Toutes les ressources Saint Christophe 26 résultats (11ms)

Confrérie de Saint-Christophe.

G1623 , 1412-1433 , Evreux, Paroisse Saint-Pierre (Confrérie Saint Christophe)  

Donation à la confrérie par Pierre de Gauciel et Perrette, sa femme, d'une rente annuelle de 50 sous tournois et d'un setier de blé (1412) ; – id., par Jean Le Nourry le jeune, chaussetier et marchand de drap, demeurant à Évreux, d'une rente annuelle de 20 sous tournois.

Contexte :
Confréries > Évreux > Paroisse Saint-Pierre

Confrérie de Saint-Christophe.

G1623 , 1412-1433 , Evreux, Paroisse Saint-Pierre (Confrérie Saint Christophe)  

Donation à la confrérie par Pierre de Gauciel et Perrette, sa femme, d'une rente annuelle de 50 sous tournois et d'un setier de blé (1412) ; – id., par Jean Le Nourry le jeune, chaussetier et marchand de drap, demeurant à Évreux, d'une rente annuelle de 20 sous tournois.

Contexte :
Confréries > Évreux > Paroisse Saint-Pierre

« Mémoire de plusieurs choses assez considérables arrivées à ce monastère de Saint-Taurin et autres ». Ce « mémoire » comprend trois séries de notes : la première, de 1649 à 1651 ; la seconde, de 1697 à 1699 ; la troisième, de 1749 à 1762, plus une note de 1738. On a inscrit sur le dernier feuillet du registre les « noms des amis du monastère », accompagnés de quelques annotations. –« Après le deceds de R. P. en Dieu messire Jaques du Perron, évesque d'Évreux et abbé des abbayes de N. D. de Lyre et S. Taurin, qui arriva le 16 febvrier 1649, monsieur Vautier, premier médecin du Roy Louis XIV, a esté nommé par le Roy à ladite abbaye de S. Taurin, lequel à cause de sa condition de médecin, à ce que l'on croit, n'en a peu obtenir de bulles de Sa Saincteté, et cependant en a toujours jouy par œconomat, sans en prendre possession » (fol. L) ; – notes sur les difficultés survenues entre Gilles Boutault, nommé évêque d'Évreux, et les religieux de Saint Taurin, au sujet des cérémonies traditionnelles de l'entrée de l'évêque dans sa ville épiscopale (165. Fol. 20) ; – id., entre le même évêque et le chapitre de la cathédrale au sujet de la visite de l'église cathédrale : « Le lundi 27e jour de mars 1651, l'heure de la visite estant venue, et tous les corps du clergé assemblez avec croix et banière devant l'église N. D., ils n'y peurent entrer à cause que lesdits sieurs du chapitre tenoient toutes les portes fermées, desquelles ilz s'estoient emparez et assurez dès le soir de peur de surprise, en sorte que personne n'y peut avoir entrée que ceux du corps qui eurent commandement exprez de s'y trouver tous sur peine d'excommunication, tant pour y prester main-forte que pour faire l'office ; et cependant ledit sieur évesque estoit beaucoup en peine comment il s'y prendroit, ayant esté fort surpris de ce procédé et le clergé fort en peine de ce qu'il demeuroit si longtemps dehors à l'injure de temps... » (fol. 3-4) ; – récit du conflit survenu à propos des préséances entre les religieux de Saint-Taurin et les curés des paroisses d'Évreux, à l'occasion de la procession à Saint-Sébastien, le 26 mai 1651 (fol. 5-6) ; –« en 1698, on a fait redorer le chef de Saint-Cyran et on a fait faire trois autres chefs dorés, l'un pour mettre la mâchoire de Saint-Christophe et les deux autres pour mettre deux reliques des Saints Innocens. Le tout coûte, avec les cinq piédestaux peints en noir qui sont sous les cinq chefs, soixante et six livres (fol. 6.), – on a repassé entièrement l'orgue et adjouté ce qui manquait au positif, à sçavoir tous les gros jeux. Il en coûte bien 400 livres » ; –« 1699. Le 12 de juin on a commencé à travailler à la nef pour empescher les premières arcades de tomber et la voulte du bout de la nef. On donne à celui qui a entrepris l'ouvrage douze sols par jour et nourri» ; –« le 9 avril 1749, on a échangé le vieil encensoir d'argent pour un neuf, lequel coûte 540 livres » ; –« en 1743, le R. P. dom Théodore Chevallier, prieur de Saint Taurin, a fait ôter l'ancien grand autel qui n'était que de bois et a fait mettre à la même place un tombeau de marbre qui a coûté d'achapt cinq cents livres, non compris le transport de Rouen à Évreux et les frais de le poser ;– dans la même année, le R. P. prieur a fait venir de la manufacture royale d'Aubusson sept pièces de tapisserie, savoir six pièces qui sont l'histoire de Saint-Jean-Baptiste en grands personnages et une pièce de verdure pour orner le rond-point dans les grandes festes ; les sept pièces ont coûté 532 livres, rendues à Saint-Taurin » ; –« en 1754, le R. P. prieur a fait démonter les basses stalles pour raccommoder les dessous qui estoient consommez. Il a ôté toutes les figures ridicules qui estoient aux dites stalles et les ornemens de sculptures antiques qui en faisoient le couronnement ; il a fait mettre à leur place une corniche moderne qui règne sur toute leur longueur ; le tout a été peint et mis en vernis dans le même temps. Cette dépense, y compris la nourriture des ouvriers, a pu monter à deux cents livres ; – dans la même année, le R. P. prieur a fait démolir, avec l'agréement par écrit des supérieurs majeurs, le jubé de pierre qui séparoit le chœur de la nef et qui coupant l'église en deux par sa hauteur excessive, faisoit un très mauvais effet » ; –« le 12 septembre 1762, on a fait solennellement la translation de deux ossements des reliques de Saint-Taurin, apportés par M. de Marnésia, évêque d'Évreux, de l'abbaye de Gigny, Ces ossemens ont été déposés dans notre église, d'où ils ont été portés solennellement à la cathédrale, pour y rester ».

