des résultats