H811 , 1649-1762 , Evreux (Abbayes) : Saint-Taurin ; Gigny (abbaye de) ; Lyons-la-Forêt (Abbaye de) ; Rouen (ville) ; Saint-Sébastien  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Saint-Taurin (Ordre de Saint-Benoît)

« Mémoire de plusieurs choses assez considérables arrivées à ce monastère de Saint-Taurin et autres ». Ce « mémoire » comprend trois séries de notes : la première, de 1649 à 1651 ; la seconde, de 1697 à 1699 ; la troisième, de 1749 à 1762, plus une note de 1738. On a inscrit sur le dernier feuillet du registre les « noms des amis du monastère », accompagnés de quelques annotations. –« Après le deceds de R. P. en Dieu messire Jaques du Perron, évesque d'Évreux et abbé des abbayes de N. D. de Lyre et S. Taurin, qui arriva le 16 febvrier 1649, monsieur Vautier, premier médecin du Roy Louis XIV, a esté nommé par le Roy à ladite abbaye de S. Taurin, lequel à cause de sa condition de médecin, à ce que l'on croit, n'en a peu obtenir de bulles de Sa Saincteté, et cependant en a toujours jouy par œconomat, sans en prendre possession » (fol. L) ; – notes sur les difficultés survenues entre Gilles Boutault, nommé évêque d'Évreux, et les religieux de Saint Taurin, au sujet des cérémonies traditionnelles de l'entrée de l'évêque dans sa ville épiscopale (165. Fol. 20) ; – id., entre le même évêque et le chapitre de la cathédrale au sujet de la visite de l'église cathédrale : « Le lundi 27e jour de mars 1651, l'heure de la visite estant venue, et tous les corps du clergé assemblez avec croix et banière devant l'église N. D., ils n'y peurent entrer à cause que lesdits sieurs du chapitre tenoient toutes les portes fermées, desquelles ilz s'estoient emparez et assurez dès le soir de peur de surprise, en sorte que personne n'y peut avoir entrée que ceux du corps qui eurent commandement exprez de s'y trouver tous sur peine d'excommunication, tant pour y prester main-forte que pour faire l'office ; et cependant ledit sieur évesque estoit beaucoup en peine comment il s'y prendroit, ayant esté fort surpris de ce procédé et le clergé fort en peine de ce qu'il demeuroit si longtemps dehors à l'injure de temps... » (fol. 3-4) ; – récit du conflit survenu à propos des préséances entre les religieux de Saint-Taurin et les curés des paroisses d'Évreux, à l'occasion de la procession à Saint-Sébastien, le 26 mai 1651 (fol. 5-6) ; –« en 1698, on a fait redorer le chef de Saint-Cyran et on a fait faire trois autres chefs dorés, l'un pour mettre la mâchoire de Saint-Christophe et les deux autres pour mettre deux reliques des Saints Innocens. Le tout coûte, avec les cinq piédestaux peints en noir qui sont sous les cinq chefs, soixante et six livres (fol. 6.), – on a repassé entièrement l'orgue et adjouté ce qui manquait au positif, à sçavoir tous les gros jeux. Il en coûte bien 400 livres » ; –« 1699. Le 12 de juin on a commencé à travailler à la nef pour empescher les premières arcades de tomber et la voulte du bout de la nef. On donne à celui qui a entrepris l'ouvrage douze sols par jour et nourri» ; –« le 9 avril 1749, on a échangé le vieil encensoir d'argent pour un neuf, lequel coûte 540 livres » ; –« en 1743, le R. P. dom Théodore Chevallier, prieur de Saint Taurin, a fait ôter l'ancien grand autel qui n'était que de bois et a fait mettre à la même place un tombeau de marbre qui a coûté d'achapt cinq cents livres, non compris le transport de Rouen à Évreux et les frais de le poser ;– dans la même année, le R. P. prieur a fait venir de la manufacture royale d'Aubusson sept pièces de tapisserie, savoir six pièces qui sont l'histoire de Saint-Jean-Baptiste en grands personnages et une pièce de verdure pour orner le rond-point dans les grandes festes ; les sept pièces ont coûté 532 livres, rendues à Saint-Taurin » ; –« en 1754, le R. P. prieur a fait démonter les basses stalles pour raccommoder les dessous qui estoient consommez. Il a ôté toutes les figures ridicules qui estoient aux dites stalles et les ornemens de sculptures antiques qui en faisoient le couronnement ; il a fait mettre à leur place une corniche moderne qui règne sur toute leur longueur ; le tout a été peint et mis en vernis dans le même temps. Cette dépense, y compris la nourriture des ouvriers, a pu monter à deux cents livres ; – dans la même année, le R. P. prieur a fait démolir, avec l'agréement par écrit des supérieurs majeurs, le jubé de pierre qui séparoit le chœur de la nef et qui coupant l'église en deux par sa hauteur excessive, faisoit un très mauvais effet » ; –« le 12 septembre 1762, on a fait solennellement la translation de deux ossements des reliques de Saint-Taurin, apportés par M. de Marnésia, évêque d'Évreux, de l'abbaye de Gigny, Ces ossemens ont été déposés dans notre église, d'où ils ont été portés solennellement à la cathédrale, pour y rester ».

H811 , 1649-1762 , Evreux (Abbayes) : Saint-Taurin ; Gigny (abbaye de) ; Lyons-la-Forêt (Abbaye de) ; Rouen (ville) ; Saint-Sébastien  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Saint-Taurin (Ordre de Saint-Benoît)

Paroisse de Surville.

G115 , 1221-1780 , Boos (fief de) ; Surville  

Donation au chapitre cathédral par Alice veuve de Guillaume Le Blond, de la moitié de la dîme de la paroisse de Surville (6 mars 1221, n. s. ) ; – confirmation de la donation précédente par Roger de Boos, et Jean Le Blond, fils de la donatrice (même date) ; – vente au chapitre d'Évreux, par Jean Tybout, Lorence, sa femme, Robert Pynchon, Eve, sa femme, Thomas Avant, Maheut, sa femme, Thomas de Marlye et Ameline, sa femme, des portions de dîmes provenant de l'héritage d'Amauri de Boes, que les vendeurs possédaient sur le fief de Boes, dans la paroisse Saint-Christophe de Surville, pour le prix de 74 livres tournois. Cette vente est passée devant Renaud de Lusarches, vicomte d'Évreux (4 novembre 1276) ; – bail à ferme de la dîme du fief de Boes, dans la paroisse de Surville, passé par le chapitre à Pierre, curé de cette paroisse, et à ses successeurs, pour le prix annuel de 10 livres tournois (16 juillet 1277) ; – assignation à comparaître à l'audience du bailliage d'Évreux, signifiée à la requête du chapitre à Me Henriquet, prêtre, curé de Surville, « pour se voir condamner, en sadite qualité de curé de ladite paroisse, à payer au chapitre la somme de 20 livres pour deux années de redevances » (9 novembre 1780).

Contexte :
Chapitre épiscopal d'Évreux > Biens et revenus du chapitre

Paroisse de Surville.

G115 , 1221-1780 , Boos (fief de) ; Surville  

Donation au chapitre cathédral par Alice veuve de Guillaume Le Blond, de la moitié de la dîme de la paroisse de Surville (6 mars 1221, n. s. ) ; – confirmation de la donation précédente par Roger de Boos, et Jean Le Blond, fils de la donatrice (même date) ; – vente au chapitre d'Évreux, par Jean Tybout, Lorence, sa femme, Robert Pynchon, Eve, sa femme, Thomas Avant, Maheut, sa femme, Thomas de Marlye et Ameline, sa femme, des portions de dîmes provenant de l'héritage d'Amauri de Boes, que les vendeurs possédaient sur le fief de Boes, dans la paroisse Saint-Christophe de Surville, pour le prix de 74 livres tournois. Cette vente est passée devant Renaud de Lusarches, vicomte d'Évreux (4 novembre 1276) ; – bail à ferme de la dîme du fief de Boes, dans la paroisse de Surville, passé par le chapitre à Pierre, curé de cette paroisse, et à ses successeurs, pour le prix annuel de 10 livres tournois (16 juillet 1277) ; – assignation à comparaître à l'audience du bailliage d'Évreux, signifiée à la requête du chapitre à Me Henriquet, prêtre, curé de Surville, « pour se voir condamner, en sadite qualité de curé de ladite paroisse, à payer au chapitre la somme de 20 livres pour deux années de redevances » (9 novembre 1780).

Contexte :
Chapitre épiscopal d'Évreux > Biens et revenus du chapitre

Chapelles de Saint-Claude, du Saint-Esprit et de Saint-Jacques, desservies dans l'église cathédrale d'Évreux.

G67 , 1276-XVIIIe siècle , Evreux, chapelle avec leurs vocables (Le Saint-Esprit) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Claude) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Jacques-de-la-Pourelière) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Jacques-le-Majeur) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Sainte Anne) ; Fontaine-sous-Jouy ; Ouche (Le Pays d')  

Contrainte signifiée à M. Ruzot, chapelain de Saint-Claude, pour le payement des droits d'amortissement de son bénéfice, s'élevant à 57 livres 19 sous 3 deniers (1749) ; –« état et mémoire des biens et revenus de la chapelle du Saint-Esprit, fondée en 1538 par Me François Ermengard, chanoine, et dont M. Térache est titulaire » ; – pièces du procès pendant au bailliage d'Évreux entre Me Jacques Rigot, titulaire de la chapelle de Saint-Jacques et de Saint-Christophe, et Me Hert, prêtre, docteur de Sorbonne, curé de Fontaine-sous-Jouy, au sujet du droit de perception de la dîme Renard, située dans cette paroisse (1703-1761) ; – vidimus par l'official d'Évreux d'une quittance délivrée par le chapitre aux exécuteurs testamentaires de Girard II d'Aumale, doyen du chapitre, et à ceux de Clément de Rouen, chantre d'Évreux, constatant le paiement des sommes suivantes : 1°, 200 livres tournois applicables à l'achat de revenus pour l'entretien d'une chapelle dans la cathédrale (chapelle dite de Saint-Jacques de la Pourelière) ; 2°, 40 livres tournois pour l'augmentation du pain du chapitre « ad augmentationem panis nostri ; » 3°, 60 livres tournois pour l'anniversaire du donateur, Girard d'Aumale ; 4°, 15 livres tournois pour l'anniversaire de Clément de Rouen ; 5°, 100 sous pour la fabrique de l'église cathédrale (1276) ; – approbation par Gilbert, chantre d'Évreux, et Jean, archidiacre d'Ouche, fils et héritiers de Pierre des Essarts, chevalier, des dispositions prises par ce dernier dans l'acte jadis annexé à cette confirmation et qui était relatif, d'après une note du XVIIe siècle, à la chapelle dite de Saint-Jacques de la Pourelière (1309) ; – copie (XVIIIe siècle) de la fondation de la chapelle de Saint-Jacques et de Sainte-Anne, faite par Robert de Brucourt, évêque d'Évreux, le 4 décembre 1348.

Contexte :
Chapitre épiscopal d'Évreux

Chapelles de Saint-Claude, du Saint-Esprit et de Saint-Jacques, desservies dans l'église cathédrale d'Évreux.

G67 , 1276-XVIIIe siècle , Evreux, chapelle avec leurs vocables (Le Saint-Esprit) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Claude) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Jacques-de-la-Pourelière) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Saint Jacques-le-Majeur) ; Evreux, chapelle avec leurs vocables (Sainte Anne) ; Fontaine-sous-Jouy ; Ouche (Le Pays d')  

Contrainte signifiée à M. Ruzot, chapelain de Saint-Claude, pour le payement des droits d'amortissement de son bénéfice, s'élevant à 57 livres 19 sous 3 deniers (1749) ; –« état et mémoire des biens et revenus de la chapelle du Saint-Esprit, fondée en 1538 par Me François Ermengard, chanoine, et dont M. Térache est titulaire » ; – pièces du procès pendant au bailliage d'Évreux entre Me Jacques Rigot, titulaire de la chapelle de Saint-Jacques et de Saint-Christophe, et Me Hert, prêtre, docteur de Sorbonne, curé de Fontaine-sous-Jouy, au sujet du droit de perception de la dîme Renard, située dans cette paroisse (1703-1761) ; – vidimus par l'official d'Évreux d'une quittance délivrée par le chapitre aux exécuteurs testamentaires de Girard II d'Aumale, doyen du chapitre, et à ceux de Clément de Rouen, chantre d'Évreux, constatant le paiement des sommes suivantes : 1°, 200 livres tournois applicables à l'achat de revenus pour l'entretien d'une chapelle dans la cathédrale (chapelle dite de Saint-Jacques de la Pourelière) ; 2°, 40 livres tournois pour l'augmentation du pain du chapitre « ad augmentationem panis nostri ; » 3°, 60 livres tournois pour l'anniversaire du donateur, Girard d'Aumale ; 4°, 15 livres tournois pour l'anniversaire de Clément de Rouen ; 5°, 100 sous pour la fabrique de l'église cathédrale (1276) ; – approbation par Gilbert, chantre d'Évreux, et Jean, archidiacre d'Ouche, fils et héritiers de Pierre des Essarts, chevalier, des dispositions prises par ce dernier dans l'acte jadis annexé à cette confirmation et qui était relatif, d'après une note du XVIIe siècle, à la chapelle dite de Saint-Jacques de la Pourelière (1309) ; – copie (XVIIIe siècle) de la fondation de la chapelle de Saint-Jacques et de Sainte-Anne, faite par Robert de Brucourt, évêque d'Évreux, le 4 décembre 1348.

Contexte :
Chapitre épiscopal d'Évreux

Chapelle de Saint-Christophe, desservie dans l'église cathédrale d'Évreux.

G66 , 1395-1665  

Pièces de procédure produites au parlement de Rouen par maître Jacques Roisset, prêtre, chapelain de la chapelle de Saint-Christophe, « contre maître François Langer, clerc tonsuré, ci-devant pourvu de ladite chapelle, appelant comme d'abus de la procédure contre lui faite et de sa destitution de ladite chapelle. » – Copies d'une bulle de Benoit XIII (1395) et des lettres patentes de François Ier (Évreux, mai 1540) et de Louis XIII (1610) accordant ou confirmant au chapitre le droit de collation des chapelles de Saint-Antoine, de Saint-Fiacre, de Saint-Eustache, de Saint-Jean, de Saint-Martin, de Saint-Michel, des Anges et Vierges, de Sainte-Marguerite, de Saint-Jacques, de Saint-Christophe, de Saint-Michel in Turri et des deux chapelles d'Aubevoye, « l'une dédiée au ténoriste et l'autre au sous-chantre ; » – procédures poursuivies par le promoteur du chapitre contre les chapelains qui n'observaient pas la résidence ; – formule du serment des chapelains ; – copies de collations de chapelles de la cathédrale en faveur de François Langer, de François Le Prévôt, de Nicolas Salle et de Robert Lory ; – mandat d'amener lancé par le lieutenant criminel du bailliage d'Évreux contre François Langer, chapelain, inculpé comme compris parmi les personnes « qui avoient, la nuit précédente, armées d'armes à feu et de pistolets, fait grand bruit dans les rues d'Évreux et fait effort de violenter quelques particuliers qui étoient dans la maison du sieur Renault, chapelain de l'église cathédrale, et autres passant par les rues de la ville. » (1er septembre 1663.).

Contexte :
Chapitre épiscopal d'Évreux

Titres d'une rente de huit boisseaux de blé et de deux sous d'argent donnée à l'abbaye en 1223 par Richard, clerc, du Mont-Héroud, et assignée sur sept vergées de terre sises à Fouqueville ; – confirmation par Renaud Tauquers, chevalier, d'une rente de 30 sous donnée à l'abbaye par Jean Durand, du Poat-de-l'Arche (1256) ; – bail à fieffe passé par Guillemin Hébert, procureur de Jacques Henry, écuyer, seigneur de Saint-Pierre-des-Cercueils en partie, à Etienne Le François, d'une masure et d'un jardin sis au Bec-Thomas, chargés d'une oie de rente envers l'abbaye de Bonport et d'une chandelle de cire, du prix de 9 deniers, envers l'église du Bec-Thomas (1468) ; –aveu rendu à l'abbaye par Guillaume Le Pènelier, de Saint-Christophe de la Harengère, pour plusieurs pièces de terre mouvantes de la baronnie du Bec-Thomas (1446) ; – inventaire de plusieurs titres, de 1474 à 1581, établissant que le bénéfice-cure de Saint-Germain-de-Pasquier était à la nomination de l'abbé du Bec-Hellouin. – (Soixante-quinzième liasse de l'inventaire de 1784.).

H216 , 1223-1735 , Bec-Héllouin (Abbaye du) ; Bec-Thomas (Le) ; Bonport (Abbaye Saint-Pierre de) ; Fouqueville ; Harengère (La) ; Mont-Héroud (Le) ; Pont-de-l'Arche, ville ; Saint-Germain-de-Pasquier ; Saint-Pierre-des-Cercueils  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Bonport (Ordre de Cîteaux)

Titres d'une rente de huit boisseaux de blé et de deux sous d'argent donnée à l'abbaye en 1223 par Richard, clerc, du Mont-Héroud, et assignée sur sept vergées de terre sises à Fouqueville ; – confirmation par Renaud Tauquers, chevalier, d'une rente de 30 sous donnée à l'abbaye par Jean Durand, du Poat-de-l'Arche (1256) ; – bail à fieffe passé par Guillemin Hébert, procureur de Jacques Henry, écuyer, seigneur de Saint-Pierre-des-Cercueils en partie, à Etienne Le François, d'une masure et d'un jardin sis au Bec-Thomas, chargés d'une oie de rente envers l'abbaye de Bonport et d'une chandelle de cire, du prix de 9 deniers, envers l'église du Bec-Thomas (1468) ; –aveu rendu à l'abbaye par Guillaume Le Pènelier, de Saint-Christophe de la Harengère, pour plusieurs pièces de terre mouvantes de la baronnie du Bec-Thomas (1446) ; – inventaire de plusieurs titres, de 1474 à 1581, établissant que le bénéfice-cure de Saint-Germain-de-Pasquier était à la nomination de l'abbé du Bec-Hellouin. – (Soixante-quinzième liasse de l'inventaire de 1784.).

H216 , 1223-1735 , Bec-Héllouin (Abbaye du) ; Bec-Thomas (Le) ; Bonport (Abbaye Saint-Pierre de) ; Fouqueville ; Harengère (La) ; Mont-Héroud (Le) ; Pont-de-l'Arche, ville ; Saint-Germain-de-Pasquier ; Saint-Pierre-des-Cercueils  
Contexte :
Ordres religieux d'hommes > Abbaye de Bonport (Ordre de Cîteaux)

Chapelle de Saint-Christophe, desservie dans l'église cathédrale d'Évreux.

G66 , 1395-1665  

Pièces de procédure produites au parlement de Rouen par maître Jacques Roisset, prêtre, chapelain de la chapelle de Saint-Christophe, « contre maître François Langer, clerc tonsuré, ci-devant pourvu de ladite chapelle, appelant comme d'abus de la procédure contre lui faite et de sa destitution de ladite chapelle. » – Copies d'une bulle de Benoit XIII (1395) et des lettres patentes de François Ier (Évreux, mai 1540) et de Louis XIII (1610) accordant ou confirmant au chapitre le droit de collation des chapelles de Saint-Antoine, de Saint-Fiacre, de Saint-Eustache, de Saint-Jean, de Saint-Martin, de Saint-Michel, des Anges et Vierges, de Sainte-Marguerite, de Saint-Jacques, de Saint-Christophe, de Saint-Michel in Turri et des deux chapelles d'Aubevoye, « l'une dédiée au ténoriste et l'autre au sous-chantre ; » – procédures poursuivies par le promoteur du chapitre contre les chapelains qui n'observaient pas la résidence ; – formule du serment des chapelains ; – copies de collations de chapelles de la cathédrale en faveur de François Langer, de François Le Prévôt, de Nicolas Salle et de Robert Lory ; – mandat d'amener lancé par le lieutenant criminel du bailliage d'Évreux contre François Langer, chapelain, inculpé comme compris parmi les personnes « qui avoient, la nuit précédente, armées d'armes à feu et de pistolets, fait grand bruit dans les rues d'Évreux et fait effort de violenter quelques particuliers qui étoient dans la maison du sieur Renault, chapelain de l'église cathédrale, et autres passant par les rues de la ville. » (1er septembre 1663.).

Contexte :
Chapitre épiscopal d'Évreux

Registre de recette des rentes et revenus de l'abbaye. On a transcrit en tête de chaque chapitre de nombreuses copies de chartes et de titres originaux justifiant les droits de propriété de l'abbaye, et ce registre, primitivement destiné à l'enregistrement des recettes, est devenu par ce fait un véritable cartulaire. En tête du registre : « table des Chartres et autres papiers de l'abbaye du Trésor contenus dans le présent registre » ; – p. 1 : copie de l'aveu rendu à la Chambre des comptes de Rouen par l'abbaye du Trésor le 27 juillet 1672 ; – p. 7 : « droits de patronnage des cures du Bus et d'Écos, au sixième tour pour l'abaye et cinq tours consécutifs pour les seigneurs de Claire Pannilleuse ou leurs représentants, aujourd'hui, en 1755, M. le comte de Bouville » ; – p. 9 : Écos ; – p. 11 : la ferme de la Bassecour ; – p. 23 : la terre et seigneurie du Valcorbon ; – p. 47 : « fief de Saint-Remi. La ferme de Saint-Remi consistant en un manoir seigneurial, le pressoir étant dans ledit manoir, pour pressurer vin et cidre..., etc. » ; – p. 67 : « la terre et seigneurie de Phippou » ; – p. 89 : « fief de Fleury, sis à Guiseniers » ; – p. 103 : « dixme de Fourges » ; – p. 115 : « dixme et terres du Mesnil » ; – p. 121 : Ambleville ; – p. 127 : Bantelu ; – p. 133 : Bout-du-Bois ; – p. 445 : Guiry ; – p. 153 : « chaufage de bois dans la forêt de Vernon » ; – p. 161 : domaine de Vernon ; – p. 471 : domaine de Mantes et Meulan ; – p. 175 : domaine de la Roche-Guyon ; – p. 179 : « la Vente-des-Bourses de Saint-George, diocèse de Séez » ; – p. 187 : Guerny ; – p. 195 : rentes sur l'hôtel de ville de Pari ; – p. 203 : « rentes hipothèques » ; – p. 239 : « prairies de Saint-Remi » ; – p. 241 : « prez Corbon » ; – p. 247 : « prez Crespin » ; – p. 253 : « vigne et masure à Vernonnet » ; – p. 261 : « vigne à Vesillon » : – p. 267 : « domaine de Fontaine-Châtel » : – p. 273 : «rentes seigneuriales à Vernon, Vernonnet, Bisi, Gamilli, etc., et gort à Vernonnet » ; – p. 277 : Fours ; – p. 291 : « fief de la Brosse » ; – p. 303 : « Meserey ou Faudis » ; – p. 305 : « le Pré-Rayer » ; – p. 333 : « la baronnie d'Ivry ; » ; – p. 351 : « Courcel près Gisors » ; – p. 359 : «. Guiry et Cléry » ; – p. 532 : «transaction passée devant les notaires de Rouen, le 3 juin 1712, entre les dames abbesse et religieuses de l'abaye royalle du Trésor et messire Pierre d'Anviray, chevalier, seigneur de Machonville, baron de Baudemont, etc. » ; – p. 547 : « lettre du Roy Louis XIII pour l'établissement d'une foire en l'abbaye du Trésor le jour de Saint-Jean et Saint-Cristofle, donnée en l'année 1639 » ; – p. 549 : « copies des Chartres des seigneurs du Bus » ; – p. 553 : copies des contracts ou revalidations de rentes » ; – p. 572-585 : copies des lettres des rois de France et d'Angleterre portant donations, confirmations ou privilèges au profit de l'abbaye ; – p. 586 : copie de la bulle de Grégoire IX accordant l'exemption des droits de dîmes et divers privilèges à l'abbaye du Trésor (1230) ; – p. 589 : copie du procès-verbal de la consécration du grand autel de l'église de l'abbaye par Charles II de Balzac, évêque de Noyon, le 23 septembre 1622, « tel qu'il s'est trouvé dans la boëtte des reliques reposées dans le nouvel autel fait en 1772 s ; – p. 593-607 : copies de diverses chartes de donation et de lettres patentes des rois de France portant donations, confirmations ou amortissement des biens de l'abbaye ; – p. 622-637 : tables des matières et des documents transcrits dans le registre.

H1410 , XVIIIe siècle , Ambleville ; Angleterre (L') ; Banthelu (fief de) ; Basse-cour (la ferme de la) ; Baudemont ; Bisy, près Vernon ; Bourses de Saint-George (Les), près de Séez ; Bout-du-Bois (fief du) ; Brosse (triège de la) situé à la Forêt du Parc ; Bus (Le) ; Bus-Saint-Rémy (Abbaye du trésor au) ; Clère-Panilleuse (fief de) ; Cléry ; Corbon (fief de) ; Crespin (Les Prés) ; Ecos ; Fautis, fief ; Fipou ; Fleury (fief de), sis à Guiseniers ; Fontaine-Châtel ; Fourges ; Fours ; Gamilly, sis à Vernon ; Guerny ; Guiry ; Ivry ; Machonville (fief de) ; Mantes ; Meseray ; Meulan ; Paris (ville) ; Pré-Rayer (le) ; Roche-Guyon (La) ; Rouen (ville) ; Saint-Rémy (fief de) ; Trésor (Abbaye du) ; Val-Corbon (Le) ; Vernon (Forêt de) ; Vernonnet ; Vézillon  
Contexte :
Ordres religieux de femmes > Abbaye du Trésor (Ordre de Cîteaux)

Registre de recette des rentes et revenus de l'abbaye. On a transcrit en tête de chaque chapitre de nombreuses copies de chartes et de titres originaux justifiant les droits de propriété de l'abbaye, et ce registre, primitivement destiné à l'enregistrement des recettes, est devenu par ce fait un véritable cartulaire. En tête du registre : « table des Chartres et autres papiers de l'abbaye du Trésor contenus dans le présent registre » ; – p. 1 : copie de l'aveu rendu à la Chambre des comptes de Rouen par l'abbaye du Trésor le 27 juillet 1672 ; – p. 7 : « droits de patronnage des cures du Bus et d'Écos, au sixième tour pour l'abaye et cinq tours consécutifs pour les seigneurs de Claire Pannilleuse ou leurs représentants, aujourd'hui, en 1755, M. le comte de Bouville » ; – p. 9 : Écos ; – p. 11 : la ferme de la Bassecour ; – p. 23 : la terre et seigneurie du Valcorbon ; – p. 47 : « fief de Saint-Remi. La ferme de Saint-Remi consistant en un manoir seigneurial, le pressoir étant dans ledit manoir, pour pressurer vin et cidre..., etc. » ; – p. 67 : « la terre et seigneurie de Phippou » ; – p. 89 : « fief de Fleury, sis à Guiseniers » ; – p. 103 : « dixme de Fourges » ; – p. 115 : « dixme et terres du Mesnil » ; – p. 121 : Ambleville ; – p. 127 : Bantelu ; – p. 133 : Bout-du-Bois ; – p. 445 : Guiry ; – p. 153 : « chaufage de bois dans la forêt de Vernon » ; – p. 161 : domaine de Vernon ; – p. 471 : domaine de Mantes et Meulan ; – p. 175 : domaine de la Roche-Guyon ; – p. 179 : « la Vente-des-Bourses de Saint-George, diocèse de Séez » ; – p. 187 : Guerny ; – p. 195 : rentes sur l'hôtel de ville de Pari ; – p. 203 : « rentes hipothèques » ; – p. 239 : « prairies de Saint-Remi » ; – p. 241 : « prez Corbon » ; – p. 247 : « prez Crespin » ; – p. 253 : « vigne et masure à Vernonnet » ; – p. 261 : « vigne à Vesillon » : – p. 267 : « domaine de Fontaine-Châtel » : – p. 273 : «rentes seigneuriales à Vernon, Vernonnet, Bisi, Gamilli, etc., et gort à Vernonnet » ; – p. 277 : Fours ; – p. 291 : « fief de la Brosse » ; – p. 303 : « Meserey ou Faudis » ; – p. 305 : « le Pré-Rayer » ; – p. 333 : « la baronnie d'Ivry ; » ; – p. 351 : « Courcel près Gisors » ; – p. 359 : «. Guiry et Cléry » ; – p. 532 : «transaction passée devant les notaires de Rouen, le 3 juin 1712, entre les dames abbesse et religieuses de l'abaye royalle du Trésor et messire Pierre d'Anviray, chevalier, seigneur de Machonville, baron de Baudemont, etc. » ; – p. 547 : « lettre du Roy Louis XIII pour l'établissement d'une foire en l'abbaye du Trésor le jour de Saint-Jean et Saint-Cristofle, donnée en l'année 1639 » ; – p. 549 : « copies des Chartres des seigneurs du Bus » ; – p. 553 : copies des contracts ou revalidations de rentes » ; – p. 572-585 : copies des lettres des rois de France et d'Angleterre portant donations, confirmations ou privilèges au profit de l'abbaye ; – p. 586 : copie de la bulle de Grégoire IX accordant l'exemption des droits de dîmes et divers privilèges à l'abbaye du Trésor (1230) ; – p. 589 : copie du procès-verbal de la consécration du grand autel de l'église de l'abbaye par Charles II de Balzac, évêque de Noyon, le 23 septembre 1622, « tel qu'il s'est trouvé dans la boëtte des reliques reposées dans le nouvel autel fait en 1772 s ; – p. 593-607 : copies de diverses chartes de donation et de lettres patentes des rois de France portant donations, confirmations ou amortissement des biens de l'abbaye ; – p. 622-637 : tables des matières et des documents transcrits dans le registre.

H1410 , XVIIIe siècle , Ambleville ; Angleterre (L') ; Banthelu (fief de) ; Basse-cour (la ferme de la) ; Baudemont ; Bisy, près Vernon ; Bourses de Saint-George (Les), près de Séez ; Bout-du-Bois (fief du) ; Brosse (triège de la) situé à la Forêt du Parc ; Bus (Le) ; Bus-Saint-Rémy (Abbaye du trésor au) ; Clère-Panilleuse (fief de) ; Cléry ; Corbon (fief de) ; Crespin (Les Prés) ; Ecos ; Fautis, fief ; Fipou ; Fleury (fief de), sis à Guiseniers ; Fontaine-Châtel ; Fourges ; Fours ; Gamilly, sis à Vernon ; Guerny ; Guiry ; Ivry ; Machonville (fief de) ; Mantes ; Meseray ; Meulan ; Paris (ville) ; Pré-Rayer (le) ; Roche-Guyon (La) ; Rouen (ville) ; Saint-Rémy (fief de) ; Trésor (Abbaye du) ; Val-Corbon (Le) ; Vernon (Forêt de) ; Vernonnet ; Vézillon  
Contexte :
Ordres religieux de femmes > Abbaye du Trésor (Ordre de Cîteaux)

Neuvième volume contenant les églises paroissiales (lettre S, première partie).

G30 , XVIIIe siècle , Sacq (Le) ; Saint-Agnan-de-Cernières ; Saint-André-de-la-Marche ; Saint-Antonin-de-Sommaire ; Saint-Aubin-sur-Gaillon ; Saint-Aubin-sur-Iton ; Saint-Barthélémy-de-Laigle ; Saint-Chéron ; Saint-Christophe-sur-Avre ; Saint-Elier-du-Bois ; Sainte-Marguerite-de-l'Autel ; Sainte-Marie-Madeleine-Verneuil ; Saint-Etienne-du-Vauvray ; Saint-Georges-de-Motelles ; Saint-Georges-des-Champs ; Saint-Georges-sur-Aure ; Saint-Germain-de-Navarre ; Saint-Germain-de-Rugles ; Saint-Germain-des-Angles ; Saint-Germain-sur-Avre ; Saint-Jacques-de-Verneuil ; Saint-Jean-de-Laigle ; Saint-Jean-d'Ivry ; Saint-Jean-du-Pré ; Saint-Laurent-des-Bois ; Saint-Laurent-de-Verneuil ; Saint-Luc ; Saint-Martin (Neaufles) ; Saint-Martin-d'Apres ; Saint-Martin-de-Cernières ; Saint-Martin-de-Laigle ; Saint-Martin-des-Prés ; Saint-Maximin ; Saint-Michel-de-la-Forêt ; Saint-Michel-de-Sommaire ; Saint-Nicolas-d'Attez ; Saint-Nicolas-de-Sommaire ; Saint-Ouen-d'Attez ; Saint-Ouen-sur-Iton ; Saint-Pierre-de-Verneuil ; Saint-Pierre-du-Vauvray ; Saint-Suplice-près-Laigle ; Saint-Suplice-sur-Risle ; Saint-Symphorien-des-Brières ; Séez-Mesnil ; Séez-Moulins ; Serez  

Table à la fin du registre. – Les paroisses comprises dans ce volume sont les suivantes : doyenné de La Croix-Saint-Leufroy : Saint-Aubin-sur-Gaillon, Saint-Germain-des-Angles, Sassey, Saint-Étienne-du-Vauvray, Saint-Pierre-du-Vauvray, Saint-Vigor ; – doyenné de Pacy : Saint-Aubin-du-Vieil-Évreux, Saint-Luc ; – doyenné d'Ivry : Saint-Jean-du-Pré ou d'Ivry, Saint-André-de-la-Marche, Saint-Cheron, Saint-Georges-des-Champs, Saint-Elier-du-Bois, Serez ; – doyenné de Nonancourt : Saint-Germain-sur-Avre, Saint- Georges-de-Motelles (Saint-Georges-sur-Avre), Saint-Laurent-des-Bois ; – doyenné de Verneuil : Saint-Christophe-sur-Avre, Sainte-Madeleine de Verneuil ; – Saint-Jacques de Verneuil, Saint-Laurent de Verneuil, Saint-Pierre de Verneuil, Saint-Nicolas de Verneuil ; – doyenné de Breteuil : Sacq (le), Sainte-Marguerite-de-l'Autel, Saint-Maximin ou Séez-Mesnil, Saint-Nicolas-d'Attez, Saint-Ouen-d'Attez, Séez-Moulins ; – doyenné de Laigle : Saint-Aubin-sur-Iton, Saint-Barthélemy de Laigle, Saint-Jean de Laigle, Saint-Martin de Laigle, Saint-Martin-d'Apres, Saint-Martin-des-Prés, Saint-Michel-de-la-Forêt, Saint-Michel-de-Sommaire, Saint-Nicolas-de-Sommaire, Saint-Ouen-sur-Iton, Saint-Pierre - de - Sommaire, Saint-Symphorien-des-Brières (Saint-Symphorien-des-Bruyères), Saint-Sulpice-près-Laigle (Saint-Sulpice-sur-Risle) ; – doyenné de Lyre : Saint-Agnan-de-Cernières, Saint-Antonin-de-Sommaire, Saint-Martin-de-Cernières.

Contexte :
Évêché d'Évreux > Grand pouillé du diocèse d'Évreux